De Saint-Boniface à Saint-Louis : la carrière à rebondissements de Mgr. Aloïs Simon (1897-1964)

Introduction

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut que je précise deux-trois choses pour que ce billet prenne tout son sens.

Avant d’entamer des études d’histoire à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (dénommée à l’époque Facultés universitaires Saint-Louis), j’ai effectué mes humanités dans un collège bruxellois situé au coeur de la commune d’Ixelles : l’Institut Saint-Boniface – Parnasse. Il se trouve que Saint-Boniface fête cette année scolaire-ci son 150e anniversaire. A cette occasion, une exposition est organisée en mai prochain (vernissage le 20 mai, c’est ouvert à toutes et tous…) en vue de présenter l’histoire du collège par le prisme d’ancien(ne)s qui y ont fait leurs études (ou qui y ont travaillé). Le choix s’est porté sur des ancien(ne)s qui ont acquis une certaine notoriété dans leur discipline. La liste est, je dois dire, un peu impressionnante et on est loin de s’en rendre compte quand on débarque là en première année du secondaire. Ont ainsi usé leurs culottes sur les bancs des Saint-Boniface des gens comme Hergé (Tintin), Franquin (Gaston Lagaffe), Pierre Laroche (comédien, co-fondateur de l’Institut des arts de diffusion (IAD)), Jean Capart (égyptologue), Roger Aubert (historien et homme d’Eglise), Jean-Pascal van Ypersele (climatologue, GIEC) ou encore François Weyergans (écrivain, Académie française).

Entrée de Saint-Boniface par l’allée de la rue du Conseil, 1930 (Fonds Saint-Boniface, phototèque)

Dans le cadre de l’exposition, j’ai dû mener quelques recherches et notamment sur un des anciens professeurs du collège, Mgr. Aloïs Simon (1897-1964). Figure particulière s’il en est, Aloïs Simon a été professeur puis directeur à Saint-Boniface. Nommé à la tête de l’établissement en 1932, il est resté dix ans au poste de directeur. En plein milieu de la Seconde Guerre mondiale, sa carrière a alors connu un tournant étonnant puisqu’il est devenu professeur à la Faculté Saint-Louis (nom à l’époque), soit l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles.

Du coup, plusieurs éclaircissements sont nécessaires avant d’entamer le billet.

Pourquoi aborder Aloïs Simon ? Tout simplement parce qu’il a joué un rôle important au sein de l’Institut Saint-Boniface dès qu’il est devenu directeur en 1932. Il a également été déterminant dans le choix des études suivies par plusieurs de ses élèves. En outre les archives d’Aloïs Simon conservées à Saint-Boniface témoignent de la réalité d’un directeur d’établissement scolaire durant la Seconde Guerre mondiale. Historien de formation (contemporanéiste) nommé sur le tard à l’université, Aloïs Simon a réussi à s’imposer, en une vingtaine d’années, comme un spécialiste de l’Histoire ecclésiastique belge au 19e siècle. S’il n’a jamais été élu au sein de la Commission royale d’histoire, il a, en revanche, intégré la Classe des Lettres de l’Académie royale de Belgique en 1960. Ses archives personnelles conservées à l’Université Saint-Louis – Bruxelles le démontrent à suffisance.

L’autre question que tout le monde serait en droit de se poser : suis-je apparenté à Aloïs Simon ? Réponse : non de non. Aucun lien de parenté or whatsoever. L’homonymie qui me relie à Mgr. Aloïs Simon relève du pur hasard. De même que le fait d’avoir été à Saint-Boniface, puis à Saint-Louis et d’avoir fait des études d’histoire.

Arrivée à Saint-Boniface

Portrait Aloïs Simon 1960 – Académie royale

Avant de devenir professeur à Saint-Boniface, Aloïs Simon avait suivi sa formation au sacerdoce (ordonné prêtre en janvier 1922) et avait entamé des études d’histoire. Dès 1923, il débute la préparation de sa dissertation doctorale sous la direction d’un historien bien connu à l’Université catholique de Louvain, le professeur Charles Terlinden (1878-1972). Aloïs Simon parvient à avancer rapidement dans ses recherches et se plaît à annoncer à un vicaire général que sa dissertation est déjà bien avancée. Nous sommes en 1924 et l’administration diocésaine est en manque de personnel… Voilà Aloïs Simon qui est nommé professeur à Saint-Boniface. En même temps qu’il donnait cours à Saint-Boniface, il devait s’arranger pour participer, une fois par semaine, au séminaire dispensé à Louvain par le professeur Albert De Meyer (1887-1952). Aloïs Simon réussit la première épreuve du doctorat (ensemble de cours à suivre) ainsi que la seconde (thèse et leçon publique) un an après son arrivée à Saint-Boniface, en 1925.

Aloïs Simon à l’arrière-plan surplombant ses élèves depuis son pupitre, classe de poésie 1926 (Fonds Saint-Boniface, phototèque)

 

Photo prise pour le 25e anniversaire de l’ordination de Roger Aubert. De gauche à droite sur la photo : Mgr. E. Massaux (futur Recteur de l’UCL), J. Coppens, chanoine R. Aubert, Mgr. Ch. Moeller, Mgr. G. Ryckmans, abbé J. De Smet et Mgr. H. Wagnon, 15 juin 1963 (© Archives de l’UCL, Louvain-la-Neuve, Collection photographique, CHUL 2039)

Parmi les élèves qui fréquentent alors Saint-Boniface se trouvent Roger Aubert (1914-2009) et Charles Moeller (1912-1986). Tous les deux deviennent amis durant leurs études secondaires. Ils seront ordonnés prêtres et deviendront, à quelques années d’intervalle, professeurs à l’Université catholique de Louvain. Le premier suivra des études d’histoire tandis que le second deviendra théologien.

Le futur chanoine Aubert entreprend à la fin de ses humanités des études d’histoire à la Faculté Saint-Louis (candidatures) avant de poursuivre à l’Université catholique de Louvain (licence). Son choix pour l’histoire n’est alors pas anodin. L’influence de son ancien professeur à Saint-Boniface y est pour beaucoup.

D’où m’est venu le goût pour l’histoire ? Il est toujours difficile évidemment de répondre à une question de ce genre car différents éléments interviennent. Il y a probablement un élément dont j’ai bien conscience, c’est le rôle de mon professeur de seconde (ce qu’on appelle aujourd’hui la cinquième, donc l’année avant la rhétorique), l’abbé Simon, devenu le chanoine Simon puis Monseigneur Simon ; il avait fait des études d’histoire1.

Roger Aubert à son bureau de l’Université catholique de Louvain situé 32 Blijde Inkomststraat à Louvain, 1953 (© Archives de l’UCL, Louvain-la-Neuve, Collection photographique, CHUL DIA 03)

Roger Aubert a ensuite eu la carrière universitaire que l’on connaît : professeur à l’UCL, directeur de la Revue d’histoire ecclésiastique (RHE), directeur du Dictionnaire d’Histoire et de Géographie Ecclésiastique (DHGE), membre de l’Académie royale de Belgique, etc. Tout au long de sa carrière il n’a eu de cesse de rester en contact avec son ancien professeur de Saint-Boniface. Aloïs Simon doit d’ailleurs à Roger Aubert d’avoir été nommé professeur à Saint-Louis… En 1942, le chanoine Florent De Lannoy, professeur d’histoire à Saint-Louis, est victime d’un accident de voiture. Le choix du remplaçant semble alors se diriger vers un jeune prêtre qui n’avait pas encore terminé ses études d’histoire. Roger Aubert “alerte” Aloïs Simon à ce sujet. Il faut dire que de nombreux étudiants de l’Université libre de Bruxelles venant alors suivre des cours à Saint-Louis en raison de la fermeture de leur Alma Mater, un professeur quelque peu expérimenté était souhaitable. Simon décide alors d’écrire à l’autorité suprême, le cardinal Van Roey (1874-1961), qu’il est prêt à partir pour Saint-Louis si cela peut aider à débloquer une situation délicate. Aloïs Simon annonce ainsi la nouvelle à Aubert :

Après votre visite, j’ai réfléchi et je me suis décidé à écrire au cardinal qu’étant docteur en Histoire, je suis prêt à renoncer à ma position de directeur pour me mettre à sa disposition si cela peut lui permettre de trouver une solution au problème de la faculté Saint-Louis2.

Voilà comment Aloïs Simon est devenu professeur dans le supérieur à l’âge de 45 ans, et ce durant la Seconde Guerre mondiale.

Portrait de Charles Moeller, vers 1940 (© Archives de l’UCL, Louvain-la-Neuve, Collection photographique, CHUL 1091)

Concernant Charles Moeller, c’est une peu différent. Le futur secrétaire de la Congrégation pour la doctrine et la foi (1965-1973) et premier Recteur de l’Institut de recherches oecuméniques à Tantur (Jérusalem) est aussi un féru de poésie. En 1970, l’Académie royale de lange et de littérature françaises l’élit même comme membre. Son goût consommé pour la littérature, pour la poésie en particulier, est un héritage d’Aloïs Simon.

Le chanoine Simon nous a fait lire le discours de Bremond, à l’Académie française, sur la « Poésie pure ». Bremond prenait la défense de [Paul] Valéry. Il avait écrit un petit livre, Prière et poésie, dans lequel il disait : « La poésie est une prière qui ne prie pas, mais qui fait prier ». J’étais alors dans la classe de « poésie » ; j’avais été tellement pris par cette notion de « poésie pure », cette beauté qui est dans le rythme et dans la forme avant d’être dans le contenu, que j’avais commencé à rédiger une étude : « Qu’est-ce que la Poésie ? ». Quelle présomption !3

Hyperactivité directorale et temps de guerre

Notes d’Aloïs Simon concernant l’organisation de la remise des prix à Saint-Boniface, année scolaire 1937 (Fonds Saint-Boniface, fonds Aloïs Simon)

Les années où Aloïs Simon occupe le poste de directeur à Saint-Boniface sont marquées par de nombreux chamboulements internes… tous à l’initiative du nouveau directeur. En dix ans, Aloïs Simon a marqué très profondément et durablement l’Institut Saint-Boniface. De même, étant directeur durant les premières années du second conflit mondial, Aloïs Simon est aux premières loges pour prendre la mesure des dispositions imposées par l’occupant allemand à l’égard des élèves juifs inscrits dans les établissements scolaires belges.

Couverture du premier numéro de la Revue Saint-Boniface, février 1933 (Fonds d’archives Saint-Boniface)

Lorsqu’il prend les rênes de Saint-Boniface, Aloïs Simon crée presque immédiatement une revue destinée tant aux élèves (anciens et actuels) qu’aux parents. Dès le premier numéro (février 1933), il est entendu que la Revue est un outil destiné à rendre compte des activités organisées au sein du collège tout en proposant des réflexions sur des thématiques précises. L’oeuvre entreprise par Aloïs Simon vit toujours à l’heure actuelle. La Revue n’a connu qu’une période d’arrêt, pendant le conflit mondial entre 1940 et 1945.  Rebaptisée « Revue Saint-Boniface – Parnasse », elle propose un dossier thématique, généralement en phase avec une question d’actualité. On y retrouve une chronique des activités qui se déroulent au sein de l’école, des interviews, des articles sur l’histoire du collège, etc.

Cour intérieure de l’Institut Saint-Boniface, 1920 (Fonds Saint-Boniface, phototèque)

La Revue est certes distribuée aux élèves de Saint-Boniface, mais elle est surtout dirigée à l’attention des anciens de l’Institut afin de les tenir au courant de ce qui s’y passe. A cet égard, l’Association des anciens de Saint-Boniface a joué et joue encore aujourd’hui un rôle important dans la vie du collège. On doit d’ailleurs à Aloïs Simon d’avoir remis sur pieds une association qui était quelque peu moribonde. L’association est ainsi reconstituée officiellement le 21 février 1936. Un local est aménagé pour les anciens et est inauguré en décembre 1936 (il existe toujours). C’est à cette occasion que l’Institut reprend les armoiries et la devise de saint Boniface qui arboreront toutes les brochures et autres supports publicitaires de l’Institut. Aloïs Simon publiera d’ailleurs un ouvrage avec Roger Aubert consacré à l’évêque de Lausanne et saint-patron du collège dont il a la direction.

Lettre de l’inspecteur diocésain principal à Aloïs Simon abordant notamment la création d’une annexe de Saint-Boniface à Watermael-Boistfort, 6 juillet 1937 (Fonds Saint-Boniface, fonds Aloïs Simon)

Aloïs Simon a également travaillé à l’agrandissement de Saint-Boniface. Non seulement la population de l’école croit sensiblement lorsqu’il est directeur, mais il songe aussi à ouvrir une « annexe » de Saint-Boniface dans la commune bruxelloise de Watermael-Boistfort. En juillet 1937, le directeur de Saint-Boniface échange avec l’inspecteur diocésain au sujet de cette idée. Celle-ci semble déjà avoir fait son chemin à ce moment-là. Il s’agit surtout de relancer le projet afin de le concrétiser dans un avenir relativement proche. Cet échange est en quelque sorte l’un des actes fondateurs de l’actuel collège Saint-Hubert. En effet, l’annexe dont il est question en 1937 ne sera concrétisée qu’en 1953 par le directeur de Saint-Boniface de l’époque, l’abbé Jean Laloup (1916-1990)4. On parle alors de la « section Saint-Hubert ». Ce n’est qu’en 1962-63 que cette section devient autonome et prend alors le nom de Collège Saint-Hubert.

DCA dans la cour de l’école en 1945 (Fonds Saint-Boniface, phototèque)

Le second conflit mondial a inévitablement eu un impact sur la vie quotidienne au sein de Saint-Boniface. Déjà en 1918, le collège avait vu les soldats allemands s’y arrêter lors de leur retraite en novembre de cette année. Entre 1940 et 1945, Saint-Boniface est le lieu de réunion de l’Etat-major de l’Armée secrète; le bureau d’un professeur servant pour l’occasion. Au cours des premières années de la guerre, le directeur Simon reçoit circulaires sur circulaires en provenance de l’autorité diocésaine afin de l’informer des dispositions promulguées par l’occupant allemand.

Circulaire rappelant l’interdiction de célébrer l’armistice du 11 novembre, 6 novembre 1941 (Fonds Saint-Boniface, fonds Aloïs Simon)

En date du 6 novembre 1941, Aloïs Simon reçoit ainsi l’ordre de faire respecter l’interdiction de célébrer le 11 Novembre en mémoire de l’Armistice signé à la fin de la Grande Guerre. L’autorité allemande spécifie ainsi que « le dépôt de fleurs aux monuments des combattants ne peut être autorisé le jour de l’armistice. Les jours de Toussaint et des Trépassés offrent suffisamment l’occasion de fleurir les monuments et les tombes des combattants ». Quelques mois plus tard, la même autorité allemande refuse la demande d’autoriser les enfants juifs à continuer de fréquenter les établissements scolaires d’enseignement moyen.

Circulaire indiquant que tous les élèves juifs doivent quitter les établissements scolaires, 15 juillet 1942 (Fonds Saint-Boniface, fonds Aloïs Simon)

Le 15 juillet 1942, une nouvelle circulaire est reçue par Aloïs Simon et dans laquelle il est explicitement indiqué qu’à « l’expiration de l’année scolaire actuelle, dans les agglomérations de Bruxelles, Anvers, de Liège et de Charleroi, tous les élèves juifs sans exception, devront quitter les établissements publics ou privés d’enseignement primaire et moyen (écoles moyennes et athénées) non juifs. (…) Il ne peut être question de nouvelles exceptions ou de prorogations des autorisations accordées à ce jour (…) ».

En presque vingt ans de carrière à Saint-Boniface, on voit qu’Aloïs Simon est loin d’avoir chômé. Non seulement il semble avoir été à l’origine de certaines vocations (cf. Roger Aubert), mais il a largement travaillé à structurer nombre d’activités au sein de Saint-Boniface dès l’instant où il en a été nommé le directeur. Tout ceci ne constitue toutefois qu’un aperçu minime de son parcours. Dans un prochain billet, je tâcherai d’aborder plus en détail sa carrière universitaire et surtout sa vision de l’enseignement supérieur. Vous verrez, il y aura de quoi discuter…

Bibliographie succincte

Aubert R., De Vatican I à Vatican II, dans Dans l’atelier de l’historien contemporanéiste : parcours d’historiens de l’Université catholique de Louvain, (dir.) G. Zélis et F. Rosart, Louvain-la-Neuve, 2012, p. 19-38.

Aubert R., Simon Aloïs, dans Nouvelle Biographie Nationale, t. 3, Bruxelles, 1994, p. 300-303.

Aubert R., Notice sur Aloïs Simon, dans Annuaire de l’Académie royale de Belgique, 1991, p. 43-109.

Aubert R., L’apport de Mgr. Simon à l’histoire contemporaine de la Belgique, dans L’Église et l’État à l’époque contemporaine. Mélanges dédiés à la mémoire de Mgr. Aloïs Simon, (dirs.) G. Braive et J. Lory, Bruxelles, 1975, p. 19-36.

Braive G., Inventaire des archives de Monseigneur Simon, dans L’Église et l’État à l’époque contemporaine. Mélanges dédiés à la mémoire de Mgr. Aloïs Simon, (dirs.) G. Braive et J. Lory, Bruxelles, 1975, p. 115-148.

 

Image de couverture : Geran de Klerk – Ålesund, Norway

  1. Aubert R., De Vatican I à Vatican II, dans Dans l’atelier de l’historien contemporanéiste : parcours d’historiens de l’Université catholique de Louvain, (dirs.) G. Zélis et F. Rosart, Louvain-la-Neuve, 2012, p. 19. []
  2. Aubert R., Notice sur Aloïs Simon, dans Annuaire de l’Académie royale de Belgique, 1991, p. 52. []
  3. Extrait de son interview dans La Libre Belgique, 28/04/1977 []
  4. Jean Laloup fut également professeur à l’UCL, au sein de la faculté des Sciences, après avoir été directeur de Saint-Boniface []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *