Pourquoi connaître le passé n’aide pas à comprendre le présent

En procédant au rangement estival de mon bureau, je suis retombé sur un article que je n’avais pas lu depuis ma 3e année de baccalauréat – si je ne me trompe pas – c’est-à-dire vers 2008-2009. Un bail, quoi.

L’article en question était de Jean Stengers (1922-2002), historien spécialiste de la période contemporaine – il avait pourtant une formation de médiéviste… –, professeur à l’Université libre de Bruxelles, membre de l’Académie royale de Belgique et l’un des plus influents historiens belges du 20e siècle. On lui doit notamment une puissante réflexion sur le sentiment national en Belgique (et dans un autre genre, il est l’auteur d’un ouvrage sur l’histoire de la masturbation).

Le titre de l’article est déjà des plus évocateurs : Les fonctions de l’histoire dans la société. Vaste thématique que tâchait d’aborder l’auteur en moins de vingt pages #challengeaccepted. En gros, Stengers affirmait d’emblée que le titre présenté de façon affirmative pouvait se résumer à une question des plus classiques : à quoi sert l’histoire ?

Stengers envisageait alors d’aborder deux questions distinctes mais complémentaires :
– quelle portée peut avoir, pour la société, le fait de connaître le passé ?
– quelle place peut ensuite occuper l’historien au sein de la société ?

De même, trois types de fonctions étaient possibles pour la discipline de Clio. La première n’était pas autre chose, selon Stengers, qu’une fonction fondée sur des illusions. Les deux autres formaient une sorte de miroir : on peut relever des fonctions perverses et d’autres davantage légitimes.

Bon. On pourrait passer tout un été sur ces questions, mais on ne va pas le faire… Dans ce billet, je vais seulement me concentrer sur la première (fausse) fonction attribuée à l’histoire et que Jean Stengers range au rayon des illusions. Il s’agit de celle affirmant que connaître l’histoire permettrait de mieux comprendre le présent.

Le titre de ce billet annonce d’ailleurs la couleur. Il peut paraître provocateur à première vue, mais je pense qu’il est loin d’être sans fondement. Jean Stengers va d’ailleurs fournir quelques clés de compréhension intéressantes.

Combien de fois n’a-t-on pas entendu Tonton André ou Tata Arlette nous dire, voire nous apprendre doctement, qu’« étudier l’histoire c’est intéressant, ça permet de comprendre d’où on vient et de mieux appréhender le présent » ? Généralement on sourit de façon polie, on hoche vaguement la tête tout en se disant que, peut-être, c’est un peu vite dit tout ça.

Plutôt qu’être un sommet de la réflexion humaine, affirmer qu’étudier le passé permet de comprendre le présent n’est rien d’autre, selon Stengers, qu’une pure tautologie. Si on se dit qu’il faut étudier la façon dont le passé a débouché sur le présent, cela revient, par définition, à étudier le passé. Dès lors, affirmer que connaître le passé aiderait à comprendre et à mieux appréhender les réalités contemporaines n’est rien d’autre que du gros bullshit. CQFD.

Le positionnement de recherche à adopter pour celui/celle qui souhaiterait réellement comprendre le monde actuel est tout autre que celui véhiculé par cette maxime populaire. Si le but du chercheur est bel et bien de comprendre le présent, alors « ce qu’il importe de connaître n’est pas du tout le passé, reconstitué avec un maximum de soin et d’exactitude, mais bien l’image que les hommes se font du passé » (p. 225). Ce qui est évidemment une aventure intellectuelle diamétralement opposée à ce que prétend l’expression commentée ici.

Ainsi, ce qui exerce une grande influence sur notre situation contemporaine, c’est avant tout « la représentation du passé » qui peut « être tout à fait distincte de l’histoire des historiens ». C’est cela qu’il est donc fondamental de comprendre si l’on souhaite, primo, appréhender la situation dans laquelle on évolue et, secundo, être préparé à combattre la vision de l’histoire que propagent certains histrions…if you catch my drift (un peu ici et là).

Comment s’y prendre ? En fait, Stengers n’a d’autre solution à proposer que d’essayer de se dépendre de ses connaissances, de faire comme s’il ne connaissait pas le passé afin de ne pas être « pollué » par ses connaissances dès qu’il tente de s’ouvrir, par exemple, aux problèmes communautaires belges[1]. C’était l’idée qui venait immédiatement à l’esprit de Stengers, mais nul doute que s’il était encore de ce monde il serait fasciné par les références à un roman national idéalisant le passé effectuées par divers hommes politiques français.

En clair, c’est donc davantage un « complexe d’idées, pas toujours bien définies » qui constitue notre rapport au présent et pas vraiment « le passé authentique » dans le sens de véridique historiquement parlant, factchecké comme diraient les journalistes.

La remarque est de taille et les implications qu’elle appelle ne sont pas des moindres. En effet, poussée jusqu’à l’extrême, la pensée exprimée par Stengers force bel et bien à se déprendre de notre connaissance du passé : « (…) je parlerais de l’impérieuse et fréquente nécessité, si l’on veut comprendre le monde où l’on vit, d’oublier l’histoire » (p. 226). Rien que ça !

Une fois qu’on a pris conscience de ceci, que reste-il à faire ? Doit-on renoncer à une quelconque possibilité d’entrer dans le débat public contemporain si, en tant qu’historien, on doit faire comme si on n’y connaissait rien ? En fait, pas du tout. C’est même à une tâche immense qu’appelait Stengers tout en étant lui-même bien conscient de ce qu’il enjoignait à ses pairs : « On peut donc dire que l’historien, à chaque stade, est dans l’obligation non seulement d’écrire l’histoire d’une époque, mais de reprendre en l’incorporant dans cette histoire, l’image de tout ce qui a précédé » (p. 227).

Le travail que doit mener l’historien est délicat car il convient de comprendre quelles sont les images du passé qui sont mobilisées par son public-cible. Ces images peuvent quant à elles varier dans le temps, selon l’espace où l’on évolue ou encore d’après le milieu socio-économique dans lequel on vit.

Au final, cette phrase en apparence bête de banalité (Connaître le passé aide à comprendre le présent) n’est rien d’autre que la matérialisation d’une pensée illusoire de ce que pourrait être l’une des fonctions de l’histoire. Sous le vernis de cette apparente simplicité réside donc tout un univers qu’il est nécessaire de parcourir (images que l’on se fait du passé) au prix, pour l’historien(ne), d’un abandon paradoxal (oublier momentanément ce que l’on sait du passé véridique).

Vous savez maintenant ce que vous pouvez répondre à Tata Arlette et Tonton André au prochain repas de famille…

Info pratique :

L’article de Jean Stengers, initialement publié en 1983 dans le Bulletin de la Classe des Lettres, des Sciences Morales et Politiques de l’Académie royale de Belgique, a été republié dans un numéro spécial de la Revue belge de philologie et d’histoire regroupant d’autres articles majeurs de cet historien. A consulter ici.

[1] Quand il écrit cet article au début des années 1980, Stengers vit dans une Belgique qui n’est pas encore fédérale (elle le deviendra officiellement en 1993). Elle venait de franchir le cap de la communautarisation (1970) et de la régionalisation (1980). La région bilingue de Bruxelles-Capitale n’existait pas encore ; elle obtiendra une reconnaissance officielle en 1989. Les années 1960 et 1970 avaient d’ailleurs été marquées par une tension croissante en ce domaine (scission de l’Université catholique de Louvain, fin des partis politiques nationaux, échecs à répétition pour pacifier les relations (Pacte d’Egmont, etc.)).

Photo de couverture par Ethan Robertson sur Unsplash


4 réflexions au sujet de « Pourquoi connaître le passé n’aide pas à comprendre le présent »

  1. C’est vraiment très intéressant. Toutefois, cela veut dire que l’on a une conception de l’action comme entièrement consciente : les décisions au présent sont prises en fonction des conceptions du passé qu’ont les gens ; jamais un passé qu’ils et elles ignoreraient, ou interpréteraient différemment, ne pourrait peser sur leurs actions. Il me semble que toute version de l’histoire, et des causalités, qui laisse au moins une place minimale à la « structure » (ou à l’action routinière, non délibérée, etc.) amène à penser que le passé tel que nous pouvons le reconstituer, et pas uniquement le passé tel que nos acteurs le pensent, a une influence sur le présent ?

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *