A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)

Suite et fin du diptyque de billets destinés à dignement fêter cette nouvelle année sur ParenThèses !

Marley avait raté tous ses examens, pour commencer. Là-dessus, pas l’ombre d’un doute. Le registre au rôle était signé par le recteur, le secrétaire du jury, le service du secrétariat et celui qui avait annoncé la mauvaise nouvelle à l’étudiant. Scrooge l’avait signé, et le nom de Scrooge était bon à la bourse (doctorale), quel que fût le papier sur lequel il lui plut d’apposer sa signature.

Le vieux Marley était aussi sûr de bisser que les artistes lors d’un second rappel au théâtre.

Scrooge savait-il que Marley allait bisser ? Sans aucun doute. Comment aurait-il pu en être autrement ? Scrooge lui donnait cours depuis tellement d’années (Marley avait souvent recommencé ses années d’étude), et il se fichait bien d’avoir à continuer à le faire. Il faut dire que Scrooge se fichait de pas mal de choses, comme par exemple du fait que jamais ses étudiants ne l’arrêtent dans le couloir de l’université pour lui dire d’un air satisfait : « Mon cher Scrooge, comment vous portez-vous ? Viendrez-vous au traditionnel souper de faculté ? ». Mais qu’importait à Scrooge, car c’était précisément ce qu’il voulait : se faire un chemin solitaire le long de la carrière académique. Seule comptait véritablement sa thèse. Car Scrooge était doctorant. En histoire de la justice médiévale, qui plus est. Effroyable, n’est-il pas ?

Un soir, le meilleur de tous les bons soirs de l’année, la veille de Noël, le vieux Scrooge (après quelques années de thèse, tu penses qu’on se fait vieux) était assis, fort à l’ouvrage, à son bureau, occupé qu’il était à relire une communication. Tout était calme dans les bâtiments de l’université, désertés qu’ils étaient en période de fêtes. Scrooge sursauta lorsque le silence apaisant fut brisé par la sonnerie de son téléphone. « Je te souhaite un gai Noël, mon chéri, et que Dieu te garde », cria une voix joyeuse au bout du fil. C’était la mère de Scrooge, qui s’attristait surement que son fils n’ait pas choisi de se joindre aux célébrations familiales. « Maman ! dit Scrooge, tu sais bien que ce sont des sottises ! J’ai un paquet de deadlines à respecter, et puis ma promotrice m’a encore demandé d’entièrement réécrire mon chapitre quatre ! Et avec tous les travaux d’étudiants qu’il me faut corriger, tu penses bien que je n’ai pas le temps de célébrer les fêtes ! Mais oui, je t’embrasse, et papa également. Mon bonjour à mon p’tit frère. Mais si, maman, je t’assure, je fais un vrai métier, comme lui. Oui, à bientôt ».

Quelques heures passèrent encore, jusqu’à ce que Scrooge, fatigué, se décide enfin à rentrer chez lui pour dormir. Mais à peine prit-il cette décision que la porte de son bureau s’ouvrit avec fracas, pour laisser apparaître le corps blême d’un étudiant visiblement éméché : Marley ! « Que veut dire ceci ? demanda Scrooge, caustique et froid comme toujours. Que désirez-vous de moi ? Si c’est à propos de votre année, je vous ai déjà dit que toute négociation était inutile : vous ne vous êtes présenté à aucune séance obligatoire de mon séminaire, et deux des travaux que vous m’avez remis sont des plagiats, ce qui fait que vous allez devoir recommencer votre année ». « Nenni, monsieur ! s’exprima joyeusement l’étudiant. J’arrête les études, de toute façon, et je me lance dans l’élevage industriel de chinchillas, comme je l’ai toujours rêvé. Je suis venu vous annoncer cela, vous dire que je vais enfin accomplir mes véritables ambitions, en plus de faire la fête du soir au matin. Mais je suis également venu vous avertir que vous travaillez trop, monsieur, que vous devez penser un peu à vous amuser, sinon, comme moi, vous connaîtrez l’enfer de l’éternel recommencement, certes pas des années d’étude, mais de la rédaction de projets de financements et du remplissage de dossiers de candidatures à l’un ou l’autre poste académique ».

Avant que Scrooge n’ait pu répondre d’un « Sottise ! », le jeune Marley s’écarta pour laisser la place à une silhouette trapue. « Qui êtes-vous encore ? » s’écria le doctorant. « Je suis le fantôme des Noëls passés », dit en riant la silhouette. « … Oncle Charlie, c’est toi ? ». « Oui, mon, garçon, c’est bien moi, je suis venu te voir pour que tu te remémores ces nombreux Noëls que nous avons passés, ensembles, avec toute la famille, alors que tu n’étais encore qu’un gamin, et qu’un train électrique suffisait à te rendre heureux (pas comme aujourd’hui, où tu ne trouves le sourire que lorsque l’on t’offre un de ces bouquins hors de prix de chez Brill, non mais sérieux, t’as vu combien ça coute, espèce de petite merde ?) ». « Mais, tonton, bredouilla le pauvre Scrooge, tu sais bien qu’en ce moment, j’ai trop de travail, et puis… ».

Mais avant que Scrooge ne puisse se lancer dans l’une de ses interminables tirades sur ses responsabilités en tant que chercheur financé par des fonds publics, l’oncle Charlie céda la place à un troisième individu, également familier. « Maxime, c’est toi, frérot ? murmura le thésard. Mais qu’est-ce que tu fous ici, t’étais pas censé fêter Noël chez papa et maman ? ». « Si fait, lui répondit son frère. Mais je suis aussi le fantôme des Noëls présents : j’ai tenu à passer avec ton oncle Charlie, pour te montrer ces photos que nous venons de prendre de la fête avec mon IProut flambant neuf (oui, parce que moi j’ai les moyens de m’en payer un). Regarde comme toute la famille est heureuse, regarde comme nous nous amusons, avec ce bon vieux cousin Fred qui fait des blagues et passe son temps à citer La Classe américaine et Dikkenek ». En voyant ces images de figures joyeuses, entourées de bonheur et de cadeaux, Scrooge sentit soudain son cœur se serrer, tandis que naissait en lui l’envie de rejoindre ses proches.

Et tandis que Scrooge était en proie au doute, une dernière personne entra dans la pièce (il fallait commencer à sérieusement se serrer dans le bureau). Une créature terrifiante, si familière au doctorant, et dont l’apparition le plongea immédiatement dans l’effroi. « Je suis le fantôme des Noëls futurs, Scrooge, dit d’une voix forte la silhouette. Je suis la personne que tu crains le plus, mais que tu te prends parfois à admirer. Pour tant de gens, je suis la mort, mais pour toi, je suis aussi l’avenir. Je suis… ta directrice de thèse ! ». « Professeur Mortifice, je vous croyais partie en vacances aux Bahamas ce matin ! s’écria un Scrooge mi se levant, mi s’inclinant ». « Hélas, mon vol a été annulé par ma compagnie aérienne et je ne pourrai partir que demain, lui répondit la femme. Mais quitte à avoir un Noël foutu, je me suis dit que je pouvais faire une bonne action. Je suis venu te voir, Scrooge, car comme toi, j’ai été doctorante, et comme toi, j’ai manqué de trop nombreuses fêtes de famille, avant de sombrer dans une dépression qui a failli me faire rater ma carrière. Je suis venu te voir car je te sais limite nervous breakdown. Il te faut faire une pause, mon petit, d’au moins une ou deux semaines. Va donc rejoindre ta famille pour les fêtes de fin d’année. Oublie cinq minutes ta thèse, et amuse-toi un peu. Bon, tu seras quand même gentil de me rendre ton prochain article pour le premier janvier à neuf heures, mais en attendant, éclate-toi un peu, bon sang ! ».

Sans dire un mot, les quatre visiteurs nocturnes quittèrent Scrooge qui s’affala dans son fauteuil, en se demandant encore comment cette belle bande de bras cassés avait réussi à se concerter pour débarquer au même moment à son bureau. Epuisé par tant d’émotions, le doctorant n’eut pas le temps de poursuivre ses réflexions et s’endormit sur son siège. Au lendemain matin, jour de Noël, Scrooge s’éveilla et, gagné par une gaîté qu’il n’avait pas connu depuis ce fichu jour où il avait reçu cette lettre qui lui annonçait qu’il venait d’obtenir sa bourse doctorale, il s’écria : « Je veux vivre dans le passé ; le présent et l’avenir ! Je veux réussir ma thèse, devenir prof d’unif’, mais je veux aussi ne pas rater mes jeunes années ! Je veux voir ma famille, célébrer les fêtes, comme au bon vieux temps, mais aussi pour éviter de sombrer dans la déprime en prenant quelques jours de congé. Je peux bien me le permettre, après tout, vu le nombre d’heures que je travaille chaque semaine le reste du temps ».

Et c’est ainsi que cette année, de même que toutes les années suivantes, Scrooge s’accorda un peu de repos en allant fêter Noël et le Nouvel An avec sa famille et ses amis. Il reprit d’autant plus goût à la vie qu’il se rappela qu’il avait enfin un prétexte pour glander une semaine ou deux sans trop culpabiliser, tandis que ses étudiants devaient encore étudier leurs examens, les cons.

Cette histoire, librement inspirée d’une des plus célèbres œuvres de Charles Dickens (et ouais fieu, ici, on a des références littéraires, on est des boloss des Belles Lettres) est bien entendu une fiction. Tout le monde sait que les doctorants ne signent jamais le registre au rôle. Et travaillent comme des malades en période de fêtes. Si, si.

On se retrouve l’année prochaine pour un nouveau conte : How the Grinchy Promoter Stole Christmas !

Image de couverture : Kevin Dooley, Happy Bokeh Christmas.

Pour citer ce billet : Quentin Verreycken, "A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)", in ParenThèses, publié le 01/01/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/520 (consulté le 22/09/2017).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *