Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)

Alors que, vissé sur ma chaise, les yeux rivés à mon écran d’ordinateur, je passe ma soirée à remplir une série de formulaires afin de poser ma candidature pour l’obtention d’une quelconque bourse (le genre de délice administratif que tout doctorant aura eu le loisir d’apprécier au cours de sa carrière), je réalise qu’en complétant ce document Word à la mise en page désespérante, je n’ai pas pu m’empêcher, à la case « justification de la demande », de placer dans mon argumentaire un laïus sur les Digital Humanities. Pourquoi ? Mais parce que cela fait vendre, pardi ! Non pas qu’il s’agisse là d’un mensonge, ni même d’un odieux baratin, car il y a bien une dimension d’ « Humanités digitales » dans ma recherche doctorale (essentiellement, la mise en place de bases de données, sans doute accompagnée par la numérisation de documents d’archives), mais force est de constater qu’il s’agit pour moi de mettre en avant dans mon dossier de candidature une notion qui, je le sais pertinemment, rencontre un succès phénoménal au sein des instances décisionnaires et budgétaires depuis quelques années.

À bien des égards, la révolution numérique a conduit à une série de bouleversements majeurs au sein de la discipline historique, comparables à ceux qui ont jadis été provoqués par l’ouverture de l’Histoire à la sociologie et l’économie (école des Annales) ou a l’anthropologie (micro-histoire et Nouvelle Histoire). Si, autrefois, les historiens favorisaient des partenariats avec leurs collègues des sciences économiques et sociales, c’est désormais les ingénieurs et les informaticiens qu’ils tentent de rallier à leurs projets de recherche. Mais si les Digital Humanities sont aujourd’hui la source d’importantes innovations en Histoire, leur popularité pourrait bien se retourner contre elles : à trop vouloir privilégier les Humanités Digitales, il y a non seulement un risque de voir se multiplier les projets de mauvaise qualité, mais également d’oublier qu’il s’agit d’abord et avant tout d’un outil pour l’historien ; la vitrine technologique, si elle peut être extrêmement utile pour le chercheur, n’est pas l’unique source de réponses, et ne doit pas faire négliger d’autres méthodes, davantage qualitatives que quantitatives, fussent-elles plus conventionnelles.

Dans ce premier billet consacré à la révolution numérique, je me proposerai donc de discuter de l’apport et des limites de celle-ci à la discipline historique.

What the Hell are Digital Humanities?

Commençons par revenir à l’essentiel : qu’entend-t-on par « Digital Humanities » ? Au sens large, l’expression désigne l’usage, en science humaines et sociables (et notablement au sein des disciplines qu’on associe habituellement aux Facultés de Lettres), des nombreux outils numériques ainsi que des données que leur utilisation produit. Ainsi, on ne fait pas de Digital Humanities lorsque l’on utilise un quelconque logiciel de traitement de texte pour rédiger sa thèse. Non, il s’agit plutôt d’employer des instruments spécifiques, tels que des logiciels de base de données ou des outils de numérisations de documents, afin d’établir des corpus de données qui peuvent eux-mêmes par la suite être mis en relation. On peut ainsi donner deux exemples des apports fondamentaux des Digital Humanities.

Premièrement, l’outil numérique a totalement révolutionné le domaine de l’édition de textes anciens. Au contraire des anciennes éditions papier ou des microfilms, l’informatique permet non seulement de conserver une photographie, un scan du document, mais également d’encoder entièrement le texte de ce document dans un logiciel ad hoc. Le texte et l’image peuvent eux-mêmes être mis en relation, et plusieurs corpus de documents digitalisés peuvent ensuite être analysés et croisés. Sur base d’une simple requête informatique, il devient ainsi possible en une fraction de seconde de connaître par exemple la fréquence de tel ou tel mot chez un auteur antique, combien de fois celui-ci cite un autre auteur ou associe deux expressions spécifiques ensembles, etc.

sgmlsample2
Un exemple d’édition numérique : Henry III Fine Rolls Project

Deuxièmement, l’outil numérique a également révolutionné l’analyse de réseaux, cette discipline à l’origine issue de la sociologie qui permet d’étudier les relations sociales unissant l’un ou l’autre groupe de personnes. Ainsi, en établissant des bases de données contenant des informations très variées sur différents individus, il est possible de générer une véritable cartographie des relations qui lient ces individus entre eux : qui connait qui, qui est placé sous l’autorité de qui, qui est l’intermédiaire entre deux groupes de personnes partageant des liens forts, etc. Certes, cette méthode n’a pas été inventée avec l’arrivée de l’informatique, mais cette dernière a permis de considérablement faciliter et accélérer le processus d’analyse, tout en permettant de prendre en compte des (dizaines de) milliers de données, chose pratiquement irréalisable par le seul esprit humain.

Network
Un exemple de réseau : Andy Lamb, Co-authorship network map of physicians publishing on hepatitis C (detail)

Comme je le disais, l’un des apports les plus intéressants des Digital Humanities est qu’elles ne se limitent pas à produire des informations nouvelles, mais permettent également d’analyser ces informations et les mettre en relations. Ainsi, les résultats fournis par une base de données peuvent à leur tour devenir des données intégrées à de nouvelles bases de données de taille supérieure. Par exemple, en dépouillant les archives des comptabilités judiciaires médiévales de différentes localités, il est possible d’établir une série de base de données visant à établir le taux d’homicide annuel de chacune de ses localités. Ces taux d’homicides peuvent ensuite être intégrés à une base de données plus large visant à regrouper tous les taux d’homicides annuels de la région, afin d’obtenir un chiffre global pour l’ensemble du territoire. Certes, on me dira qu’à nouveau, on n’a pas attendu l’informatique pour employer de telles méthodes ; quelques feuilles de papier et une bonne maîtrise des tables de multiplications permettent de parvenir à de mêmes résultats. Sauf que je suis resté ici délibérément simple dans mon explication ; à nouveau, l’outil informatique permet de jongler avec une quantité quasiment illimitée d’information et mène ainsi à des réalisations bien plus ambitieuses…

There is something rotten in the state of data

En médiévistiques, comme dans d’autres branches de l’Histoire, on n’a parfois d’yeux (voire Dieu) que pour les Digital Humanities, comme l’atteste la multiplication de colloques traitant des outils numériques. La Belgique ne fait à cet égard pas exception. Parfois, les Digital Humanities s’invitent discrètement à des journées d’études par le biais de l’intervention de l’un ou l’autre conférencier, comme ce fut le cas en 2012 lors du colloque Monuments ou documents ? Les comptabilités, sources pour l’histoire du contrôle social (XIIIe-XVIIIe siècles) organisé aux Archives générales du Royaume à Bruxelles ; d’autre fois, elles sont là, en embuscade, mal cachées1 derrière l’intitulé d’une journée d’études, comme il en a été récemment lors de la séance de formation de l’école doctorale HISTAR (Histoire, Art & Archéologie) du 8 novembre 2014, qui avait pour titre Qui a (encore) peur du numérique ? Approche critique des outils des technologies de l’information et de la communication (tic).

Comme je l’ai souligné ci-dessus, l’essor récent des Digital Humanities a été synonyme, dans les sciences humaines et sociales, d’un certain nombre d’apports majeurs en termes de méthodologie et d’heuristique. Elles ont également permis une plus grande perméabilité entre disciplines, puisqu’historiens comme linguistes peuvent ainsi travailler ensembles à l’édition numérique d’un même texte, tandis que l’analyse de réseau, jadis réservée aux sociologues, connait un élan de popularité certain en Histoire. Or, comme l’exprimait récemment Gabrielle Garrote dans son très bon billet Réseaux : de la notion à l’analyse. Heurs et malheurs d’un outil, l’effet de mode qui a suivi l’engouement de l’analyse en réseau « s’est quelques fois accompagné d’un désir, plus ou moins conscient, d’intégrer à toute force le réseau dans les travaux et thèses menés. Ce désir reflète l’impératif universitaire d’être à l’avant-garde de la recherche scientifique et de ses avancées méthodologiques et/ou informatiques (logiciels d’analyse de réseau(x)) ». Il me semble que nous pouvons, sans trop de témérité, étendre ce constat à l’ensemble des Digital Humanities.

Dès lors qu’il s’agit, pour une personne ou une équipe de chercheurs, de devoir monter un dossier afin d’obtenir des subventions, les Digital Humanities sont véritablement devenues des mots magiques, une expression à la mode pour désigner un ensemble de pratiques pas toujours si nouvelles. En outre, je caricature à peine en disant qu’il est aujourd’hui devenu essentiel pour toute université, voire tout centre de recherches en sciences humaines, de développer un pôle d’ « Humanités Digitales », celui-ci fut-il au stade embryonnaire. Et c’est sans doute là le problème : afin de répondre à tout prix à la contrainte d’être à la page en terme d’outils numériques, certaines équipes de recherches risquent de développer des projets à la va-vite, de monter avec quelques bouts de ficelles des dossiers qui ne sont guère plus que des façades arborant un joli néon « Digital Humanities », quand bien même ce qui se passe à l’intérieur du bâtiment n’a pas grand-chose à voir avec ces dernières. Or, peut-on vraiment blâmer ces équipes ou ces centres qui, à l’ère du ranking, font face à de plus en plus de contraintes extérieures et voient parfois leur existence menacée s’ils ne répondent pas à l’impératif technologique ?

À trop vouloir plaquer le label « Digital Humanities » sur tout, tout le temps, il y a un risque à ce que cette appellation devienne un mot-valise vide de sens, un attrape-gogo qui pourrait, dans cinq ou dix ans, à cause d’une surexploitation et d’un trop-plein, finir par être honni et remisé au placard tel un nuisible effet de mode des années 2000-2010, au même titre que la Tecktonik, le Harlem Shake ou les livres de Dimitri Casali. D’une part, si des projets mal montés se multiplient, il y a un réel danger de baisse du niveau de la recherche, une baisse à laquelle les Digital Humanities seront associées, voire tenues pour responsables. D’autre part, il ne faut pas négliger que , pour l’historien, les Digital Humanities sont un outil, une méthode, mais en aucun cas une fin en soi. Ainsi, s’il est par exemple tout à fait légitime d’exploiter l’outil numérique dans le cadre de la réalisation d’une thèse de doctorat en histoire, cet outil ne doit pas pour autant masquer l’objet réel de la recherche. Mettre en place une base de donnée, établir la cartographie d’un réseau constituent le point de départ de l’analyse, non son aboutissement. Au final, comme le rappelle à cet égard Paul Bertrand dans son compte-rendu du History Manifesto de Jo Guldi et David Armitage2, l’analyse quantitative des données ne doit pas faire oublier l’analyse qualitative de la source elle-même.

Si les Digital Humanities ont incontestablement eu un impact positif sur la discipline historique, leur extrême popularité, couplée au contexte particulier d’un monde scientifique de plus en plus soumis aux exigences de la technologie et de la compétitivité, pourrait bien conduire à la dévaluation des Humanités Digitales. On pourra sans doute me rétorquer : « Hey, dude, tu critiques les Digital Humanities dans un carnet de recherches sur internet, un scientific blog, tu serais pas un peu en train de te foutre de la gueule du monde ?! ». Du calme, jeune impertinent. Déjà, tu ne m’appelles pas « dude ». Ensuite, de un, je te ferai remarquer qu’un tel argument reviendrait à dire que tout chercheur financé par des fonds publics n’aurait pas le droit d’émettre un jugement sur la politique de son gouvernement ; de deux, ce n’est pas tant les Digital Humanities en elles-mêmes que je critique, mais bien la surexploitation qui en est faite, leur instrumentalisation à des fins avant tout stratégiques (de financement) plutôt que scientifiques, bref, le genre de pratiques auxquelles j’ai moi-même un peu cédé en remplissant mon fameux dossier de candidature. Disons que ce billet sera pour moi mon acte d’expiation, mon amende honorable. Peut-être devrai-je après tout demander rémission au duc de Bourgogne ?

Image de couverture : Laikolosse, Facebook.

Un grand merci à ma collègue Amandine Thiry pour ses précieuses remarques concernant ce texte !

Pour citer ce billet : Quentin Verreycken, "Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)", in ParenThèses, publié le 22/12/2014, URL: http://parenthese.hypotheses.org/492 (consulté le 26/04/2017).
  1. Il faut dire qu’à force de se farcir des Big Data, les Digital Humanities ont un peu tendance à l’embonpoint, ce qui les désavantage lors des parties de cache-cache épistémologiques. []
  2. Jo Guldi et David Armitage, The History Manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *