Academics ?! What, they gonn’ study your study ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (3/5)

Ô toi, chercheur en SHS, qui passe par ce carnet de recherches, ne crois pas que je veuille remettre en cause, avec ce titre de billet, le monde académique ou te faire croire qu’il sera question des big data, MOOC et autres digital-studies-humanities-dont-on-ne-sait-plus-très-bien-ce-que-ça-veut-dire (Et toi, lecteur occasionnel ou régulier qui ne connaît rien des déboires du monde académique, bénis sois-tu).

La situation est, en réalité bien, plus prosaïque… Comme je l’avais annoncé dans le second billet consacré à The Wire et les institutions, le (futur ex-)major Colvin est un personnage sur lequel il faut s’arrêter encore quelques instants. On doit ainsi constater que sa reconversion en tant qu’éducateur-assistant pour un programme de recherche universitaire dans une école publique (saison 4) se solde également par un échec1.

Durant la troisième saison il était le major sans langue de bois qui disait la vérité à propos de la situation des quartiers. Durant la saison 4, il reste ce phare de vérité qui, bien qu’illuminant les autres de ses conseils et observations, n’est vu et entendu de personne. Le programme auquel il participe durant la saison 4 (classes différenciées entre enfants des rues (corner kids) dealant après les cours et ceux non « contaminés » par le trafic et la logique des gangs) n’est pas soutenu par l’administration du maire Carcetti… et disons qu’il n’est guère plus convaincu par ce que lui dit l’universitaire dirigeant la recherche. Celle-ci conduira uniquement à une publication qui percolera au sein du seul monde académique… et encore. Le chercheur dit à Colvin que c’est déjà bien et que cette première étude permettra d’en enclencher d’autres, ailleurs dans le pays. L’ex-major prend conscience qu’il est devant une impasse, comme au COMSTAT, et se demande quand ce(s) système(s) change(ra/ront) (s04e13, Final Grades). S’ensuivra cet échange avec le superviseur de l’expérience.

Dr. David Parenti – We get the grant, we study the problem, we propose solutions. If they listen, they listen. If they don’t, it still makes for great research. What we publish on this is gonna get a lot of attention.

Colvin –  From who ?

Dr. David Parenti – From other researchers, academics.

ColvinAcademics ?! What, they gonn’ study your study? [rit et secoue la tête] When do this shit change ?

Logiquement le montage final de la saison 4 nous montrera Colvin, frustré, quittant la conférence au cours de laquelle sont présentés les résultats de l’étude-test à laquelle il a participé (s04e13, Final Grades). Sa volonté de faire éclater les vérités s’est heurtée à un mur, celui de la réalité institutionnelle et de l’incompatibilité paradoxale à marier réalités politiques (éradiquer la violence) et citoyennes (éducation). Fabien Desage classe Colvin parmi les personnages qui, au sein de la série, essayent de changer certaines situations et/ou tentent d’en préserver d’autres « au nom des croyances » envers leurs institutions originelles : la police devrait arrêter les bandits et faire baisser la criminalité sans pour autant sombrer dans la vacuité des statistiques2. Au lieu de ça, Colvin – quand il est encore major de district – est constamment entouré par un manque d’efficacité corollaire au manque de vision rationnelle du département et ce tant auprès de ses subalternes que de collègues du même rang. Il ne peut pas compter sur Carver, un de ses sergents et personnage récurrent de la série, lorsqu’il veut disposer d’une liste des dealers intermédiaires3 présents dans son district. Le sergent dit qu’il savait qu’il était nécessaire d’arrêter les dealers mais pas qu’il fallait procéder à leur recensement précis (s03e05, Straight and true). Colvin est alors contraint d’aller mendier des informations à la brigade des stupéfiants : on lui remet un dossier vide. Le chef lui dit d’aller à l’Intelligence Service : Colvin s’énerve en disant qu’il en vient et qu’on l’avait aiguillé vers la brigade des stupéfiants… En derniers recours, il atterrit à la brigade spéciale qui dispose, elle, d’un nombre conséquent d’informations en raison des écoutes opérées4. Dans l’épisode Homecoming (s03e06), Colvin demande derechef des informations à Carver concernant les gangs présents dans son district à la suite d’une énième fusillade. De nouveau, Carver ne peut rien fournir comme renseignement. Ce que l’on veut montrer par ces deux séquences insérées dans deux épisodes successifs, est avant tout le manque de vision à long terme ou un tant soit peu rationnelle de la lutte contre le crime organisé. À force de se concentrer sur les statistiques et rien que sur les statistiques (cf. computer-generated data), on en est venu à négliger les bases du travail : s’informer, dialoguer avec la population, être en contact avec des indics pouvant apporter rapidement une information, etc. Le flair et l’instinct, tant dénigrés par Rawls dans la confortable salle du COMSTAT, se révèlent (logiquement) plus qu’utiles sur le terrain.

Cette absence d’organisation et de vision à long terme sont mises en exergue à deux reprises par deux personnages différents mais prononçant la même phrase – procédé scénaristique habituel de la série. Leur phrase est d’ailleurs doublement mise en écho. Dans la saison 3, Sydnor, policier de la brigade spéciale, s’interroge sur la vie dans un « vrai » département de police lorsqu’il apprend, après plusieurs semaines de surveillance, que la cible du département n’est plus un certain Kintel Williamson – un illustre inconnu qu’on ne verra jamais – mais de nouveau Stringer Bell (s03e7, Back Burners). McNulty sortira la même phrase au cours de la saison 5 au moment où les efforts pour coincer Marlo Stanfield, nouveau boss après la chute de clan Barksdale, se réduisent comme peau de chagrin (s05e01, More With Less).

Sydnor – Some day, I wanna work for a real police department. Just to see how the fuck they dot it, you know ?

McNulty – Wonder what it feels like to work in a real fuckin’ police department.

Daniels refuse de changer de cible malgré les preuves de McNulty et Greggs (s03e06, Homecoming)
Daniels refuse de changer de cible malgré les preuves de McNulty et Greggs (s03e06, Homecoming)
Burrell, Rawls et Colvin – caméra surveille la manigance (s03e06, Homecoming)
Burrell, Rawls et Colvin – caméra surveille la manigance (s03e06, Homecoming)
Daniels comprend qu’il est appelé à la rescousse et que McNulty est passé dans son dos (s03e06, Homecoming) – dernière image de l’épisode
Daniels comprend qu’il est appelé à la rescousse et que McNulty est passé dans son dos (s03e06, Homecoming) – dernière image de l’épisode

L’ironie et le croisement des personnages sont ici complets puisque si la cible prioritaire de la brigade change de Williamson à Bell au cours de la saison 3, c’est en raison de l’intervention de McNulty auprès du Major Colvin et ce, sans en demander l’autorisation à son lieutenant. Colvin a alors suggéré l’assistance de la brigade auprès de Rawls et Burrell qui imposeront le changement de cible au lieutenant Daniels, chef de la brigade. McNulty n’a de nouveau pas hésité, comme dans la saison 1, à outrepasser la voie hiérarchique ou à profiter de copinages pour faire avancer l’enquête – qu’il considère comme la sienne – dans la direction qu’il conçoit comme la plus idoine.

Dans le prochain épisode… On changera radicalement d’ambiance puisqu’on franchira la frontière de la légalité afin d’analyser comment, dans la saison 3, The Wire nous montre les procédés utilisés par Stringer Bell (boss ad interim) pour mieux organiser les activités de son clan et fédérer les autres gangs.

Crédits : Nicolas Simon via Wordle.

© Warner Home Video/HBO Home Entertainment. All material is used under Fair Use Copyright Law (no copyright infringement intended).

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Academics ?! What, they gonn’ study your study ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (3/5)", in ParenThèses, publié le 29/12/2014, URL: http://parenthese.hypotheses.org/447 (consulté le 20/11/2017).
  1. Toujours cette logique que les réformes, les volontés de changement, etc., restent problématiques et n’aboutissent pour ainsi dire jamais. []
  2. F. Desage, Les raisons de la « colère ». Emprise et adversité des institutions dans The Wire, dans The Wire. L’Amérique sur écoute, (dir.) M-H Bacqué e.a, Paris, 2014, p. 100. []
  3. Pas les boss mais pas les simples « soldats » des gangs. []
  4. Cf. le travail de terrain vs. logique bureaucratique. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *