Pour en finir avec la bureaucratie ?

[Veuillez lire attentivement ce formulaire de lecture de l’ouvrage de David Graeber intitulé Bureaucratie et publié en 2015 (titre original The utopia of the rules). Ce formulaire ne peut être jeté sur la voie publique. Un duplicata peut être envoyé par courrier postal sur simple demande (formulaire ad hoc à compléter). DRM et APC seront facturés en cas d’envoi par courrier électronique]

Attention, spoiler alert pour ce billet !

True Detective season 3 : The Shadow Bureaucracy
True Detective (season 3 ?): The Shadow Bureaucracy

[Veuillez prendre connaissance des prémices de ce formulaire]
« De nos jours, on ne parle plus guère de la bureaucratie ». Tcheu, tcheu, tcheu mon bon môsieur. NON ! Nous, on va en parler. Et pas qu’un peu. D’ailleurs, on doit cette phrase à David Graeber. Parler de la bureaucratie, ce serait donc has been, dépassé ? Circulez, il n’y a(urait) (plus) rien à (re)dire. Eh bien, non affirme Graeber. Il y a encore des choses à clamer. Assez en tout cas que pour publier un livre de 260 pages reprenant plusieurs essays sur la question ainsi qu’en bonus une réflexion sur The Dark Night Rises, le dernier Batman de Christopher Nolan, et les problèmes du pouvoir constituant qui émergent à partir film (Vous savez bien, la révolution de Bane, la condamnation des élites, le combat final devant la bourse de Wall Street, etc.) [PS : pour info, Graeber a trouvé le film atrocement mauvais et je suis plutôt d’accord].

[Si vous savez déjà qui est David Graeber, vous pouvez passer au point suivant. Si vous ignoriez l’existence de cet individu, veuillez lire ce qui suit attentivement]
– Métier de l’auteur : Anthropologue de formation, David Graeber a été prof à Yale avant d’en être viré. Il a finalement atterri à Londres où il enseigne, s’il vous plaît, à la London School of Economics.

– Activité politique : Graeber a surtout acquis une renommée durant le mouvement Occupy Wall Street dont il fut l’un des membres les plus actifs et connus. On lui doit entre autre le slogan du mouvement « Nous sommes les 99% ». Donc oui, notre cher David se définit comme un anarchiste[1]. Comme ça, la question de l’appartenance politique est tranchée.

– Liens avec ParenThèses : On en avait déjà un peu parlé à l’occasion d’un billet sur les mécanismes de la dette ; thématique à laquelle ce digne descendant de Malinowski a consacré un livre (Dette : 5000 ans d’histoire).

[Êtes-vous sûr(e) de vraiment savoir qui est David Graeber ? Fact-checker quand même (même si en 2016 ça ne sert plus à rien). Nobody loves a know-it-all]
Reconnaissons que Graeber n’a pas tout à fait raison quand il dit qu’on ne parle plus de bureaucratie à l’heure actuelle. Peut-être n’a-t-il pas tort à propos des USA où tout citoyen est préparé in utero au monde bureaucratique qui l’attend. Le gène de la bureaucratie doit être américain ; il ne peut pas en être autrement. Force est toutefois de constater qu’en Europe les critiques ne cessent de pleuvoir sur la bureaucratie qui gangrènerait les institutions européennes. A quoi cela sert-il concrètement que les commissaires européens nous pondent une directive sur la courbure des bananes ? Quand Nigel Farage affirme au Parlement européen qu’aucun député n’a jamais eu un proper job dans sa vie, ça veut tout dire [2]. On doit aussi reconnaître que les leaders européens ne font pas grand-chose pour rehausser le niveau et contrecarrer les critiques qui leur sont adressées. Ce qu’exprime réellement la phrase de Graeber est que la bureaucratie n’est plus une préoccupation prenante à l’image de ce qu’elle représentait durant les années 1960 et 1970.

[Si vous n’aimez pas les rappels historiques, vous serez obligé(e)s de souscrire à notre package Clio-thérapie comprenant 9 conférences de Lorànt Deutsch]
Les années 1960 ont ainsi été marquées par des mouvements opposés aux pratiques bureaucratiques de l’État-Providence que d’aucuns parmi la jeunesse trouvaient déshumanisantes. L’imagination prend le pouvoir clamaient les étudiants de Mai 68. Les récriminations adressées à l’encontre de cette logique de complexification des structures formelles au sein d’une organisation (entreprises, universités, administration, etc.) étaient évidemment toujours fortes sous la présidence d’un Ronald Reagan, partisan d’un laisser-faire et laisser-aller économique bien connu. C’est que la liberté d’entreprendre, d’agir ou d’innover ne peut produire ses pleins effets si elle ne peut s’épanouir en dehors des règlements et formulaires à rallonge. Reagan n’a-t-il pas dit que les neuf mots les plus terrifiants de la langue anglaise étaient « I’m from the government and I’m here to help ! » ? Parler de bureaucratie implique tout un imaginaire : formulaires à n’en plus finir, procédures multiples afin d’accéder à une information, transferts constants d’un bureau à un autre ou d’un agent à un autre (qui généralement se renvoient la balle en cas de problème). D’après Graeber, la classe ouvrière américaine considère que l’État se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent… Non, je rigole (mais à moitié seulement). C’était pour voir si vous suiviez. La première catégorie que mentionne Graeber est donc celle des politiciens beaux parleurs alors que la seconde se compose justement des bureaucrates élitistes. C’est ce que l’on retrouvait d’ailleurs dans une série comme The Wire où l’un des personnages – un ex-détenu qui tente de se reconvertir en manager de salle de boxe – se retrouve totalement désemparé devant le dédale des formulaires à remplir pour ouvrir ladite salle de boxe. Il est finalement contraint de jouer de ses relations et parvient à ses fins en rentrant en contact avec… un politicien influent de la ville. Democracy in action !

[Si vous avez peur de connaître la loi d’airain du libéralisme, passez au paragraphe suivant du formulaire. Pour votre peine, vous serez néanmoins contraint de souscrire à notre séminaire sur F. Hayek]
Graeber entend proposer ce qu’il appelle la loi d’airain du libéralisme afin de montrer qu’il est faux de dire que la bureaucratie est la tare de l’État. En réalité, elle est présente avec une égale importance dans les entreprises privées dont les liens avec le secteur public tendent parfois à être ténus (ex/ex-hauts gradés militaires siégeant au CA d’entreprises sous contrat avec l’Etat). Que dit la loi proposée par Graeber ? En substance que « toute réforme de marché, toute initiative gouvernementale conçue pour réduire les pesanteurs et promouvoir les forces du marché – aura pour effet ultime d’accroître le nombre total des réglementations, le volume total de la paperasse et l’effectif total des agents de l’État ». Pour David – vous permettez que je l’appelle David ? – il est impossible de nier le fait qu’il faut une « armée d’administrateurs » pour s’assurer que les bonnes règles nécessaires à l’autorégulation des marchés sont respectées. La bureaucratie naîtrait donc d’un sacré paradoxe : si on veut s’assurer que la liberté d’agir de chacun soit respectée et que la concurrence puisse s’exercer, il est nécessaire de mettre en place des règles, des formulaires, des procédures qui encadrent cette liberté. Les poursuites lancées à l’encontre d’entreprises abusant de leur position dominante incarnent assurément ce type de règlementations.

Graeber se concentre prioritairement sur la situation aux USA. C’est de bonne guerre. Au pays de l’oncle Donald J. Trump Sam, on considère globalement que l’État et les entreprises sont gérés à partir des mêmes prémices organisationnelles. Les figures de « l’homme au complet gris » ou celui de « l’homme de l’organisation » renvoient aux bureaucrates du secteur privé et pas nécessairement aux représentants de l’État. Dans The Insider (Révélations), Russel Crow ne travaille pas pour le gouvernement, par exemple, mais bien pour une huge compagnie de l’industrie du tabac. C’est que les cousins d’Amérique sont passés maîtres dans l’élaboration de mécanismes et procédures bureaucratiques. Après la Seconde Guerre mondiale, n’ont-ils pas montré leur savoir-faire en favorisant la création des institutions de Bretton Woods ? Ils ont donc activement participé à la création des premières « institutions bureaucratiques authentiquement planétaires ».

[Cette section n’est à lire que si vous êtes membre Platinium au club Ultimate Fighting Classes Sociales. Si nécessaire, vous pouvez prendre contact avec notre agent de liaison, Dana White]
Percevoir le secteur privé comme le véritable cœur (et moteur) de la bureaucratie américaine revient à mettre en lumière un fait historique. Selon Graeber, il est évident que les grands patrons d’entreprises ont changé d’alliances de classe au cours du dernier tiers du 20e siècle. Au début du siècle dernier, on pouvait sans doute encore déceler une logique, disons, corporatiste dans les entreprises. Le patron ne cherchait pas à maximiser les profits pour les renverser plus tard aux actionnaires. Patrons et employés avaient l’impression de travailler ensemble pour la même chose, partageait un attachement à leur emploi et/ou entreprise et les bénéfices dégagés pouvaient plus facilement signifier une hausse des salaires de tous les employés (Est-ce que ça compte si je prends comme exemple Carlos Ghosn qui a convaincu les cadres de Nissan de réduire drastiquement leur salaire afin de sauver l’entreprise ?). Dans le courant des années 1980, la recherche des satisfactions financières est le seul but vers lequel s’orientaient dorénavant les entreprises. Les travailleurs ne pouvaient plus tabler sur la sécurité de l’emploi ou une hausse de salaire même si les résultats trimestriels/semestriels/annuels étaient bons. Les grandes entreprises se sont ainsi financiarisées et partant bureaucratisées. Davantage de cols blancs pour moins de cols bleus à l’emploi assuré. Le corollaire étant, selon Graeber, que le secteur financier s’est organisé sur le modèle des grandes entreprises. La synthèse de ce processus se résume facilement : grands décideurs et gestionnaires d’action se ressemblent à s’y méprendre.

Graeber s’intéresse principalement aux moyens que peut/doit se donner une critique de gauche, voire même altermondialiste, à l’ère de ce qu’il dénomme la bureaucratie totale. Premièrement, Graeber met en lumière que les mouvements de gauche sont assez mal à l’aise dès qu’il est question de dérégulation, c’est-à-dire quand certains gouvernants annoncent la diminution du poids de la bureaucratie. Si on s’oppose à une dérégulation, cela signifierait qu’on est favorable à davantage de règlements, de formulaires et d’administrateurs pour superviser certaines activités. Ensuite, Graeber souligne l’importance des mouvements altermondialistes qui ont permis de mettre en lumière, selon lui, le vrai caractère de ces institutions bureaucratiques mondiales que sont le FMI, l’OMC, l’ONU ou la Banque Mondiale.

Qu’est-ce à dire ? En fait, l’argument principal de Graeber est que la bureaucratie est viable car il y a constamment le risque de recourir à une violence purement physique de la part de l’État ou de ces institutions bureaucratiques mondiales. Constater que ces grandes organisations devaient recourir à la violence pour canaliser les opposants altermondialistes signifie clairement, pour Graeber, que l’OMC, le FMI ou la Banque Mondiale incarnent une violence institutionnelle, structurelle. Tant qu’on ne remet pas en question le fonctionnement bureaucratique de ces institutions, on ne risque rien. Mais à pousser l’opposition jusqu’à n’en plus finir sous-entend que l’on risque de subir des actes de violence, purement et simplement[3]. Pour notre Occupy David, il ne fait aucun doute que les gouvernements de gauche ont beaucoup de mal à gérer ce genre de situation. Les partis de gauche auraient la tare congénitale de ne pas parvenir à formuler une critique de la bureaucratie :

(…) on peut mettre un signe ‘égal’ entre l’actuelle incapacité de la gauche à formuler une critique de la bureaucratie qui parle vraiment à ses anciens mandants et le déclin de la gauche. (…) Il semble que, chaque fois que la gauche décide de jouer la sécurité et de suivre un cap ‘réaliste’, elle ne fait que s’enfoncer un peu plus.

Au regard de l’État, cela signifie prendre au sérieux les effets de la menace systémique de la violence que celui-ci peut déployer (via matraques, arrestations, etc.) à l’encontre de ceux qui ne se conforment pas aux logiques bureaucratiques qu’il met en place. Et c’est alors qu’apparaît un cercle vicieux. Si on dit que la « France est réaliste et poursuit ses objectifs », c’est parce que « ceux qui gouvernent les États-Nations ont le pouvoir de lever des armées, lancer des invasions, bombarder des villes, et peuvent menacer d’user de la violence organisée au nom de ce qu’ils présentent comme leur ‘intérêts nationaux’ » et ceux-ci sont bel et bien réels « parce qu’ils peuvent vous tuer » insiste Graeber (p. 105).

Le problème avec les pratiques bureaucratiques est qu’elles sont systématiquement présentées comme un moyen d’atteindre la perfection. On met en place tels procédés et on créé tels formulaires afin de traiter de manière rationnelle un problème, un phénomène. Agir de façon rationnelle, rappelle Graeber, signifie « être capable d’établir les relations logiques de base et d’évaluer la réalité sans s’illusionner » (p. 49). Autrement dit, si on s’oppose à pareilles orientations on apparaîtra rapidement comme un fou, un irrationnel. Pourquoi êtes-vous contre ce nouveau règlement alors qu’il est supposé résoudre un problème ? En réalité, les bureaucraties ne sont rien d’autre que des « formes utopistes d’organisation ». Au nom de politiques rationnelles, on (État, direction d’une entreprise) tente de mettre œuvre des règlementations, formulaires, etc., mais en réalisant souvent assez vite qu’on est incapable d’assurer cette mise en application des normes énoncées. On en vient à blâmer les humains qui n’arrivent pas à se familiariser avec les procédures, les formulaires, les règlements et qui dès lors se noient dans le labyrinthe réglementaire originellement créé pour palier à tout problème éventuel ! En gros, vous êtes comme John Stewart au milieu de Vertigo, c’est-à-dire en plein cauchemar de dingue et vous essayez de vaguement comprendre l’environnement dans lequel vous évoluez !

[Si vous n’êtes pas un travailleur du monde académique, passez ce paragraphe. Si vous êtes professeur, vous pouvez laisser un commentaire (gentil uniquement) dans l’espace prévu à cet effet en-dessous de ce billet. Si vous êtes doctorant(e)… FUYEZ PAUVRES FOUS/FOLLES ! (Ne laissez pas de commentaire, mais allez plutôt vous rafraîchir les idées sur Ciel mon doctorat ! ou PhD Comics car ce qui suit ne va pas vous mettre en joie)]
L’un des exemples récurrents que propose Graeber n’est autre que son environnement de travail : le monde universitaire. Si l’on peut observer une hausse des budgets alloués à la recherche aux USA depuis les années 70, il a fallu adapter l’organisation administrative des établissements universitaires. Malgré un personnel administratif surpassant souvent le cadre du personnel académique, les professeurs sont irrémédiablement amenés à mettre les mains dans le camboui bureaucratique. Ainsi, « la production de la paperasse résulte directement de l’introduction des techniques de management des entreprises, qui sont toujours justifiés comme des moyens d’accroître l’efficacité, en instaurant la concurrence à tous les niveaux ». Cette concurrence se traduit par une réalité très concrète : l’académique est avant tout obligé de se vendre à longueur de journée. Il doit parvenir à rédiger un projet de recherche alléchant – « Quoi, il n’est pas frais mon projet ? » –, à rédiger un article publiable dans une revue bien notée – « Après publication, j’irai le mettre sur Academia, ça va faire plus de vues » -, déposer un synopsis d’ouvrage qui fera date – « Je vous soumets mon opus magnum. Du Braudel mais en mieux. Ni plus, ni moins. » – ou encore proposer à son département des nouvelles formations qui attireront de futurs étudiants – « On ferait pas un cours du genre Histoire, ordinateurs et tout ça ? » -. Le monde académique est ainsi devenu le « champ clos des professionnels de l’autopromotion » (p. 160) [En fait, l’idée d’un séminaire avec Lorànt Deutsch n’est pas si mal, tout compte fait. Faudrait juste lui adjoindre quelqu’un comme Steph-Bern le Magnifique, note à moi-même]. Partant de ce constat, Graeber ne s’étonne pas que les chercheurs ne prennent pas/plus de risque dans la rédaction des projets soumis aux bailleurs de fonds. Les formulaires des demandes de projets étant considérablement formatés, on ne peut songer à proposer quelque chose qui sortirait des sentiers connus, dont on ne peut prévoir voire anticiper les résultats endéans les délais impartis par ledit bailleur (mettons 4-5 ans si on est gentil). Quelle institution finançant la recherche oserait se lancer dans un projet dont on ne maîtrise rien, dont le leader promet une innovation conceptuelle mais qui n’a encore fait l’objet d’aucune autre recherche avec laquelle comparer ? Faudrait pas prendre les bailleurs de fonds pour des rigolos. This… is… ACADEMIA !!! Un nouveau paradoxe émerge et il est bien connu : pour espérer obtenir un peu d’argent, mieux vaut rester dans des cadres déjà plus ou moins connus et qui répondent aux logiques de la paperasserie qu’il faut remplir. En somme, on se doit de respecter le code de moralité du langage bureaucratique. Se risquer à proposer quelque chose de totalement nouveau reviendrait à se tirer une balle dans le pied : on aura passé du temps à remplir les cadres des dossiers demandés par l’éventuel bailleur, on aura mis en jeu sa crédibilité professionnelle tout en hypothéquant une future nouvelle demande de subsides. Ce qu’instille le monde bureaucratique au sein de la réalité académique (et sociale) est ni plus ni moins l’impossibilité de penser l’imprévu et la libération de forces créatrices libres d’inventer du neuf.

Dans une perspective qui n’est pas sans faire penser à la pensée d’un Castoriadis[4], Graeber nous invite à tout faire pour parvenir « à laisser nos imaginations redevenir une force matérielles dans l’histoire de l’humanité » (p. 174).

[Le paragraphe No pain, no gain est uniquement là pour vous procurer paix et félicité. Il ne fera pas l’objet d’une facturation supplémentaire]
Le plus terrible est cette propension à savoir que nous évoluons dans un environnement bureaucratique – par exemple, cela fait deux mois que j’ai demandé un changement de plan tarifaire à mon fournisseur d’accès à internet et le dossier n’est toujours pas traité – mais on ne le réalise sans doute pas tous les jours. Pourquoi ? Il y a deux réponses possibles selon Graeber. Soit il faut considérer que ces pratiques sont tellement intégrées qu’elles ne nous apparaissent plus comme problématiques. Soit il faut envisager que notre imagination est à ce point abêtie par ce type de pensée qu’on ne parvient pas à entrevoir d’autres voies. Graeber se demande même in fine si on ne produirait pas tous ces règlements et formulaires parce que nous aimons cela. On sait que c’est mal et qu’on n’en sortira pas indemne mais on répond présent.

Est-ce bien cela ? L’être humain du 21e siècle serait-il tant masochiste qu’il souhaite mettre au point tout un tas de mécanismes formels visant à structurer, encadrer, enclaver toute action ? C’est sans doute un peu plus compliqué que cela. Graeber prend l’exemple des langues. Chaque langue parlée sur terre est en évolution constante (le français de 2016 n’est pas celui parlé en 1900), mais pour autant elles disposent toutes d’une grammaire ou du moins des règles qui fixent un tant soit peu la façon dont elles fonctionnent. Pour notre anthropologue, l’analyse est on ne peut plus évidente : l’être humain est enclin à exercer sa liberté quoi qu’il advienne, mais de façon concomitante il procède à l’élaboration des règles qui établissent les limites d’un comportement précis. En fait, ce que ça nous apprend réellement c’est que si l’on reconnaît bien la liberté de l’être humain, celle-ci peut devenir arbitraire une fois poussée jusqu’à l’extrême. Cette liberté arbitraire deviendrait une forme de pouvoir dangereux et subversif pour tout individu. Dès lors, la liberté doit être celle qui est prévisible, encadrée par les règles du jeu, aka les logiques et pratiques bureaucratiques.

[Si vous avez passé tous les points du formulaire, veuillez appeler nos services qui vous mettront en liaison avec la cellule d’aide psychologique. Celle-ci vous transmettra les coordonnées du service spécialisé dans le suivi des personnes atteintes par un manque d’empathie envers la bureaucratie. Veuillez vous munir de votre carte de crédit au moment de l’appel. Merci de votre coopération]

Crédits : Pietromassimo Pasqui – Bureaucracy

[1] Vous pouvez écouter en parler au cours de cette interview accordée à Brian Rose, une sorte de semi-gourou-ex-trader-qui-ne-se-reconnaissait-plus-dans-la-finance-londonienne ayant fondé la London Real Academy dont le slogan est déjà tout un programme (people worth watching).

[2] Je vous mets le lien de cette vidéo-ci simplement parce que ce sont les vacances.

[3] À certains égards, ces réflexions sont sans doute proches de ce que d’aucuns, à l’instar de Charles Blow, éditorialiste au NY Times, dénoncent comme un « racisme institutionnel » aux USA à la suite des nombreuses morts de Noirs impliquant des policiers blancs.

[4] Pour le philosophe d’origine grecque, une révolution ne devait-elle pas être comprise comme une auto-institution totale, c’est-à-dire prendre en considération toutes les pores de la réalité afin de procéder à un re-codage complet ?

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Pour en finir avec la bureaucratie ?", in ParenThèses, publié le 01/08/2016, URL: http://parenthese.hypotheses.org/1380 (consulté le 28/04/2017).


Une réflexion au sujet de « Pour en finir avec la bureaucratie ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *