Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (1/2)

Le jour où j’aurais dû rencontrer Lorànt Deutsch 

Ce billet aurait réellement pu s’intituler « Le jour où j’aurais dû rencontrer Lorànt Deutsch ». Tout a commencé le vendredi 7 octobre lorsque j’apprends (grand merci à Sophie !) que Stéphane Bern et Lorànt Deutsch seront les invités d’honneur d’un salon du livre d’histoire à Bruxelles (19-20 novembre). C’était cinq jours avant le billet paru sur le blog Aggiornamento concernant la venue de Lorànt Deutsch à Trappes… A la suite du tollé provoqué par ce billet et les réactions tous azimuts, je me suis dit que ça valait la peine d’investiguer sur ce salon du livre de l’histoire bruxellois qui invitait les deux porte-drapeaux de l’histoire de France. Le badbuzz autour de Trappes s’amplifiait et bientôt c’était au tour du supposé compte Twitter de Deutsch d’occuper le devant de la scène médiatique. L’enquête promettait d’être grandiose et excitante… il a fallu quelque peu déchanter. But more on that later. En découvrant la venue de Bern, Deutsch & co. à Bruxelles, j’ai aussi découvert le « Club de l’histoire » et son principal protagoniste. L’ensemble me paraissait un peu bancal, si bien que j’ai mené ma petite enquête. Voici les premiers résultats. Un second billet suivra vendredi…

Le Club de l’Histoire

En commençant mon enquête, je tombe inévitablement sur le site internet du salon du livre d’histoire organisé par le « Club de l’Histoire ». Par la même occasion, je découvre qu’il existe un « Club de l’Histoire ». D’ailleurs le nom de cette ASBL (association sans but lucratif) n’est pas complètement clair. En effet, on voit tantôt indiquer « Club de l’Histoire » et « Club de l’Histoire Patrick Weber ». Pour en avoir le cœur net allons voir du côté du Moniteur belge (l’équivalent du Journal officiel) où les statuts de l’association ont nécessairement été publiés. Et là, bingo ! Il s’agit d’une très jeune ASBL fondée par quatre personnes en mai 2015 (voir ici l’extrait du Moniteur). Les statuts de l’association ont été déposés au greffe du tribunal du commerce francophone de Bruxelles en date du 26 mai 2015 précisément. Parmi les membres, on dénombre trois femmes et un homme. On retrouve ainsi au sein du conseil d’administration les personnes suivantes : Mme. Nicole Clarembaux (juriste et directrice de la coordination des Institutions publiques de protection de la jeunesse (IPPJ) pour la Fédération Wallonie-Bruxelles), Mme Fabienne Willaert (ancienne membre du Conseil de direction du groupe Marie Claire), Annick de Roest (ex-rédactrice en chef de Femmes d’aujourd’hui (groupe Sanoma Media)), Rosette Van Rossem (ancienne directrice Corporate Communications de Sanoma Media) et Patrick Weber (journaliste Bel-RTL, RTL-TVi, Ciné Télé Revue, L’Eventail). Dans les faits ce sont ces deux derniers qui gèrent « au quotidien » l’association bien que ceci ne correspond toutefois pas à leur activité professionnelle principale. Lorsqu’elle a quitté le groupe Sanoma Media, Rosette Van Rossem a également fondé l’association Pink Ribbon dédiée à l’encadrement des femmes touchées par le cancer du sein. Cette ASBL dispose également d’un soutien important de la Fondation Roi Baudouin conçue pour mettre en valeur des initiatives citoyennes de ce type.

Pour en revenir à la question du nom de l’association, il ne fait aucun doute que la dénomination officielle est donc bien « Le Club de l’Histoire ». Pourtant, le nom de Patrick Weber est présent sur presque chaque page du site internet, sur les affiches et les flyers promotionnels du salon du livre d’histoire en préparation. Certes, Patrick Weber est officiellement président du CA et dispose des droits pour la gestion journalière de l’ASBL. Pour autant, on peut s’interroger sur le bien-fondé d’ajouter son nom à celui de l’association qu’il a aidé à mettre sur pieds. Patrick Weber est une figure médiatique bien connue dans la partie francophone de Belgique (il est actif dans la presse écrite, radio et télévisuelle) et l’on peut supputer qu’adjoindre son nom au titre officiel de son ASBL permet d’attirer plus facilement le grand public. Je comprends la logique qui sous-tend cette pratique, mais ça donne parfois l’impression qu’on est pas loin du culte de la personnalité.

En résumé, on a affaire à une association rassemblent des personnes véritablement intéressées par l’histoire – je pense qu’on ne peut pas remettre en question les objectifs louables qu’ils poursuivent -, bien connectées au monde de la presse (écrite, radio-télévisuelle) et qui peuvent sans doute s’appuyer sur leurs réseaux lorsqu’il s’agit d’organiser un événement tel que le salon du livre d’histoire.

Patrick Weber : l’alter ego de Stéphane Bern ?
Crédits : Patrick Weber (www.patrick-weber.be)
Crédits : Patrick Weber (www.patrick-weber.be)

Patrick Weber porte presque à lui tout seul ce « Club de l’Histoire » dans les médias. On n’entend d’ailleurs jamais parler des trois autres membres-fondatrices de l’association. Dès qu’il s’agit de donner une interview, c’est Patrick Weber qui s’y colle. C’était le cas l’année passée pour promouvoir le premier salon : Le SoirLa Libre Belgique, La Dernière Heure, Le Vif/L’Express. Dès qu’il s’agit de promouvoir un événement comme le salon du livre d’histoire, c’est la photo de Patrick Weber que l’on retrouve. Patrick, Patrick, toujours Patrick.

Mais de qui s’agit-il ? Patrick Weber a suivi des études d’histoire de l’art/archéologie à l’Université libre de Bruxelles où il a défendu, en 1990, un mémoire de licence (ancien Master) sur le personnage de Cléopâtre comme un aspect de l’imaginaire égyptien au cinéma. Depuis la fin de ses études, Patrick Weber a bien mené sa barque. Il est l’auteur de plusieurs romans policiers historiques (13 ouvrages depuis 1999). Il a participé à la rédaction du scénario de plusieurs albums de BD (Arthur et les Minimoys, Alix, Œil de Jade, Vikings – Les Racines de l’Ordre noir, etc.). Patrick Weber est aussi journaliste pour différents magazines (Ciné Télé Revue, L’Eventail). Il est par ailleurs un homme de télévision puisqu’il intervient dans l’émission Place Royale (RTL-TVi) consacrée à l’actualité de la famille royale belge ainsi qu’aux autres Maisons royales (extra-)européennes. Enfin, il anime aussi « On refait le monde », une émission quotidienne sur la radio Bel-RTL. D’ailleurs, devinez qui était son invité pour l’émission du jeudi 27 octobre… Idriss Aberkane himself.

Deux jours après la polémique entourant le bullshit concernant le CV académique du susdit Idriss (Cf. l’explication de Mathieu Leocmach, chercheur CNRS en sciences physiques), celui-ci vient tout tranquillement « libérer le cerveau » des auditeurs belges. Quand Weber souligne qu’Aberkane fait l’objet de critiques, celui-ci répond que c’est une problème franco-français car les académiques n’aiment pas faire de la vulgarisation. « Il y a ceux qui veulent faire de la science fermée et ceux qui veulent faire de la science ouverte. Moi, j’ai choisi mon camp » assène Aberkane (à écouter ici, vers 1h15). En fait, la Belgique n’accueille pas seulement les exilés fiscaux français, mais également les pseudo-intellectuels/académiques de l’Hexagone embourbés dans des affaires un peu louches.

Au sein du « Club de l’Histoire » qui porte son nom Patrick Weber est véritablement au four et au moulin. L’association organise des « journées découvertes », des « masters » c’est-à-dire des conférences, des « voyages en majesté » ou même des « goûters ». Quand la loi (de l’histoire) ne peut plus rien pour vous, il vous reste un recours. Un seul. Le « Club de l’Histoire ». Vous pouvez même demander l’organisation d’un événement sur mesure. Et les prix – spécialement pour les « masters » – ne sont pas spécialement à la portée de toutes les bourses…

En résumé, Patrick Weber est la caution scientifique d’une association où ne siège personne d’autre pouvant se prévaloir d’une quelconque formation en histoire. On va encore dire que l’attaque est facile, mais c’est tout de même important compte tenu de ce qui va suivre. En outre, il faut bien avoir en tête que l’objectif avoué de Patrick Weber est de porter l’histoire auprès du plus grand nombre. Il est un vulgarisateur de l’histoire de Belgique avec l’avantage de ne pas avoir le ton d’un Deutsch. Dans une « interview » – elle relève davantage d’une vidéo promotionnelle1 – Patrick Weber indique que l’histoire « est au cœur de l’actualité (…). Elle est partout et en même temps on l’enseigne de moins en moins bien. Et à mon sens, on l’enseigne de moins en moins tout court. Un peuple privé de ses racines ne sait pas très bien où il va ».

Ce qui plait à Patrick Weber est de pouvoir raconter des histoires dans le sens où l’Histoire est avant tout perçue comme l’occasion de mettre en avant des hommes et des femmes, la chair humaine dans ce qu’elle a de plus concret. Pour Weber, on peut aussi entrer dans l’histoire par la littérature (ex/œuvres de Dumas) qui n’affiche pourtant pas tout à fait les mêmes objectifs. Si l’on tronque quelque peu la réalité historique ce n’est pas si grave, selon Weber. Il dit ceci à propos de Dumas : « C’est pas très conforme à la réalité historique, mais ce n’est pas très grave. Quand le personnage vit dans votre imaginaire, vous pouvez essayer de préciser son contour et le faire exister vraiment en tant que figure historique par la suite, avec d’autres lectures ». Il s’agit donc de « découvrir l’Histoire par le petit bout de la lorgnette ». À certains égards, on n’est pas si éloigné de ce que revendique un Lorànt Deutsch : porter l’histoire auprès du plus grand nombre, faire aimer l’histoire, faire de l’histoire incarnée et vivante, être un passeur d’histoires. Avec la différence notable, me semble-t-il, que Weber ne prétend pas faire aimer l’histoire de Belgique en tant que telle. Il est même d’ailleurs assez critique sur les politiques qui jouent avec les références au passé pour leurs seuls intérêts électoralistes. Du coup, Weber est davantage un Stéphane Bern que l’épouvantail Lorànt Deutsch. C’est déjà rassurant.

« Écrire l’histoire » : le salon du livre d’histoire à Bruxelles

Comme indiqué plus haut, le « Club de l’Histoire » organise à la fin de ce mois de novembre un salon de l’histoire du livre dans les murs de l’hôtel de ville de Bruxelles, sur la Grand-Place. Ce qui a m’a motivé à mener une petite enquête était évidemment la venue annoncée de Bern ET de Deutsch. Un combo rarement vu en Belgique qui méritait une attention particulière. D’autant plus que comme vous l’avez remarqué, les membres du CA du « Club de l’Histoire » ont certes de l’expérience dans l’organisation d’événements, mais a priori moins en matière d’histoire. La vidéo de présentation du salon de cette année – réalisée à partir d’interviews effectuées l’année dernière – est d’ailleurs consultable ici.

L’objectif avoué de Patrick Weber est ainsi de créer un salon du livre d’histoire comme il en existe en Angleterre ou en France avec les Rencontres de Blois. Ceci dit, l’événement organisé à Bruxelles ne semble reposer que sur les épaules des administrateurs de l’association. Aucun comité d’organisation spécifique n’est annoncé et il ne paraît pas y avoir de comité, disons, « scientifique » qui pourrait servir de caution. On est bien d’accord qu’un salon du livre d’histoire ne doit pas se résumer à une foire de livres publiés par des maisons d’édition universitaires. Il en faut pour tout le monde et pour tous les goûts.

Il était obligatoire de contacter le « Club de l’Histoire » afin d’avoir leur vision des choses. Pourquoi avoir choisi Bern et Deutsch ? Quelle conception se font-ils de l’histoire ? Comptent-ils inviter, à l’avenir, davantage d’auteurs belges (une grande majorité des auteurs annoncés en 2016 est d’origine française) ? Quid des historiens belges néerlandophones ? Un mail est envoyé le 18 octobre. Je reçois une réponse le 23 octobre de la part de Rosette Van Rossem (Patrick Weber est en copie) pour signifier qu’ils ont bien reçu mes questions, mais qu’étant donné les nombreux préparatifs du salon ils n’ont pas le temps de répondre en détail à mes « nombreuses questions bien intéressantes » (voir la capture d’écran ci-dessous). So much for that

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)
Invités d'honneur étaient initialement S. Bern et L. Deutsch
Les invités d’honneur étaient initialement S. Bern et L. Deutsch

Ce qui était surtout intéressant dans cette affaire de « salon du livre d’histoire » était bien entendu la venue de S. Bern et L. Deutsch. En ce qui concerne S. Bern, on peut éventuellement critiquer les quelques clichés véhiculés dans les émissions « Secrets d’histoire ». Pour autant, il n’y a pas de quoi en faire tout un fromage. En revanche, la présence de Deutsch est plus problématique. La récente polémique autour de sa venue (et finalement annulation) à Trappes en est le parfait exemple. De même que la nouvelle affaire liée à son supposé compte Twitter. Comme a priori en Belgique on est moins prompt à la polémique qu’en France – un de mes anciens professeurs disait qu’en France on discute toujours trop et en Belgique parfois pas assez… #anecdoteinutile – Deutsch n’avait pas grand chose à craindre. Seulement PAF ! Retournement de situation. En consultant le site internet du salon de l’histoire le mercredi 26 octobre – jour de l’article publié par Buzzfeed sur le supposé compte twitter de Deutsch #hasardescalendriers – je me rends compte que Deutsch n’apparaît plus. Seul Bern est repris comme l’invité d’honneur et le bandeau circulant où apparaissait un portrait de Deutsch a disparu. Après vérification, Rosette Van Rossem me confirme que Deutsch a lui-même renoncé à venir à Bruxelles et a visiblement causé une grande tristesse aux organisateurs/-trices.

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)
14657780_10153773171131401_686805530_n
Bandeau du site internet du salon « Ecrire l’histoire ». Avant…
capture-decran-2016-10-26-a-18-41-44
Bandeau du site internet du salon « Ecrire l’histoire ». Après…

Deutsch a donc préféré annuler motu proprio son apparition bruxelloise alors que la tempête médiatique s’abat sur lui en France. De toute façon, je ne vois pas très bien comment les organisateurs du salon « Ecrire l’histoire » auraient encore pu défendre sa présence après tout ce qui est sorti dans la presse depuis le début du mois d’octobre. Quoi qu’il en soit, cela soulève pour la énième fois l’importance qu’on accorde à Deutsch. À n’en pas douter, les organisateurs du salon du livre d’histoire ont souhaité inviter Bern et Deutsch car ils sont deux figures médiatiques connues. Néanmoins, je ne peux m’empêcher de penser que le choix d’inviter ces deux personnages en dit long sur la manière dont les gestionnaires du « Club de l’Histoire » envisagent leur rapport à l’histoire. On peut ainsi être rassuré que Deutsch ne vienne finalement pas à Bruxelles, mais en même temps on ne peut s’empêcher de relever que les organisateurs ne se sont posés aucune question quant à la vision de l’histoire que leur invité d’honneur diffuse. Ici, on n’est toutefois pas dans la même configuration qu’à Trappes. Si on ne veut pas aller au salon « Ecrire l’histoire », personne ne peut vous y obliger. On est bien d’accord. Il reste tout de même que la présence d’un autre auteur pourrait faire polémique…

Les enfumades de Dimitri Casali

Vu que Lorànt Deutsch s’est décommandé, l’enquête sur le salon du livre d’histoire perd un peu de sa saveur. Pour autant, il est possible de se rattraper. Parmi la liste des invités au salon, on constate que Dimitri Casali sera présent les deux jours que durent l’événement pour défendre trois de ses dernières publications : Les Grands personnages de l’histoire pour les Nuls (2016), Qui a gagné Waterloo (2015) et 40 morts « à la con » de l’Histoire (2015)… Si on pouvait critiquer la venue de Deutsch, je pense qu’il faut tout autant dénoncer celle de Dimitri Casali. Rétroactes pour celles et ceux qui ignoreraient de qui on parle.

Le collectif ayant publié « Les historiens de garde » ainsi que certains auteurs du dorénavant fameux blog Aggiornamento hist-géo (ici, et encore un peu ici) ont longuement analysé les propos de cet auteur. Casali est prioritairement un polémiste qui se targue d’être historien. Pour lui, l’Histoire est un instrument pour justifier ses opinions politiques. Raccourcis réducteurs, analogies scabreuses, fascination des grands hommes sont en quelque sorte les trois ingrédients magiques de la recette Casali. Contrairement à d’autres auteurs dont les publications ne font finalement pas tant de bruit que cela, celles de Casali sont d’un autre tenants. Déjà parce qu’il s’est vu confier – il y a plusieurs années – par les éditions Armand Colin la continuation de « l’Histoire de France » d’Ernest Lavisse. Casali soutient que tout va mal à l’Education Nationale, que l’Histoire n’est plus enseignée comme elle l’était/devrait l’être et, partant, la légitimité que lui offre Armand Colin est une aubaine pour lui. En 2011, il publie même un « Altermanuel de l’histoire de France » – publié tout de même chez Perrin… – pour souligner « tout ce que nos enfants n’apprennent plus au collège ». Il est alors invité sur tous les plateaux de télévision et y délivre systématiquement le même discours : l’histoire de France telle que conçue par l’Éducation Nationale ne professe qu’une vision culpabilisante du passé. Sur France 5 (émission « C à dire ») il annonce vouloir proposer « une vision sereine, apaisée et optimiste » à propos de l’histoire de France. Dans l’émission « C dans l’air », il se frotte à Laurent Wirth, Inspecteur général à l’Éducation Nationale en regrettant que les grands hommes aient disparu des programmes. Chez Taddéi (« Ce soir ou jamais », France 3), il se plaint que Clovis, Charles Martel, saint Louis ou François Ier soient oubliés par les têtes blondes car ces personnages seraient censurés par l’Éducation Nationale. Selon Casali, on est face à une « criminalisation de l’histoire de France » (propos toujours tenus chez Taddéi). À l’écouter, Clovis ou Napoléon sont des « immigrés qui ont fait la France » (propos dans « C à dire », France 5). Il sous-entend donc qu’il faille considérer l’histoire de France à partir de ses contours géographiques actuels ou par la maîtrise du français pour définir qui (n’) est (pas) un « vrai » Français. Clovis étant supposément né à Tournai, il n’est pas Français par ses origines… Napoléon ne parle pas français avant ses dix ans, il n’est donc pas digne d’être repris comme français avant ce moment… On voit ici en quoi la langue et le territoire sont les ferments actifs, selon Casali, de l’histoire de France et aussi de l’identité nationale qui sous-tend l’ensemble.

Casali s’est récemment lancé dans la confection d’un « Nouveau Manuel d’histoire ». Il a d’ailleurs reçu le soutien de la Fondation Aristote qui ne s’est pas privée de contacter les enseignants d’histoire-géo. La Fondation Aristote a également mis au point une campagne de crowdfunding sur le site Kiss Kiss Bank Bank qui a rapporté 31 000€ (objectif initial : 25 000€). L’objectif était de proposer une édition en ligne gratuite avec du contenu enrichi. Je ne vous parle pas d’un truc ancien. Non ! On est en 2016 !! La vidéo promotionnelle a été publiée en avril dernier sur Youtube afin de faire connaître « le manuel le plus beau qui existe sur le marché » (dixit Casali). La campagne de collecte s’est, quant à elle, achevée en juin. Or, certains contributeurs n’ont apparemment pas encore eu de nouvelles depuis lors. Un des contributeurs a publié le 28 septembre sur la page de ce projet : « Aucune nouvelle ni invitation malgré ma contribution… non négligeable ». L’individu en question a tout de même dépensé 1001€ (!!!) pour être nommément repris dans ce nouveau manuel et être convié à un dîner avec Dimitri Casali himself. Les gestionnaires du projet ont pourtant publié le 3 juin une annonce comme quoi les premiers exemplaires du manuel étaient sortis de presse… Deux mots encore sur la vidéo promotionnelle du projet. Dans celle-ci, Casali n’hésite pas à dire qu’il est urgentissime, en 2016, « de faire aimer l’histoire de France à nos enfants, de leur redonner la fierté » de l’histoire nationale. Ca ne vous rappelle personne ? Des indices ici et . L’exemple choisi pour démontrer l’approche « équilibrée » du manuel est celui de la colonisation. Casali insiste pour dire que sur une page il aborde « les enfumades en Algérie » et que « tous les aspects positifs de l’œuvre civilisatrice française » sont présentés sur la page suivante. CQFED2.

Vous reprendrez bien un peu de modestie

Parmi les invités au salon, certains méritent encore une petite attention… Un personnage truculent sera présent à Bruxelles : Frédérick Gersal. Pour ceux qui ne sont pas du matin, ça ne vous dira peut-être pas grand-chose. F. Gersal est le « Monsieur Histoire » pour l’émission Télématin présentée par William Leymergie sur France 2. À regarder ces apparitions à l’écran, on pourrait croire que F. Gersal est sous perfusion de Red Bull à longueur de journée. Le livre qu’il viendra présenter à Bruxelles a été publié en ce début d’année et traite des « 100 dates qui ont fait l’histoire de France » (voir ici l’interview au 13h de France 2 par Élise Lucet). Dans cet ouvrage, il part de la défaite de Vercingétorix (-54 avant J.-C.) pour terminer avec la création de l’euro. Pendant l’interview accordée à Élise Lucet il n’hésite d’ailleurs pas à dire qu’il faut de la folie pour raconter de l’histoire et qu’il est fou d’histoire… Ca tombe bien. Qui plus est, il est parvenu à publier un deuxième livre cette année qui est consacré au masque de fer ! J’ai toujours cru qu’il n’y avait que Michel Onfray qui parvenait à publier plus d’un livre par an… F. Gersal intervient sur tout et tout le temps. Tantôt il propose une chronique énôôôôrmissime sur Guillaume le Conquérant et la bataille d’Hastings en 1066(voir ci-dessous) et tantôt intervient sur l’histoire de l’état d’urgence en France après les attentats du 13 novembre 2015.

J’aurais pu intituler ce paragraphe « Luc Mary, Wikipédia et la revue qui n’existe plus ». Le cas de Luc Mary est intéressant à plus d’un titre. On le présente sur le site du salon comme « historien de formation, auteur de 20 livres » ainsi que rédacteur pour la revue « Actualité de l’histoire ». En recherchant quelques informations à son sujet, on se rend vite compte que Luc Mary passe souvent dans les médias nationaux français. Précisons qu’il a travaillé pour Paris Match et VSD. Du coup, il s’agit plus que probablement de quelqu’un qui sait naviguer dans le monde des médias d’une autre façon qu’un(e) historien(ne) lambda. Il est invité par France 2 dans l’émission « Complément d’enquête » pour parler d’astronomie. Il a été interviewé par Bruce Toussaint sur Europe 1 à propos de son ouvrage consacré aux décisions les plus absurdes de l’histoire. Il a également rédigé plusieurs contributions pour la revue Atlantico. Il est même interrogé par Libération en 2012 au moment de cette folie qui envahissait les territoires de France et de Navarre concernant l’hypothétique fin du monde ! Quand on dit que Luc Mary a rédigé 20 livres, c’est un peu vite dit. Si on en croit sa page Wikipédia – elle est intéressante à analyser, mais j’y reviendrai – on dénombre 36 ouvrages écrits ou co-écrits par notre auteur ! Bon, on est loin des 83 livres de Michel Onfray, mais ça reste plus qu’appréciable. D’autant plus que sur ces 36 livres, 34 ont été rédigés entre 2002 et 2016 ; 18 livres publiés depuis 2010. Luc Mary est donc un auteur prolifique qui apprécie soit de vanter soi-même ses mérites soit dispose de véritables groupies. Sa page Wikipédia, écrivais-je, vaut la peine d’être lue. On y lit qu’il publie « à l’âge de 21 ans un livre remarqué Le Futur nous observe (hypothèse du voyage dans le temps à propos des OVNI) ». L’épithète « remarqué » est soulignée avec la mention « référence nécessaire ». Rebelote quelques lignes plus loin où l’on peut lire « Paru en 2010, Rends-moi mes légions ! a été unanimement salué par la critique ». Ces six derniers mots sont également soulignés avec la mention « référence nécessaire ». Dans l’historique de la page, on observe que toutes les nouvelles publications sont systématiquement ajoutées, parfois de manière très anticipée, alors que rien n’est fait pour lever l’équivoque sur la réception soi-disant dithyrambique de ses œuvres.

Sur cette page (publicitaire) Wikipédia on peut, à l’instar du paragraphe de présentation sur le site du salon Écrire l’histoire, lire que Luc Mary « rédige régulièrement des textes pour la revue Actualité de l’histoire, une rubrique mensuelle consacrée aux uchronies ». Sauf que voilà, la revue en question n’existe plus depuis 3-4 ans. Il semble donc également impossible aux contributeurs de cette page de mettre à jour la ligne consacrée à Actualité de l’histoire… Pour vous rassurez, je n’ai pas sucé cette information de mon pouce. Ayant trouvé que cette revue était publiée par Hervé Chopin Edition, je me suis permis de contacter la maison d’édition. Hervé Chopin s’est lui-même chargé de me répondre ceci : « La revue Actualité de l’Histoire a malheureusement cessé de paraître il y a 3 ou 4 ans et nous n’avons plus de numéros disponibles » (voir le mail ci-dessous).

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)
(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

De deux choses l’une. Soit on est face à une énorme négligence de la part des organisateurs du salon « Écrire l’histoire » qui ne vérifient pas les personnes qu’ils invitent soit Luc Mary entretient lui-même l’équivoque sur ses activités et ses affiliations. Comment se fait-il sinon qu’il soit encore repris comme contributeur d’une revue qui a cessé d’exister depuis 3-4 ans ?

Conclusions provisoires

À la lecture de tout ceci, on se dira que je ne suis pas très enthousiaste à l’idée de voir s’organiser pareil salon du livre d’histoire à Bruxelles. De fait, il me semble que la présence de certains auteurs cités plus haut pose énormément de questions. Voir qu’un auteur se prévaut d’être rédacteur d’une revue qui n’existe plus n’est pas acceptable. Voir Dimitri Casali recevoir ce genre de tribune alors que la vision éculée de l’histoire (de France) qu’il propose a été soulignée à maintes reprises devrait en indisposer plus d’un.

N’y a-t-il donc aucun historien un peu potable dans le lot ? Si, bien sûr. Ils sont présents mais en petit nombre et il s’agit principalement d’historien(ne)s de la période contemporaine. Aucun(e) antiquiste, médiéviste ou moderniste un peu sérieux n’est prévu pour contrebalancer la présence écrasante d’historiens-apprentis-sorciers (D. Casali) ou d’autres historiens amateurs de bonne facture. Si l’on veut se comparer aux Rencontres de Blois, ne faudrait-il pas davantage travailler à rassembler un public d’orateurs bien plus variés ? Et surtout un peu plus en provenance de Belgique, non ? Je suis bien conscient que le nom de S. Bern attire le public. Quand on entend que l’organisateur de ce salon dit lui-même qu’on n’apprend plus l’histoire de Belgique, pourquoi se contraindre à inviter une ribambelle d’historien(ne)s français(e)s ? Tout laisse à penser que les organisateurs se sont appuyés majoritairement sur leurs réseaux tissés durant leur carrière journalistique sans pour autant avoir entrepris une recherche un tantinet sérieuse sur celles et ceux qui font de l’histoire en Belgique. On peut certes penser aux universitaires, mais pas seulement. La Wallonie et Bruxelles regorgent de cercles d’histoire locale qui publient des revues voire des ouvrages de très bonnes facture, parfois indispensables et devenus des classiques.

Ce salon de l’histoire en dit donc beaucoup aussi sur l’état de la discipline historique en Belgique et singulièrement dans la partie francophone du pays. Il en dit aussi énormément sur la place qu’occupent les historien(ne)s auprès du grand public… ou plutôt qu’ils/elles n’occupent pas. Un journaliste tel que Patrick Weber qui dispose de ses entrées auprès de plusieurs magazines et médias peut se prévaloir d’un éclairage médiatique maximal.

Tout ceci m’a poussé à contacter plusieurs participants du salon de l’histoire parmi celles et ceux qui travaillent dans le monde académique ou de la recherche. J’ai également proposé une interview à Nicolas Offenstadt (Paris I Panthéon-Sorbonne) afin de recueillir son avis sur Deutsch, sur la place de l’historien auprès du grand public et les orientations dites de l’histoire publique.

La suite, ce sera donc pour le prochain billet. Et vous savez quoi ? Vous ne devrez pas attendre trop longtemps. Rendez-vous déjà vendredi pour la suite…

Mise à jour du 7 novembre : La 2e partie de cette enquête est consultable ici. Bonne lecture !

Nicolas Simon (@nsmodernhist)

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (1/2)", in ParenThèses, publié le 31/10/2016, URL: https://parenthese.hypotheses.org/1554 (consulté le 18/08/2017).

Crédit « Image à la Une » : Dariusz Sankowski

  1. La vidéo est réalisée par le responsable photographique et vidéo du « Club de l’Histoire ». []
  2. Ce qu’il fallait essayer de démontrer. []

3 réflexions au sujet de « Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (1/2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *