Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !

Autant ne pas y aller par quatre chemins : j’ai parfois quelques problèmes avec l’art contemporain. Voilà, c’est dit. Je le confesse. Il y a de la friture sur la ligne. On n’est pas loin de la rupture de réseau. Il s’agit presque d’un cercle vicieux : ayant parfois du mal à comprendre les postulats de départ, je ne suis guère enclin à essayer d’appréhender un univers intellectuel qui me paraît parfois impénétrable. Je n’ai toutefois guère la prétention de suivre ici les pas de Luc « Torquémada » Ferry. Que le lecteur se rassure. Au cours de l’été dernier, j’ai pourtant eu l’occasion de feuilleter le programme du Festival international de danse se déroulant aux Brigittines (le Centre d’Art Contemporain du Mouvement de la Ville de Bruxelles). Précisons simplement que le monde de la danse belge compte une chorégraphe célèbre en la personne d’Anne Teresa de Keersmaker… que Beyoncé aurait d’ailleurs plagié. Avec Lady Gaga sévissant ces jours-ci sur la Grand-Place de Bruxelles, on dirait que la Belgique attire le beau linge… Bref, je m’égare. Mes connaissances sont donc lacunaires. Pour autant, la lecture du programme du festival des Brigittines, mentionné ci-dessus, m’a laissé, comment dire… pensif. Puis, après avoir repris mes esprits, je me suis demandé si ce n’était pas le même problème avec le langage scientifique/académique.

 Explications.

Que doit-on réellement comprendre d’un spectacle où le danseur, « en hérétique de la danse, cherche ici une voie d’émotion à l’envers de sa nature éruptive : dans l’économie des expressivités, l’absence de pathos, la réduction volontaire du vocabulaire et l’emballement paradoxal des énergies » ? De même, quand il nous est proposé d’observer des modèles enfilant des pièces de vêtements « dont l’assemblage inventif compose des figures inattendues » mais « paradoxalement reconnaissables : le jeu sur les stéréotypes renvoie à nos postures quotidiennes dont l’étrangeté et l’humour parfois nous échappent ». On peut sans doute comprendre dans les grandes lignes mais, il n’empêche, cela reste pour le moins… un peu obscur. Ceci est d’autant plus regrettable, me semble-t-il, que des amis ayant été aux Brigittines en sont revenus enchantés et me disant qu’ils ne s’attendaient pas à cela. Le discours entortillerait le message réel des artistes ?

Tout ceci m’a quelque peu interpellé dans la mesure où la tentation du langage obscur guette, à mon sens, quiconque est amené à produire un discours qualifié de scientifique. Je suis d’accord de souscrire à l’idée qu’une discipline dispose de son jargon. Qu’il suffise de penser au monde de la reliure : chaque outil porte un nom précis de même que chaque partie de la reliure proprement dite. Ce n’est pas contre ce type de discours et de vocabulaire que je m’offusque. Le jargon devient nécessaire quand l’ambiguïté et l’impossibilité de décrire avec précision une réalité se présentent à celui qui tenterait d’apprivoiser une discipline, un métier, etc. Décrire un acte officiel de la période médiévale sans recourir à la terminologie forgée par la diplomatique apparaîtrait, par exemple, assez problématique. Pour autant je ne pense pas qu’il faut attendre que chacun maîtrise tous les langages spécialisés. Comme le rappelait récemment Tom Bartlett dans un billet sur l’humour dans le langage académique, le côté impersonnel (et rigide) du langage universitaire s’est imposé au fur et à mesure que se professionnalisaient les disciplines universitaires. Et il faut sans doute rappeler que la culture du « je » dans le discours scientifique/universitaire est encore quelque chose d’extra-terreste dans l’espace francophone ou même européen non anglophone.

Mon problème se situe davantage avec les discours évoluant à un niveau d’abstraction élevée ou se présentant de la sorte. Si une certaine volubilité dans l’écrit n’engendre pas, a priori, un discours impénétrable, la montée en généralité et en abstraction porte en elle les germes d’une logorrhée non maîtrisée1. Toutefois, cela ne signifie pas que l’auteur d’un pareil discours tente de cacher son incompétence ou son ignorance derrière une rhétorique exubérante. Il faut, bien entendu, établir une distinction entre maîtriser la langue française et proposer un discours complexe et interminable. Comme si parler/écrire en mot de quinze syllabes donnait plus de crédit à la thèse que l’on défend. Je reste toutefois perplexe dans la mesure où l’emploi d’un concept peut être à double tranchant. La maîtrise du vocabulaire doit, pour bien faire être complète. Au risque sinon de recourir à un langage, certes partagé par beaucoup, que tout le monde comprend à peu près, mais que peu saisissent convenablement. On pourrait peut-être croire, de prime abord, qu’un article impénétrable signifie que l’auteur tente de masquer le vide abyssal de ses propos. C’est là un raccourci dans lequel il ne faut assurément pas tomber.

À ce titre, je pense que je me souviendrai longtemps des mots prononcés par Hervé Hasquin lors d’un colloque en 2010. Le recteur honoraire de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et actuel Secrétaire Perpétuel de l’Académie royale de Belgique intervenait dans le cadre de la Journée des Archives (Louvain-la-Neuve) consacrée alors à « La valorisation des archives ». Au cours de son exposé centré sur « Les conditions actuelles de l’action culturelle », Hervé Hasquin se disait frappé par la propension qu’ont les acteurs culturels ou même académiques à recourir à de creux verbiages. Selon lui, utiliser un langage simple n’était guère synonyme d’une simplification de la réalité décrite ou analysée. Force est de constater qu’Hervé Hasquin s’astreint depuis longtemps à suivre sa propre recommandation. Son abondante production scientifique ne s’embarrasse jamais de mots superflus ou « dans l’air du temps ». Il parvient, tout aussi bien qu’un autre, à exprimer une idée, certes peut-être complexe, sans pour autant se couper d’une partie du public. Car la critique fondamentale d’Hervé Hasquin était celle-là : en empruntant la voie des mots de plus de cinq syllabes, le chercheur (mais aussi l’acteur du secteur culturel) risque de se couper du monde qui l’entoure… et même de rater son but. Plus fondamentalement encore, la critique d’Hervé Hasquin nous renvoie à nos propres obligations ainsi qu’à la perception de notre « devoir » de chercheurs, de doctorants, etc. La valorisation de la recherche scientifique a peut-être un peu de mal à se détacher des cénacles académiques en raison de cette propension à s’engager dans un discours obscur. C’est d’ailleurs l’un des leitmotivs d’Hasquin dans son projet d’ouvrir l’Académie royale de Belgique à un public toujours plus large. La principale crainte du Secrétaire perpétuel étant que l’Académie devienne un bunker ou une forteresse composée uniquement de personnes, disons… d’âge mûr.

Le retour du balancier d’un discours opaque se manifeste alors par une difficulté à pouvoir publier dans la presse à grand tirage ou même à intervenir dans des débats publics. Le paradoxe est complet pour le milieu culturel puisque performances et œuvres sont souvent présentées comme un moyen d’exprimer une critique envers le monde politique, les inégalités sociales, etc.

Que l’on me comprenne bien : je ne milite pas pour un appauvrissement de la pensée et du discours académiques. Certains interpréteront mon propos comme l’expression d’un nivellement par le bas ? J’en prends volontiers mon parti, mais ce serait faire erreur sur mes intentions. On a malgré tout, à mon sens, tendance à rapidement se résigner face au désintérêt que manifeste l’opinion publique vis-à-vis des problèmes traités par le monde de la recherche en SHS. Après tout, qu’est-ce que j’apporte à la société actuelle par l’étude du processus législatif au tournant des 16e et 17e siècles ? Si, d’emblée, il faut se « battre » pour tenter d’expliquer le bien-fondé d’une recherche, on peut difficilement se permettre, à mon avis, de se justifier au moyen d’un vocabulaire prompt à entretenir l’entre-soi académique. Celui-ci reste néanmoins (et peut-être paradoxalement) indispensable pour la recherche : il faut pouvoir confronter ses idées, hypothèses, affirmations ou doutes avec des collègues et pairs. Toutefois, s’ouvrir à d’autres publics nécessite quelques adaptations qui, à l’évidence, ne coulent pas de source.

Quelques remarques avant de vous laisser. Lors d’un prochain colloque, par exemple, vous pouvez essayer d’adopter la posture de Doug Zongker lors des rencontres de l’American Association for the Advancement of Science en 2007, mais soupesez bien le « pour » et le « contre »… Si vous ne voulez pas vous griller trop vite, jouez plutôt sur le titre de votre communication/article. Je me souviens d’un programme de colloque relatif aux maîtresses et favorites royales où une communication s’intitulait : Le changement, c’est Maintenon : entre Sévigné, Fénelon et Saint-Simon. Certes, vous devez suivre la politique française pour comprendre, mais avouez qu’on a vu pire comme punchline. C’est comme si je proposais pour titre d’une communication à un colloque sur les jours chômés : « Yes week-end ! Légiférer autour du temps libre dans les Pays-Bas espagnols au 16e siècle »2.

 Par contre, là, j’entre dans un tout autre débat : celui de l’humour dans le monde académique. Et vous conviendrez qu’Hypothèses est une plateforme beaucoup trop sérieuse pour aborder ce genre de question… Ou pas3 ?

Crédits :  Pierre Metivier, WORDS – Joseph Kosuth. Four Words Four Colors (1965) – Detail.

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !", in ParenThèses, publié le 06/10/2014, URL: http://parenthese.hypotheses.org/134 (consulté le 28/04/2017).
  1. Vous le sentez le discours un peu abscons ? []
  2. J’espère évidemment que la référence est assez explicite. Sinon j’ai un mémo  tout prêt. []
  3. En guise de petit teasing, je peux déjà affirmer que Quentin abordera la question délicate de l’humour dans le monde académique dans un de ses futurs billets… []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *