Le retrait des statues confédérées, une atteinte à l’histoire ?

Enlever des statues de l’espace public peut-il être une atteinte à la culture et à l’histoire d’un pays ? Les récentes déclarations du président Trump, dénonçant le retrait d’un certain nombre de statues et de monuments commémoratifs confédérés comme étant la « mise en pièce » de l’histoire et de la culture des États-Unis, méritent que l’on se pose la question du rôle de ces objets comme éventuels moyens de transmission du passé.

Continuer la lecture de Le retrait des statues confédérées, une atteinte à l’histoire ?

Pourquoi connaître le passé n’aide pas à comprendre le présent

En procédant au rangement estival de mon bureau, je suis retombé sur un article que je n’avais pas lu depuis ma 3e année de baccalauréat – si je ne me trompe pas – c’est-à-dire vers 2008-2009. Un bail, quoi.

L’article en question était de Jean Stengers (1922-2002), historien spécialiste de la période contemporaine – il avait pourtant une formation de médiéviste… –, professeur à l’Université libre de Bruxelles, membre de l’Académie royale de Belgique et l’un des plus influents historiens belges du 20e siècle. On lui doit notamment une puissante réflexion sur le sentiment national en Belgique (et dans un autre genre, il est l’auteur d’un ouvrage sur l’histoire de la masturbation).

Le titre de l’article est déjà des plus évocateurs : Les fonctions de l’histoire dans la société. Vaste thématique que tâchait d’aborder l’auteur en moins de vingt pages #challengeaccepted. En gros, Stengers affirmait d’emblée que le titre présenté de façon affirmative pouvait se résumer à une question des plus classiques : à quoi sert l’histoire ? Continuer la lecture de Pourquoi connaître le passé n’aide pas à comprendre le présent

Archive junkie en rechute

En avril dernier, j’ai eu la chance de défendre publiquement ma thèse de doctorat consacrée au processus législatif dans les Pays-Bas espagnols (ca. 1580-ca. 1610). Comme tout chercheur travaillant sur une thématique pareille, j’avais accumulé, en un peu moins de trois ans, un matériau relativement important grâce à la fréquentation des dépôts d’archives.

En ce qui me concerne, j’ai principalement puisé mes sources aux Archives générales du royaume situées à Bruxelles ainsi qu’aux Archives de l’Etat à Anderlecht (commune de la région bruxelloise) où sont conservées les archives du Conseil de Brabant.

Pendant presque trois ans, j’ai fréquenté, voire même hanté ces lieux. A cet égard, la salle de lecture des AGR est un lieu particulier, presque magique pour celui/celle qui est non seulement intéressé(e) par la consultation des archives, mais aussi par la dynamique humaine de la salle de lecture. Le personnel commence d’abord par vous connaître et même à vous reconnaître. Au bout de quelques mois, je n’avais même plus besoin de dire quels numéros j’avais en réserve; on allait directement chercher la boîte que j’avais laissée en souffrance la veille ! Continuer la lecture de Archive junkie en rechute

Précaution du Conseil de Flandre face à une requête en 1599

Rien de tel que de rédiger un billet de blog pour agiter quelques neurones et sortir le corps de sa torpeur estivale. Torpeur qui, en Belgique du moins, est quotidiennement alimentée par une météo alternant entre trois jours de beau temps et une semaine de pluie…

En remettant les pieds aux Archives générales du royaume (AGR, Bruxelles) après plus d’un an d’absence – rédaction de thèse oblige – je me suis plongé dans les archives du Conseil privé des anciens Pays-Bas espagnols (16e-17e s.)[1].Pour l’instant, j’ai consulté certains numéros consacrés aux rapports et requêtes transmises au Conseil par des sujets ou officiers regardant les problèmes relatifs au commerce. Les affaires liées au commerce que doit traiter le Conseil privé sont naturellement diverses et elles sont loin de toutes se ressembler. On peut très bien rencontrer ici les documents d’une affaire liée à la législation régulant le transport de la laine et là ceux traitant d’un problème d’octroi de passeport pour le transport de bêtes. Continuer la lecture de Précaution du Conseil de Flandre face à une requête en 1599

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les périodes bourguignonne et habsbourgeoise (5/5)

Toutes les bonnes choses ont une fin… sauf les nœuds papillons de Jean-Marie Cauchies, qui en ont deux ! Pour conclure cet entretien en cinq partie, nous évoquerons avec l’interviewé son regard sur sa période historique de prédilection, les Pays-Bas bourguignons et habsbourgeois des 15e et 16e siècles. À cheval sur la fin du Moyen Âge et le début des Temps Modernes, Jean-Marie Cauchies n’aura de cesse, par ses nombreuses publications, d’étudier les continuités et les changements dans la législation et les institutions d’un ensemble de principautés réunies en tant qu’union personnelle par deux dynasties successives, les Valois-Bourgogne puis les Habsbourg. État(s) moderne(s) ? Peut-être. Mais en création perpétuelle, fruit des multiples interactions entre gouvernants et gouvernés. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les périodes bourguignonne et habsbourgeoise (5/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les institutions (4/5)

Avec la législation, l’autre grand dada de Jean-Marie Cauchies est sans conteste l’histoire des institutions. En 1992, celui-ci fondait, avec Gilbert Hanard (professeur émérite de droit romain de l’Université Saint-Louis – Bruxelles), le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI) à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (alors Facultés universitaires Saint-Louis), qu’il codirigea jusqu’en 2012. Ainsi, Jean-Marie Cauchies contribua-t-il à fédérer, dans son Alma Mater, mais également à l’extérieur, un champ de recherche en plein renouvellement. Très loin de concevoir l’histoire des institutions comme l’analyse de structures figées et désincarnées, le professeur n’a au contraire eu de cesse, à l’instar de l’ogre historien de Marc Bloch[1], traquer la chair humaine à l’œuvre dans les administrations.

Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les institutions (4/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : la législation (3/5)

Jean-Marie Cauchies is back ! Ou du moins le compte rendu de notre entretien avec lui… Après avoir poser les bases de son parcours et être remonté jusqu’aux « origines » de l’homme, place aujourd’hui à un autre pan majeur de la vie de Jean-Marie Cauchies : la législation.

Pour résumer succinctement, on peut affirmer sans problème que la législation, c’est le PROJEEEET de Jean-Marie Cauchies. Sans recourir à une quelconque poudre de perlimpinpin, notre jubilaire a contribué et contribue encore à dévoiler les pleins et les déliés du fait législatif pour la fin du moyen âge et le début des temps modernes. Outre une thèse de doctorat consacrée à la législation des ducs de Bourgogne des premiers Habsbourg dans le comté de Hainaut (1427-1506) – elle fut publiée aux Presses de l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles -, Jean-Marie Cauchies est l’auteur d’un nombre phénoménal d’articles consacré à ce phénomène.

Comme on va le découvrir dans cette partie de notre entretien, étudier le « fait législatif » ne signifie en rien se limiter à analyser le contenu des textes pour eux-mêmes. Il s’agit toujours de replacer la prise de décision dans son contexte d’élaboration afin de déceler les jeux d’influence, les inflexions prises ou encore les inspirations puisées çà et là dans le droit coutumier, par exemple. On est très loin d’une histoire du droit et des institutions désincarnée. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : la législation (3/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : le parcours (2/5)

Après une première partie d’interview consacrée à « Jean-Marie Cauchies : les origines de l’historien », voici maintenant la seconde, que l’on aurait pu tout aussi bien intituler, dans une veine très hollywoodienne : « John-Mary Roadways : Rise of the Researcher ». Il faut dire que l’interviewé a derrière lui près de quarante années d’enseignement et de recherche à l’Université Saint-Louis – Bruxelles et l’Université catholique de Louvain, où ses cours d’Histoire de Belgique (célèbres pour la rigueur de leur plan en trois parties composées de trois sections chacune divisée en trois chapitres de trois points !) ont marqué des générations d’étudiants. À la Faculté de philosophie et lettres de Saint-Louis, il a présidé par deux fois la section histoire (1985-1989, 1999-2001) et a été doyen de cette même Faculté de 1990 à 1996. Jean-Marie Cauchies s’est également illustré par son engagement dans différentes sociétés d’histoire locale. De 1973 à 2013, il fut en outre secrétaire général du Centre européen d’études bourguignonnes (CEEB) dont il dirigea une trentaine de volumes de publications. En 2002, il fut élu à l’Académie royale de Belgique, d’abord comme correspondant puis comme membre titulaire (2004) de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : le parcours (2/5)

Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les origines (1/5)

Cette année académique 2016-2017 est assurément une des plus animées qu’ait connue la communauté universitaire de l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Entre négociations de fusion avec l’Université catholique de Louvain et multiples soutenances de thèses, l’agenda était des plus chargés. Au milieu de cette activité débordante et souvent très prenante, une autre nouvelle a marqué l’Université et notamment le département d’histoire : après 40 ans de bons et loyaux services, le professeur Jean-Marie Cauchies prend sa retraite.

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas (encore) Jean-Marie Cauchies, voici une bio méga express afin de (re)mettre les pendules à l’heure.

Façade de l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles (© Nicolas Simon)

Jean-Marie Cauchies, c’est un historien du droit et des institutions. Spécialiste de la législation et de la période bourguignonne, il a connu un parcours professionnel des plus singuliers. Docteur en histoire en 1977, il entre directement à Saint-Louis pour gravir successivement les échelons passant de suppléant (1977) à professeur ordinaire (1992). En 2012, il avait décidé de prendre un peu d’avance en devenant professeur émérite invité à l’âge de 60.  Cinq plus tard, le voilà rattrapé par la limite d’âge et obligé de faire ses adieux en donnant, une dernière fois, son cours fétiche : « Histoire de Belgique » (un lundi, 3h d’affilée de 9h à 12h !!!). En novembre dernier, le jour de son anniversaire, il était déjà fêté à l’Université Saint-Louis en présence de nombreux collègues et amis. Au cours de cette séance lui ont été remis deux des trois volumes de Mélanges préparés en son honneur. Continuer la lecture de Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les origines (1/5)

Observation (pas trop) participante d’une défense de thèse

On est pas dans la merde.

Au cas où l’information aurait échappé à l’aimable lecteur, que celui-ci sache ceci : le carnet ParenThèses tire son nom du fait qu’au moment de sa création, ses auteurs étaient tous les deux doctorants en histoire. Or, le fait est là. Il s’est passé une chose fort incommode : l’un de nous deux (N. S., pour ne pas le nommer) vient de défendre sa thèse le 26 avril dernier. Ouch. Voilà qui fait perdre tout son sens au titre de ce carnet. Que va-t-on devenir ? La vie vaut-elle encore la peine d’être vécue ? Que signifie le nombre 42 ? Et quel secret se cache sous le voile de la mariée ?

Comme le conseille le meilleur guide de la galaxie : don’t panic ! Il en faut plus pour remettre en cause l’existence du carnet ParenThèses. Au pire, on pourrait le renommer ParenPostdoc ? Non, avouons-le, ça ne sonne pas très bien… On verra plus tard pour la cohérence du titre. En attendant, l’événement mérite d’être fêté en grande pompe virtuelle ! Et quoi de plus festif qu’un nouveau billet sur le carnet ? Tant pis si tout cela a un petit effet skyblog (pour les plus jeunes : un skyblog, c’est un peu comme une story time sur Youtube, les fautes de français et les photos de Tokio Hotel en plus).  On n’a qu’à dire qu’il s’agit de la retranscription de notes ethnographiques.

Continuer la lecture de Observation (pas trop) participante d’une défense de thèse

Un livre dangereux : Dimitri Casali, « La longue montée de l’ignorance »

Écoeuré, je suis écoeuré. Un peu comme Claudy Focant, j’ai l’impression de m’être fait carjacker intellectuellement. J’ai essayé de lire le livre Dimitri Casali, mais je n’ai rien pu faire. J’ai tâché de lire plusieurs pages (au départ j’envisageais même de lire plusieurs chapitres), mais je suis devenu fou. Là, je suis encore prostr… frustr… je ne sais même plus comment il faut l’écrire.

Les encouragements bienvenus de Quentin  : Askip t’es plus un simple étudiant, mais un vrai historien… Alors culture-toi un peu, merde ! (signé) Quentin

J’ai aussi un peu hésité avant de rédiger ce billet. De manière générale, il y a deux solutions dès lors qu’il est question d’un mauvais bouquin. Soit ne pas en parler pour uniquement se focaliser sur ceux que l’on apprécie. Soit aborder les mauvais livres s’ils contiennent en eux un potentiel élevé de nuisance intellectuelle. Le livre en question s’inscrit pleinement dans la seconde catégorie. On pourrait éventuellement considérer qu’il faudrait passer son chemin et ne rien dire à propos du dernier livre de Dimitri Casali. Toutefois, cet ouvrage est dangereux. Et partant, son auteur l’est tout autant. Continuer la lecture de Un livre dangereux : Dimitri Casali, « La longue montée de l’ignorance »

De Saint-Boniface à Saint-Louis : la carrière à rebondissements de Mgr. Aloïs Simon (1897-1964)

Introduction

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut que je précise deux-trois choses pour que ce billet prenne tout son sens.

Avant d’entamer des études d’histoire à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (dénommée à l’époque Facultés universitaires Saint-Louis), j’ai effectué mes humanités dans un collège bruxellois situé au coeur de la commune d’Ixelles : l’Institut Saint-Boniface – Parnasse. Il se trouve que Saint-Boniface fête cette année scolaire-ci son 150e anniversaire. A cette occasion, une exposition est organisée en mai prochain (vernissage le 20 mai, c’est ouvert à toutes et tous…) en vue de présenter l’histoire du collège par le prisme d’ancien(ne)s qui y ont fait leurs études (ou qui y ont travaillé). Le choix s’est porté sur des ancien(ne)s qui ont acquis une certaine notoriété dans leur discipline. La liste est, je dois dire, un peu impressionnante et on est loin de s’en rendre compte quand on débarque là en première année du secondaire. Ont ainsi usé leurs culottes sur les bancs des Saint-Boniface des gens comme Hergé (Tintin), Franquin (Gaston Lagaffe), Pierre Laroche (comédien, co-fondateur de l’Institut des arts de diffusion (IAD)), Jean Capart (égyptologue), Roger Aubert (historien et homme d’Eglise), Jean-Pascal van Ypersele (climatologue, GIEC) ou encore François Weyergans (écrivain, Académie française).

Entrée de Saint-Boniface par l’allée de la rue du Conseil, 1930 (Fonds Saint-Boniface, phototèque)

Dans le cadre de l’exposition, j’ai dû mener quelques recherches et notamment sur un des anciens professeurs du collège, Mgr. Aloïs Simon (1897-1964). Figure particulière s’il en est, Aloïs Simon a été professeur puis directeur à Saint-Boniface. Nommé à la tête de l’établissement en 1932, il est resté dix ans au poste de directeur. En plein milieu de la Seconde Guerre mondiale, sa carrière a alors connu un tournant étonnant puisqu’il est devenu professeur à la Faculté Saint-Louis (nom à l’époque), soit l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles. Continuer la lecture de De Saint-Boniface à Saint-Louis : la carrière à rebondissements de Mgr. Aloïs Simon (1897-1964)

Droit au but : Bram De Ridder

Le dernier portrait de chercheur sur ParenThèses remontait à février 2016… Depuis lors, énormément de choses se sont passées. Non seulement pour nous, mais aussi pour celui qui a accepté de se prêter au jeu de l’interview dans ce nouvel épisode de « Droit au but ». 

Aujourd’hui nous vous invitons à partir à la rencontre de Bram De Ridder. Bram est docteur en histoire depuis quelques mois. En novembre 2016, il soutenait sa thèse à la KULeuven et deux jours plus tard, il donnait déjà une communication à un colloque qu’organisait sa directrice de thèse, Violet Soen ! Auteur d’une thèse sur la formation de la frontière entre les Pays-Bas espagnols (catholiques) et les Provinces-Unies (calvinistes) durant la première moitié du 17e siècle, Bram est un des tenants de la transregional history. Il précise d’ailleurs, au cours de cet interview, ce que cette approche signifie.

Bram est jusqu’à la fin de l’été 2017 aux Etats-Unis pour un séjour de recherche à Harvard. Il y travaille sous la conduite de Tamar Herzog (membre du jury de thèse de Bram), bien connue pour ses travaux relatifs à l’Amérique latine au cours de la période moderne. En pleine présidence Trump où la question des frontières a occupé une place centrale durant la campagne présidentielle, Bram vit assurément une expérience particulière… Continuer la lecture de Droit au but : Bram De Ridder

Le moyen âge vu par les politiques

L’histoire au service du monde politique

L’histoire ne dispose pas toujours des serviteurs qu’elle mériterait d’avoir. Les enfants de Clio n’hésitent pas à s’écharper à propos d’une date, d’un fait ou de l’interprétation à donner concernant un phénomène. Le problème avec l’histoire, c’est qu’il ne s’agit pas d’une profession protégée pour laquelle il est nécessaire de passer un examen d’entrée. Quiconque intéressé par l’histoire peut en faire sa passion, voire son activité professionnelle par la publication de livres pour le grand public. On tombe alors dans les débats qui ne cessent d’entourer la sortie de chaque nouvel opus d’un Lorànt Deutsch ou d’un Dominique Casali. On a régulièrement la confirmation que lorsque des universitaires prennent la parole pour défendre certains fondamentaux, ils sont généralement taxés de vouloir préserver l’omnipotence de la chaire de vérité académique.

Il existe toutefois d’autres personnes qui aiment mobiliser l’histoire. Ce sont les hommes et les femmes politiques. Il leur arrive même de prendre la défense d’un Lorànt Deutsch… Allez savoir pourquoi. Continuer la lecture de Le moyen âge vu par les politiques

Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (2/2) & Interviews de Nicolas Offenstadt et Eric Bousmar

Suite et fin de « l’enquête » autour du salon du livre d’histoire organisé à la fin du mois de novembre (19-20) à Bruxelles par le « Club de l’Histoire »…

Fidèle aux résolutions énoncées dans le billet de rentrée de ParenThèses (#bullshitiseverywhere), j’ai tâché de mettre en exergue dans le premier billet consacré au salon du livre d’histoire organisé par l’ASBL « Le Club de l’Histoire » les quelques éléments troublants, voire problématiques concernant cet événement. Si vous avez loupé le premier billet – ce que je n’ose imaginer – vous pouvez les lire ou le relire ici. Aujourd’hui, on reprend notre enquête sur le salon du livre d’histoire en donnant la parole à certains auteurs appelés à être présents les 19 et 20 novembre prochains…

Comme on pourra peut-être me reprocher d’avoir une vision totalement tronquée de la situation compte tenu de ma position face aux personnes incriminées dans le dernier billet, j’ai pensé qu’un deuxième billet était nécessaire pour s’interroger sur les relations entre les universitaires et ce que l’on nomme le grand public. J’ai naturellement réglé la focale sur le salon « Ecrire l’histoire » et ai contacté plusieurs chercheurs/professeurs qui seront à Bruxelles à la fin du mois. Par chance, certains ont accepté de répondre à mes questions (7 personnes contactées, 5 réponses reçues). J’ai fait court et me suis limité à 3 questions  : Continuer la lecture de Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (2/2) & Interviews de Nicolas Offenstadt et Eric Bousmar

Carnet de recherches en histoire du droit et des institutions