Archive junkie en rechute

En avril dernier, j’ai eu la chance de défendre publiquement ma thèse de doctorat consacrée au processus législatif dans les Pays-Bas espagnols (ca. 1580-ca. 1610). Comme tout chercheur travaillant sur une thématique pareille, j’avais accumulé, en un peu moins de trois ans, un matériau relativement important grâce à la fréquentation des dépôts d’archives.

En ce qui me concerne, j’ai principalement puisé mes sources aux Archives générales du royaume situées à Bruxelles ainsi qu’aux Archives de l’Etat à Anderlecht (commune de la région bruxelloise) où sont conservées les archives du Conseil de Brabant.

Pendant presque trois ans, j’ai fréquenté, voire même hanté ces lieux. A cet égard, la salle de lecture des AGR est un lieu particulier, presque magique pour celui/celle qui est non seulement intéressé(e) par la consultation des archives, mais aussi par la dynamique humaine de la salle de lecture. Le personnel commence d’abord par vous connaître et même à vous reconnaître. Au bout de quelques mois, je n’avais même plus besoin de dire quels numéros j’avais en réserve; on allait directement chercher la boîte que j’avais laissée en souffrance la veille !

Puis, je sais pas vous, mais personnellement j’ai des habitudes – on pourrait presque dire des manies – comme celle d’occuper la même place chaque jour. C’est comme ça; je n’y peux rien. C’est presque un réflexe. Si je ne suis pas à la table n°15 au fond de la salle (où on voit à peu près tout ce qui se déroule…), j’avoue que je suis peu enclin à « savourer » ma journée de travail.

Il y a ensuite la bataille que vous devez gagner contre le logiciel permettant de commander les documents, Archeon. Combien de temps j’ai pu passer, au début, à faire des erreurs dans la façon d’indiquer le numéro de l’inventaire où se trouvait les documents dont j’avais besoin ! Et sans compter les inventaires où j’avais repéré un numéro apparemment intéressant, mais où il n’était nullement indiqué que ce numéro se scindait entre un A et un B. Et BIM ! Archeon ne le reconnaît pas et le message « Numéro d’inventaire inconnu » s’affiche en rouge devant vos yeux. Aucun(e) doctorant(e) n’aime voir ce genre de message !

Mais en raison de la rédaction de la thèse, j’ai été sevré des archives pendant plus d’un an. Certes, il y avait cet objectif droit devant (Il faut que je termine !), mais c’est dans ces moments là que les passages aux Archives manquent. On ne voit déjà pas grand-monde en phase de rédaction, mais alors des archives encore moins.

Pour la première depuis ma soutenance, je suis retourné aux AGR. C’était le 18 juillet. L’absence avait laissé des traces et il a fallu repensé à tous ces petits détails qui constituent une journée réussie aux Archives. C’était ma routine pendant trois ans, c’est devenu, le 17 juillet au soir, un exercice stressant afin de ne rien oublier.

En un an, les personnes n’ont pas changé.

Toujours les mêmes membres du personnel en salle de lecture.

Toujours ces mêmes lecteurs qui, en raison de leur organe vocal, font profiter toute la salle de leurs découvertes généalogiques.

Toujours le même système (sans pitié) des commandes de documents (à toutes les heures 15 et gare à vous si vous commandez à l’heure 16 ou 17).

Toujours les mêmes annonces, à 11h50, pendant cette période  (la salle ferme à 12h…) : Dames en Heren. Mesdames et Messieurs. We gaan sluiten. On va fermer. Bedankt. Merci. Et vous avez droit au bis repetita à 16h15 pour prévenir que la salle ferme 15 minutes plus tard.

Succulents tous ces petits moments !

Etre un peu archive junkie ne se résume donc absolument pas à s’asseoir à une table pour consulter des vieux papiers nécessaires pour rédiger une thèse, un livre ou un article. Le goût de l’archive ne se résume ainsi pas à l’attrait pour les vieux papiers, c’est également pouvoir apprécier ces mille fourmillements quotidiens d’une salle de lecture !

Photo de couverture : Daniele Levis Pelusi on Unsplash


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *