Un regard historique sur l’expertise. Le cas de la collaboration entre la Commission des Réparations et l’Institut de Sociologie Solvay (1920-1922)

Billet écrit par Marie Linos sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

En mars 1920, la Commission des Réparations fait appel à l’expertise de l’Institut de Sociologie Solvay pour imaginer l’organisation d’un Service d’Information. Ce sera le début d’une collaboration entre les deux organismes qui va durer deux ans. Comment l’analyser au regard des notions qui sous-tendent le concept de l’« expertise » ?

L’étude de l’expertise représente un angle d’approche intéressant à bien des égards pour appréhender l’Histoire des administrations. Selon Michel Foucault, la systématisation de l’expertise est au cœur l’Etat moderne, ce qui est d’ailleurs bien traduit par le concept de « gouvernementalité » qui insiste sur la construction d’une rationalité politique fondée sur des instruments spécifiques et un ensemble de savoirs. Plusieurs concepts sous-tendent la notion d’expertise : la compétence (l’expert est désigné comme tel car on lui reconnaît une compétence), la demande sociale (l’expert est mandaté, son expertise doit se comprendre dans le cadre d’un contexte spécifique), la médiation (le rôle de l’expert est de former des compromis entre plusieurs acteurs) et la dépolitisation (l’appel à l’expertise représente une forme de « technicisation » des questions politiques).

En mars 1920, Poincaré, alors délégué français à la Commission des Réparations, instituée par le Traité de Versailles afin d’évaluer le montant des réparations allemandes, suggère de demander à l’Institut de Sociologie Solvay un plan d’organisation du Service d’Information de la Commission. La situation tombe à point pour l’Institut qui, depuis qu’il a perdu son emblématique directeur, Emile Waxweiler, en 1916 suite à un accident de route mortel, doit se retrouver une mission. Si la Commission se présentait comme un espace de discussions techniques, elle va vite devenir la scène de la rivalité entre la France et le Royaume-Uni. Faire appel à l’expertise de l’Institut qui disposait d’une renommée mondiale qu’il s’était forgée sous la direction de Waxweiler permet donc de désamorcer les tensions. Mais Poincaré n’a évidemment pas choisi cette institution belge par hasard. Georges Barnich, alors directeur de l’Institut avec Georges Hostelet, a rédigé une étude dont les conclusions qui laissent entendre que les capacités de l’Allemagne sont particulièrement élevées, plaisent à la délégation française. Pourtant, l’ensemble des délégations acceptent de faire appel à cet Institut, y compris la délégation britannique. Suite à cette première mission, la collaboration avec l’Institut Solvay est reconduite et devient permanente. Ce dernier est chargé de réaliser diverses études permettant d’étendre les connaissances de la Commission. Au début, durant l’année 1920, tout se passe merveilleusement bien. À la fin de l’année, les délégations américaine et britannique tiennent même à remercier l’Institut Solvay pour son concours. La mission de médiation de l’Institut est réussie car elle adopte une attitude considérée comme impartiale, ce qui s’avère également favorable pour la délégation belge. En effet, celle-ci, menée par Georges Theunis qui se présente comme un technocrate au-dessus des partis, a décidé de se présenter comme médiatrice entre les deux délégations rivales. La stratégie belge repose donc sur ce rôle d’intermédiaire, en espérant recevoir, au final, les bonnes grâces des deux pays.

Dès 1921, les tensions apparaissent. De fait, en janvier 1921, Georges Barnich commet une erreur grossière dans une de ses études (recopiant des chiffres d’une brochure de propagande en indiquant qu’il s’agit de statistiques officielles). Plus tard, les tensions vont se cristalliser autour du coût de la prestation de l’Institut Solvay. De fait, ce dernier touche des mensualités élevées (30.000 francs) qui sont complétées par des frais variables. Or, cette somme considérable est désormais considérée comme beaucoup trop importante par certains membres de la Commission. L’erreur de Barnich n’y est sûrement pas pour rien, mais de manière générale, la Commission tente de réduire ses coûts. Si techniquement, ses frais doivent être couverts par les Allemands, l’argent des réparations tarde à venir et les pays ne veulent pas assumer le coût de cette Commission dont les membres sont généreusement rétribués. Les mensualités de l’Institut sont donc réduites à 20.000 francs en septembre 1921, dans un climat général de réduction des coûts. Mais les ennuis de l’Institut ne font que débuter. La demande de diminution des frais provient du Secrétaire Général, le britannique Salter, qui ne s’arrête pas là. Pour lui, non seulement les services de l’Institut coûtent trop cher, mais en plus, ils sont inutiles. Un comité chargé d’évaluer le bien-fondé de la collaboration entre la Commission et l’Institut est donc mis sur pied. Celui-ci compte trois membres : Salter, Hess, délégué italien et Mauclère, délégué français. Chacun des membres réalise un rapport suite à la visite de l’Institut en janvier 1922. Les rapports de Salter et de Hess remettent très ouvertement en cause la compétence du directeur Barnich et regrettent que l’Institut ne compte pas parmi ses rangs un économiste de renom. De manière générale, l’entièreté du personnel est dénigrée et seul Mauclère tente de sauver la réputation de l’Institut. Ceux que la Commission avait donc désignés comme experts en 1920 ne le sont plus en 1922. Le facteur du contexte de la demande semble ici déterminant. La Belgique agit dans les coulisses, mais elle aussi veut se débarrasser de l’Institut. De fait, ce dernier ne joue plus le rôle de médiateur et soutient les positions françaises (qui sont aussi celles portées par l’opinion publique belge). Cette attitude compromet la stratégie de la délégation belge qui, elle, tient à son rôle de médiateur, ce qui empêche également d’une certaine façon que l’Institut ne prenne cette place (vu qu’elle est déjà occupée). La délégation française ne veut pas pour autant lâcher « son » Institut. Pourtant, en mars 1922, ce dernier décide de s’écarter, comprenant qu’il ne fait plus l’unanimité et évitant ainsi un énième conflit entre Français et Britanniques.

Si l’expertise peut se concevoir comme une stratégie de dépolitisation, alors il faut comprendre la fin de la collaboration entre la Commission des Réparations et l’Institut de Sociologie Solvay comme un échec de cette stratégie. Les premières conférences ont été qualifiées de techniques, ce qui montre bien que, dans un premier temps, la Commission parvient à se présenter comme une instance technique et non politique. Pourtant, les tensions au sein de la Commission largement alimentée par l’absence de paiement allemand, vont faire disparaître cet écran de fumée de la « technicisation » pour que la Commission révèle son « vrai visage » : celui d’une institution hautement politique. Ce cas pratique d’expertise permet de révéler des tendances intéressantes. Ainsi, l’importance qu’acquiert la documentation. En effet, cette dernière devient un élément crucial : toutes les délégations s’accordent sur la nécessité d’une information complète. La connaissance proviendrait même de la capacité à accumuler un maximum d’informations. Le cas de la collaboration entre les deux institutions met en évidence combien cette documentation, en prenant cette ampleur, devient également un outil crucial qui peut être manipulé. L’information acquiert donc de l’importance et devient simultanément un outil qui, à son tour, a le pouvoir de façonner la société. Et cette tendance s’amplifie et a acquis une ampleur certainement inédite actuellement. La sociologue Karine Knorr Cetina explique bien cette idée « Si les sociétés occidentales d’aujourd’hui peuvent être appelées avec raison sociétés du savoir […] cela signifie peut-être aussi que les systèmes du savoir transmettent leur texture à la société »1. Cette dimension permet donc de questionner le dispositif savoir-pouvoir de Michel Foucault.

Aborder la notion de l’expertise à travers la perspective historique permet de révéler des rapports de force et de déconstruire l’apparente neutralité de la « technicité ». L’objectif de l’historien revient donc à décoder ces rapports de pouvoir pour comprendre comment s’édifie le processus de prise de décision.

Par Marie Linos (MA 2 Histoire, ULB)

Bibliographie

Sources

Archives Générales du Royaume

Commission des Réparations, Organisation de la Commission des Réparations

30, Correspondance et documentation d’ordre général sur l’organisation de la Commission des Réparations, 1919-1920.

36, Correspondance relative à la suppression de la collaboration entre la Commission des Réparations et l’Institut Solvay, 1920-1922.

41, Note du Secrétaire général de la Commission des Réparations relative à la réduction du coût du personnel de la Commission, 1921-1922.

Archives de Georges Theunis, L’Homme d’Etat, Dossiers relatifs à la Commission des Réparations

270, Collaboration de l’Institut Solvay, 1922-1923.

Archives privées Solvay

Archives d’Armand Solvay, fardes n°39, 40.

Bibliographie

Ludivine Bantigny, « Usages, mésusages et contre-usages de l’expertise. Une perspective historique », Histoire@Politique, n°14, 2011, p. 3.

Soraya Boudia, « Sur les dynamiques de constitution des systèmes d’expertise scientifique : le cas des rayonnements ionisants », Genèses, n°70, 2008, pp. 26-44.

Jean-François Crombois, L’univers de la sociologie en Belgique de 1900 à 1940, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 1994.

Corinne Delmas, Sociologie politique de l’expertise, Paris, La Découverte, 2011.

Rolande Depoortere, La question des réparations allemandes dans la politique étrangère de la Belgique après la première guerre mondiale, 1919-1925, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1997.

Frédéric Graber, « Figures historiques de l’expertise », Tracés. Revue de Sciences humaines, n°16, 2009, [En ligne], consulté le 30 mai 2016.

Céline Granjou, « L’expertise scientifique à destination politique », Cahiers internationaux de Sociologie, n°114, 2003, pp. 175-183.

Karin Knorr Cetina, « Les épistémès de la société : l’enclavement du savoir dans les structures sociales », Sociologie et sociétés, Vol. 30, n° 1, 1998, p. 39-54.

Jean-Yves Trépos, La sociologie de l’expertise, Paris, Presses Universitaires de France, 1996.

Philippe Verheyde, « La bataille des chiffres des réparations ou les étranges calculs de Monsieur Keynes », Entreprises et histoire, n°79, 2015, pp. 147-159.

Image de couverture : Thomas Hawk, Solvay Coke & Gas.

  1. Karin Knorr Cetina, « Les épistémès de la société : l’enclavement du savoir dans les structures sociales », Sociologie et sociétés, Vol. 30, n° 1, 1998, p. 43 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *