Droit au but : Frederik Dhondt

Cela faisait un peu plus d’un an que nous n’avions plus proposer d’interview de chercheurs/chercheuses en histoire du droit et des institutions sur le carnet… Mais attendez un peu de voir avec quoi, ou plutôt avec qui on vous revient ! 

© Maite Morren
© Maite Morren

Nous vous invitons à entrer, cette fois-ci, dans le monde de la diplomatie et du droit international du 18e siècle grâce à Frederik Dhondt. Frederik est l’auteur de deux ouvrages publiés chez Brill et dans la collection de l’association Standen & Landen – Anciens Pays et Assemblées d’Etats. Excusez du peu… Chercheur à la pensée virevoltante – on sait de quoi on parle puisqu’on a eu l’occasion de l’observer in vivo si on peut dire – et qui témoigne d’une maîtrise, l’interview prouvera que Frederik effectue également une réflexion approfondie à propos du métier d’historien du droit, de l’interdisciplinarité (quand on est également juriste, ça aide évidemment) ou du doctorat. Si on voulait recourir à une métaphore sportive on pourrait dire que Frederik a l’air d’avoir un troisième poumon tant il paraît actif. Publications, participations à des colloques, implications dans des associations et centres de recherche, engagement politique, présence dans les médias sociaux : tout y passe. Pour autant, Frederik reste conscient qu’il faut pouvoir « déconnecter » de temps en temps, au risque sinon de ne pouvoir soutenir le rythme. 

On se réjouit de pouvoir compter Frederik parmi les chercheurs interviewés sur ParenThèses. On espère ne pas être les seuls…

Pour une fois notre première question ne portera pas sur ta thèse… puisque tu l’as soutenue en 2013. A l’heure actuelle tu es en post-doctorat et on se pose tous la question : alors, ça avance ? De quoi y traites-tu ?

Le projet auquel je travaille depuis la soutenance, l’an dernier comme assistant postdoctoral facultaire (2013-2014) et cette année (2014-2015) comme chargé de recherches au FWO (Fonds Weteschappelijk Onderzoek, grosso modo un équivalent du CNRS pour la partie néerlandophone de la Belgique), porte sur la neutralité de la Belgique au 19e siècle, ou, plus précisément, sur les qualifications juridiques qu’y associent les diplomates français et anglais. Je travaille sur les sources d’archives à Bruxelles, Paris et Londres. Je me concentre sur les continuités avec le droit des gens dit « classique » ou « positiviste » et pas du tout sur les thèmes classiques comme l’émergence du droit humanitaire, par exemple. (Depuis le 1e octobre 2015, Frederik est également « Docent » (chargé de cours) à la Vrije Universiteit Brussel et rattaché au groupe de recherche Contextual Research in law (CORE), ndr.)

Parle-nous de ton parcours universitaire. D’où t’es venue cette idée bizarre d’un jour faire des études d’histoire ET de droit ?

« Bizarre » ? Tout le contraire ! L’idée de combiner les deux est plutôt naturelle. Il n’y a pas si longtemps que les candidatures en droit ou en histoire ne comptaient qu’un seul cours de différence. Intellectuellement, les démarches de l’historien soucieux des sources et des institutions, ou de l’historien du social ou de l’économie, ne sont pas très éloignées de celles du juriste. Comme beaucoup d’autres, j’hésitais entre les deux formations. La politique, le droit et l’histoire m’intéressaient. J’ai choisi le droit. Cependant, j’ai pris les cours d’histoire contemporaine et d’histoire moderne en auditeur libre pendant les « candidatures ». En « première licence » de droit, le système de Bologne permettait tout à coup de combiner les deux. Parfois, la combinaison était assez exigeante (examens d’histoire en janvier, tous les examens de droit en juin, puis examens d’histoire en septembre = vacances rétrécies pendant deux ans). Après avoir terminé la licence en droit et le bachelor en histoire en même temps (juin 2007), il ne me restait plus qu’une année de master à faire.

Vu mon parcours atypique, René Vermeir, le directeur de mon mémoire en histoire, a pu convaincre ses collègues de me laisser finir mes études « gantoises » en Erasmus à la Sorbonne (Paris IV, 2007-2008). Le mémoire que j’ai écrit à Paris portait sur la Guerre de Succession d’Espagne aux Pays-Bas méridionaux, et a été publié dans la collection « Standen en Landen » en 2011 (Op Zoek naar Glorie in Vlaanderen. De Zonnekoning en de Spaanse Successie, 1707-1708). Après une année de master recherche à Sciences-Po Paris (Relations Internationales, 2008-2009), j’ai obtenu une bourse d’aspirant au FWO (2009-2013) avec le soutien de Dirk Heirbaut, ce qui m’a permis d’écrire ma thèse en (histoire du) droit.

Ta thèse a récemment été publiée chez Brill. Sur quoi portait-t-elle ? Y-avait-t-il au moins un mot de plus de quatre syllabes dans le titre ?

En effet, les chapitres portant sur le 18e siècle ont été publiés dans l’ouvrage Balance of Power and Norm Hierarchy. Franco-British Diplomacy after the Peace of Utrecht, qui traite de la diplomatie franco-anglaise faisant suite aux traités de paix qui mirent fin à la Guerre de Succession d’Espagne (1701/1702-1713/1714). Mais en fait cette querelle durait depuis 1659. Pour l’historien belge, Utrecht renvoie au système des « forteresses de la Barrière » (bien qu’un précurseur fut déjà en place avant) ainsi que le passage des Habsbourg d’Espagne aux Habsbourg autrichiens. Pour l’ensemble de l’Europe, le partage de la monarchie « de Philippe II » devait surtout éviter une reconstitution de l’Empire de Charles Quint. Ni Charles VI, empereur germanique, ni Philippe V, roi Bourbon d’Espagne, n’acceptèrent un partage dessiné par la France et la Grande-Bretagne. Ils devaient tous les deux renoncer à la part que détenait l’autre dans l’héritage de Charles II (1661-1700)… mais aspiraient toujours à en récupérer l’ensemble. D’autant plus que Philippe V tablait sur la mort précoce de Louis XV pour se faire couronner roi de France à sa place. Le roi d’Angleterre, Georges I, était quant à lui menacé par le prétendant catholique Jacques « III », exilé en Italie. D’où le risque de voir éclater une nouvelle grande guerre en Europe, à une époque où les complots rejaillissaient un peu partout. Cependant, il a fallu attendre 1740, avec l’invasion de la Silésie par la Prusse, pour qu’un nouveau conflit entraîne une déflagration générale.

Entretemps, la diplomatie ou l’intervention militaire limitée arrivent à maintenir la paix dans nos régions. Les agresseurs, comme le Roi d’Espagne qui attaque l’Italie en 1718-1719, ne sont pas punis, mais réprimandés et amenés à un accord respectant les traités antérieurs. Les Pays-Bas autrichiens sont neutralisés en 1733 entre la France et la République des Provinces-Unies, alors que l’Empereur est en guerre avec la France, l’Espagne et la Savoie. C’est assez remarquable, car « notre » souverain, Charles VI, n’était pas partie contractante et n’avait de toute façon pas les moyens d’envahir la France. Ma thèse retrace ainsi les principales lignes des négociations inter-princières de 1713 à 1739. Des moments de soi-disant « échec », comme le Congrès « dansant » de Cambrai (1722-1725), ou l’installation des Bourbons d’Espagne en Italie (1718-1735) doivent être réappréciés, en partant de l’entrelacement des ordres juridiques internationaux et nationaux et en prêtant attention aux discours des négociations. Des diplomates hors pair, comme Guillaume Dubois (envoyé secret, puis secrétaire d’état, puis premier ministre du Régent) ou James Stanhope (militaire puis diplomate anglais) savaient tirer toutes les ficelles et construire un système cohérent et stable.

Quelles sources mobilisais-tu dans le cadre de ton doctorat ?

Surtout la correspondance diplomatique, source préférée des historiens « Rankéens », qui permet toutefois d’aller bien au-delà de l’événementiel. Les dépêches de l’ambassade anglaise à Paris de 1713 à 1739, des dizaines de milliers de folios, sont un véritable reflet de toute la politique internationale de l’époque. Imaginez la richesse de la langue française de Saint-Simon dans des documents originaux retraçant l’ambiance des cours de Versailles ou de Hampton Court, jour après jour. On y trouve tout : des mariages princiers ou des cessions de territoires jusqu’à l’intercession en faveur de marchands maltraités ou la grande crise financière du système de John Law ou de la South Sea Company. La consultation constante de l’allié français et le transit du courrier vers Madrid ou l’Italie signifiait que la plupart des affaires européennes étaient discutées à Paris. Les mémoires de Nicolas-Louis Le Dran, archiviste et premier commis aux bureaux des affaires étrangères, étaient une autre source précieuse. Il se posa en véritable dictionnaire ambulant des négociations européennes et composa de longs mémoires, souvent juridiques.

Comme tout thésard, j’ai d’abord lu très largement dans de grandes bibliothèques à l’étranger (Paris, Londres, Francfort), vu mon sujet interdisciplinaire. Cependant, à un moment donné, il faut écarter résolument les élucubrations théoriques qui n’ont pas de rapport avec notre source principale : les archives. Si un concept apparait trop rigide à l’examen du matériau de base, on le balaye dans l’introduction. La richesse d’une thèse, c’est son originalité, pas la capacité de résumer ce qui se trouve déjà en bibliothèque (et toujours davantage sur internet).

Dans le prolongement de la question précédente, quelle a été ta motivation pour commencer une thèse en histoire du droit et/ou des institutions ? D’ailleurs est-ce que c’est une thèse en histoire ou bien en droit que tu as réalisée ?

Les deux. Il n’y a que la combinaison du droit et de l’histoire politique qui puisse expliquer comment, culturellement, les discours et les pratiques sont teints de droit et de consensus, plutôt que d’idéologie et de confrontation aveugle. On ne peut comprendre ma thèse sans passer par un questionnement juridique fondamental. Qu’est-ce que le droit international ? Pour l’essentiel, des normes acceptées par les États dans leurs interactions mutuelles. Cela semble très simple, mais il en découle un éventail de questions assez difficiles pour les juristes. à défaut d’autorité supérieure capable de sanctionner les normes, c’est le comportement des États qu’il faut scruter pour en déduire des maximes. Rien ne se comprend sans contexte politique. Pour l’époque moderne, il faut ajouter que notre image est biaisée. Les juristes se sont souvent contentés de dresser une histoire des « grands noms ». Les professeurs qui écrivent sur leurs prédécesseurs, c’est très instructif sur le plan pédagogique, mais largement insuffisant pour comprendre ce qui se passe en réalité. Je n’avais pas l’ambition d’écrire les notes de bas des notes de bas de page des notes de bas de page des notes de bas de page de Grotius ou Vattel. Cette approche philosophique laisse des lacunes : quid de la France ou de l’Angleterre, des grandes puissances internationales, qui influent sur la formation de la coutume et de la pratique, mais pour lesquelles on n’a pas de « grand nom » dans le panthéon du droit des gens ? Seule l’étude de la pratique diplomatique ou consulaire, ou de la jurisprudence maritime, peut nous enseigner sur la « vie du droit ». Et cette dernière me paraît beaucoup plus pertinente pour comprendre des négociations politiques ou même des litiges commerciaux aujourd’hui.

En liant les travaux fouillés des historiens de la diplomatie aux interrogations provenant de la théorie du droit international, on arrive ensuite à clarifier quelques énigmes. Comment expliquer qu’il n’y ait pas eu de grand conflit européen entre la Paix d’Utrecht (1713) et la Guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) ? On y arrive uniquement par l’étude des conversations diplomatiques et non à travers une approche généalogique et donc déterministe qui vise à annoncer les conflits futurs, ou qui ne voit qu’opposition religieuse ou sentiment « national ». On y arrive aussi en scrutant les références partagées, dont en premier lieu la conservation et l’amendement du consensus difficile trouvé en 1713 après un siècle ensanglanté. De la guerre de Trente Ans (1618-1648) à la Guerre de Succession d’Espagne, l’Europe était à feu et à sang. Cependant, les diplomates ont tout fait afin de créer une plateforme juridique stable pour les compromis politiques : le droit des traités. Dans la Guerre de Succession d’Espagne, par exemple, les Bourbon et les Habsbourg se basaient sur le droit interne espagnol ou sur des arguments de droit privé pour revendiquer l’ensemble de la monarchie composite d’Espagne. Tout le monde savait que c’était politiquement impossible. Accepter un partage supposait néanmoins qu’on puisse mettre de côté les arguments exclusifs et absolus fournis par le droit féodal, les lois fondamentales… et accommoder les différends selon les principes inscrits dans la paix que les principales puissances devaient signer. L’exercice des diplomates français et anglais pour amener l’Espagne et l’Empereur à observer la Paix d’Utrecht après 1713 est d’une complexité et d’une richesse formidable.

Est-ce que la double formation que tu as (historien et droit) t’apporte-t-elle réellement un complément dans tes recherches ? A savoir, est-ce que tu aurais écrit la même thèse sans ta formation en droit, par exemple ?

Oui à la première question et non à la deuxième, sans hésitation. Il ne suffit pas de lire quelques ouvrages de droit à côté pour se proclamer juriste. La formation apprend à argumenter et discuter, à s’approprier la logique distincte d’un diplômé de droit. Et donc à endosser l’habit d’un diplomate formé au droit romain, au droit féodal ou aux coutumes. Après avoir réussi la première année de droit, on ne peut plus réfléchir normalement, a coutume de dire Dirk Heirbaut, mon directeur de thèse, aux nouveaux arrivants à la faculté. Et c’est tout à fait vrai. La rigueur des raisonnements juridiques, la casuistique et le souci du détail restent des atouts formidables. De l’autre côté, le droit pénètre la société entière et reflète les raisonnements de base de tout comportement humain : se marier, être embauché, créer une société, se retrouver sans moyens, construire une maison, avoir un accident de voiture… il y a beaucoup de sociologie ou d’anthropologie cachées dans les cours de droit.

Les divers cours de droit correspondaient à une question très simple : comment la société fonctionne-t-elle ? Le droit donne des repères et des orientations et décline une analyse systématique, du supranational jusqu’au local, de l’économie à la vie politique ou la vie familiale. Très souvent, il est enseigné par des praticiens, qui ont une autre expérience de la vie que l’académique « pur » : homme politique actif, banquier, avocat, magistrat, diplomate, conseiller d’un gouvernement, etc. Les opinions politiques de mes professeurs en droit étaient par ailleurs bien plus assumées qu’en histoire. On savait parfaitement qui était de gauche ou de droite, et cela se reflétait dans les cours. Les enseignements de la première année étaient même plus attractifs qu’en histoire, fournis d’anecdotes personnelles, comme par exemple l’éviction des écolos du gouvernement Verhofstadt I, délicieusement racontée par Vande Lanotte dans son cours de droit public.

Y-a-t-il un livre ou la pensée d’un chercheur (historien ou juriste) qui t’a particulièrement marqué au cours de tes recherches ?

Les ouvrages de Lucien Bély dont j’ai pu suivre le séminaire sur « Les relations internationales dans les mondes modernes » et le cours sur « la France de Louis XIV » à la Sorbonne. Le plus inspirant reste Espions et ambassadeurs sous Louis XIV (1990), où il étudie la sociabilité internationale autour de la Paix d’Utrecht.

Plus largement, je reste influencé par l’approche de mon directeur de thèse à Gand, Dirk Heirbaut, élève de Raoul Van Caenegem. La tradition gantoise en histoire du droit a toujours été une histoire de la pratique ou une histoire « contextuelle » du droit qui ne néglige pas l’histoire des idées, mais qui part des rapports de force ou de l’étude de la société.

As-tu déjà des projets pour l’après post-doctorat ?

J’ai eu le privilège de pouvoir remplacer mon directeur de thèse pendant son année sabbatique, ce qui m’a donné l’occasion d’enseigner devant un « grand groupe ». L’idéal serait de retrouver cela avec un cours d’histoire du droit public et un séminaire d’histoire du droit international en master, afin de construire un groupe de recherche atour de mes thèmes préférés.

Très actif sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter), tu alimentes aussi régulièrement les pages de l’European Society for Comparative Legal History, tu alimentes très (très) régulièrement ton blog personnel et tu es également membre du CA de Standen & Landen (avec notamment Marie Van Eeckenrode qui a déjà été interviewée par ParenThèses)… Tu as droit à un assistant personnel de l’Université pour t’aider dans tout cela ? Tu as un double voire trois poumons peut-être ?

J’essaie de gérer mon temps le plus efficacement possible. Si un flux RSS constitue le moyen le plus accessible pour suivre la vie scientifique, pourquoi ne pas l’utiliser, à la fois pour s’informer et pour diffuser des nouvelles ? Par exemple, à Sciences-Po, j’ai été charmé par les enseignements de Jean-Noël Jeanneney. Il anime une émission sur France Culture, dont on peut télécharger le podcast. Ce serait quand même bête de ne pas en profiter pleinement ! Il ne faut plus attendre la sortie d’un numéro de revue pour être au courant des conférences, des appels à communications… Il importe cependant de se « débrancher » d’internet de temps en temps !

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Droit au but : Frederik Dhondt", in ParenThèses, publié le 15/02/2016, URL: http://parenthese.hypotheses.org/1180 (consulté le 18/08/2017).

Une réflexion au sujet de « Droit au but : Frederik Dhondt »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *