Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop

Personne n’aime le gris. Pensez-vous, c’est triste comme couleur ! La couleur des croque-morts, oui. Mais pas celle des historiens. Vraiment ?! Non ! Une poignée d’irréductibles a tenté et tente plus que jamais de mettre en avant le gris comme label pour étudier les instruments de travail administratifs dans l’espace méditerranéen entre le 12e et le 17e siècle. Les trois piliers de cette entreprise qu’est le projet « écritures grises » sont Clémence Revest (CNRS-Centre Roland Mousnier), Arnaud Fossier (Université de Dijon) et Johann Petitjean (Université de Poitiers). Ils avaient organisé un premier atelier/workshop en septembre 2013 afin de baliser et d’interroger l’expression qu’ils entendaient promouvoir – celle d’écritures grises – afin de voir si elle pouvait devenir une catégorie d’analyse documentaire pertinente . Un deuxième atelier s’est tenu en octobre 2014 avant qu’une troisième (et dernière) rencontre n’ait lieu à l’automne 2015. Si j’en parle aujourd’hui sur ParenThèses c’est tout simplement parce que j’ai eu la chance – c’est dit sans fausse modestie – de pouvoir participer à ce second atelier. En ce qui me concerne, le but était avant tout de parler de la façon dont les Pays-Bas espagnols étaient gouvernés durant le règne de Philippe II. Bon, disons tout de suite qu’envisager l’ensemble du règne aurait été un peu utopique. J’ai donc resserré la période envisagée (1580-1598) afin de fournir une analyse plus étayée. Ensuite, je me suis retrouvé à cheval entre la thématique de l’atelier de cette année (emploi et remploi des instruments et documents) et celle des rencontres prévues en 2015 (transferts et échanges). Une présentation située dans une zone… grise.

S’immerger dans la paperasse

Le titre très évocateur et mobilisateur qu’est l’expression « écritures grises » m’avait initialement fait perdre de vue le sous-titre, pourtant fondamental, de ce projet. Dans l’esprit des trois organisateurs, il s’agit bien d’étudier les instruments de travail administratifs et non les instruments du travail administratif en lui-même. Il ne s’agit donc pas d’étudier et d’analyser les documents qui « enregistrent ou consignent l’action administrative ». Ce sont plutôt ceux qui doivent permettre, par exemple, de s’y retrouver au sein de la paperasse – je ne fais que reprendre les propos de Filippo de Vivo… – ou bien qui renvoient à un stade d’élaboration primaire, basique, presque fœtal des documents. A cet égard, les inventaires d’archives restent l’exemple le plus explicite avec les listes d’offices pour un royaume et/ou d’un empire colonial1.

Comme l’a rappelé Filippo de Vivo dans un article récent, nombreux sont les travaux qui tentent de montrer qu’on ne doit pas considérer les archives comme de « simples réserves de documents » mais bien comme un objet d’étude en soi. Il s’agit moins de créer un champ très pointu dans la discipline historique que de tenter d’étudier le fonctionnement des institutions au-delà de l’établissement d’une liste de leurs membres ou de calculer leur salaire. Cette approche est aujourd’hui dépassée tant dans les idées que dans les faits. Radiographier le fonctionnement interne des institutions et des appareils administratifs autorise, dès cet instant, à envisager l’étude des processus décisionnels – qu’ils relèvent du champ judiciaire, administratif stricto sensu ou législatif – et des supports intellectuels et matériels de cette prise de décision. C’est certes mettre en avant la production de projets, de minutes, de concepts, d’échanges, d’emplois et de réemplois, mais avec la volonté de dépasser la maxime bien connue que « l’information, c’est le pouvoir ». L’attrait de pareilles interrogations réside dans les perspectives de dialogues transpériodes potentiels. Un historien moderniste aura sans doute tout intérêt à parcourir l’ouvrage Along the Archival Grain d’Ann Laura Stoler dans lequel l’anthropologue américaine étudie les archives produites par les autorités coloniales néerlandaises du 19e siècle. En reprenant les propos de Pierre Chastang lors de ce deuxième atelier, on peut très clairement s’interroger sur la « modalité de la pratique intellectuelle de l’administration ».

Chut ! C’est pas un document officiel

Assez logiquement la dichotomie officiel vs. officieux peut, voire même doit être abordée lorsqu’on parle d’écritures grises. L’ambiguïté étant bien entendu que l’on doit tenter d’analyser cela au sein d’appareils (proto-)étatiques officiels supposés transmettre un discours dans lequel toute la communauté/collectivité se reconnaîtra. On touche sans doute ici à l’un des attraits évidents du projet puisque l’articulation entre ce qui relève (ou ce qui ne relève pas) du registre officiel autorise à interroger les schèmes ou critères des développements intellectuels préliminaires à la consignation du travail administratif. Dire qu’une décision, une parole, un geste, etc. est officiel, c’est avant tout reconnaître que l’officiel c’est l’idée qu’un groupe transmet de lui-même, c’est tenter de mettre en avant une forme d’ego généralisé et ce à l’échelon d’un métier, d’une principauté, d’un royaume, etc.2

Les documents qui gravitent dans cette sphère – parfois grise elle aussi – entre l’officiel et l’officieux, entre ce qui est destiné à être public ou à rester inconnu du plus grand nombre, renvoient à un « nuancier documentaire ». Cette expression est utilisée par les trois têtes à penser du projet dans la mesure où il serait vain de vouloir dresser une typologie formelle et bien précise des documents que l’on pourrait inclure dans la catégorie « écritures grises ». Parler d’un nuancier documentaire, c’est inviter à souligner la plasticité toujours à réinvestir de ces matériaux archivistiques. Dans le cadre des me propres recherches autour de la législation promulguée dans les Pays-Bas espagnols, on pourrait sans doute joindre le terme de « palimpseste ». Combien de fois je ne rencontre pas dans la série des minutes préparatoires aux actes des documents annotés ! On change, on annote, on griffonne, on barre les changements pour dire que la première version était quand même la bonne. Et que dire des exemples rencontrés où l’on a reproduit des extraits d’anciennes ordonnances sur lesquels on s’appuie pour un nouvel acte. On tente donc de faire du neuf à partir d’un matériau qui ne l’est pas spécialement. On pourrait naturellement dire que les membres du gouvernement central bruxellois au 16e siècle ne sont guère ingénieux ou inventifs. Il faut évidemment bien prendre conscience que le respect des traditions, des coutumes, des usages est un élément fondamental dans la pensée de l’époque.

De manière corollaire à cette dichotomie officiel vs. officieux, c’est aussi une vision très processuelle du travail administratif qui tend à se dégager des différentes recherches présentées au cours des workshops organisés jusqu’ici. Les organisateurs mettent du reste en lumière l’importance de la dynamique qui emmène l’historien du « brouillon à l’acte ». A titre personnel, c’est vraiment dans ce genre d’approches que je me rends compte de la richesse des informations que renferment les archives des institutions centrales des Pays-Bas espagnols. Simultanément c’est aussi à ce moment que je prends conscience, pour paraphraser Marcel Mauss, que décrire l’instant fugitif où se prend la décision est un horizon (presque systématiquement) inaccessible.

Prenons un exemple. Pas plus tard que la semaine dernière, je suis tombé sur un beau dossier concernant la promulgation d’une ordonnance sur les monnaies de 1599. Je vous fais grâce des détails du débat sur le poids et l’évaluation des diverses monnaies… Le plus intéressant, c’est que les membres des conseils collatéraux – les trois organes centraux des Pays-Bas espagnols – demandèrent aux généraux des monnaies de leur donner un avis. Dans un courrier très circonstancié, ces officiers des monnaies dont on reconnaît une expertise en la matière proposent leurs différentes mesures3. Comme un projet de l’acte est également conservé, on se rend compte que les articles de celui-ci reprennent presque mots à mots – moyennant les modifications de style obligatoires – ceux du courrier envoyé par les maîtres des monnaies…avec dans la marge les années où des décisions plus ou moins similaires ont été prises4. Et puis, patatras. Finalement, on lit dans un courrier interne au gouvernement que le projet n’a pas été appliqué et qu’une ordonnance au contenu différent a été promulguée5. Si on ne fait que consulter le Recueil des ordonnances des Pays-Bas consacré au règne des archiducs Albert et Isabelle on ne peut absolument pas se rendre compte de ce processus qui hoquète çà et là. Bref, le courrier des maîtres des monnaies contenant leurs recommandations illustre bien, je pense, ces sortes « d’instruments du travail administratifs » (très) hybrides sur lesquels s’appuie la décision.

Idiot, vraiment ?

En fait, c’est évident que pareil projet de recherches peut a priori paraître étrange ou même très peu sexy. Ce genre d’interrogations nous force à être terre-à-terre, à aborder le quotidien du travail d’hommes dont les rapports à l’écrit, au classement/archivage, à l’histoire, etc., sont en partie insaisissables pour quelqu’un du 21e siècle. Cette étude du travail au quotidien renvoie donc à la (fausse) banalité du travail administratif. Et c’est là que certains se demanderont peut-être à quoi bon se lancer là dedans. Je dirais plutôt que c’est ce genre de réticences qui suscitent mon interrogation car aborder l’étude des administrations et des institutions par le biais des zones d’ombre, des pleins et des déliés, c’est en venir in fine à une sorte d’anthropologie historique. L’historien intéressé par ces questions ne se contente pas seulement de faire une histoire des institutions ou des administrations. Il aborde, en réalité, la concrétude de l’existence humaine dans ce qu’elle a de plus manifeste car c’est dans ces pratiques banales6 que réside bien souvent le matériau exceptionnel pour une recherche historique.

En y réfléchissant bien, Robert Guédiguian avait sans doute raison lorsqu’il fit dire à Michel Bouquet, incarnant François Mitterrand dans Le Promeneur du Champ de Mars (2005), que, finalement, il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris

PS : le projet « Ecritures grises » dispose d’un carnet sur Hypothèses. Il est toujours bon d’aller le consulter non seulement pour les comptes rendus détaillés des différents workshops qui s’y trouvent (mis en ligne très récemment), mais aussi en raison de la bibliographie qui dépasse largement le cadre de quelques suggestions de lectures.

Crédits : Redjar – File Cabinets.

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop", in ParenThèses, publié le 03/11/2014, URL: http://parenthese.hypotheses.org/262 (consulté le 25/02/2018).
  1. Voir surtout les contributions d’O. Guyotjeannin, O. Rouchon et G. Gaudin. []
  2. Je renvoie évidemment aux recherches de Pierre Bourdieu qui consacra de longs développements sur cette question dans ses cours Sur l’Etat au Collège de France : Bourdieu P., Sur l’Etat. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012. []
  3. En termes de prise de décision, cette manière de procéder est déjà intéressante en soi mais passons. []
  4. La référence la plus ancienne indique un acte de 1393 ! []
  5. En gros, on considérait que les mesures prônées par les officiers des monnaies étaient inapplicables car trop drastiques. On aurait du consulter le Consejo de Hacienda espagnol pour prendre les mesures proposées. Ce qui en dit long sur le processus décisionnel concernant ce sujet sensible que sont les monnaies. []
  6. Oserais-je parler d’habitus ? []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *