Anatomie des remerciements de thèse

– Pfiouuu… En tous cas celle-là elle sait dire merci !

J.-C., homme moderne et Dikkenek.

Rédiger une thèse, ça n’est pas toujours simple et funky. Il faut pouvoir se plier à l’exercice de l’écriture scientifique, qui nécessite un langage et un vocabulaire particulier, parfois renforcé par un apparat critique solide (des notes en bas de page). Le texte d’une thèse, c’est un peu comme un film d’Olivier Marchal : c’est rugueux et ça ne laisse souvent pas beaucoup de place à la fantaisie et l’humour.

C’est précisément pour cela que l’une des premières choses que j’aime lire dans une thèse, qu’elle soit restée un gros manuscrit inédit, à jamais prisonnier du silo d’une bibliothèque universitaire, ou au contraire devenue un bel ouvrage publié dans une grande maison d’édition, c’est la page des remerciements : c’est à cet endroit que l’auteur peut laisser exprimer toute son humanité au travers de messages sincères (ou au contraire de la plus grande hypocrisie), parfois entrecoupés de petites notes amusantes. Les remerciements sont la preuve que le scientifique n’est pas un robot, mais une personne (plus ou moins) normale, avec une famille et des amis. Ils restituent de véritables petites tranches de vie. Je dirais même qu’ils ont, en soi, un intérêt scientifique, car ils permettent parfois de mettre à jour de véritables réseaux de relations entre chercheurs de différentes universités, à tel point, peut-être, qu’un jour verra-t-on un scientifique consacrer sa recherche doctorale aux remerciements de thèse…

Straight Outta Compton

Les remerciements de thèse peuvent commencer par une phrase ou un paragraphe introductif, où le futur docteur insiste généralement sur le fait que sa thèse est le fruit d’un travail long et difficile (il ment, bien sûr, étant donné qu’il a passé la moitié de son temps sur CMD). Bref, il en profite pour se plaindre. Ou alors, au contraire, il répète à qui veut à quel point sa vie est formidable et qu’il est incroyablement heureux d’avoir achevé une recherche aussi passionnante. Il est alors à peu près aussi sincère que des photos de vacance postées sur Facebook.

La thèse de doctorat représente un travail s’inscrivant dans la durée, et pour cette raison, constitue le fil conducteur d’une tranche de vie de son auteur, parfois au crépuscule de la candeur étudiante, et souvent à l’aube de la maturité scientifique. De nombreuses personnes se retrouvent ainsi de manière fortuite ou non, pour le pire ou le meilleur, entre le doctorant et son doctorat. Ce sont certaines de ces personnes que j’aimerais mettre en avant dans ces remerciements.

Morgan David, Personnalité, Stratégies d’Approvisionnement et d’Appariement chez les Diamants Mandarins (Taeniopygia guttata).

Après avoir fait son intéressant, le futur docteur entre dans le vif du sujet et entame une longue litanie de remerciements, généralement adressées aux personnes suivantes (et plus ou moins dans cet ordre) :

1) Le(s) directeur(s) de thèse. Il s’agit de la personne incontournable à remercier en début de thèse. Même (surtout) si ça n’est pas sincère. Pour connaître l’état réel des relations entre doctorant et promoteur, se référer à la règle suivante : plus les remerciements du doctorant sont impersonnels et génériques (« j’exprime ici toute ma reconnaissance envers mon directeur de thèse, Untel, pour son travail de supervision »), moins ce dernier apprécie son patron.

Je remercie chaleureusement toutes les personnes qui m’ont aidé pendant l’élaboration de ma thèse et notamment ma directrice Madame le professeur Mari e-Madeleine Fragonard, pour son intérêt et son soutien, sa grande disponibilité et ses nombreux conseils durant la rédaction de ma thèse.

Nicolas Cremona, « Pleines de chair et de sang ». Poétique d’un « genre à succès » : l’histoire tragique (1559-1644).

2) L’institution qui a financé partiellement ou totalement la recherche. C’est plus rare, et surtout d’application s’il s’agit de fonds privés ou d’une bourse spéciale. Le doctorant est parfois d’ailleurs obligé de mentionner ses mécènes.

Ce travail n’aurait pas été possible sans le soutien de l’Université Lyon 2 et du CIHAM, qui m’ont permis, grâce à une allocation de recherches et diverses aides financières, de me consacrer sereinement à l’élaboration de ma thèse.

Rosa Benoit-Meggenis, L’empereur et le moine. Recherches sur les relations entre le pouvoir impérial et les monastères à Byzance, du IXe siècle à 1204.

3) Les collègues du centre de recherche ainsi que les membres de diverses institutions scientifiques, telles que les archivistes ou les bibliothécaires. C’est ici que l’on peut parfois, en lisant différents remerciements de thèse, dresser de véritables cartes de réseaux de relations entre scientifiques.

Ce travail n’aurait pu être mené à bien sans la disponibilité et l’accueil chaleureux que m’ont témoignés Anne-Marie Pathé à l’IHTP, le personnel des archives départementales des Hauts-de-Seine, Chantal Hénocque à l’ASSFAM, Vincent Viet à la DPM, Patrick Kamoun à l’USH, Alain Bocquet à la société d’histoire de Nanterre, Carole Leleu à l’ONI et Thérèse Behaghel qui m’a ouvert ses archives privées. Jim House et Neil MacMaster m’ont fourni des documents précieux pour avancer dans cette recherche. Les nombreux témoins que j’ai eu l’occasion d’interroger dans le cadre du projet « Nanterre-Guemar » m’ont permis de donner vie, je l’espère, à ce récit.

Muriel Cohen, Des familles invisibles Politiques publiques et trajectoires résidentielles de l’immigration algérienne (1945-1985).

4) Les proches : les copains (ceux qui ont bien voulu relire la thèse, ceux qui ont hébergé le doctorant en voyage, ceux qui lui ont permis de décompresser et de faire la fête entre la rédaction de deux chapitres de thèse) ; le/la conjoint.e qui a accepté de supporter le doctorant pendant plusieurs années ; papa/maman, parce qu’ils n’avaient généralement pas le choix.

Au terme de ce parcours, je remercie enfin celles et ceux qui me sont chers et que j’ai quelque peu délaissés ces derniers mois pour achever cette thèse. Leurs attentions et encouragements m’ont accompagnée tout au long de ces années. Je suis redevable à mes parents, Nicole et Jean-Louis Bugnon, pour leur soutien moral et matériel et leur confiance indéfectible dans mes choix. Enfin, j’ai une pensée toute particulière pour ma grand-mère, Ginette Bugnon, dont la mémoire partagée n’est pas étrangère à mon goût pour l’histoire.

Fanny Bugnon, La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994).

This is ground control to Major Tom

Beaucoup de manuels destinés aux doctorants ou aux étudiants de master conseillent pourtant de ne pas trop s’épancher dans ses remerciements. Ainsi, dans L’art de la thèse, Michel Beaud nous dit :

Sachez trouver le ton juste : ni emphase ni circonvolutions ; soyez sobre et concis1.

Heureusement, certains doctorants ne tiennent pas compte de cette recommandation, et profitent du prétexte des remerciements pour se lâcher un peu. Le texte est alors émaillé de private jokes, par exemple lorsque l’auteur fait référence à une obscure mésaventure ou nomme ses potes par des surnoms. On n’y comprend souvent pas grand-chose, mais on a au moins l’impression que, finalement, la thèse, ce n’est pas si triste que ça ! Et puis, il y a parfois de véritables fulgurances, d’authentiques blagues que le doctorant balance sans vergogne !

Enfin, mes remerciements ne vont pas à Mark Zuckerberg, qui m’a fait perdre beaucoup  de temps.

François Theurel2, Le spectateur en mouvement : perspectives et impacts de la diffusion cinématographique numérique sur les pratiques spectatorielles en milieu festivalier.

Dans le domaine, un des plus beaux exemples qui me vient à l’esprit ne provient pas d’une thèse, mais d’un mémoire de master. L’auteure, qui a réalisé un travail sur le notariat au 16e siècle, a entièrement écrit ses remerciements en ancien français, en imitant le style d’un acte notarié, au point d’y conclure :

Faict à Montréal dans la maison d’habitation dudict Guilhaume Brassard, en présence de Moustique, tesmoing, qui n’a pu signer pour n’estre qu’un chat.

Sylvie Brassard, Le notaire, la justice et le justiciable. Les déclarations d’abandon de procès dans les actes notariés à Aix-en-Provence (1550-1600).

Or, écrire des remerciements de thèse, cela n’est pas si anodin : il s’agit généralement de la première page de texte qui s’offre au lecteur (éventuellement précédée d’un abstract de la thèse), et donc le premier endroit où l’auteur s’exprime. Même si elle est détachée du reste du texte, la page de remerciements est un peu le lieu des premières impressions. Y oser la carte de l’humour, c’est donc prendre le risque d’être pris pour un petit comique pour le reste de la thèse. Je ne pense pas que des remerciements un peu borderline viendraient dévaluer une thèse déjà d’excellente qualité, mais ils pourraient peut-être desservir un travail souffrant par ailleurs de grosses faiblesses. Tout dépend également de qui l’on a dans son jury de thèse ! Un vieux professeur tatillon et sans le moindre second degré pourrait potentiellement émettre une remarque négative à ce sujet lors de la défense de thèse. Autant dire qu’il faut savoir ce que l’on fait !

Heureusement, il me semble que l’habitus académique évolue de plus en plus en ce sens, et l’usage de l’humour, y compris au sein de la recherche scientifique, commence à être un peu mieux acceptée. Il était temps, tu m’diras.

J’adresse ici mes plus sincères remerciements à theses.fr, sans qui ce travail de compilation de remerciements de thèses n’aurait pu être possible.

Image de couverture : Iain Farrell, Fame at last!

Pour citer ce billet : Quentin Verreycken, "Anatomie des remerciements de thèse", in ParenThèses, publié le 07/12/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/1127 (consulté le 24/10/2017).
  1. Michel Beaud, avec la collab. de Magali Gravier et Alain de Tolédo, L’art de la thèse. Comment préparer et rédiger un mémoire de master, une thèse de doctorat ou tout autre travail à l’ère du Net, éd. révisée et mise à jour, Paris, La Découverte, 2011, p. 162 []
  2. Oui oui : il s’agit bien du Fossoyeur de Films ! []

3 réflexions au sujet de « Anatomie des remerciements de thèse »

  1. Je ne me suis jamais livré à cette gymnastique lors de ma propre thèse. Précisément parce que j’en connais l’hypocrisie.
    MC

    1. Merci pour la référence ! Je me souvenais être tombé dessus il y a longtemps, mais je parvenais plus à la retrouver !

      En guise d’addendum à propos des réseaux de chercheur et des remerciements de thèse, mon collègue Nicolas Ruffini-Ronzani m’a signalé le carnet suivant, qui traite des « recompositions des sciences physiques après la Seconde Guerre mondiale » : http://reshist.hypotheses.org/664

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *