Le moyen âge vu par les politiques

L’histoire au service du monde politique

L’histoire ne dispose pas toujours des serviteurs qu’elle mériterait d’avoir. Les enfants de Clio n’hésitent pas à s’écharper à propos d’une date, d’un fait ou de l’interprétation à donner concernant un phénomène. Le problème avec l’histoire, c’est qu’il ne s’agit pas d’une profession protégée pour laquelle il est nécessaire de passer un examen d’entrée. Quiconque intéressé par l’histoire peut en faire sa passion, voire son activité professionnelle par la publication de livres pour le grand public. On tombe alors dans les débats qui ne cessent d’entourer la sortie de chaque nouvel opus d’un Lorànt Deutsch ou d’un Dominique Casali. On a régulièrement la confirmation que lorsque des universitaires prennent la parole pour défendre certains fondamentaux, ils sont généralement taxés de vouloir préserver l’omnipotence de la chaire de vérité académique.

Il existe toutefois d’autres personnes qui aiment mobiliser l’histoire. Ce sont les hommes et les femmes politiques. Il leur arrive même de prendre la défense d’un Lorànt Deutsch… Allez savoir pourquoi. Dans un cas pareil, on peut être sûr que nous seront servis tous les poncifs liés à l’importance d’aimer l’histoire de son pays, à l’intérêt suscité pour l’histoire auprès des jeunes générations, etc. Le landernau politique aime la phrase facile, la punchline bien grasse ou l’analogie qu’on garde en tête le jour de l’élection. Le monde politique joue toutefois un jeu dangereux avec l’histoire dès l’instant où celle-ci devient l’enjeu d’une bataille idéologique. Je m’explique. L’importance qu’un homme ou une femme politique accorde au passé n’est pas gratuite ; on ne parle pas du passé durant un discours de meeting pour la beauté du geste. Certes, on peut recourir à l’histoire de son pays en vue de souder l’électorat autour du récit national fantasmé. En Belgique, ce n’est toutefois pas trop la culture…

Ce qui va m’intéresser dans ce billet est légèrement différent de cette utilisation-là du passé par les représentants politiques. Il convient de s’interroger sur l’usage que fait le monde politique du passé en vue de le présenter comme un répulsif à la situation présente. En clair, il s’agit de mettre à jour la vision téléologique du monde politique : il faut constamment se projeter vers le futur, enclencher des réformes et surtout éviter de dire que la situation était mieux avant. En fait, c’est même une sorte de prophétie autoréalisatrice. Horresco referens ! À ce jeu-là, le moyen âge est la victime des politiques à son corps défendant et à l’insu de son plein gré. Combien de fois n’entend-on pas l’épithète moyenâgeux/-euse utilisée pour qualifier une décision que l’on considère inappropriée pour notre époque civilisée ? D’ailleurs, le médiéviste Michel Zink ne s’y est pas trompé. Dès les premières lignes de son dernier ouvrage (Bienvenue au moyen âge, 2015), l’historien relève que la période médiévale « n’a pas bonne presse. (…) Qualifier un régime politique ou un système judiciaire de moyenâgeux est rarement un compliment ». Il est très gentil sur ce coup-là, Michel.

Tant qu’à faire, prenons au sérieux ce que l’on écrivait dans un billet de septembre et dénonçons ces usages complètement absurdes du moyen âge par les politiques #thewaronbullshitrevival

Recherches préliminaires

Alors voilà, je me suis lancé dans la recherche d’exemples concrets où le moyen âge est utilisé par les politiques belges dès l’instant où ils veulent défendre les idées de leur programme. Je ne me suis pas attardé outre mesure sur la France. J’aborderai simplement le cas de Nicolas Sarkozy car celui-ci s’est particulièrement illustré les derniers mois de 2016 en recourant au moyen âge pour l’opposer à notre période actuelle. En bon bêêêêlche, j’ai surtout sondé les Annales de la Chambre des Représentants, c’est-à-dire les retranscriptions analytiques des débats parlementaires. Il faut d’ailleurs souligner l’existence du site Plenum à partir duquel on peut effectuer des recherches dans les Annales parlementaires de 1844 à 19401. Par ailleurs, j’ai tâché de trouver quelques exemples récents dans la presse lorsqu’un(e) Ministre ou président de parti laisse échapper une phrase à propos du moyen âge.

L’expert Sarkozy

Commençons, si vous le voulez bien, par un exemple récent et qui met en scène l’ex-Président de la République française, Nicolas Sarkozy. Dans un extrait de son livre de campagne La France pour la vie, l’ex-Président écrit – l’a-t-il vraiment écrit seul ? – ceci à propos de l’islam :

Or chacun peut comprendre que des écrits religieux, du fait de leur ancienneté et de leur caractère symbolique, doivent absolument être interprétés et contextualisés. L’islam doit se livrer systématiquement à ce travail afin de ne point laisser le monopole de la pensée religieuse à des radicaux fondamentalistes. La culture chrétienne est tout autre qui fait des commentaires, de l’interprétation, de la critique une constante. Lorsqu’elle l’a abandonnée, notamment au Moyen Âge, ce furent alors toujours des périodes de récession, d’absolutisme, de violence ou de persécution (p. 148).

Cette citation en dit long sur ce que Nicolas Sarkozy pense de l’islam et du moyen âge. « Récession », « absolutisme », « violence » et « persécution » seraient donc les quatre mamelles du moyen âge. À ce niveau-là de désinformation historique, on peut comprendre que les débats sur l’histoire de France soient si touchy.

Quand le moyen âge abandonne la critique et les commentaires

 Au début du mois d’octobre 2016, le même Nicolas Sarkozy a livré un discours en Alsace, à Reichstett précisément, dans le cadre de la campagne pour la primaire des Républicains (à écouter sans modération ici). De nouveau, le moyen âge en prend pour son grade. Dès qu’il est question de thématiques liées à l’islam l’adjectif « moyenâgeux » est de rigueur. C’est presque pavlovien. À propos de la polémique entourant le burkini, Nicolas Sarkozy affirme qu’il s’agit « d’une régression moyenâgeuse et nous n’en voulons pas sur le territoire de la République française ». Il continue donc d’entretenir le mythe d’une période médiévale soi-disant obscurantiste marquée par une ignorance crasse généralisée. Au moment d’aborder la situation actuelle de l’Union européenne, Nicolas Sarkozy rappelle les douloureux moments qu’a expérimentés l’Alsace :

Vous avez connu les conflits les plus barbares qu’on ait connu dans l’histoire de l’Humanité. Ce n’était pas en Afrique, c’était en Europe. Ce n’était pas au moyen âge, c’était au 20e siècle.

Le moyen âge est ici mis en « valeur » pour son instabilité militaire et politique, faisant sans doute de cette période – en tout cas aux yeux de l’ancien président – l’une des plus meurtrières de l’histoire humaine. Mais alors, cela signifie-t-il aussi que notre 20e siècle a été plus meurtrier que le moyen âge ? Tout n’était donc pas si mauvais au moyen âge ? Allez savoir. En gros, la période médiévale reste perçue comme un temps où la guerre est endémique et, partant, un univers où le vulgum pecus n’a aucune chance de survivre. Hasta la vista, baby !

Des tours et des châteaux forts : les politiques belges et le moyen âge

Le moyen âge aujourd’hui

Elio Di Rupo (PS)

Concentrons-nous maintenant sur les politiques belges. Dans le Royaume, on aime bien les crises gouvernementales et on raffole d’ouvrir à révision les articles de la Constitution pour réformer/confédéraliser le pays. Sur l’échelle de Richter des imbroglios politiques, on est au-delà de l’imaginable. En avril 2014, le Premier Ministre de l’époque, Elio Di Rupo (président du Parti Socialiste depuis 1999 et bourgmestre de Mons depuis 2001 #vivelechangement), vient présenter le projet de déclaration de révision de la Constitution devant les députés fédéraux. Précisons qu’on est alors à la veille d’élections « générales » (fédérales, régionales, européennes) qui ont vu les nationalistes flamands (N-VA) devenir le premier parti du pays2. Bien entendu, la N-VA considère le projet « minimaliste » et le fait savoir par l’intermédiaire de son vice-président de l’époque, Ben Weyts. Il n’en faut pas plus pour qu’Elio Di Rupo tonne que la vision de la N-VA date du moyen âge ! Et le Premier ministre de continuer: c’est comme si « tout est question de langues et d’ethnies », comme si « une communauté devait absolument dominer l’autre ». Grand Dieu ! On dirait que Di Rupo suggère qu’au moyen âge tout le monde s’écharpait du matin au soir. L’ancien Premier Ministre est d’ailleurs coutumier de la technique consistant à présenter la vision de son opposant politique comme « moyenâgeuse » afin de stigmatiser ses idées. De la sorte, E. Di Rupo peut constamment se présenter comme le chantre du progrès (social) face à ses adversaires. « Nous ne sommes pas au moyen âge » ! Voilà ce que notre maître ès histoire médiévale disait sur les ondes de la radio Bel-RTL en avril 2016 à propos d’un projet de loi présenté par l’actuel gouvernement dirigé par le libéral francophone Charles Michel concernant la possibilité de licencier plus facilement les élus syndicaux d’une entreprise. Les propos du président du PS étaient surtout adressés à la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) qui soutenait le projet. Di Rupo n’est toutefois pas le seul à mobiliser le moyen âge et les gros stéréotypes qui l’accompagnent pour critiquer les projets/idées avec lesquels il n’est pas en phase.

En 2012, au lendemain de la plus grave crise politique que la Belgique ait connu (541 jours sans gouvernement fédéral #recorddumondebaby), un ministre socialiste de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Jean-Claude Marcourt) émet l’idée d’une « déconstruction » de la Fédération. L’idée sous-jaçente est de « couper » le cordon avec les francophones de Bruxelles afin de créer une « vraie » région bilingue bruxelloise à part de la région wallonne. À ces mots, Joëlle Milquet (Centre démocrate humaniste), alors Ministre fédérale de l’Intérieur, s’insurge contre cette vision étriquée de la politique dans la partie méridionale du pays. Le moment n’est pas opportun pour lancer des idées pareilles, clame-t-elle. Elle souligne à la radio que ces propos sont « dangereux politiquement et cela va contre le sens de l’Histoire, contre les intérêts politiques des francophones qui doivent être unis, contre la logique économique qui exige concertation entre Wallonie et Bruxelles ». Et d’ajouter qu’elle refuse « le repli vers le médiévalisme, les tours et les forteresses ». La vision du moyen âge qui est ici en jeu est vraisemblablement celle de petits seigneurs locaux (le Ministre Marcourt) qui croient faire la loi dans leur château et le plat pays alentour (la région wallonne). Au 21e siècle, il faut évidemment être universaliste. N’oublions pas qu’on retrouve tout de même le mot « humaniste » dans le nom du parti qu’a créé Jöelle Milquet sur les cendres de l’ancien Parti Social-Chrétien.

Joëlle Milquet (cdH)

Toujours en 2012, la même Joëlle Milquet a participé à l’émission « God en Kleine Pierke » diffusée sur la chaîne flamande VRT. Il s’agissait d’une « opération séduction » afin de se faire connaître un peu mieux de l’autre côté de la frontière linguistique3. Au cours de cette émission, la Ministre en vient à parler des clichés entretenus autour des Flamands et des Wallons : « C’est absurde. Avec nos lions, nos coqs, les comtes, les drapeaux, les ornements, les forteresses, les châteaux, les tours… Nous ne sommes quand même plus au moyen âge. C’est fini tout ça. Moi, j’ai une vision cosmique de la société. On a un destin commun, d’où la nécessité d’avoir des projets communs ». Tout est pensé comme si le moyen âge était la période où on ne réfléchissait pas en termes de projets communs, comme si chacun restait bien de son côté sans regarder ce que le voisin faisait. Remarquez qu’elle semble avoir une fascination pour les châteaux et les tours ainsi que, si l’on file sa métaphore, pour les particularismes et replis identitaires qui constitueraient donc l’ADN de la période médiévale. N’est pas co(s)mique qui veut.

Plus récemment, le Mouvement Réformateur (MR, parti libéral francophone) a publié une brochure destinée à défendre les décisions prises par le gouvernement du Premier Ministre libéral, Charles Michel. Souhaitant répondre aux attaques du Parti socialiste concernant la fragilisation du temps de travail, le MR souligne que les arguments socialistes sont faux, complètement faux et même archi faux. On vivrait un retour au moyen âge ? FAUX ! La mesure était déjà prise sous le gouvernement Di Rupo (cf. supra). En outre, le moyen âge est une fois encore perçue comme une période d’exploitation sans limite de la main-d’oeuvre où tout le monde risquait de « perdre son emploi » en un instant.

Extrait d’un tract du Mouvement Réformateur (MR) diffusé par des membres du parti sur les réseaux sociaux

Le moyen âge dans les débats parlementaires du 19e siècle

Si les politiques actuels recourent au moyen âge pour mettre en avant l’importance des avancées sociales effectuées pendant la législature où ils étaient au pouvoir, ils ne mobilisent finalement pas tant que ça le moyen âge. Les champions, dans ce domaine, restent assurément les parlementaires du 19e siècle. Au fil des discussions liées aux budgets des Ministères, aux lois scolaires ou à la réglementation fiscale, le moyen âge est très régulièrement mis en avant par les députés du 19e siècle afin de rappeler que cette période était sans doute la plus abominable de l’histoire humaine. Je vous propose quelques perles glanées ça et là…

Carte de Liège au XVIe siècle gravée sur cuivre par Julius Milheuser en 1627 et publiée par Johannes Blaeu à Amsterdam en 1649, intitulée Legia sive Leodium vulgo Liège. Julius Milheuser fecit. Novum ac magnum theatrum urbium Belgicœ regiœ. Vue prise de St-Maur

On se doit de citer les propos du rapporteur de la commission chargée d’examiner le budget du département de la Justice lors de la session de la Chambre du 20 décembre 1844. L’honorable J.-P. Cassiers doit rendre compte des dépenses envisagées à propos des prisons. Parmi les villes où de nouveaux établissements pénitentiaires doivent être construits se trouve la ville de Liège. La prison de la Cité ardente était, de l’avis de tous, bien trop vétuste. Une nouvelle prison est ainsi construite entre 1847 et 1850 ; elle entre en fonction dès 1851. Au cours des débats, le rapporteur Cassiers n’y va pas de main morte pour décrire l’état déplorable de la prison :

La prison principale de [Liège] est le monument le plus hideux de la barbarie du moyen âge qui existe dans le royaume (…).

Parler de barbarie renvoie à un univers auquel personne ne veut s’assimiler : si les médiévaux sont, eux, des barbares, ils ne partagent en aucun cas les valeurs qui sont les nôtres (celles des représentants de la Nation). Restons d’ailleurs avec les barbares. Il faut mettre en avant le projet de loi sur la chasse proposé à la Chambre en 1846 (session du 18 février). Légiférer en la matière n’est pas neuf. Déjà en 1877, Amédée Faider a publié une « Histoire du droit de chasse et de la législation sur la chasse » en Europe et qui montre bien l’importance que revêtait cette matière au moyen âge et aux temps modernes. « Dans un siècle aussi éclairé que le nôtre » dit le Comte de Kenesse, en 1846, il serait complètement fou de vouloir « se rapprocher des règles du moyen âge, de ces lois atroces faites dans une époque de barbarie ». Et de citer Froissart ainsi que les coutumes du Beauvaisis (aaah Jean Boutillier est toujours d’un bon secours) pour soutenir que l’on punissait de mort « tous ceux qui, pendant la nuit, dérobaient des lapins ». Le moyen âge serait donc barbare car, une fois de plus, on considère que les pratiques de l’époque sont loin d’entrer en écho avec celles du 19e siècle libéral. Oi βάρβαροi, ceux qui vous contemplent sont ceux qui vous maudissent !

Soyons de bon compte. Certains ont tenté de défendre le moyen âge, ou à tout le moins ses saints. Un peu plus tôt en 1846 (session de la Chambre du 20 mai), le député Dumortier défend la décision d’avoir fait en sorte que les Acta Sanctorum soient dorénavant publiés par les Bollandistes belges (situés au Collège Saint-Michel à Bruxelles). Dans son intervention, l’honorable Dumortier indique que les Acta Sanctorum « ne sont pas seulement une publication religieuse, c’est avant tout une publication historique. En effet, les saints sont les grands hommes du moyen âge ; c’est uniquement dans ce qui est relatif aux saints qu’on trouve des renseignements sur les mœurs, sur la vie des citoyens, sur les libertés du peuple au moyen âge »4. Voilà ce qui manquait aux propos de Joëlle Milquet sur les tours et les forteresses : les saints. Le vrai badass du moyen âge c’est le saint mort en martyr et qui mérite d’avoir sa biographie dans les Acta Sanctorum.

 En ce milieu du 19e siècle où la Belgique ne compte encore que deux « partis », voire plutôt deux piliers, l’un chrétien et l’autre libéral5, la question de la religion est un problème sensible. Encore plus dès que l’on s’interroge sur la place du clergé dans les classes. Durant les débats liés au projet de loi sur l’organisation de l’enseignement moyen (session du 18 avril 1850), les hommes d’Église du moyen âge sont pris à partie. M. de Merode souligne même que le clergé fut fondamental pour l’éducation de la population :

Anciennement le clergé possédait l’instruction publique, il gouvernait la société, je dirais même qu’il était à la tête de la civilisation parce qu’il conservait le dépôt des lumières et des sciences. Je dirais même que, dans ma pensée, il a fait sortir la civilisation des ténèbres du moyen âge. Mais aujourd’hui, à mesure que la civilisation a grandi en bien-être moral et matériel, le clergé ne pourrait plus suffire à la tâche.

Ah oui ! Le moyen âge correspond à ces Dark Ages de l’histoire occidentale. Seulement voilà, on n’en est évidemment plus là au 19e siècle et, selon Merode, « l’influence de la puissance publique doit venir concourir avec l’influence religieuse ». Depuis l’époque médiévale, les gens se sont éduqués, ont appris à lire et écrire – pas sûr qu’on parle de la majorité de la population du 19e siècle, mais bon… – et si la place du curé dans la vie de tout un chacun(e) est ancrée dans les mœurs, il n’est plus le seul à pouvoir/devoir dispenser un enseignement. D’ailleurs, vous ne le saviez pas ? Le moyen âge est une « époque de guerres, de famine, d’exactions en tout genre ». C’est en tout cas l’avis du député t’Kint de Nayer, rapporteur sur le projet de loi relatif aux sociétés de secours mutuels dont le but est de relever le niveau de vie des ouvriers et des classes populaires au sens large. Au cours de la session du 17 février 1851, t’Kint de Nayer n’y va pas avec le dos de la cuillère. En termes de secours mutuels, il ne faut pas espérer trouver des exemples issus du moyen âge dont on pourrait s’inspirer :

Il suffit d’ouvrir les annales des générations humaines; je ne parlerai pas des ilotes et des prolétaires du monde ancien, ni du vasselage qu’on voudrait comparer à l’assujettissement dans lequel les maîtres tiennent les ouvriers.

Palais de la Nation à Bruxelles. Siège de la Chambre des Représentants et du Sénat.

Les libertés communales héritées du moyen âge sont également un mal que l’État libéral du 19e siècle se doit de combattre à tout prix. En 1853 (session du 28 avril), la discussion sur le projet de loi relatif aux distilleries s’oriente vers la possibilité qu’ont les communes de taxer elles-mêmes les spiritueux. Le Ministre des Finances, le libéral Charles Liedts, indique être un « grand ami des libertés communales » mais il ne les aime « pas plus que le pouvoir constituant lui-même » qui a exigé que les tarifs ne soient pas soumis à la discrétion communale, mais bien approuvés par le gouvernement. Citant un de ses collègues de l’hémicycle, Liedts indique ceci :

(…) nous retournerions au moyen âge si un pouvoir supérieur ne pouvait pas apporter une limite à l’exagération des octrois communaux.

On retrouve, une nouvelle fois, cette vision d’un moyen âge coincé dans les particularismes et « localismes » malséants. Osons gager que Liedts avait en tête les révoltes des villes flamandes du 15e siècle… Bien des années plus tard, en juin 1913, plusieurs sessions parlementaires sont consacrées aux droits perçus par la ville de Louvain sur les déchargements effectués sur les berges du canal longeant la commune. En session du 13 juin 1913, le député Devèze déplore ainsi cette situation :

Le canal de Louvain reste soumis à un régime pour lequel j’ai vainement cherché un autre qualificatif que celui de moyenâgeux.

Pardi ! Le gouvernement central se doit d’intervenir afin de racheter le canal et empêcher Louvain de ponctionner de manière outrancière tout qui souhaite décharger le long des berges. L’échevin louvaniste Claes, élu à la Chambre, a beau jeu d’essayer de tempérer les attaques de ses adversaires… La charge est relancée par le député Ortegat quelques jours plus tard (session du 20 juin). Celui-ci dit à son honorable collègue :

Vous exercez un droit de propriété et vous l’exercez en entier, mais toujours de façon moyenâgeuse.

Diantre. Le dialogue entre Ortegat et Claes est d’ailleurs magnifique. Ils sont tellement YOLO en 1913 qu’ils prennent des copies authentiques d’actes du 18e siècle en séance plénière. Jugez plutôt :

Ortegat. — Pourquoi percevez-vous ces droits? Pour équilibrer votre budget ?

Claes. — Non, mais parce que nous en avons le droit.

Ortegat. — Vous en avez le droit, dites-vous. Examinons cette affirmation. Je vais vous donner lecture de l’article 13 (montrant un papier, l’orateur ajoute) : J’ai ici une copie authentique de la charte de Marie-Thérèse datant de 1750.

BIM ! C’est l’argument ultime ! Marie-Thérèse et une charte de 1750. Le 18e siècle, c’est tout de même mieux. C’est le Siècle des Lumières quand même. Quelques jours plus tard, en session du 25 juin, l’échevin-député Claes revient sur les propos d’Ortegat en disant que si l’expression employée est « jolie » – pourtant je trouve que « moyenâgeux » est plutôt laid, mais bon les goûts et les couleurs etc. – il précise qu’elle « ne répond pas adéquatement à la réalité ». Et Claes de vouloir rendre hommage à l’impératrice autrichienne : « Depuis le règne de cette excellente souveraine que nous avions en Marie-Thérèse et à laquelle la ville de Louvain doit vouer reconnaissance sans bornes… ». Il est malheureusement coupé par Ortegat qui lui lance : « Je suis sûr qu’elle sera très sensible à cet hommage » ! On clashe sévère dans l’hémicycle belge.

Léopold II et une certaine idée du Congo

Les premières années du 20e siècle voient également survenir la mort de Léopold II (r. 1865-1909). Un an avant son décès, le vieux souverain avait souhaité céder l’État indépendant du Congo (EIC) qui lui appartenait personnellement (en vertu des accords de la Conférence de Berlin de 1885) à l’État belge. Je vous fait grâce des péripéties quant à savoir si le gouvernement belge pouvait accepter ceci. Finalement, le Congo passe dans les mains de l’État belge et devient sa seule et unique colonie (jusqu’au 30 juin 1960). En session du 23 juillet 1908 est ainsi débattu le statut juridique de la colonie en devenir et l’application ou non de certains articles constitutionnels au Congo. Le sémillant Liégeois Célestin Demblon ne manque pas de critiquer son collègue catholique Denis sur la vision que celui-ci a de la future gestion et organisation de la colonie. Demblon fustige la politique du gouvernement (homogène catholique depuis 1885) de ne pas reconnaître certains droits fondamentaux aux Congolais :

Ne me dites pas que les nègres ne sont pas aussi civilisés que nous ; nous le savons et l’on ne peut leur donner notre civilisation par un coup de baguette. Mais ce que nous disons, c’est que cette civilisation congolaise exige un minimum que vous ne leur accordez pas. Votre idéal, c’est l’état moyenâgeux que, ne pouvant ressusciter ici, vous désirez maintenir au Congo.

Il faut comprendre par ceci une mise au pas de toute une population par ses gouvernants… L’état moyenâgeux vilipendé par Demblon est celui de l’imaginaire commun : un seigneur local grugeant ses sujets de toutes leurs richesses afin de servir ses propres intérêts.

Du bon côté de l’histoire

Parmi les 150 députés actuels de la Chambre des représentants, il n’y en a que six qui peuvent se prévaloir d’études en histoire. Parmi ceux-ci, quatre ont mené des études universitaires6 et deux disposent d’un diplôme de régendat7. Face à l’armée des juristes et des politologues qui remplit les bancs de la Chambre, on ne doit pas être étonné de voir le moyen âge trituré dans tous les sens et voué aux gémonies de la sorte.

Il ne faut pas non plus oublié que le grand public se fait une image du moyen âge au travers des films et séries qui revendiquent parfois explicitement d’y avoir été puiser leur inspiration. À cet égard, il ne fait aucun doute que les médiévistes partent déjà avec un sérieux handicap quand ils essaient de déconstruire ce qui relève de quasi-mythes. L’argument « on n’est plus au moyen âge » est bien commode pour les politiques. En le mobilisant, ils ne dérangent pas grand-monde si ce n’est les médiévistes. En outre, ils ne font que surfer sur la vague d’imaginaires bien présents au sein de l’électorat…pardon… la population. Il ne s’agit bien entendu que d’une technique rhétorique qui ne mange vraiment pas de pain puisqu’elle permet de stigmatiser directement son opposant politique. Dire que la vision du gouvernement est moyenâgeuse entend soutenir l’idée que l’exécutif n’est pas en phase avec son temps, qu’il n’a pas pris conscience du « sens de l’histoire ». Ce sens de l’histoire est évidemment un sens unique. Tout retour en arrière aux temps soi-disant sombres et obscures du moyen âge est interdit à l’homme et à la femme politique.

En bref, le moyen âge est un épouvantail qu’on agite régulièrement sous prétexte que notre monde et la hauteur de vue des politiques actuels sont à des degrés d’intelligence qu’on n’a jamais observés jusqu’à nos jours… Mais rassurons-nous. Il n’y a aucune chance que dans un millénaire, on prenne notre époque en exemple lorsqu’il conviendra de parler d’un monde décadent fait de guerres et d’inégalités sociales. Oooooooh wait !

Nicolas Simon (@nsmodernhist)

Photo de couverture : horizon de Manhattan (New York) – Nicolas Simon

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Le moyen âge vu par les politiques", in ParenThèses, publié le 04/04/2017, URL: http://parenthese.hypotheses.org/1658 (consulté le 25/05/2017).
  1. On notera toutefois que la qualité de la retranscription/numérisation des textes mis en ligne n’est franchement pas fameuse, mais le site a le mérite de mettre à disposition du chercheur/-euse un nombre considérable de documents qu’il faudrait lire in extenso si Plenum n’existait pas. []
  2. La N-VA a obtenu 33 députés sur 150. Deux députés ont récemment quitté le parti et siègent dorénavant en tant qu’indépendants. La N-VA ne compte donc plus que 31 élus dans l’hémicycle. []
  3. On suit Joëlle Milquet au jour le jour pendant 7 mois. Il s’agissait de faire le portrait de la Ministre qui avait une image très négative auprès des Flamands à la suite de ses positions adoptées au cours des négociations gouvernementales de 2007. []
  4. D’autres membres de la Chambre trouvaient toutefois que les montants engagés par l’État, 60 000 francs belges de l’époque, étaient un montant bien trop considérable pour la nature de cette entreprise. Le Ministre de l’Intérieur lui-même est intervenu en cours de discussion afin de préciser que les dépenses effectuées ne correspondent en rien à une dilapidation des deniers publics. Amen to that ! []
  5. Le Parti ouvrier chrétien (POB) ne sera créé qu’en 1885. []
  6. Marcel Cheron (ECOLO), Bart De Wever (N-VA), Jean-Jacques Flahaux (MR) et Dirk Van Mechelen (Open Vld). []
  7. Daniel Senesael et Fabienne Winckel. Ils sont tous les deux membres du PS. Daniel Senesael, si vous vous souvenez, a surtout fait l’actualité il y a quelques temps lorsque Gérard « Gégé » Depardieu était venu s’établir, le temps de flûter une bouteille, dans la commune d’Estampuis dont Daniel Senesael est le bourgmestre. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *