You’re in search of Justice? Look at the screen!

« Imaginer une histoire médiévale sans incendie, c’est comme imaginer un film de guerre dans le Pacifique sans avion de chasse qui tombe en piqué »1

« – A witch! A witch! We have found a witch. May we burn her? – How do you know she is a witch? – She looks like one »2

Depuis les premières décennies du vingtième siècle, justice et cinéma ont toujours fait bon ménage, notamment aux États-Unis, où les films de procès (dits trial films ou court dramas), sont légions. A ceux-ci doit-on encore ajouter la pléthore de séries télévisées qui, de Perry Mason à Suits, en passant par Ally MacBeal, ont largement contribué à faire connaître au public européen les grands traits de la common law et de la justice américaine, au point de parfois provoquer quelques confusions chez le téléspectateur des pays de civil law.

La représentation cinématographique et télévisuelle de la justice, et plus particulièrement celle de la justice américaine contemporaine, occupe une place importante dans l’imaginaire culturel du début du vingt-et-unième siècle. Il est pourtant amusant de constater que, dans la liste des 12 meilleurs films de procès publiée en 1989 par l’American Bar Association, le plus ancien d’entres-eux est… un film français relatant un procès médiéval : La passion de Jeanne d’Arc (1928) ! La relation entre la justice d’Ancien Régime et le petit ou grand écran ne date donc pas d’hier et mérite largement que l’on s’y attarde. Pourtant, les travaux sur le sujet ne sont pas légion3, au contraire de recherches plus générales sur le moyen âge au cinéma – je songe bien entendu au volumineux ouvrage de François Amy de la Brétèque4. L’étude des différentes formes de représentation de la justice est un champ de recherche relativement récent dans le monde francophone. Le fait que, comparé aux universités allemandes, l’archéologie et l’iconographie judiciaire (Rechtsarchäologie et Rechtsikonographie) n’y sont pas aussi fortement implantées en tant que disciplines académiques, y est peut-être pour quelque chose. Les choses commencent cependant à bouger, notamment en Belgique, où un programme de « pôle d’attraction interuniversitaire » (PAI) intitulé Justice&Populations  dédie l’une de ses sections aux « Long-term (self-)representations of justice », ce qui inclut notamment les « monuments, buildings and execution sites, and literary, visual and other expressions in popular culture ».

Comme l’a déjà rappelé Nicolas, lorsque lui et moi avons décidé de créer ParenThèses, il nous est rapidement apparu que l’un de nos principaux centres d’intérêts se trouve être le cinéma et les séries, d’où l’idée de consacrer un certain nombre de billets à ces médias, avec pour condition cependant que les thématiques abordées restent un minimum en rapport avec nos domaines de recherche respectifs. Tandis que, sur ce carnet, Nicolas discute de la représentation des institutions dans les séries télévisées américaines avec son cycle des Séries et institutions, je me propose pour ma part de réaliser une série de billets réunis sous l’intitulé « La justice à l’écran ». A défaut d’une étude globale et savante de la représentation de la justice médiévale et moderne sur petit ou grand écran, j’entendrai faire de chacun de ces billets une courte analyse d’une œuvre cinématographique ou télévisuelle (mais pas seulement, j’y reviendrai…) et de la représentation qu’elle offre de la justice d’Ancien Régime. Mon objectif ne sera évidemment pas de jouer à l’historien ennuyeux essayant de relever systématiquement toutes les éventuelles erreurs historiques commises par le réalisateur et son équipe, d’une part parce que cet exercice serait aussi fastidieux qu’improductif, d’autre part parce que je n’ai pas la prétention d’avoir la légitimité de me prêter à un tel exercice (ni le temps, d’ailleurs). En traitant de la « représentation » de cette justice médiévale et moderne, je m’intéresserai plutôt à la façon dont le réalisateur a mis en scène cette justice à l’écran, ainsi qu’à la vision et au(x) message(s) qu’il a ainsi sous-entendus. On risque, bien sûr, d’être confronté à quelques poncifs. Pour Pierre Prétou, « Le spectateur des fictions médiévales du cinéma occidental pénètre en fait dans la maison du crime »5. Il est rare en effet que la fiction s’empare de l’Ancien Régime autrement que pour offrir au spectateur l’image d’un Moyen Âge « moyenâgeux », Dark Ages contrastant avec la période moderne, elle-même trop souvent réduite à la cour de Versailles ou aux romans d’Alexandre Dumas. Qu’en est-il des procédures judiciaires ? Sont-elles vues comme cruelles, implacables, kafkaïennes ?

Beaucoup de films dits « historiques » abordent, à un moment ou un autre, la question de la justice, mais souvent de manière trop fugace, comme un élément d’une check-list des incontournables pittoresques de l’époque qu’il faut montrer à l’écran. Pour éviter l’accumulation de caricatures et m’assurer en même temps d’avoir suffisamment de matériau à traiter, je tâcherai de me focaliser sur les œuvres dans lesquelles la mise en scène de la justice médiévale ou moderne occupe une place importante, voire est le cœur même de l’œuvre. Ainsi, un film tel que le Jeanne d’Arc de Luc Besson (1999) sera ignoré, non pas tant du fait de son historicité douteuse (comme je le disais, mon propos ne se situe pas à ce niveau), mais plutôt parce que le procès de la Pucelle n’occupe finalement que quelques minutes de pellicule. À l’inverse, un The Hour of the Pig (1994), dans lequel Colin Firth campe un avocat du quinzième siècle spécialisé dans les procès d’animaux, retiendra davantage mon attention.

Comme je le disais, les billets consacrés à La justice à l’écran traiteront principalement de films, mais je m’autoriserai aussi quelques escapades du côté des séries télévisées, voire, pourquoi pas, d’œuvres plus exotiques au regard du milieu académique, tels que les jeux vidéos, qui peuvent avoir des choses intéressantes à dire. Au demeurant, bien que j’ai déjà établi une petite liste des œuvres que j’analyserai dans les prochains mois, c’est bien volontiers que j’accepterai les recommandations de lecteurs. La Passion de Jeanne d’Arc et The Hour of the Pig, que j’ai déjà cités, devront prochainement faire l’objet d’un billet, mais puisqu’il se trouve que Nicolas est un grand amateur de la série Borgen, j’ai choisi, en guise de clin d’œil, de traiter en premier un film récent mettant à l’honneur un acteur danois !

Crédit photographique : Roey Ahram, Movie Theater.

Pour citer ce billet : Quentin Verreycken, "You’re in search of Justice? Look at the screen!", in ParenThèses, publié le 10/11/2014, URL: http://parenthese.hypotheses.org/275 (consulté le 25/05/2017).
  1. Umberto Eco, Apostille au Nom de la Rose, Alfabeta, 1983, trad. fr., Grasset, 1985, p. 36, cité par Pierre Petrou, L’enfance sauvage de la justice : L’imaginaire du crime médiéval dans le cinéma de fiction, dans Criminocorpus [En ligne], Crimes et criminels au cinéma, 1. Thèmes et figures, mis en ligne le 01 janvier 2007 []
  2. Monthy Python and the Holy Grail, 1975 []
  3. Pierre Petrou, op. cit. []
  4. François Amy de la Brétèque, L’imaginaire médiéval dans le cinéma occidental, Paris, Champion, 2004 []
  5. Pierre Petrou, op. cit. []

Une réflexion au sujet de « You’re in search of Justice? Look at the screen! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *