Entretien avec Jean-Marie Cauchies : les origines (1/5)

Cette année académique 2016-2017 est assurément une des plus animées qu’ait connue la communauté universitaire de l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Entre négociations de fusion avec l’Université catholique de Louvain et multiples soutenances de thèses, l’agenda était des plus chargés. Au milieu de cette activité débordante et souvent très prenante, une autre nouvelle a marqué l’Université et notamment le département d’histoire : après 40 ans de bons et loyaux services, le professeur Jean-Marie Cauchies prend sa retraite.

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas (encore) Jean-Marie Cauchies, voici une bio méga express afin de (re)mettre les pendules à l’heure.

Façade de l’actuelle Université Saint-Louis – Bruxelles (© Nicolas Simon)

Jean-Marie Cauchies, c’est un historien du droit et des institutions. Spécialiste de la législation et de la période bourguignonne, il a connu un parcours professionnel des plus singuliers. Docteur en histoire en 1977, il entre directement à Saint-Louis pour gravir successivement les échelons passant de suppléant (1977) à professeur ordinaire (1992). En 2012, il avait décidé de prendre un peu d’avance en devenant professeur émérite invité à l’âge de 60.  Cinq plus tard, le voilà rattrapé par la limite d’âge et obligé de faire ses adieux en donnant, une dernière fois, son cours fétiche : « Histoire de Belgique » (un lundi, 3h d’affilée de 9h à 12h !!!). En novembre dernier, le jour de son anniversaire, il était déjà fêté à l’Université Saint-Louis en présence de nombreux collègues et amis. Au cours de cette séance lui ont été remis deux des trois volumes de Mélanges préparés en son honneur.

Afin de marquer le coup, ParenThèses se coupe en cinq pour vous offrir une interview de cet ancien doyen de Faculté devenu Académicien, membre de la Commission royale d’histoire et qui, pendant 30 ans, a exercé la fonction de Secrétaire exécutif du Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.). On oublierait presque de dire qu’il est le co-fondateur du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI) auquel nous-mêmes appartenons. A partir d’aujourd’hui et jusque vendredi, nous publierons les différentes parties d’une interview fleuve que Jean-Marie Cauchies nous a accordée en 2015…et qu’on n’avait jamais vraiment pris le temps de publier (#meaculpa).

Ah. On oubliait. Si vous vous demandez si la photo de couverture relève de fake news mal photoshopées, c’est que vous ne connaissez pas bien Jean-Marie Cauchies…

Au sommaire de ces cinq parties (attention #spoileralert) :

  • lundi : les origines
  • mardi : la législation
  • mercredi : les institutions
  • jeudi : les Bourguignons
  • vendredi : Saint-Louis et parcours professionnel

Bon, ben… bonne lecture and stay tuned ! Il y aura du neuf TOUS les jours de cette semaine !

ParenThèses (P) – Commençons par « Jean-Marie Cauchies : les origines » – ça pourrait d’ailleurs fait un bon titre de film soit dit en passant – : pourquoi l’histoire, pourquoi la législation et pourquoi les périodes bourguignonne et habsbourgeoise ?

Jean-Marie Cauchies (JMC) – Pourquoi l’histoire ? Ma réponse sera très banale : parce qu’étant jeune, à l’école primaire, je me suis senti attiré par le passé. Sans doute aussi parce que mes parents – c’est aussi souvent ce qui se passe – m’y ont intéressé. Quand nous partions en randonnée, nous allions voir des « vieux trucs » et donc par conséquent j’ai très vite pris goût au passé. Ça n’a pas été un chemin de Damas ; c’est quelque chose qui s’est construit petit à petit.

Pourquoi la législation ? C’est une question que je me suis souvent posé par après, parce qu’évidemment ça n’est pas venu tout de suite. C’est au moment où il a fallu choisir un mémoire de licence (ex-master, ndr) que je me suis orienté par là. Je dirais qu’il y a eu deux facteurs. Il y a effectivement le fait que, faisant valoir que je souhaitais faire de l’histoire institutionnelle au sens large, celui qui m’a mis sur la voie, Maurice Arnould, à l’époque professeur à l’ULB, m’a suggéré de travailler sur les ordonnances des ducs de Bourgogne. Il y avait notamment moyen de mener une étude à partir d’une documentation comptable. Ça me tentait. J’ai mené les négociations préalables durant les vacances d’été entre la deuxième candi et la première licence. Quand je suis arrivé à Louvain-la-Neuve et que les professeurs de moyen âge ont rassemblé les étudiants, j’ai fait part de ce sujet. Tant Léopold Genicot que Philippe Godding ont dit que c’était une excellence suggestion. Pourquoi cela m’a-t-il plu ? Je crois que l’explication est simple. C’est en rapport avec mon caractère. Je suis un homme d’ordre, un homme de normes, j’aime bien ce qui est défini, ce qui est cadré. Je crois qu’il ne faut pas poursuivre plus loin l’introspection.

P – Et la période bourguignonne (et habsbourgeoise) ?

JMC – Je pense que la période bourguignonne c’est à cause de ceci  [il sort un exemplaire d’un petit livre intitulé Philippe le Bon. Le duc d’Occident publié par Artis Historia]. Je le conserve précieusement dans ma bibliothèque. Il m’avait été offert par ma tante – si je me souviens bien – car elle savait que l’histoire m’intéressait. Je pense que c’est ceci qui a produit le déclic vers l’époque bourguignonne. La période habsbourgeoise est ensuite venue logiquement. Glissant dans le temps et me rendant compte que la période habsbourgeoise était très peu étudiée – la situation a bien changé grâce notamment aux historiens gantois – je me suis mis à l’étude de cette période… et même à considérer de plus en plus que cela formait un tout.

P – Est-ce que vous avez développé a posteriori un regard critique sur la manière dont l’histoire vous a été enseignée à cette époque ? 

JMC – A l’école primaire certainement pas. J’ai fait mes primaires dans l’enseignement officiel communal et je n’ai vraiment pas le souvenir qu’on essayait de me mettre des idées dans la tête. Dans le secondaire, j’ai fait mes études chez les Frères des écoles chrétiennes où j’ai eu deux professeurs d’histoire particulièrement excellents qui introduisaient eux-mêmes la critique. Finalement, peut-être comme Mr Jourdain, j’ai pratiqué l’esprit critique sans le savoir.

P – Vous citez souvent Henri Pirenne, Philippe Godding, Léopold Genicot ou Jacques Paquet comme les auteurs qui vous ont le plus influencé. Pourriez-vous nous dire pourquoi ? 

JMC – Henri Pirenne, c’est très simple. Lorsque j’étais en 4e année d’humanités – ce qu’on appelait la 3e latine à l’époque – mon professeur de français possédait les quatre volumes illustrés de l’Histoire de Belgique de Pirenne. Il savait que l’histoire m’intéressait particulièrement et il était sans doute content d’avoir un étudiant quelque peu « littéraire » dans la mesure où les Frères des écoles chrétiennes préparaient surtout à Polytechnique. Ce professeur m’a dit qu’il mettait en vente ses quatre volumes pour un prix très intéressant à l’époque. J’ai ainsi demandé à mes parents et ils me les ont payés. C’est donc le premier ouvrage scientifique qui est entré chez moi et que j’ai lu avec beaucoup d’attention. Henri Pirenne a donc été l’entrée non pas en religion, mais bien en histoire. Ce n’est donc pas un choix orienté par un tiers qui m’aurait dit de lire Pirenne plutôt qu’autre chose. Et inutile de dire que je n’ai pas connu Pirenne (rires).

P – Oui, au cas où les gens auraient encore des doutes…

JMC – Si je procède chronologiquement, le suivant est Jacques Paquet. Il m’a beaucoup marqué parce qu’il a été mon premier maître à ce qui s’appelait encore les Facultés universitaires Saint-Louis. C’était un bon formateur et il y avait du très bon contenu dans ses cours. C’était aussi un brillant causeur, toujours avec beaucoup de nuance et qui développait l’esprit critique. À tel point qu’avec le recul il pourrait apparaître comme quelqu’un d’hyper critique et extrêmement méfiant. Il aurait sans doute pu publier davantage, mais s’il ne l’a pas fait ce n’est pas parce qu’il ne travaillait pas. Il avait des scrupules à écrire dix lignes en se demandant si c’était bien rigoureux. Il m’a souvent dit plus tard : « Je vous admire de publier tant et en plus de bons articles. Moi je n’oserais pas ». C’est révélateur. Il m’a donc marqué par son esprit critique, mais il en devenait presque pusillanime, quitte à passer pour quelqu’un qui n’avait pas d’aura scientifique en dehors de Saint-Louis.

P – Le suivant, chronologiquement, est Léopold Genicot ou Philippe Godding ?

JMC – Après Saint-Louis, je suis arrivé à Louvain. Quand j’ai proposé mon sujet de mémoire, Léopold Genicot a dit que ça pourrait intéresser Philippe Godding. Je le connaissais parce que j’avais suivi son cours d’introduction au droit aux Facultés Saint-Louis. Ce qui m’a marqué chez Godding est qu’il était vraiment un patron et un guide. Il était toujours là, disponible sans être en train de dire : « Alors, ça avance ? Où en êtes-vous dans vos recherches ? ». De toute façon je suivais un plan de travail qui était assez serré. Philippe Godding était là pour lire, pour répondre et aussi pour critiquer, annotant et justifiant ces commentaires. Il donnait également des conseils sur la manière de tourner les mots. J’appréciais beaucoup cette manière de travailler. C’est cela qui m’a donc marqué : toujours soupeser ce que l’on dit, ce que l’on exprime. Au moment de la thèse, il m’a ensuite laissé voler de mes propres ailes. Quand je lui remettais les différents chapitres, j’ai toujours eu droit à une relecture très attentive. Le rapport entre nous était alors différent, bien qu’il y ait toujours cette relation de maître à disciple. Il y avait toutefois une plus grande complicité. Il n’hésitait pas à mettre une remarque ironique ou même une gaudriole. Il m’avait même écrit une lettre en ancien français pour me dire qu’il avait bien reçu le chapitre que je venais de lui envoyer.

P – Et Léopold Genicot alors ?

JMC – J’ai surtout retenu de Genicot sa manière de donner cours, principalement la façon dont il s’exprimait. Les inflexions dans la voix, les intonations et la façon de dégager quelque chose en appuyant sur un mot m’ont particulièrement marqué. Son apport a surtout été pédagogique. C’est le meilleur pédagogue que j’ai eu quand j’étais étudiant. Bon, parfois il fallait un peu deviner parce qu’il faisait des remarques qui semblaient lui être destinées et il se mettait alors à marmonner quelque chose. On aurait pu croire qu’il disait du mal de quelqu’un car on ne comprenait pas toujours ce qu’il disait (rires).

P – En tout cas, on sait maintenant d’où vous vient cette manie de mettre des commentaires dans les travaux d’étudiants.

JMC – Oui, c’est à cause de Godding. C’est sûr ! Peut-être à un degré un peu plus élevé car il avait gardé un peu de son éducation très traditionnelle, je dirais même presque calviniste sur les bords. Évidemment, je suis d’un autre style.

P – Pirenne, Godding, Genicot et Paquet sont belges. Mais quels sont les auteurs étrangers qui vous ont marqué ?

JMC – Si vous me demandez si certains m’ont marqué au cours de ma formation, je dirai non. J’appartiens encore à cette génération – était-ce un bonheur ou un malheur ? – où on pouvait s’engager directement dans la carrière académique sans devoir, comme c’est de plus en plus nécessaire, s’expatrier. Je n’ai donc pas été formé par d’autres que ceux dont j’ai déjà parlé.

Si je dois dire les auteurs étrangers qui m’ont influencé par leurs écrits, il y a d’abord Richard Vaughan avec ses quatre biographies des ducs de Bourgogne[1], et ensuite Herman Wiesflecker et ses cinq volumes sur Maximilien d’Autriche[2]. Je sais qu’on en pense ce qu’on veut. Werner Paravicini déteste Wiesflecker et considère qu’il s’agit d’histoire positiviste. Il s’agit peut-être d’un travail positiviste, mais au moins quand on y cherche quelque chose, on y trouve l’information, et ce non seulement en termes de renseignements factuels, mais il y a également des paragraphes sur l’interprétation à donner aux faits. Au cours de mes lectures, ce sont donc les deux auteurs qui m’ont le plus influencé et qui ont sans doute un peu orienté mes travaux personnels.

P – Sauf erreur de notre part, on n’a jamais pu constater que vous citiez des auteurs étrangers à la discipline historique dans vos publications. Est-ce ce que certains pourraient appeler, à première vue, un « dénigrement » ? Ne vous l’a-t-on jamais reproché ? Plus globalement, qu’est-ce que ces penseurs polymorphes et à la lisière de plusieurs disciplines (Michel Foucault, Max Weber, etc.) vous inspirent ?

JMC – Non, on ne me l’a jamais ouvertement reproché. Et ce qu’on a pu dire dans les couloirs m’importe peu (rires). Même des aînés qui auraient pu se permettre de me le reprocher ne l’ont jamais fait. De même, les ouvrages que j’ai recensés ou travaillés étaient souvent rédigés par des auteurs qui étaient un petit peu « faits du même bois » que moi. Plus globalement, j’appartiens à une génération et j’ai été formé par des gens qui, sans rejeter ce genre d’auteurs, étaient relativement méfiants. Ne parlons pas d’un Jacques Paquet qui était quand même assez conservateur dans ses conceptions méthodologiques.

P – Le milieu n’était apparemment pas très favorable à la découverte d’autres penseurs que ceux issus de la discipline historique.

JMC –  Philippe Godding est quelqu’un qui a travaillé dans le cadre, non pas fermé, mais quand même bien déterminé de l’histoire du droit et des institutions. Il avait sa méthodologie et ses préoccupations épistémologiques comme nous devons tous les avoir, mais il les puisait essentiellement dans son terreau. Quant à Genicot, il appartenait à une voire deux générations antérieures à la mienne, pour qui il fallait que l’historien puisse démontrer que ses méthodes étaient suffisamment solides pour aborder une série de problèmes. Finalement le premier qui s’est lancé dans de telles approches interdisciplinaires, c’est René Noël. Il étonnait ses étudiants de Namur en mobilisant dans ses cours les travaux de Marcel Mauss. Noël était vraiment un pionnier en la matière et, le connaissant, je suis certain qu’il devait en faire très bon usage. En conclusion, je ne suis pas tombé là-dedans comme Obélix dans la cuvelle de potion magique quand j’étais petit. Je n’ai donc jamais pris ce réflexe de consulter des auteurs issus d’autres disciplines puisque je trouvais ma nourriture chez les historiens, même si j’allais chercher quelques informations spécifiques chez des juristes contemporains.

P – Il ne s’agit donc pas vraiment d’un dénigrement ? 

JMC – Ce n’est pas un dénigrement dans la mesure où je n’ai pas été familiarisé avec ça au cours de mes études. Ce qu’on peut éventuellement me reprocher c’est que je n’ai pas vraiment « mordu » à cela. Je ne méconnais pour autant pas les penseurs qui sont à la lisière de plusieurs disciplines. Le premier travail que Jacques Paquet m’a donné à Saint-Louis en 1e année des candidatures portait sur l’ouvrage de Max Weber consacré à l’esprit calviniste et les origines du capitalisme. Si je n’ai moi-même jamais éprouvé la nécessité d’appliquer cette démarche pluri- ou interdisciplinaire, je ne m’en méfie pas comme de la peste. Il faut évidemment constater que la jeune génération travaille autrement et c’est heureux. Par contre, j’ai toujours été un peu fâché quand me tombait entre les mains un article d’une discipline voisine et qu’il ne faisait pas référence à des travaux d’historiens.

P – Vous pensez à quelqu’un en particulier ?

JMC – Un auteur auquel je ne trouve rien d’extraordinaire mais que citent des historiens néerlandophones ou plus encore hollandais, c’est Charles Tilly. Il a certes travaillé sur l’État moderne, mais personnellement j’ai l’impression, à chaque fois que je le lis, qu’il enfonce des portes ouvertes. Et je ne vois pas Tilly citer les historiens… ou alors les auteurs qui le citent lui-même. Je préfère alors un autre Américain, Joseph Strayer, qui a également étudié l’État moderne[3]. Dans son ouvrage il y a, me semble-t-il, quelques lueurs intéressantes. Je reste donc fort prudent et je sens bien que je ne suis pas inattaquable sur cette question. Je crois avoir répondu avec assez de prudence à votre question…

P – Est-ce qu’en donnant votre cours d’histoire de Belgique à l’Université Saint-Louis – Bruxelles, vous sentez-vous un peu « pirennien », dans la mesure où il a aussi donné le cours d’histoire de Belgique à Gand, par exemple ?

JMC – Je dirais plutôt que non. Je ne me sens pas totalement pirennien ni anti-pirennien. Au fond, je ne me suis jamais vraiment posé la question. Ce qui m’a toujours frappé dans son Histoire de Belgique, c’est cette diversité entre les périodes. Chacune a sa spécificité, mais elles s’enclenchent les unes aux autres et finalement débouchent sur la création de l’État belge. Plutôt que le pirennisme, c’est la spécificité de l’histoire de Belgique qui m’a toujours parue intéressante. C’est d’ailleurs ce que je dis chaque année en commençant mon cours : « Excusez-moi, mais nous avons une histoire qui est compliquée ». C’est cette complexité qui fait sa richesse. Je ne cherche pas d’emblée à lui donner une trame. J’essaie plutôt de suivre cette histoire telle qu’elle est. Je ne suis pas insensible à Pirenne, mais je ne veux pas attacher l’histoire à un fil et dire que je le tiens bien ou qu’un autre est à rompre. Je ne suis pas « grand néerlandais » non plus et certainement pas régionaliste. J’essaie d’envisager l’histoire de Belgique telle qu’elle s’est déroulée et en me disant qu’elle aurait pu tourner à tout autre chose. Quant à savoir si cela aurait été mieux ou plus mal, je m’en fiche complètement. Je serais Français ou Hollandais aujourd’hui, je n’ai pas l’impression que j’en ferais une maladie.

[1] Vaughan Ph., Philip the Bold : the formation of the Burgundian State, Londres, 1962 ; Id., John the Fearless : the growth of Burgundian power, Londres, 1966 ; Id., Philip the Good : the apogee of Burgundy, Londres, 1970 ; Id., Charles the Bold, the last Valois duke of Burgundy, Londres, 1973

[2] Wiesflecker H., Kaiser Maximilian I.: das Reich, Österreich und Europa an der Wende zur Neuzeit, Vienne, 1971-1981.

[3] Strayer J., On the Medieval Origins of the Modern State, Princeton, 1970.

Photo de couverture : Bureau de Jean-Marie Cauchies à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (par Nicolas Simon)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *