Nigga, is you taking notes on a criminal fucking conspiracy ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (4/5)

Aujourd’hui c’est l’avant-dernier billet consacré à la série The Wire et le poids des institutions. Alors si toi, oui toi là-bas, lecteur patenté, tu ne sais pas de quoi on cause dans ce billet, je t’invite à cliquer ici. Tu auras un peu de lecture, mais tu comprendras que c’est pour ton bien.

Pour les autres, reprenons.

S’il est évident que l’institution policière est attaquée de tous les côtés par les concepteurs de la série, cela ne veut pas dire pour autant que ce soit la seule institution – au sens d’organismes formels et objectivés – envisagée par The Wire. Ce que j’ai toutefois trouvé quelque peu dommage au cours des lectures préparatoires à ces billets sur The Wire, c’est cette propension à se focaliser sur la seule police. Ce serait peut-être un des seuls reproches que je ferais concernant l’ouvrage collectif The Wire. L’Amérique sur écoute (La Découverte) paru en 2014. Au sein de la seconde partie de l’ouvrage, consacrée à la vision que propose la série des institutions, aucune contribution n’envisage de sortir du cadre institutionnel policier ou alors de façon (très) prudente. J’avoue avoir été un tout petit peu surpris au regard de la saison 3, par exemple. Ladite saison dont le maître mot, pour mémoire, est « réforme » donne l’occasion de séquences extrêmement pertinentes et réfléchies concernant le monde des truands. Drôles et piquantes, ces séquences visant à montrer les changements qui s’opèrent sous l’impulsion de Stringer Bell sont à la fois paradigmatiques de l’ensemble des actes posés par le même Stringer au cours de cette saison (apparaître comme un businessman avant tout) tout en étant caricaturales à maints égards.

 Les dealers ont aussi droit à leur réforme

La saison 3 est ainsi l’occasion d’illustrer un regroupement des forces sous la forme d’une coopérative entre les différents acteurs du milieu de la drogue (Proposition Joe, Stringer, etc.). Comme les grands colloques ou symposiums, la coopérative New Day – une réforme doit permettre l’avènement d’une nouvelle ère pour les trafiquants ! – se réunit dans un hôtel disposant d’une salle de conférence : tables en U, blocs notes, président de séance, verres d’eau, biscuits, etc. Tout, d’un point de vue visuel, semble indiquer que cette coopérative est identique à une autre (s03e05, Straight And True). On y parle pourtant du trafic de drogue et des stratégies visant à augmenter les marges bénéficiaires à la revente. Les plans de Stringer seront toutefois mis à mal dès la libération de prison d’Avon Barksdale, le boss en titre du gang, et iront crescendo au fil de la saison – Avon ne parvenant jamais à s’intégrer dans cette dynamique de la négociation. Deux logiques s’affronteront ainsi en interne au clan Barksdale : Avon avoue qu’il est et restera un gangster se battant pour la maîtrise de son territoire tandis que Stringer tente volontiers la carte du dialogue, des pots-de-vin et de l’accroissement financier. Cette vision du monde est synthétisée par Avon au cours d’un échange houleux avec Stringer (s03e08, Moral Midgetry).

Avon Barksdale – I bleed red [sang], you bleed green [dollar].

Bien entendu ceci se reflètera au sein de la coopérative où les réunions deviendront toujours plus tendues. Proposition Joe adresse même un avertissement à Stringer au point culminant des affrontements entre Avon et Marlo Stanfield, un autre boss local (s03e10, Reformation).

Proposition Joe – The feeling is it ain’t right for you to be at the head of our table, when you can’t call off your dog [= Avon]. Call it a crisis of leadership.

Merci les Robert’s Rules !

À côté de cette crise de leadership, la première réunion de cette nouvelle coopérative de gangsters donne à voir des truands tentant d’adopter les habitudes d’institutions dont le fonctionnement interne diffère grandement de la leur. Cette réunion s’apparente en réalité à une assemblée générale d’actionnaires d’entreprises. L’un des hommes assis à la table prend même rapidement avis auprès de ses « patrons » qu’il représente avant d’émettre son vote. À la fin de cette première réunion, Proposition Joe est très fier de ce regroupement des forces et par le fait qu’ils aient mis fin aux éternelles querelles pouvant gangrener les relations entre les chefs de clans. Spontanément, le parallèle avec le monde politique réel est énoncé.

Proposition Joe – For a cold-ass crew of gangsters, you’all carried it like Republicans and shit.

Le scénario pousse d’ailleurs le sérieux institutionnel jusqu’à l’absurde. Lorsque la réunion se conclut, Stringer remarque que Shamrock, un de ses hommes de main, est en train d’écrire assidûment sur un bloc de feuilles. Quand Stringer lui demande ce qu’il fabrique, la réponse de Shamrock est surréaliste compte tenu du contexte dans lequel elle est énoncée (s03e05, Straight and True).

Stringer – Yo. Motherfucker, what is that ?

Shamrock – Robert’s Rules say we got to have minutes for the meeting, right ? These the minutes.

Stringer – Nigga, is you taking notes on a criminal fucking conspiracy ? [Prends les notes hors des mains de Shamrock et les déchire].

Une coopérative en recherche de success stories (s03e05, Straight And True)
Une coopérative en recherche de success stories (s03e05, Straight And True)
Une assemblées générale avec un président : Stringer Bell (s03e05, Straight And True)
Une assemblées générale avec un président : Stringer Bell (s03e05, Straight And True)
Vérifier la consigne de vote avant de lever la main (homme de gauche se retournant) (s03e05, Straight And True)
Vérifier la consigne de vote avant de lever la main (homme de gauche se retournant) (s03e05, Straight And True)
Shamrock prépare les minutes pour le P.-V. avec les Robert’s Rules sur les genoux (s03e05, Straight And True)
Shamrock prépare les minutes pour le P.-V. avec les Robert’s Rules sur les genoux (s03e05, Straight And True)

 

Pour voir la séquence en entier, cliquez ici.

Le consciencieux Shamrock entreprend ainsi de rédiger la minute d’un procès-verbal, le premier – pense-t-il – d’une longue série. Cet échange entre Shamrock et Stringer illustre jusque dans la caricature l’implication d’un subalterne pour les réformes enclenchées par son patron.

La mention des Robert’s Rules est loin d’être anodine et un peu de remise en contexte est, je pense, ici nécessaire. En 1876, le colonel Henry Martyn Robert (1837-1923) proposa un petit livre intitulé Pocket Manual of Rules of Order for Deliberative Assemblies dont la couverture titrait simplement Robert’s Rules of Order. Dans celui-ci, le colonel américain entendait proposer les modalités pratiques devant, selon lui, mener à la bonne organisation d’assemblées délibératives – les assemblées législatives de même que les tribunaux n’étaient pas inclus. Robert s’inspirait toutefois des procédures en vigueur à la Chambre des Représentants (United States House of Representatives) pour ensuite les transposer dans n’importe quelle société fonctionnant par le biais d’assemblées. L’ouvrage a acquis au fil des décennies une véritable reconnaissance auprès d’entreprises et d’organisations privées. Les Robert’s Rules en sont d’ailleurs à leur 11e édition (parue en 2011) et offrent des solutions adaptées aux nouveaux moyens de communication et de discussion (vidéoconférences principalement). Une Robert’s Rules Association a ainsi été créée au cours du 20e siècle dans le but de mettre régulièrement à jour les règles initialement proposées par le colonel Robert.

The Chair recognizes your ass

Le désir de réforme de Stringer doit passer par une rationalisation du business de la drogue. Cependant cette ambition se transforme rapidement en désillusion via plusieurs scènes au ressort comique manifeste. Au plus Stringer tente d’instaurer une discipline – à l’image de celle bien rôdée qu’on peut observer durant les réunions du COMSTAT de la police – au plus il se prend les pieds dans le tapis… Car en marge de la scène des éphémères minutes préparatoires à un PV de réunion pour la coopérative New Day, c’est d’abord l’ordre au cours des réunions du clan Barksdale que Stringer essaie de rationaliser. Cette nouveauté apparaît dès le premier épisode de la saison 3 (Time After Time). On constate rapidement que les recommandations les plus basiques des Robert’s Rules sont appliquées par l’ensemble des intervenants :

– Être debout lorsqu’on dispose de la parole (Stand when no one else has the floor).

– S’adresser au président de séance au moyen du titre adéquat (Address the Chair by the proper title).

– Attendre que le président de séance donne l’autorisation de parler avant de présenter ses arguments (Wait until the Chair recognizes you).

Au cours de la réunion – qui se déroule dans le funérarium servant de Q.G depuis la fin de la saison 11 – les différents intervenants lèvent tous la main avant de prendre la parole et s’adressent à Stringer en l’appelant « Chair » (Président). Stringer, quant à lui, se situe derrière le lutrin servant lors des veillées funèbres. Pour montrer qu’il les a vus, il précise « The Chair recognizes X » avant de les laisser parler. Stringer n’appelle plus les membres de son clan par leur prénom, mais il fait l’effort de les nommer « Mister Bodie » ou « Mister [Slim] Charles ». Bien entendu, cette idée de réforme probablement imposée par Stringer (on ne nous dit rien quant à l’origine de cette modification) connaît quelques accrocs.

Poot se fait ainsi réprimander par Shamrock – le lecteur assidu des Robert’s Rules dont nous voyions ici l’exemplaire pour la première fois – pour ne pas avoir levé la main avant de parler (Nigga, you ain’t got the floor. The Chair don’t recognize your ass). Quelques instants plus tard, Bodie veut reprendre la parole mais oublie de lever la main. Nouvelle réprimande de Shamrock (Yo, Chair ain’t recognize your ass man). Bodie lève alors la main pour la forme et commence à poser sa question. Il n’a pas dit deux mots qu’on lui fait signe qu’il doit se lever quand il prend la parole. Bodie se lève et recommence pour la troisième fois sa phrase.

Stringer veut transformer le trafic en véritable business ? Ils ont perdu du terrain ? Ce n’est pas ça qui compte. Du moment qu’ils ont un bon produit, ils pourront compter sur des revenus assurés (Cf. logique capitaliste de Stringer vs. logique territoriale d’Avon, supra). Toutefois dès l’instant où Poot demande sans ambages si le Président de l’assemblée se rend compte qu’ils auront l’air de « tapettes » s’ils ne défendent pas leur territoire (Do the Chair know we gonna look like some punk-ass bitches out there ?), Stringer devient furieux et commence à insulter Poot. Il est toutefois immédiatement interrompu par Shamrock qui prend très au sérieux les règles nouvellement imposées. Shamrock intervient donc pour signifier que Poot avait bien la parole puisqu’il avait levé la main et s’était mis debout (Yo, String. Poot did have the floor, man). Peu importe que les propos de Poot soient idiots et déplacés envers Stringer, ce qui compte pour Shamrock c’est bien le respect des procédures concernant la distribution du temps de parole : dès que quelqu’un a levé la main, il a le droit de s’exprimer. Du point de vue de Stringer l’opinion est différente. Alors qu’il s’efforce de faire comprendre qu’il faut agir en businessmen, il est constamment ramené à une réalité des plus terre-à-terre : il n’a en face de lui que des enfants des quartiers et non des lettrés ou des assidus de pareilles réunions. Lever la main, se mettre debout, l’appeler « Président » sont autant d’étrangetés que ces jeunes ne pourront jamais vraiment assimiler. Stringer dit d’ailleurs que Poot est trop bête pour avoir la parole (This nigga too ignorant to have the fuckin’ floor)… Si Stringer rêve d’organisation, il ne souhaite pas pour autant que tous ses soldats et lieutenants interviennent continuellement au cours des réunions ; il désire simplement imposer une chaîne de commandement et un processus décisionnel du même acabit que celui observable du côté des policiers (cf. COMSTAT).

Première apparition des Robert's Rules
Première apparition des Robert’s Rules
Stringer explique la nouvelle donne économique avec la future création de la coopérative
Stringer explique la nouvelle donne économique avec la future création de la coopérative
Bodie prend la parole sans lever la main.
Bodie prend la parole sans lever la main.
Réprimande de Shamrock.
Réprimande de Shamrock.
Bodie lève quand même la main.
Bodie lève quand même la main.
On exige qu'il soit quand même debout.
On exige qu’il soit quand même debout.
Bodie se lève pour poser sa question.
Bodie se lève pour poser sa question.

 

Pour voir la séquence en entier, cliquez ici.

Shamrock illustre donc à merveille cette illusion de réforme interne concernant le processus décisionnel. À chaque séquence de réunion (celles internes aux Barksdale ou à la coopérative New Day), il a le livre des Robert’s Rules à portée de mains. Ce personnage apparaît même comme le gestionnaire administratif le plus dévoué de Stringer. En effet, c’est également lui qui reçoit les factures des portables jetables, qui les montre à Stringer pour validation ou qui les met directement à la poubelle2.

Le naturel revient au galop

Toutefois, les rêves de réforme sont et resteront des chimères. Dès l’épisode 2 de la troisième saison (All due respect), nous retrouvons les mêmes types de séquences (réunions du COMSTAT, du clan Barskdale, etc.). Si du côté des policiers la machinerie institutionnelle paraît bien huilée de sorte que les réunions du COMSTAT se déroulent selon une logique toujours identique, il n’en est rien des rencontres entre les membres du clan Barksdale. Chez ces derniers, on ne nous montre plus personne levant la main ou s’adressant à Stringer en l’appelant « Président ». Le clan vient de se faire attaquer par Marlo, ils sont sous pression et le naturel reprend peu à peu les devants : on ne s’embarrasse déjà plus du formalisme de la première réunion. Le cadrage de cette seconde réunion est d’ailleurs différent de la première (la séquence est plus courte également) : on filme l’ensemble de la réunion d’après le point de vue de Shamrock et Stringer Bell, c’est-à-dire face à l’assemblée et selon le point de vue des « gouvernants » – ce qui n’était jamais le cas dans l’épisode 13.

Shamrock ne se sépare pas des Robert’s Rule en réunion (s03e02, All due respect).
Shamrock ne se sépare pas des Robert’s Rule en réunion (s03e02, All due respect).
Nouvelle réunion du clan Barksdale (s03e02, All due respect).
Nouvelle réunion du clan Barksdale (s03e02, All due respect).

L’importance de la hiérarchie reprend le dessus puisqu’on nous présente cette séquence d’après le seul point de vue de celle-ci. Shamrock a toutefois le livre des Robert’s Rules dans les mains comme pour entretenir l’illusion des réformes. Le déclin annoncé du clan Barksdale mettra fin à ses réunions qui n’apparaîtront plus dans le restant de la saison 3. De même, cette obsolescence quasi programmée du formalisme bureaucratique est illustrée par les factures de portables apportées à Shamrock : une première scène le montre donnant ces papiers à Stringer, mais dès la suivante il les met directement à la poubelle sans passer par son patron.

Quelqu'un dessine une femme nue sur un missile (s03e09, Slapstick)
Quelqu’un dessine une femme nue sur un missile (s03e09, Slapstick)
C'est Shamrock qui dessine pendant la réunion (s03e09, Slapstick)
C’est Shamrock qui dessine pendant la réunion (s03e09, Slapstick)
Stringer est passablement énervé (s03e09, Slapstick)
Stringer est passablement énervé (s03e09, Slapstick)

L’absurde se mêlera encore à l’humour au cours d’une ultime séquence de réunion entre les membres de la coopérative New Day (s03e09, Slapstick). Le local paraît extrêmement petit alors qu’il s’agit de la salle ayant déjà accueilli la première réunion. Cette impression est renforcée par le fait que la table rectangulaire – et non plus en U – est le seul point éclairé de la salle. La première image que nous avons de cette réunion est une feuille attenante à un bloc-notes sur laquelle est dessinée une femme nue et assise sur un missile. Nous voyons ensuite une main arracher le dessin. Ce n’est autre que Stringer, président de la séance, voulant voir ce que griffonne Shamrock assis à ses côtés. Cette séquence répond logiquement à celle de la première réunion de la coopérative où Shamrock prenait des notes pour un hypothétique procès-verbal. Mais, ici, l’impossibilité d’adopter de nouvelles règles de fonctionnement interne est mise en lumière de façon extrême et ironique. Shamrock entretient la fiction que devait être la réforme des modalités de délibération en gardant devant lui, sur la table, le livre des Robert’s Rules. Tout au long de la saison, on nous aura ainsi proposé d’observer en temps réel la déliquescence d’une réforme plus qu’utopique.

Crédit photographique : Lubs Mary.

© Warner Home Video/HBO Home Entertainment. All material is used under Fair Use Copyright Law (no copyright infringement intended)

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Nigga, is you taking notes on a criminal fucking conspiracy ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (4/5)", in ParenThèses, publié le 12/01/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/472 (consulté le 20/11/2017).
  1. C’est tout un symbole également puisque cette troisième saison marquera la disparition de Stringer Bell (assassiné) et d’Avon Barksdale (arrêté par la brigade de Daniels). En fait, dès la fin de la saison 1, le clan commence à être sur le déclin avant de connaître son épilogue tragique au cours de la troisième saison. []
  2. Oui, le classement vertical est la méthode favorite de Shamrock… []
  3. Ce procédé classique se retrouve notamment dans le film The Paths of Glory (Les Sentiers de la Gloire, 1957) de Stanley Kubrick. Durant le procès express, tous les plans de l’officier représentant le Ministère public sont filmés à partir des membres de la Cour via un panoramique. Quand l’avocat de la défense, le colonel Dax (Kirk Douglas), prend la parole, Kubrick effectue volontiers un travelling latéral à partir du point de vue des accusés. Les positions de chacun sont ainsi clairement définies. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *