Approches institutionnelle et sociale de l’administration. Le cas de Saint-Trond au 12e siècle

Billet écrit par Marie Tielemans sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

L’objectif de ce billet est de montrer qu’une administration urbaine au Moyen Âge peut faire l’objet d’une approche tant institutionnelle que sociale, et que ces deux approches sont complémentaires. Pour ce faire, intéressons-nous au cas de Saint-Trond, ville dont le seigneur est l’abbé du monastère du même nom, et aux charges de villicus, d’écoutête et d’échevin. Nous nous concentrons sur le 12e siècle, période qui apparait être charnière dans l’évolution de ces charges

Petite précision contextuelle

La ville de Saint-Trond relève de deux autorités seigneuriales : celle de l’abbé de Saint-Trond d’une part et celle de l’évêque de Metz – puis de l’évêque de Liège – d’autre part.  Cette dualité est la conséquence des modalités de fondation de l’abbaye au milieu du 7e siècle, sur lesquelles nous ne nous attarderons pas ici. Comme nous le verrons, les fonctions de villicus, d’écoutêtes et d’échevins relèvent de l’autorité seigneuriale : ceux qui sont nommés à ces postes le sont par les seigneurs. Ainsi, à Saint-Trond, il y a deux villici et deux écoutêtes, l’un nommé par l’abbé, l’autre par l’évêque messin ou liégeois. Il en est de même pour les collèges scabinaux, également au nombre de deux. Afin de mener une étude précise, les sources au sujet des agents relevant du pouvoir épiscopal étant pour le moins silencieuses, nous nous concentrerons uniquement sur ceux désignés par l’abbé de Saint-Trond.

Pour une approche institutionnelle et sociale

L’approche institutionnelle des fonctions suscitée à définir les attributions dont elles sont constituées et les modalités de nomination de leur titulaire. Le villicus, aussi connu sous le nom de « maire », connait des attributions administratives qui concernent la gestion du domaine et la perception des différents cens dus au seigneur. Il est également chargé de tâches judiciaires. La charge d’écoutête ou de judex est quant à elle uniquement constituée d’attributions en rapport avec la justice : l’écoutête est un juge local. Il est supérieur au villicus et préside le conseil échevinal. Les échevins forment un collège de sept membres chargé de trancher les litiges. Ces trois fonctions font l’objet d’une charge publique – d’un ministerium – qui est attribuée par l’abbé de Saint-Trond. Cependant, au 12e siècle, ces charges prennent un caractère héréditaire et la nomination de leur titulaire ne dépend plus de la volonté de l’abbé. Pour les échevins, le recrutement se fait par cooptation à partir de 1227.

L’approche sociale est d’abord constituée d’une tentative d’identification des titulaires de ces charges. Grâce à l’analyse de documents diplomatiques tels que des donations, mais aussi des conditions d’éligibilité pour accéder à ces charges et les raisons de révocation des titulaires, nous sommes parvenus à l’établissement de caractéristiques identitaires. Tout en considérant que les charges de villicus et d’écoutête sont la plupart du temps occupées par une seule et même personne, nous avons établi que le détenteur de ces charges est recruté au sein de la familia – groupe de dépendants – de l’abbaye. En se voyant attribuer un ministerium, il connait une ascension sociale au sein de ce groupe. Il est un habitant de Saint-Trond et par ces fonctions possède un certain pouvoir sur la population et une possibilité de s’enrichir. Quant aux échevins, ils font également partie de la familia. Une caractéristique est commune aux titulaires de ces charges : ils émanent tous du patriciat de la ville de Saint-Trond.

À cette identification, ajoutons l’étude des rapports entretenus entre l’abbé et les titulaires des charges de villicus, d’écoutêtes et d’échevins, afin de compléter l’approche sociale. Dans un premier temps, cette étude relationnelle est composée d’une réflexion sur les sources qui nous renseignent à propos de ces charges. Celle-ci nous mène à prêter attention à l’apparition et la multiplication de mentions de ces charges et de leur titulaire au 12e siècle dans les textes émanant de l’abbaye – cartulaire, polyptyque et chronique. Considérant que la mise par écrit est avant tout un fait social, destiné à consigner ce qui est considéré comme important, il apparait qu’à cette époque se manifeste un changement sociétal, caractérisé par l’augmentation de l’importance de ces fonctions et de leur titulaire dans l’histoire de l’abbaye : ils en deviennent des acteurs considérables. Dans un second temps, les relations sont perceptibles par l’étude précise du contenu de ces mentions, qui nous révèle une négociation autour des modalités de nomination de ces fonctions. Nous avons vu par l’approche institutionnelle qu’il s’agit de charges publiques octroyées par l’abbé, mais qu’au 12e siècle, elles tendent à devenir héréditaires ou à être considérées comme telles par leur titulaire. Dans les sources, nous observons que les abbés successifs de Saint-Trond tentent de reprendre l’ascendant sur une hérédité des fonctions déjà bien engagée. Pour ce faire, ils accèdent ou non aux demandes des titulaires de pouvoir transmettre leur charge à un parent, ils (re)définissent les conditions d’éligibilité et ils admettent parfois des compromis en accordant aux titulaires de transmettre leur charge à une personne de leur choix, mais en se gardant, en toutes circonstances, un droit de préemption. Cependant, il apparait qu’au début du 13e siècle, les fonctions de villicus et d’écoutête sont toutes deux devenues héréditaires. Quant à celle d’échevin, le recrutement de nouveaux membres se fait par cooptation. Pour les échevins, l’étude des relations avec l’abbé ne s’arrête pas ici. En effet, deux abbés, Wiric et Chrétien, élus respectivement en 1155 et en 1193, s’avèrent être membres de la famille des de Stapel, famille patricienne et qui occupe souvent les sièges scabinaux.

Conclusion

L’étude de l’administration urbaine de Saint-Trond au 12e siècle doit être composée d’une approche institutionnelle qui nous permet de comprendre en quoi consistent les charges de villicus, d’écoutête et d’échevins. Mais si nous nous arrêtions à celle-ci, nous passerions à côté d’une opportunité de saisir un sujet bien plus vaste et intéressant. En effet, couplée à une approche sociale, nous sommes en mesure d’appréhender l’évolution de la société urbaine à Saint-Trond au 12e siècle. Celle-ci est caractérisée par l’affirmation du patriciat de la ville, occupant des fonctions administratives importantes, avec qui l’abbé est forcé de composer. Ce patriciat acquière de l’autonomie et de plus en plus d’influence, et cela est perceptible par la négociation en ce qui concerne les modalités d’attributions des charges. L’influence des titulaires de ces charges, notamment scabinale, est d’autant plus appréciable lorsque l’on considère que des membres de leur famille accèdent au siège abbatial et deviennent dès lors seigneur de la ville.

Par Marie Tielemans (MA 2 Histoire, ULB)

Bibliographie

Sources

DE BORMAN C. (éd.), Chronique de l’abbaye de Saint-Trond, Liège, Imprimerie L. Grandmont-Donders, 1877, 2 volumes.

PIOT C. (éd), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Trond, Bruxelles, F. Hayez, 1870-1874, 2 volumes.

PIRENNE H. (éd.), Le livre de l’abbé Guillaume de Ryckel (1249-1272) : polyptyque et comptes de l’abbaye de Saint-Trond au milieu du XIIIe siècle, Bruxelles, F. Hayez, 1896.

TOMBEUR P. (éd.), Gisleberti Trudonensis. Gesta abbatum Trudonensium. VIII-XIII, Turnhout, Brepols, 2013.

Littérature

BAREL Y., La ville médiévale. Système social, système urbain, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1977.

BERLIERE U., La familia dans les monastères bénédictins du Moyen Âge, Bruxelles, M. Lamertin, 1931.

BERTRAND P., « À propos de la révolution de l’écrit (Xe-XIIIe siècle). Considérations inactuelles », Médiévales, n° 56, 2009, pp. 1-14.

BOVE B., Dominer la ville : prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Paris, Éditions du CTHS, 2004.

CAESAR M., Le pouvoir en ville : gestion urbaine et pratiques politiques à Genève (fin XIIIe– début XVIe), Turnout, Brepols, 2011.

CHARLES J.-L., La ville de Saint-Trond au Moyen Âge. Des origines à la fin du XVIe siècle, Paris, Société d’Édition Les Belles Lettres, 1965.

MAQUET J., « Faire justice » dans le diocèse de Liège au Moyen Âge (VIIIe-XIIe siècles). Essai de droit judiciaire reconstitué, Genève, Librairie DROZ S.A., 2008.

MAZEL F., « Monachisme et aristocratie aux Xe-XIe siècles. Un regard sur l’historiographie récente », dans VANDERPUTTEN S & MEIJNS B. (dir.), Ecclesia in medio nationis. Reflections on the Study of Monasticism in the Central Middle Ages, Louvain, Leuven University Press, 2011, pp. 47-75.

PAQUAY I., Gouverner la ville au bas Moyen Âge : les élites dirigeantes de la ville de Namur au XVe siècle, Turnhout, Brepols, 2005.

PIEYNS-RIGO P., « Abbaye de Saint-Trond », dans Monasticon belge, Liège, Centre national de recherches d’histoire religieuse, 1976, vol. 6, pp. 13-67.

Outil de travail

NIERMEYER J.-F., Mediae latinitatis lexikon minus. Lexique latin médiéval Français/Anglais, Leyde, E. J. Brill, 1954.

Photo de couverture : Patrick, Villers-la-Ville, Belgium.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *