Kit de survie du cinéphile 2.0

Comme le lecteur s’en sera peut-être rendu compte en visitant la catégorie « Hors-champ » de ce carnet (particulièrement remplie ce mois-ci) ou en consultant les quelques liens web que nous plaçons dans nos billets, Nicolas et moi aimons le cinéma. Beaucoup. Lui est un grand amateur de l’œuvre de Luis Buñuel et de Lars Von Trier, tandis que pour ma part, je peux me montrer assez éclectique, appréciant autant les comédies sociales anglaises façon Ken Loach que les westerns (avec ou sans spaghettis), la science fiction, ou l’œuvre de Hayao Miyazaki.

Il se trouve également que Nicolas et moi apprécions également en apprendre toujours plus sur le cinéma, même si nous avons rarement le temps de lire la très volumineuse littérature qui lui est consacrée. Heureusement pour nous, le web 2.0 est une source inépuisable de connaissance et de plus en plus de jeunes vidéastes (aussi appelés « youtubers » lorsqu’ils utilisent la plateforme de vidéos bien connue qu’est Youtube) se lancent dans la réalisation de vidéos et chroniques consacrées au cinéma. Même si ces auteurs ne peuvent évidemment pas, en une vidéo de quelques minutes, prétendre analyser un film ou une technique de réalisation avec autant de détails que le ferait un ouvrage de plusieurs centaines de pages, il n’empêche que plusieurs d’entres-eux savent faire preuve de beaucoup de didactisme et d’humour, en plus de traiter leurs sujets avec une originalité qui tranche avec le ton académique traditionnel. J’ai donc décidé d’écrire ce court billet afin de faire une petite liste, non exhaustive, de quelques-uns des meilleurs vidéastes qui publient sur la toile des chroniques consacrées au cinéma.

Le Fossoyeur de Films réalise des vidéos d’une douzaine de minutes en moyenne qui traitent de nombreux sujets portant sur le cinéma, tels que les « midnight movies », la peur au cinéma, ou encore le top 10 des films jamais réalisés mais qui ont failli voir le jour. Discutant autant de cinéma d’auteurs que de films de genre, sans oublier les blockbusters américains, le Fossoyeur réalise également des séries de vidéos dites d’ « après-séance », dans lesquelles il analyse, à chaud, un film qu’il vient d’aller voir en salle.

Crossed, c’est l’idée un peu folle de Karim Debbache de proposer des vidéos traitant de l’un des genres (pour autant que l’on puisse le qualifier comme tel) de films les plus méprisés par le monde du cinéma : l’adaptation cinématographie de jeux vidéos ! Inutile de dire que l’exercice était plus que scabreux. Et pourtant,  échappant au piège de l’hermétisme en évitant le trop plein de références crypto-geeks qui ne parleraient qu’à ceux qui connaissent par cœur Final Fantasy VII ou Metal Gear Solid, Crossed réussit son pari de s’adresser autant aux passionnés de loisirs digitaux qu’aux amateurs de cinéma, tout en faisant preuve d’un humour et d’un didactisme remarquable. Vous n’en apprendrez jamais autant sur les différentes techniques du 7e art qu’en regardant son analyse de l’adaptation ciné de House of the Dead ou de Hitman ! Notez d’ailleurs que Crossed ne se limite pas qu’à parler des adaptations de jeux vidéos, mais traite également de films en rapport avec ce média, tel qu’Existenz .

Plus amateur dans sa forme, Le cinéma de Durendal a cependant l’avantage d’être animé par un chroniqueur prolifique (plusieurs centaines de vidéo au compteur). Tout comme le Fossoyeur, Durendal analyse dans ses vidéos « Vlog » un film qu’il vient de voir en salle, tandis qu’avec sa série « Pourquoi j’ai raison et vous avez tort », il se consacre plutôt à une franchise de films telle que La Planète des Singes. Si, comme moi, vous pensez que Prometheus de Ridley Scott est une bouse infâme, ne manquez pas les vidéos que Durendal consacre à ce « film »1 !

Au contraire des précédentes chroniques, Blow up n’a pas vu le jour sur internet, mais bien sur la chaîne Arte, qui a eu la bonne idée de mettre l’ensemble de l’émission sur Youtube. Chacun des numéros de Blow up dure moins d’une dizaine de minute et traite de thématiques variées liées au cinéma, telle que l’œuvre de Martin Scorsese, ou, plus drôle, la moustache au cinéma et surtout les pires films de requins  ! À ne pas manquer, également, l’épisode sur la lettre au cinéma, dans laquelle un nom connu figure au générique de fin…

Faux Raccord est une émission du site français Allociné consacrée aux nombreuses erreurs et gaffes qui parsèment le cinéma, en ce compris ceux des grands réalisateurs tels que Stanley Kubrick. Animée par Michel et Michel, l’émission consacre chaque numéro à un film dont elle relève toutes les bourdes de mises en scènes (faux raccords évidemment, mais également reflets gênants de la caméra, ombres de l’équipe technique, travelling malheureux, voire marquages au sol destinés aux acteurs). Vous ne verrez plus jamais Pirate des Caraïbes de la même façon lorsque vous saurez qu’un cowboy se trouve sur le navire de Jack Sparrow !

Difficile, lorsque l’on parle de vidéos traitant de cinéma, de ne pas mentionner le pape des vidéastes américains, j’ai nommé le Nostalgia Critic, dont le nombre de vidéos, pourtant souvent longues de plus de vingt minutes, dépasse aujourd’hui 260 ! Hilarantes, bien qu’ayant un humour parfois très référencé (certains gags ne pouvant se comprendre qu’en ayant visionné plusieurs vidéos du Critic) traitent à chacun fois d’un film qui est analysé en détail et souvent tourné en ridicule. Le Critic se penche de préférence sur des navets des années 90 (d’où la « nostalgie » des films de notre adolescence), bien qu’il s’aventure également à parler de films plus récents. Une bonne partie de ses vidéos sont également traduites en français grâce à une petite communauté de fans très active !

Bon, avec tout cela, il ne faudrait pas que j’oublie d’avancer sur la thèse, moi…

That’s all folks!

Image de couverture : Raban Haaljk, Cinema.

Pour citer ce billet : Quentin Verreycken, "Kit de survie du cinéphile 2.0", in ParenThèses, publié le 08/12/2014, URL: http://parenthese.hypotheses.org/421 (consulté le 20/11/2017).
  1. Avertissement cependant : les vidéos contiennent quelques blagues misogynes pas toujours très fines… []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *