Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish

Deuxième billet du diptyque proposant une réflexion sur les contextes de production des publications scientifiques en SHS. Si vous avez manqué le premier (sur les blogs), filez donc le lire de ce pas, malandrins !

La notion de peer review est très ancienne. On la fait remonter au haut Moyen-Âge, même si l’on ne trouve pas de preuve formelle de son existence avant le XIVème siècle. Avant l’avènement des Capétiens, le roi était élu parmi les pairs de France, il devenait à ce titre primus inter pares, c’est à dire le premier d’entre les égaux. Le roi et ses pairs avaient coutume de s’épauler les uns les autres en soumettant les grands pans de leur politique respective à une critique mutuelle. La réunification du royaume de France par les successeurs d’Hugues Capet a rapidement fait tomber cette notion en désuétude, même s’ils ont continué à se prodiguer aide et conseil jusqu’aux débuts de l’absolutisme. L’expression peer review est elle-même apparue en 1325, lorsque Philippe Le Bel convoqua son gendre Edouard II, roi d’Angleterre et duc de Normandie (et donc, à ce titre, paire de Couilly) pour lui dire tout le mal qu’il pensait de lui. En sortant de cette entrevue, Edouard II aurait dit à son favori Hugues le Despenser dans un anglais en formation encore mâtiné de français: Oh my gode (le roi affectionnait particulièrement la quenouille), c’est la pire review qu’on m’ait jamais faite !

Comment la peer review a changé ma manière de travailler (et donné le poil plus brillant).

Pour se faire une idée des petites absurdités du monde de la recherche, il me semble exister trois sites incontournables des internets mondiaux. Le premier, PhD Comics, met en scène les heurs et malheurs d’une série de personnages (doctorants et postdocs) au travers de strips hilarants.

Source : http://bit.ly/1Kk8jkQ
Source : http://phdcomics.com/comics/archive.php?comicid=1835.

Le second, Ciel mon doctorat, est une anthologie de GIF (images animées de quelques secondes) illustrant des phrases proposées par les internautes telles que « Quand ma soeur m’a dit qu’elle aussi, elle voulait faire une thèse », « Quand j’arrive un peu à l’arrache à l’AG du centre de recherche », ou encore « Quand je suis reviewer sur le papier de quelqu’un que je déteste ». Hé bien parlons-en, justement, des reviewers, car il fait l’objet du dernier site, nettement moins connu que ses prédécesseurs mais qui contient pourtant de véritables perles : Shit My Reviewers Say. Celui-ci compile des extraits des pires évaluations reçues par des auteurs ayant soumis leur article à une revue scientifique ; des phrases pas piquées des hannetons comme « This left me somewhere between scratching my head and pulling my hair out », « The writing and data presentation are so bad that I had to leave work and go home early and then spend time to wonder what life is about » ou, mon petit préféré : « I think this article is carefully argued, but at no moment is it stated that Heidegger was a Nazi ».

Session de rattrapage éditorial

Pour les deux chercheurs du fond qui dormaient, les étudiants de M2 songeant à se lancer dans la thèse ou les parents de thésard essayant de comprendre dans quel monde vit leur rejeton bien-aimé (#toimêmetusais), petite piqûre de rappel sur le fonctionnement du monde de l’édition scientifique : lorsqu’on se décide à se lancer dans une carrière scientifique (qu’il s’agisse des sciences humaines et sociales ou des sciences de la nature), publier rapidement des articles est aujourd’hui devenu une nécessité. Publier vite, et beaucoup, dans des revues scientifiques respectables, permet non seulement de diffuser ses recherches, se faire connaître de ses pairs, mais aussi montrer que l’on est un chercheur productif et donc « blinder » son CV. La liste de publication est aujourd’hui devenu l’un des critères principaux (sinon LE critère principal) de sélection des dossiers de candidature pour décrocher des financements ou un CDI dans le monde de la recherche.

Or, publier un article scientifique, cela ne se fait pas n’importe comment. Il faut d’abord sélectionner la revue dont les thèmes de prédilection semblent en accord avec ses propres objets de recherche (n’essayez pas de publier un article sur les rites funéraires d’une tribu isolée d’Amazonie dans un journal de sciences du management ou une revue d’histoire des mouvements ouvriers, ça sert à rien). Il faut ensuite s’assurer que son article correspond aux normes de la revue (nombre maximum de signes autorisés, système de références bibliographiques, etc.) puis, enfin, soumettre son texte. N’espérez pas pour autant être tirés d’affaire, fous que vous êtes. Entre la soumission d’un article et sa publication, il faut généralement compter entre six mois et deux ans (voire davantage…), le temps que le texte fasse l’objet d’une série d’évaluations successives par des chercheurs (choisis par le comité éditorial de la revue) afin de s’assurer de sa scientificité et de son sérieux. C’est ce que l’on appelle la « revue par les pairs » ou, en anglais, peer review. Lorsque l’auteur du texte et les personnes chargées d’évaluer ce dernier ignorent l’identité des uns et des autres (la revue « anonymise » le texte et ne communique pas le nom des évaluateurs à l’auteur), on parle alors « d’évaluation en double aveugle » ou double blind peer review1.

Publier, cela prend du temps, c’est un investissement personnel en même temps qu’une petite épreuve, car recevoir une évaluation anonyme d’individus faisant rarement dans la dentelle (d’où le site Shit My Reviewers Say), ce n’est jamais agréable. Beaucoup de jeunes chercheurs galèrent à caser leurs premiers textes quelque part, parce qu’ils sont encore inexpérimentés, encore peu habitués au style de la rédaction scientifique, parce que certaines revues de haut niveau rechignent à publier des articles de débutants, quand elles n’exigent pas que ces dernières passent à la caisse pour couvrir les soit-disant « frais de publication ». Or quand on voit le chiffre d’affaire de ces éditeurs scientifiques et les prix faramineux qu’ils exigent ne serait-ce que pour qu’une bibliothèque universitaire puisse s’abonner à leurs revues, on en vient vite à se demander ce qui justifie vraiment de payer de tels frais de publication. Et je ne vous parle même pas de l’arnaque à l’open access qui consiste à proposer à un auteur de payer pour que son texte soit librement accessible en ligne ! D’où le récent billet coup de gueule d’Olivier Ertzscheid sur son blog (et dont Nicolas nous parlait dans son dernier billet ici même) : Pourquoi je ne publie(rai) plus (jamais) dans des revues scientifiques. Ce billet a connu un succès considérable sur la toile avant d’être partagé sur des sites d’information grand public tels que Rue89. L’auteur y attaque vigoureusement les revues scientifiques publiées par des grands éditeurs privés comme Eslevier, aux pratiques souvent très critiquables et qui relèvent du racket (tu veux être publié dans ma super belle revue bien référencée ? Vazy casque quelques centaines de deniers…), en même temps qu’il remet en cause les logiques d’injonctions à la publication imposées aux (jeunes) chercheurs qui ont donné lieu à ce proverbe célèbre : publish or perish. Dans le monde de la recherche, publie ou périt.

Le monde se divise en deux catégories… ou « Le Pion, l’Abrupte, et l’Doctorant »

Le publish or perish, ça ne date pas d'hier ! Source : http://bit.ly/25S5PUu
Le publish or perish, ça ne date pas d’hier ! Source : http://bit.ly/25S5PUu.

Synonyme d’’une exigence de rendement, de productivité, cet impératif de publication a été accompagné depuis la fin des années 1990 par la généralisation d’une série d’instruments de mesure de la productivité et de sa qualité, qu’il s’agisse du h index du chercheur ou de l’impact factor d’une revue2. Le développement récent de véritables réseaux sociaux de chercheurs tels qu’Academia, ResearchGate ou même Google Scholar ajoutent à la mise en concurrence entre scientifiques, et plus encore entre jeunes scientifiques, doctorants ou postdoctorants, qui ne sont pas encore nommés.

Dans une contribution à un dossier de la revue Carnets de bord, dossier très justement intitulé « Les lois comptables du marché scientifique m’ont tuer », Martin Benninghoff soulignait que le tournant néolibéral du monde académique et scientifique a permis la mise en place d’une série de « techniques de gouvernement à distance » conduisant les enseignants-chercheurs à s’identifier et à agir comme de véritables « chercheurs-entrepreneurs » soumis à une logique managériale de construction du « bon CV » :

(…) nous avons problématisé la « fabrique » d’un sujet néolibéral, celle du chercheur-entrepreneur, sous l’angle des techniques de gouvernement à distance (benchmarking, systèmes de classement, grilles d’évaluation, etc.) compris comme des « techniques de soi » pouvant amener les enseignants- chercheurs à s’identifier et à agir comme des chercheurs-entrepreneurs ». De cette perspective foucaldienne de la « fabrique » du chercheur-entrepreneur, nous distinguons, in fine, une double posture herméneutique possible : un « souci de soi » a-critique, d’ordre gestionnaire, confiant dans les règles méritocratiques et un « souci de soi » critique, d’ordre intellectuel, inquiet de voir s’installer la compétitivité comme norme dominante du champ scientifique3.

Cette idéologie du chercheur comme véritable self-made man ou woman mène parfois à des absurdités relevant d’une forme d’auto-asservissement au travail (#onvautmieuxqueça). Ainsi, dans Write to the Top: How to Become a Prolific Academic Writer, Brad Johnson et Carol Mullen en viennent à conseiller aux jeunes chercheurs de ne pas « perdre du temps » à discuter avec les collègues autour d’un café et à économiser jusqu’au moindre petit instant pour écrire, y compris en rédigeant sur la table de cuisine pendant que les pâtes cuisent (lisez à ce propos le billet de Katrine Smiet, c’est édifiant et à pleurer). Johnson et Mullen, sans la moindre remise en question de cette vision néolibérale et productiviste, annoncent la couleur dès les premières lignes de leur livre : soit tu acceptes de souffrir et de produire toujours plus, soit tu te casses (#larecherchetulaproduisoutulaquittes).

You can decide to undertake the prolific writer’s life, or to have a career other than college professor. Whatever your choice, make it authentic and true to who you are and want to become. There it is. If academic writing or scholarship production in your discipline is excruciating, unrewarding, or inherently disinteresting, then we solemnly absolve you of the burden of a career in academe. You may be someone who could never commit to academic productivity simply because the scholarly life is not your calling. Although you find yourself in academe, you sense that the act of creating scholarly contributions is likely to be a joyless, if not unrewarding endeavor. If this description rings true for you, we encourage you to put this book aside and go in another direction. Find another mountain to climb4.

Or, l’injonction à la publication est d’autant plus difficile à vivre que les jeunes scientifiques expriment souvent le sentiment d’un manque d’encadrement et de formation quant aux bonnes façons de rédiger un article. D’où la verbalisation de plus en plus fréquente du « mal-être » du jeune chercheur abandonné à lui-même, au travers d’articles de presses, de billets de blogs ou de sites internets/BDs comme PhD Comics ou Ciel mon doctorat. D’où, aussi, le développement de nouvelles stratégies de pééécritureublications et la création de nouvelles plateformes. Les blogs, en sont un bon exemple d’atelier d’écriture pour les scientifiques en début de carrière, comme Nicolas et moi avons plusieurs fois eu l’occasion de l’exprimer sur ParenThèses. Et puis, il existe d’autres initiative, comme ce que l’on appelle les « revues de jeunes chercheurs ».

What the hell are you doing?

Qu’est-ce qu’une « revue de jeunes chercheurs » ? Le terme est davantage d’une étiquette qu’une appellation officielle, mais pour le dire simplement, il s’agit d’une revue scientifique classique, à ceci près que son comité est composé en majorité voire exclusivement de chercheurs doctorants ou postdoctorants, et que les articles qu’elle publie sont eux-mêmes souvent écrits (mais pas exclusivement) par des doctorants ou postdoctorants. Et comme pour une revue classique, il n’existe pas de modèle unique de revue de jeunes chercheurs ; leur organisation et leur mode de fonctionnement peuvent varier. Leurs moyens, aussi. Car certaines revues de jeunes chercheurs ne disposent pas toujours des outils adaptés et encore moins d’un personnel spécialisé dans les métiers de l’édition comme, par exemple, un graphiste. D’où parfois des mises en pages bancales et des sites à la ramasse, ce qui nuit à la réputation des revues de jeunes chercheurs et contribue parfois à leur donner la réputation de revue de seconde zone. Parce qu’elles ne comptent pas de mandarins dans leur comité éditorial, qu’elles sont rarement référencées sur les grandes plateformes en ligne comme Cairn ou Revues.org (même si les choses commencent à changer), les revues de jeunes chercheurs manquent souvent à la fois de visibilité et de crédibilité. À tel point qu’une partie du monde scientifique ignore complètement leur existence. J’ai ainsi assisté, en décembre dernier, à une journée de formation de l’école doctorale en Histoire, Art et Archéologie en Belgique qui prenait la forme d’une série de conférences autour des enjeux de publication pour les jeunes chercheurs. Entre présentation des différents types d’open accessvade mecum du thésard et autres trucs et astuces pour bien commencer à publier, pas un mot n’aura été dit sur les revues de jeunes chercheurs, et les orateurs, pleins de bonne volonté, semblaient tout simplement en ignorer l’existence. En réaction à cette absence de (re)connaissance, parfois, petite revue veut devenir grande. Des publications aujourd’hui reconnues comme Tracés, initialement fondées par des jeunes chercheurs, sont finalement devenues des revues plus classiques. C’est que la revue de jeunes chercheurs peut également évoluer en même temps que son comité de rédaction, et ainsi davantage se professionnaliser quand les membres du comité accèdent à un poste sur le long terme.

Les Émulations de la recherche

Parmi les différentes revues scientifiques existant, on peut citer TrajectoiresMosaïque ou Conserveries mémorielles, de même que la défunte Carnets de bord. Ici, je vais toutefois parler de ce que je connais personnellement. Il se fait que lorsque je ne travaille pas sur la thèse ou n’écrit pas des absurdités sur ce blog, j’ai la chance de travailler en tant que co-rédacteur en chef, avec Lionel Francou, doctorant en sociologie, de la revue Émulations. Revue des jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales. Créée en 2007 par Grégoire Lits (actuel directeur de publication) et publiée aux Presses universitaires de Louvain, Émulations est, comme son sous-titre le fait entendre, une revue de sciences sociales, dont le comité de rédaction est constitué de jeunes chercheurs francophones (j’ai personnellement rejoint le comité de rédaction en juin 2015, avant que celui-ci ne soit renouvelé en janvier 2016). La revue publie au minimum deux numéros thématiques par an. Chacun de ces numéros contient un dossier coordonné par des chercheurs extérieurs au comité de rédaction mais qui lui ont soumis un projet sur base d’un appel lancé par la revue. Le rôle du comité de rédaction est ensuite d’assister les coordinateurs du numéro en leur fournissant un soutien logistique, en les aidant à trouver des évaluateurs extérieurs pour mener à bien l’entreprise de peer reviewing et, en dernière étape, en mettant lui-même en page les numéros thématiques. En parallèle à ces deux numéros papiers qui sont également publiés sur le site en open access, la revue publie également en ligne des comptes rendus, des entretiens et des articles varia. La coordination de ces rubriques en ligne est, elle, entièrement assurée par le comité de rédaction, qui se charge de recevoir et de pré-évaluer les propositions, les soumettre à des évaluateurs externes, les mettre en page, etc.

Émulations, n° 13.
Émulations, n° 13 : Anthropologie historique des violences de masse.

La philosophie qui est au cœur du projet éditorial de la revue est de pouvoir permettre à de jeunes chercheurs de publier leurs premiers textes en les accompagnants tout du long du processus éditorial, sans sacrifier à la rigueur scientifique. Nous privilégions la pédagogie au refus immédiat. Ainsi, lorsqu’un article assez « moyen », pour ne pas dire un peu bancal nous est soumis, nous essayons toujours de donner sa chance à l’auteur, quitte à lui renvoyer deux, trois, quatre ou cinq fois son texte. Le fait que nos évaluateurs externes soient souvent eux-mêmes des jeunes chercheurs permet ainsi d’instaurer une plus grande horizontalité dans le processus éditorial, sans, encore une fois, revoir les exigences à la baisse. Bien sûr, il ne faut pas se leurrer, nous recevons parfois des articles désastreux qui ne peuvent tout simplement pas être publiés, mais nous tâchons toujours d’offrir un retour, même minimal, à l’auteur. Si, en tant que jeunes chercheurs, nous n’avons pas l’expérience des professeurs d’université, nous estimons qu’il nous est possible d’investir plus de temps dans l’entreprise éditoriale qu’un prof ayant déjà à gérer un trop grand nombre de responsabilités académiques.

Au final, cette pédagogie au cœur du projet éditorial d’Émulations s’adresse autant aux auteurs qu’aux membres du comité, les uns pouvant davantage apprendre à publier, les autres à éditer. En tant que revue de jeunes chercheurs, nous n’échappons pas aux difficultés de positionnement dans le monde des publications scientifiques, L’objectif que nous nous fixons, au sein du comité de rédaction, est de conduire à une plus grande professionnalisation de la revue sans pour autant renoncer à son identité de revue de jeunes chercheurs. Sans chercher à faire d’Émulations une revue de rang A1 hyper exigeante n’acceptant que des publications de scientifiques émérites, nous croyons en la possibilité de faire reconnaître le sérieux et le professionnalisme de la revue, sans renoncer à ses visées pédagogiques et d’aide à la publication pour les chercheurs débutants.

(pseudo-)Rebels with a cause

Le cas du positionnement d’Émulations illustre bien les tensions qui existent aujourd’hui dans le monde de la publication scientifique, entre l’exigence de rendement, celui d’excellence, et le besoin de plus de plus de soutien pour les scientifiques. Les revues de jeunes chercheurs sont encore rares et soumises à des logiques de publication ambivalentes, entre le désir d’aide aux débutants et le besoin de gagner en crédit via une plus grande professionnalisation (ce qui explique parfois leur frilosité à explorer des voies éditoriales moins classiques telles que l’open peer review). Grégoire Lits écrivait ainsi, dans un article récent consacré au paysage éditorial des revues de jeunes chercheurs :

L’essor des revues scientifiques de jeunes chercheurs est caractérisé par une certaine ambivalence. D’un côté, il apparaît très clairement comme un acte de « résistance » (Carnets de bord, n° 1, p. 3) face à ce qui apparaît aux yeux des jeunes chercheurs impliqués dans ces projets comme des difficultés dues à leur position dans le système académique. (…) D’un autre côté, l’essor de ces revues apparaît comme révélateur du fait que les jeunes chercheurs connaissent les règles du jeu et savent ce qu’il faut faire pour y prendre part. La limite entre acte de résistance et pleine participation au système est alors parfois difficile à situer5.

Animer une revue de jeunes chercheurs n’est en cela ni entièrement un acte de rébellion à l’encontre des injonctions du milieu scientifique, ni une complète soumission à ces dernières. L’équipe de rédaction d’Émulations tire crédit de son investissement dans la revue, puisque chacun de ses membres acquièrent de nouvelles compétences en même temps qu’un certain capital symbolique. Mais, d’un autre côté, tous travaillent bénévolement. Diriger une revue, assurer le suivi dossiers, répondre aux nombreux mails, mettre en page des textes et lire et relire ces derniers afin de traquer les coquilles, c’est un travail de l’ombre, long, exigeant, et qui n’apporte pas de forte récompense immédiate. Cela signifie aussi qu’il s’agit là un peu d’un acte de foi, d’un engagement personnel, puisqu’en tant que jeunes chercheurs devant nous-mêmes faire nos preuves, travailler sur nos thèses (ou projets postdocs) et publier, nous consacrons une partie de notre temps à aider nos collègues à publier, quitte parfois à leur servir d’appui, voire de béquille, quand ils ont besoin d’un sacré coup de main. Nous contribuons, à notre niveau, à créer ou diffuser du savoir, et c’est là une très grande satisfaction personnelle que peut nous apporter ce boulot. Ce job nous permet également de quitter l’isolement de la thèse, puisque le comité de rédaction forme une équipe à part entière qui, en sus, est amenée à entrer en contact avec des collègues d’un peu partout.

Voici le tableau en ce qui concerne Émulations qui, je le rappelle, n’est qu’une revue de jeunes chercheurs parmi d’autre et n’est pas représentative. Je conclurai en insistant sur le fait que ces revues de jeunes chercheurs ne sont évidemment pas la panacée de la publication scientifique. Elles ne constituent pas une « solution » face aux pressions de publication, ni ne réinventent le monde de l’édition, mais elles peuvent à tout le moins apporter un réel support aux scientifiques en début de carrière. Reste qu’elles sont encore aujourd’hui peu connues dans le paysage éditorial, et qu’elles gagneraient à être davantage prises au sérieux.

Aller, haut les cœurs ! On finit avec les conseils de rédaction de Ron Swanson :

Image de couverture : Ashley Rose, God, make it stop.

  1. Passage du billet modifié suite au commentaire de Didier Torny, cf. ci-dessous []
  2. Passage du billet modifié suite au commentaire de Didier Torny, cf. ci-dessous []
  3. Martin Benninghoff, « Publish or perish! : la fabrique du chercheur-entrepreneur », dans Carnets de bord, n° 17, 2011, p 47 []
  4. Brad Johnson et Carol Mullen, Write to the Top: How to Become a Prolific Academic Writer, New York, Palgrave MacMillan, 2007, p. 1-2 []
  5. Grégoire Lits, « Trajectoires scientifiques et logiques de publication : l’ambivalence des revues de jeunes chercheurs », in Jean-Louis Dufays, Paul Servais (eds.), Publier en sciences humaines. Quels enjeux, quelles modalités, quels supports, quelle diffusion ?, Louvain-la-Neuve, Académia – L’Harmattan, 2013, p. 83-90 []

4 réflexions au sujet de « Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish »

  1. Merci pour ce très intéressant article.
    à sa lecture, une question m’est aussitôt: revue de jeunes chercheurs, laboratoire junior (dispositif ENS appliqué dans certaines universités en SHS)…

    Tous ces dispositifs ne sont-ils pas un bon moyen pour les chercheurs établis et avancés de se dédouaner de la partie formation/échange qui leur échoie? En d’autres termes, si au sein de ces tentatives, il y a effectivement des chercheurs établis (et pas seulement invités à une journée d’études), alors oui l’idée me semble très enrichissante. Dans le cas où ce ne sont que des doctorants/post-doc ou jeunes chercheurs qui font fonctionner le journal ou laboratoire, cela perd de son intérêt. Certes, cela reste formateur mais relève encore de l’autoformation. Or les plus jeunes ont besoin d’encadrement, d’échange et d’accompagnement à un moment donné.

  2. Merci pour ce texte intéressant, même si l’expérience francophone doit être relativisée.
    Si on prend l’exemple du droit, en France, les revue sont principalement « tenues » par ce qu’en d’autres temps on aurait appelé des mandarins. Aux Etats-Unis, les grandes revues universitaires sont entièrement gérés par des doctorants, et c’est un emploi prestigieux et utile pour leur future carrière, qu’elle soit académique ou extra-académique. Voir, par exemple à Harvard : http://hls.harvard.edu/dept/dos/student-journals/

    Par ailleurs, deux corrections factuelles non négligeables. Le Journal Impact Factor n’est pas inventé dans les années 1990, mais conçu ente 1963 et 1975 par E. Garfield ; pour sa part, le h-index, façonné par J. Hirsch, n’est né qu’en 2005.
    Voir David Pontille, Didier Torny. La manufacture de l’évaluation scientifique : algorithmes, jeux de données, outils bibliométriques. Réseaux, 2013, pp.25-61. https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-00821956

    Le « double-blind peer review » n’a rien à voir avec le nombre d’évaluateurs, mais est une dénomination reprise à la terminologie des essais cliniques à partir de 1985, sur une base de pratiques préexistantes. Voir David Pontille, Didier Torny. The Blind Shall See! The Question of Anonymity in Journal Peer Review.. Ada: A Journal of Gender, New Media, and Technology, 2014 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00981277

    1. Merci à vous pour cet open peer review utile ! J’ai amendé les passages incriminés (en signalant la modification).

      Quant au modèle des revues juridiques américaines, il est effectivement très intéressant ! Je m’interroge toutefois dans quelle mesure il ne s’agit pas davantage d’une exception plutôt que d’une norme, aussi bien en SHS qu’en sciences dites de la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *