(S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) – Retour de workshop

Plus d’un mois sans billet sur ParenThèses, mais que se passe-t-il nous direz-vous ?! Vous avez bien raison, mais c’est qu’on était un peu occupé (on l’est toujours et on le sera encore pour un temps…). Pas de billet perso cette semaine, mais bien le compte-rendu d’un workshop qu’on a accueilli, à l’Université Saint-Louis – Bruxelles, dans le cadre d’un projet où nous sommes tous les deux actifs…

Le vendredi 22 avril a donc eu lieu un workshop organisé dans le cadre du projet « (S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) » rassemblant plusieurs partenaires académiques (UCL, ULB, KULeuven et USL-B). Ce projet entend aborder le rapport au « fait militaire » – entendu dans un sens large – à travers l’étude de documents naviguant entre l’écriture de soi et l’écriture de l’histoire. En effet, la période envisagée (15e-17e s.) autorise l’historien à s’interroger sur la guerre comme élément du quotidien, comme réalité à laquelle l’individu – peu importe sa position au niveau social – est confronté. Les anciens Pays-Bas burgondo-habsbourgeois sont, par exemple, un laboratoire fertile compte tenu des nombreux conflits qui s’y sont déroulés, des migrations que ceux-ci ont engendrées, des séparations qu’ils ont provoquées. Loin de se limiter à un spectre local, la guerre et le rapport que l’Homme entretient avec elle, doivent aussi pour l’époque retenue s’envisager dans une optique transnationale. Ce vendredi, aux membres du projet qui prirent la parole, s’ajoutèrent deux collègues de l’Université de Liège (Christophe Masson et Julien Régibeau).

Derrière certaines réflexions théoriques témoignant, très tôt, d’une pensée cherchant à expliquer et légitimer des conflits à large échelle (Honoré Bouvet notamment), se cachent également des réalités très concrètes, celles du fait militaire, de l’expérience du combat, de la vie du soldat et du non-combattant. La guerre, parce qu’elle est un fait social total, ayant un impact sur l’ensemble des aspects de la société, a laissé derrière elle un nombre varié de sources et de documents dont peut se saisir l’historien. Qu’écrit-on sur la guerre ? Qu’écrit-on en temps de guerre ? Pour quelles raisons et comment écrit-on ? Quels types de documents sont produits ? Quels sont les registres de discours employés ? Telles sont quelques-unes des questions abordées au cours du workshop de vendredi dernier. Il s’agit aussi de réfléchir au rapport toujours plus prégnant de l’humain avec l’écrit. Afin d’envisager la problématique de la façon la plus large possible, les documents mobilisés pas les différents intervenants renvoyaient à une ample typologie : échanges épistolaires, journaux/carnets personnels, chroniques, histoires autobiographiques (parcours de vie), lettres de rémission, poèmes/hymnes/chansons, requêtes, etc. L’expérience du conflit, de la guerre, mais surtout de la division se traduisait également à l’époque par un vocabulaire spécifique. On retrouve çà et là, dans le cas de la révolte des Pays-Bas, la mention de « troubles », de « divisions », de « désordres », de « guerre intestine », de « siècle malheureux » ou de « la malice du temps ». Ce sont autant de qualificatifs pour une période qu’on aurait aimé ne jamais connaître tant elle nuit au « repos public » ou à la « tranquillité des pays ». Ceci constitue un vocabulaire connu que l’on peut retrouver sous la plume d’autres auteurs un peu partout en Europe quand il convient de décrire une situation conflictuelle.

Tâchons maintenant de débroussailler quelque peu le terrain et dégageons les éléments saillants mis en lumière au cours du workshop de vendredi dernier.

Christophe Masson (ULg) a proposé une réflexion sur les traités de théorie militaire, ou plutôt sur les « livres de guerre » comme il préfère les appeler. Ce choix de sa part n’est pas gratuit, mais s’est imposé à la suite de ses premières analyses. Ces ouvrages généralement considérés comme indigestes, « dépourvus d’énergie narrative » constituent un beau cas d’étude pour interroger les rapports qu’entretient la noblesse avec la guerre en cette fin de moyen âge (fin 14e-début 16e siècle). Une première chose s’impose : ces livres présentés comme des traités militaires[1] s’apparentent généralement davatage à des miroirs aux princes. On ne parle donc pas toujours de techniques et théorie militaires dans ces ouvrages… Les auteurs de ces traités sont bien souvent « d’anciens combattants » disposant d’une certaine expérience du terrain militaire. Ch. Masson s’interroge d’ailleurs si ces « traités » n’étaient pas des sortes de « pis-aller » pour ces militaires en fin de carrière. On y véhicule également l’idée que l’homme de guerre doit retrouver une place au cœur de la société du bas moyen âge ; il y a d’ailleurs une certaine émulation à avoir par rapport aux modèles militaires proposés par le passé ! En même temps qu’une roture de guerre advient, l’homme de guerre est toujours présenté comme un spécialiste, un technicien.

La présentation de Quentin Verreycken (UCL, USL-B, FNRS) à propos des lettres de rémission émises par les ducs de Bourgogne (1386-1482)[2], a permis de percevoir ces documents bien connus des historiens en tant qu’ego-documents. Ou du moins il convient de s’interroger si les lettres de rémission peuvent être qualifiées de la sorte. Il faut souligner que l’exposé des motifs d’une lettre de rémission octroyée par le duc reprenait presque littéralement les propos de la requête soumise par le suppliant[3]. Les mentions de la guerre peuvent être multiples : expérience d’ancien combattant, soldat étranger, armée rejointe après avoir commis le crime afin d’éluder une procédure judiciaire « classique », etc. Les informations fournies ne sont bien sûr pas systématiquement les mêmes d’un suppliant à l’autre. Quentin a insisté sur le fait qu’on peut déceler dans ces documents de véritables « stratégies identificatoires » à savoir que les informations livrées se rattachent à des stéréotypes et des idéaux de l’époque vis-à-vis du soldat. Ceci peut être une indication d’un rapport identitaire à l’armée ou bien celui à un stéréotype visant à valoriser et idéaliser le service militaire pour le prince (ce qui devait permettre d’obtenir la rémission du crime).

Alessandro Metlica (UCL, FNRS) a proposé une réflexion mêlant littérature et révolution militaire. C’est que le rôle de l’ingénierie militaire devint fondamentale au 16e siècle : perfectionnement de l’artillerie, naissance du système bastionné, « crise » de l’idéal chevaleresque, etc. A partir de l’œuvre Anversa conquistata de Fortuniano Sanvitali (1609)[4], Alessandro a tenté de montrer que le style épique est parcouru, au 17e siècle, par diverses tensions à ce processus de révolution militaire. On peut relever, selon Alessandro, celle existant entre la tradition littéraire et la révolution militaire justement : l’influence des topoï épiques hérités du Tasse (La Gerusalemme liberata) sont malmenés (on ne s’appuie pas sur une entreprise ancienne) par le fait de rendre compte de la vraisemblance historique du siège d’Anvers (bastions, arquebuses, artillerie, etc.). Il y a dès lors une tension avec une certaine angoisse de l’influence (démarcation par rapport au Tasse) de même qu’une angoisse de l’éloge. En effet, Farnèse devrait être célébré pour ses faits militaires or il l’est ici pour des actes techniques (creuser un canal ou des fortifications). Sanvitali ne produit donc pas un éloge grandiose de certaines entreprises militaires stricto sensu. Farnèse est loué pour l’encouragement qu’il propose et parce qu’il mit la main à la pâte au moment de la construction d’un pont sur l’Escaut. De même, les alliés d’Anvers sont présentés à travers leurs artisans et non leurs troupes. Ceci va tout bonnement à l’encontre des règles traditionnelles de l’épique ! Ceci n’est pas anodin puisque la guerre moderne se gagne grâce au travail technique des ingénieurs militaires et plus seulement par la puissance de l’épée. Les conclusions d’Alessandro sont dès lors intéressantes à plus d’un titre. « Farnèse l’ingénieur » creusant le canal destiné au passage des troupes à Anvers ou les fortifications du siège de Maastricht illustre une nouvelle idée de la guerre « où, affirme Alessandro, il n’y a plus de place ni pour les idéaux courtois, ni pour les actes d’aristeia individuels ».

Monique Weis (ULB, FNRS) a, quant à elle, proposé l’analyse d’une œuvre de l’Anglais George Gascoigne (1535-1577) consacrée au sac d’Anvers par les troupes espagnoles en 1576 : The Spoyle of Antwerp. À l’instar de Quentin, Monique entendait souligné le caractère d’ego-document de cette œuvre. Le sac d’Anvers marqua un moment fort des troubles dans les Pays-Bas, celui où les troupes espagnoles s’en prirent à la ville car elles n’avaient plus été payées depuis des semaines. Gascoigne est un ancien soldat[5] qui fut choisi par les Merchant Adventurers anglais pour défendre leurs intérêts dans la cité scaldienne. En 1575 il publia un recueil de poèmes mettant en avant ses activités militaires et notamment sa présence au siège de Middelbourg en 1572-74. Son œuvre consacrée au sac d’Anvers de 1576 correspond parfaitement à logique de (s’) écrire en temps de guerre puisque l’auteur y relate son témoignage des événements tout en contribuant activement à la polémique anti-espagnole. Il s’agit in fine tant d’un ego-document que d’un écrit pamphlétaire. Gascoigne débute son récit en précisant qu’il faut présent à un « so piteous spectacle as the sacking and spoil of Antwerp (…) »[6]. L’auteur ne cesse ainsi de préciser qu’il a bien vécu les événements qu’il narre ; il s’agit d’asseoir son autorité en tant que témoin des faits. Il est également choqué par les comportements espagnols : pourquoi incendie-t-on l’hôtel de ville ? Comment peut-on s’attaquer à des pierres ? Comment ces soldats ne comprennent-ils pas qu’ils nuisent à l’image de leur roi ? En clair, le sac d’Anvers auquel il assiste est, selon lui, le début d’une décadence économique et morale de la cité brabançonne.

La communication de Julien Régibeau (ULg, FNRS) visait à étudier l’image propagée par l’internonce Bichi, en poste à Bruxelles, à l’encontre du duc Charles IV de Lorraine excommunié par le pape Urbain VIII et finalement absous en décembre 1645. L’importance politique et militaire de Charles IV était alors prépondérante puisqu’il était hostile à Richelieu et que ses troupes furent mises à disposition des Habsbourg dans la dernière période de la guerre de Trente Ans. Bichi présentait dans sa correspondance pour Rome un Charles IV condottiere : payé mais inutile, ruinant les provinces des Pays-Bas, etc. On retrouve à coup sûr dans cette mobilisation de la catégorie du « mercenaire » des propos d’inspiration machiavélienne ! Mais ce pôle répulsif est contrebalancé par la présentation du duc comme véritable guerrier de Dieu qui paraît nourri d’un certain héritage croisé[7]. Pour Julien, on a affaire à une « représentation plurielle et ambivalente du duc-soldat ». Si on se méfiait de Charles IV dans le chef de Bichi, on n’oubliait pas qu’il y avait des ennemis plus importants (Français, hérétiques, Jansénistes, Turcs) et qu’il n’était peut-être pas très utile d’attaquer frontalement un prince catholique. Dans un tel contexte, l’idée de recourir aux cadres explicatifs du modèle de la confessionnalisation développé par W. Reinhard et H. Schilling aurait sans doute été la première chose à laquelle on aurait pu penser. Toutefois, cette approche apparaît trop, selon Julien, comme une « idée-système » qui ne tient pas la route quand on se penche un peu sur les sources et que l’on analyse les pratiques des agents.

Retenons encore qu’Éric Bousmar (USL-B) souligna plusieurs points de réflexion dans ses conclusions :

– Nous sommes évidemment tributaires des formes et contraintes des types de discours de l’époque : topoï littéraires, formatage par rapport aux traditions littéraires, multiplicité des modalités de mise en scène de soi et de l’autre, etc.

– S’il est intéressant d’étudier l’écriture de soi et de la guerre, il va de soi que ceci va de paire avec la lecture en temps de guerre : quel substrat littéraire pour les auteurs étudiés ? quel(le) audience/public ?

– On doit peut-être relever une sorte de « fraternité d’armes » : il y a certes une hiérarchie militaire/sociale/politique, mais à certains égards nous sommes tous dans le même bateau. Ce n’est pas pour autant qu’il convient de voir tout le monde positionné sur le même niveau bien entendu.

Si tout ceci vous intéresse, vous pouvez en savoir un peu plus sur le projet en question en cliquant ici. Le prochain rendez-vous confirmé est fixé au vendredi 19 août prochain pour le congrès annuel de la Sixteenth Century Society qui se déroule cette année à Bruges. Quentin Verreycken, Alessandro Metlica et Nicolas Simon y organiseront un panel sous la présidence de Monique Weis.

Stay tuned !

Image : Violentiae Theatrum, 1577 (Rijksmuseum Amsterdam)

[1] Christophe Masson dispose d’un corpus d’environ 40 ouvrages pour une aigre géographique englobant la France et les Pays-Bas bourguignons.

[2] Dans le cadre de sa thèse de doctorat, Quentin compare le cas bourguignon aux cas français et anglais également.

[3] On constate exactement la même chose pour la législation de l’époque et encore pour les époques ultérieures. Braekevelt Jonas, Popular Voices within Princely Legislation : Assessing the Discourse of Flemish Petitions and Burgundian Narrationes, dans Dumolyn Jan, Haemers Jelle, Oliva Herrer Hipólito Rafael et Challet Vincent (dir.), The Voices of the People in Late Medieval Europe. Communication and Popular Politics, Turnhout, Brepols, 2014, p. 149-165.

[4] L’oeuvre met en avant la figure d’A. Farnèse, gouverneur général des Pays-Bas, dans sa reconquête de la ville d’Anvers en 1585.

[5] Sa devise personnelle était Tam Marti quam Mercurio (Tant pour Mars que pour Mercure) renvoyant à sa double appartenance : le monde de l’armée (Mars) et des lettres (Mercure). Cf. Remarque de Ch. Masson concernant les rédacteurs des livres de guerre aux 14e-15e s. qui sont généralement d’anciens soldats.

[6] A noter que le terme « spectacle » n’est peut-être anodin quand on sait que le premier exemple repris par Furetière dans sa définition du mot “spectacle” était le suivant : « Un champ de bataille est un tragique spectacle ».

[7] Bichi indique à la Curie que Charles IV serait prêt à se mettre au service de la papauté afin de combattre les Turcs, par exemple.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "(S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) – Retour de workshop", in ParenThèses, publié le 25/04/2016, URL: http://parenthese.hypotheses.org/1237 (consulté le 26/06/2017).


Une réflexion au sujet de « (S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) – Retour de workshop »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *