Observation (pas trop) participante d’une défense de thèse

On est pas dans la merde.

Au cas où l’information aurait échappé à l’aimable lecteur, que celui-ci sache ceci : le carnet ParenThèses tire son nom du fait qu’au moment de sa création, ses auteurs étaient tous les deux doctorants en histoire. Or, le fait est là. Il s’est passé une chose fort incommode : l’un de nous deux (N. S., pour ne pas le nommer) vient de défendre sa thèse le 26 avril dernier. Ouch. Voilà qui fait perdre tout son sens au titre de ce carnet. Que va-t-on devenir ? La vie vaut-elle encore la peine d’être vécue ? Que signifie le nombre 42 ? Et quel secret se cache sous le voile de la mariée ?

Comme le conseille le meilleur guide de la galaxie : don’t panic ! Il en faut plus pour remettre en cause l’existence du carnet ParenThèses. Au pire, on pourrait le renommer ParenPostdoc ? Non, avouons-le, ça ne sonne pas très bien… On verra plus tard pour la cohérence du titre. En attendant, l’événement mérite d’être fêté en grande pompe virtuelle ! Et quoi de plus festif qu’un nouveau billet sur le carnet ? Tant pis si tout cela a un petit effet skyblog (pour les plus jeunes : un skyblog, c’est un peu comme une story time sur Youtube, les fautes de français et les photos de Tokio Hotel en plus).  On n’a qu’à dire qu’il s’agit de la retranscription de notes ethnographiques.

Carnet de (défense de) thèse

Il est bientôt 14h30 et l’ethnographe en culotte courte s’assied au troisième rang d’une salle à l’atmosphère électrique. La famille de l’intéressé est là, ainsi que ses proches. Les collègues aussi. Quasiment tous les doctorants et postdoctorants en histoire de l’Université Saint-Louis sont présents (bon, ne nous emballons pas, ça ne fait jamais qu’une dizaine de personnes…). Le brouhaha s’intensifie lorsqu’un petit groupe de six individus à la mine sérieuse entre et s’installe sur une grande table située sur la droite, face à l’assistance. Il s’agit du jury de thèse. Il est composé des professeurs Eric Bousmar (président de jury, Université Saint-Louis – Bruxelles), Philippe Desmette et Jean-Marie Cauchies (tous deux promoteurs de la thèse, USL-B), Violet Soen (KULeuven), René Vermeir (Universiteit Gent) et Yves Junot (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis). Une hésitation semble parcourir l’assistance durant une ou deux secondes : faut-il se lever pour honorer l’arrivée du jury ? Les gens décident finalement de rester assis.

Le président de séance, après avoir fouillé quelques instants dans ses papiers, annonce la couleur : Nicolas Simon, aspirant FNRS à l’Université Saint-Louis – Bruxelles, défend en ce jour une thèse de doctorat intitulée Quand légiférer, c’est communiquer. La dynamique de la décision gouvernementale dans les anciens Pays-Bas (ca. 1580-ca. 1610). L’impétrant, vêtu d’un de ces costumes costard-cravate que l’on ne porte qu’aux grandes occasions, debout devant un pupitre situé à l’extrémité gauche de la salle – à l’opposé de la table du jury, donc – dispose à présent une vingtaine de minutes pour présenter le contenu de ses recherches.

Il s’exécute. En s’appuyant sur un Prézi, il explique comment, en trois ans et demi de recherche et environ 350 pages, il a étudié le processus législatif dans les Pays-Bas à l’aube du Siècle de Malheurs. Le point d’entrée aura été les archives du Conseil privé, qui contiennent plusieurs milliers de documents de travail conservés par l’administration centrale du gouvernement habsbourgeois : requêtes des communautés urbaines, demandes d’avis et de consultations, corrections et amendements de projets d’ordonnances… Le processus législatif en 1580-1610 est avant tout l’affaire d’échange de petits papiers ; légiférer, c’est un peu comme un gigantesque jeu de l’oie.

Au bout d’une vingtaine de minutes – il est à présent près de 15h – l’impétrant achève sa présentation et se redit. C’est au tour de chacun des membres du jury de faire son commentaire, également en à peu près vingt minutes chacun. Ils interviennent à tour de rôle, commençant généralement par faire des louanges sur le travail de l’impétrant et son engagement dans la recherche et la vie académique, puis enchaînent sur des remarques sur le contenu de la thèse. Quelques critiques tatillonnes sont prononcées pour le folklore et pour le sport (à quoi ressemblerait une défense de thèse en histoire si un membre du jury ne relevait pas à un moment une erreur de pagination dans une référence bibliographique figurant à la trois-centième note de bas de page du manuscrit ?). Des questions sont évidemment posées à l’impétrant qui tâche d’y répondre le plus précisément possible. Inutile ici de rentrer dans le détail du contenu des discussions (l’ethnographe n’a pas tout noté, de toute façon, trop occupé qu’il était à faire un Live Tweet avant de pester contre son ordinateur arrivé à court de batterie). La discussion est cordiale, et les propos, sur le plan scientifique, volent haut. L’un ou l’autre membre du jury laisse échapper qu’une publication au plus vite serait bienvenue, moyennant bien sûr quelques corrections mineures du manuscrit.

Les palabres s’arrêtent un peu abruptement et le jury se retire pour délibérer. L’audience est ravie : il commençait sérieusement à faire chaud dans la salle. Une petite pause est donc bienvenue. Pendant à peu près une demi-heure, les discussions vont aller bon train, autour d’un verre d’eau ou de la machine à café (il faut dire que la cantine du personnel n’est pas très loin).

Lorsque le jury revient, les gens s’empressent de se rasseoir. La cérémonie ne dure plus que quelques minutes : le président annonce, avec un ton solennel mais un petit sourire en coin, que Nicolas Simon a rempli les conditions nécessaires à l’achèvement d’un troisième cycle d’études universitaires et que le voici proclamé docteur (on notera que les universités belges ne délivrent pas de mention sur le diplôme de doctorat). Il est à présent près de 17h45 partout en Belgique. Au terme des applaudissements, l’ex-impétrant va signer son diplôme, avant d’annoncer à l’assistance qu’un buffet est à présent ouvert. L’ethnographe se souvient du cri de son cercle étudiant lorsqu’il était encore en master : Primum philosophare, deinde bibere. Sed nostra philosophia bibendum est. Ergo bibere, deinde bibere.

Retour sur un rite d’institution

Laetitia Gerard identifie le parcours doctoral comme étant un long « rite de passage »1 avec ses initiations, ses pratiques rituelles. La défense de thèse n’est jamais que l’épreuve finale et la cérémonie d’investiture, le « rite d’institution », dirait Bourdieu2, qui sépare l’avant et l’après doctorat. Comme toute pratique rituelle, elle a ses codes, ne serait-ce que vestimentaires (chez les historiens, le costume est généralement de rigueur, et dans certaines universités, l’impétrant et/ou le jury se doivent de porter la toge). Le déroulé de la cérémonie est lui-même très codifié, tout comme l’ordre de parole de chacun des intervenants. La proclamation du jeune docteur est évidemment solennelle et protocolaire, et les discussions lors de la défense de thèse le sont à peine moins. Toutefois, quelques touches d’humour sont parfois de mise durant les échanges.

Qui est habitué à assister à des défenses de thèse – voire a déjà connu la sienne – a appris à lire entre les lignes, à repérer les messages cachés, les petites piques, les critiques-pour-le-sport : en histoire, je le disais, relever les erreurs de référencement est un grand classique, de même que compter les coquilles dans la thèse ou relever les erreurs de traduction d’un mot en latin ou en moyen français/néerlandais : c’est du chipotage en forme de clin d’œil, et généralement, l’audience en sourit (ou soupire). Les remarques de fond du jury portent généralement sur l’interprétation des sources, sur le choix chronologique de la recherche et la spécificité qui se dégage de la période étudiée, sur le choix de tel ou tel concept de qualifier un phénomène, et sur la nécessité (ou non) d’effectuer la comparaison entre ledit phénomène et ceux se déroulant dans d’autres espaces. Au final tout est généralement affaire d’équilibre : un jury trop poliment laudatif, sans aucun élément de critique, pourrait cacher une défense de thèse de complaisance, chacun sachant que le futur docteur ne poursuivra pas dans le monde de la recherche ; à l’inverse, une défense où se déroulerait un véritable pugilat verbal cache généralement des querelles de chapelles et des griefs personnels.

Et en même temps, parce qu’elle est très codifiée, une défense de thèse a évidemment quelque chose d’un peu ridicule. Chacun sait qu’il assiste à une mise en scène très ritualisée, censée représenter le triomphe de la rigueur scientifique et de l’esprit universitaire (le doctorat étant le diplôme le plus élevé décerné par les institutions d’enseignement supérieur). D’où les occasionnelles petites touches d’humour des uns et des autres au cours de la cérémonie, pour montrer que personne n’est dupe du caractère artificiel de ce à quoi il participe.

Et puisque le doctorat est un rite de passage, il y a l’inévitable après-rite : le jeune docteur fait définitivement partie de la communauté des scientifiques. S’il vouvoyait encore certains membres de son jury, ceux-ci l’invitent généralement de passer désormais au tutoiement, car ils sont plus ou moins sur un pied d’égalité. La question de la publication du manuscrit de thèse est évoquée à un moment où un autre. Et puis, il y a la dernière grande inconnue : que faire après ? Le doctorat n’est qu’un diplôme. Si, grâce à lui, vous gagnez l’estime de Lorànt Deutsch, en revanche, vous n’êtes pas assuré d’obtenir un poste. Après l’enfer de la thèse, vient le purgatoire du postdoc. Et puis, qui sait, un jour, le « paradis » (tu parles) de la titularisation. À chacun d’espérer trouver le bon Virgile ou la bonne Marguerite pour le guider jusqu’à l’Empyrée.

Ah, et sinon, on reçoit généralement des cadeaux lorsqu’on est proclamé docteur. Certains sont bons, d’autres franchement pourris. Si vous n’y croyez pas, allez donc jeter un œil à ce billet !

Image de couverture :  Thomas Hawk, Conference time.

  1. Laetitia Gérard, Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral, Paris, Téraèdre, 2014 []
  2. Pierre Bourdieu, « Les rites comme actes d’institution », dans Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 43, 1982, p. 58-63 []

3 réflexions au sujet de « Observation (pas trop) participante d’une défense de thèse »

  1. Bonjour,
    En France, c’est l’habilitation à diriger des recherches (hdr), préparée après la thèse, qui constitue le diplôme le plus élevé décerné par les établissements d’enseignement supérieur. Comme cela se passe-t-il en Belgique? Merci.

    1. En Belgique, nous n’avons pas d’équivalent à l’habilitation à diriger des recherches. À ma connaissance, aucun certificat ni diplôme autre que le doctorat n’est nécessaire pour pouvoir à son tour diriger une thèse. Dans la pratique, il me semble que les chercheurs commencent à diriger des thèses à partir du moment où ils accèdent à un poste à durée indéterminée dans le monde académique, qu’il s’agisse de celui de chercheur qualifié du FNRS, de professeur, etc.

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *