Droit au but : Bram De Ridder

Le dernier portrait de chercheur sur ParenThèses remontait à février 2016… Depuis lors, énormément de choses se sont passées. Non seulement pour nous, mais aussi pour celui qui a accepté de se prêter au jeu de l’interview dans ce nouvel épisode de « Droit au but ». 

Aujourd’hui nous vous invitons à partir à la rencontre de Bram De Ridder. Bram est docteur en histoire depuis quelques mois. En novembre 2016, il soutenait sa thèse à la KULeuven et deux jours plus tard, il donnait déjà une communication à un colloque qu’organisait sa directrice de thèse, Violet Soen ! Auteur d’une thèse sur la formation de la frontière entre les Pays-Bas espagnols (catholiques) et les Provinces-Unies (calvinistes) durant la première moitié du 17e siècle, Bram est un des tenants de la transregional history. Il précise d’ailleurs, au cours de cet interview, ce que cette approche signifie.

Bram est jusqu’à la fin de l’été 2017 aux Etats-Unis pour un séjour de recherche à Harvard. Il y travaille sous la conduite de Tamar Herzog (membre du jury de thèse de Bram), bien connue pour ses travaux relatifs à l’Amérique latine au cours de la période moderne. En pleine présidence Trump où la question des frontières a occupé une place centrale durant la campagne présidentielle, Bram vit assurément une expérience particulière…

Question introductive incontournable: alors, cette thèse, on suppose que tu es content de l’avoir terminée ?

Oui bien sûr, mais la fin d’une étude doctorale est toujours un peu chaotique. Au moment où on veut vraiment écrire et montrer les résultats de sa recherche, il est aussi nécessaire de penser au futur (postdoc, pas de postdoc, peut-être un postdoc, etc.). Je suis donc très content d’avoir terminé ma thèse et d’avoir pu démontrer les choses que je souhaitais, mais les derniers mois étaient un peu durs… comme pour tout le monde dans cette phase-là, j’imagine.

Parle-nous de ton parcours universitaire. D’où t’es venue cette idée d’un jour faire des études d’histoire ?

Bon, je pense que j’ai toujours été intéressé par le passé, et au fil du temps la période moderne est devenue mon centre d’intérêt. Quand j’étais petit je me suis d’abord intéressé aux dinosaures, ensuite à l’Égypte des pharaons et, quelques années plus tard, à la période médiévale. Mais c’était vraiment au cours de l’avant-dernière année de l’école secondaire que je me suis décidé à devenir historien, après quelques cours sur le colonialisme du 19e siècle et sur l’histoire globale. Après un examen très intéressant sur cette période, j’étais convaincu de vouloir suivre des études d’histoire. Ma principale motivation était que l’histoire permet d’apprendre un peu de tout : ce n’est pas seulement le droit ou la politique qu’on doit analyser, mais aussi l’économie, la culture, la société, etc.

J’ai donc commencé mon Bachelor à Louvain (KULeuven) en 2007. Au début, j’étais convaincu que je ne ferais jamais d’études sur la période moderne (Nieuwe Tijd en néerlandais), parce que ça ne m’avait vraiment pas intéressé durant mes études secondaires. Mais, par hasard, mes professeurs m’ont obligé à lire certains documents édités concernant Alvar Nuñez Cabeza de Vaca[1], un conquistador qui s’était échoué non loin de la Floride actuelle. Grâce à cette expérience j’ai totalement changé mes préjugés sur la période et depuis lors je n’ai travaillé que sur les 16e et 17e siècles. Même durant mes études en relations internationales à l’Université de Cambridge – j’ai fait ça après mon Master en histoire a Louvain – j’ai tâché de maintenir le lien avec l’histoire moderne.

Peux-tu nous en dire plus sur tes recherches ? Sur quoi ta thèse porte-t-elle ? Y-a-t-il au moins un mot hyper compliqué dans le titre ?

Désolé, mais je pense que le titre est plutôt direct : Lawful Limits. Border Management and the Formation of the Habsburg-Dutch Boundary, ca. 1590-1665. J’ai abordé la question des stratégies suivies par différents personnages et groupes dans le processus de formation de la séparation territoriale des Pays-Bas, pendant et après la Guerre de Quatre-Vingts Ans. Au niveau du gouvernement, ces stratégies constituent principalement la fortification de la frontière et l’installation d’un système de passeports, mais aussi la promulgation de nombreux actes législatifs concernant les limites territoriales. Au niveau des autres acteurs (nobles, marchands, villes/villages, etc.) j’ai, au contraire, analysé des actes de fraude et de contrebande, mais aussi des stratégies politiques et judiciaires pour changer les conséquences pratiques de la nouvelle frontière. En bref, ma thèse a eu comme but de montrer que la « construction » de la frontière entre les Pays-Bas habsbourgeois et les Provinces-Unis était une affaire très compliquée, non seulement au regard des évènements militaires mais aussi en considération du système politico-légal.

Quelles sources as-tu principalement utilisées dans le cadre de tes recherches ?

Un peu de tout. Au début de mes recherches il devenait clair que les archives concernant la frontière étaient plus nombreuses que ce que j’avais anticipé, mais j’ai tout de même essayé de suivre le plan de travail initial. Cela signifie que j’ai voulu peindre une image relativement générale du processus de border formation sans me limiter sur un cas spécifique (disons, une région frontalière, une ville, un niveau gouvernemental particulier, etc.). Par conséquent, j’ai utilisé des sources très variées : des documents produits par les Consejos près le souverain espagnol et conservés à Simancas (Archivo General de Simancas), des avis du Conseil d’État ou du Conseil Privé de Bruxelles, les Actes des États Généraux à La Haye, des pétitions des différents conseils locaux, etc. Une source, en particulier, a été très intéressante à traiter. Ce sont les registres et la correspondance de la Chambre Mi-Partie, un conseil bilatéral créé après la Paix de Münster signée en 1648. Cette Chambre avait le devoir de juger des conflits transfrontaliers et donc a laissé un matériau exemplaire pour l’historien(ne).

Dans le prolongement de la question précédente, qu’elle a été ta motivation pour commencer une thèse en histoire du droit et/ou des institutions ?

Ouf, question difficile. Je pense que dans tout ce qu’on apprend au cours des premières années des études universitaires, on découvre graduellement des choses qu’on trouve plus intéressantes que des autres. Pour moi c’était le droit, la politique et les institutions, mais je ne pourrais pas vraiment expliquer les raisons de cet intérêt. Peut-être est-ce parce que je pense que ces thèmes sont à la base de la stabilité de toute société, mais il est possible qu’un spécialiste de l’histoire culturelle ou économique a la même vision au sujet de son propre sujet de recherche.

Tu fais partie du centre Transregional History à la KU Leuven. Qu’est-ce que c’est que la transregional historyet quelles thématiques en particulier les membres de ce centre étudient-ils ?

Transregional history est un concept développé dans les différents projets de recherche dirigés par les professeurs Violet Soen, Johan Verberckmoes et Werner Thomas. Ils peuvent également compter sur la la collaboration de Jane Judge et moi-même qui sommes déjà docteurs et Alexander Soetaert, Zanna Van Loon, Sophie Verreyken et Heleen Wijffels, doctorants au sein du département. Sans entrer dans tous les détails (nous avons le website transregionalhistory.eu et publierons dans quelques mois un article dans le Journal for Early Modern History, si on me permet de faire un peu de pub…), c’est, à la base, un concept qui s’articule autour de l’histoire transnationale et globale.

Nous croyons que pour étudier les frontières avant le 19e siècle, le concept de transnationalité est trop limité à cause de son lien étroit avec l’État-nation. Ceci ne veut pas dire que l’histoire transnationale est mauvaise pour étudier l’histoire moderne, mais on ne peut raisonnablement pas tout comprendre si on utilise cette seule méthode. À l’instar de l’histoire transnationale, nous sommes intéressés par la façon dont les personnes, les choses et les idées traversaient les frontières et comment les séparations territoriales fonctionnaient. Mais à la grande différence de l’histoire transnationale, nous ne définissons pas l’échelle géographique de notre recherche d’une manière fixe, voire figée.

Je vais prendre un exemple. Dans ma thèse, un personnage hypothétique qui vivait du côté Habsbourg catholique de la frontière a eu un conflit avec son voisin qui vivait du côté des Provinces-Unies calvinistes. Au début, ils essaient de résoudre ce problème directement avec l’aide des autorités des deux villages. C’est donc une solution locale qu’ils privilégient. Mais dans la mesure où ils n’arrivent pas à régler le différend, ils contactent les conseils provinciaux. Ces conseils sont aussi incapables de trouver un accord, et donc le conflit passe au niveau des deux gouvernements « nationaux ». Dès lors, si le Roi d’Espagne considère que cette matière est importante à ses yeux et qu’il s’en saisit, le conflit acquiert des dimensions continentales. Puisque le chercheur n’est pas fixé au niveau transnational ou global, la méthode transregionale lui permet d’analyser tous ces échanges sans problème. La Transregional History est donc capable d’offrir une méthodologie fluide mais reconnaissable pour tous les chercheurs qui analysent les frontières.

Y-a-t-il un livre ou la pensée d’un chercheur (historien ou pas) qui t’a particulièrement marqué au cours de tes recherches ?

Sans doute ma directrice de thèse, la professeure Violet Soen. Elle m’a aidé depuis mon mémoire de Bachelor, et elle m’a aussi donnée des avis très importants dans le cadre de mon Master en histoire et, évidemment, durant mon doctorat. Même durant mon année en Angleterre, elle a continué à me donner des conseils. Donc la plus grande part des choses que j’ai apprises en tant que chercheur, je les lui dois. Un autre professeur qui m’a influencé est Tarak Barkawi (London School of Economics) parce qu’il m’a vraiment donné les tools pour utiliser des concepts analytiques.

Tu es à Harvard depuis le début de l’année 2017 pour un séjour de recherche avec la professeure Tamar Herzog ? How exciting is that !!!??

Yeah, really awesome! Je suis maintenant ici depuis une semaine[2], et j’ai déjà pu observer les different approaches des chercheurs américains. Dans mon cas, c’est important d’encore améliorer la thèse et de la publier comme un vrai livre. Du coup, pouvoir coopérer avec la professeure Herzog est idéal. Mais c’est aussi un bon moment pour penser à des nouveaux projets. À cet égard, Harvard offre des opportunités innombrables pour discuter d’autres horizons de recherche et pour tester la viabilité d’idées alternatives. En outre, les développements récents de la politique aux États-Unis sont aussi très intéressants à suivre up-close, spécialement pour toutes les mesures concernant les frontières. Écrire l’histoire et faire l’histoire sont pour le moment synonymes aux États-Unis !

 

[1] Voir notamment l’édition de la relation des voyages de Nuñez Cabeza de Vaca : Naufragios y comentarios, Nuñez Cabeza de Vaca A. (éd.) Ferrando R., Madrid, 2000 ; Montané Martí J. C., El mito conquistado : álvarez Nuñez Cabeza de Vaca, Hermosillo, 1999.

[2] Interview réalisée en janvier 2017.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Droit au but : Bram De Ridder", in ParenThèses, publié le 10/04/2017, URL: http://parenthese.hypotheses.org/1662 (consulté le 24/10/2017).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *