Une histoire d’amour inattendue ? Regard sur la révolution numérique (2/2)

En ce début janvier, alors que le monde émerge lentement de sa torpeur et que les gens se remettent petit à petit des fêtes, les doctorants, eux aussi, après quelques jours passés loin de la thèse, songent tout doucement à revenir à des considérations plus sérieuses. On ne peut pas passer toute sa vie à danser sur les toits de la ville après tout.

Les préoccupations d’un doctorant peuvent parfois être des plus… matérielles. Récemment encore, je m’interrogeai pendant plusieurs jours sur l’équipement que je devais acquérir afin de numériser les archives qu’il me fallait consulter pour la thèse. Appareil photo ? Tablette ? Scanner ? Quand la majorité de vos archives sont à l’étranger et que ce sont plusieurs milliers de folios de parchemin qu’il vous faut numériser, le choix du matériel approprié est fondamental. Cette interrogation dès plus matérialistes témoigne du reste de la place de plus en plus importante du digital dans le parcours doctoral.

Ces dernières semaines, sur ParenThèses, nous avons pas mal parlé de la révolution numérique, de son impact dans le milieu académique et de sa représentation dans la fiction. Au-delà de l’aspect vendeur d’un tel sujet, cette attention de notre part pour les Humanités Digitales témoigne également d’une réelle convergence d’intérêts entre la révolution numérique et l’histoire du droit et des institutions. Une convergence qui, pourtant, ne va de prime abord pas de soi…

La multiplication d’initiatives et de projets

Lorsque l’on parle Digital Humanities, on pense immédiatement aux magnifiques éditions électroniques d’ouvrages anciens, de manuscrits médiévaux riches d’enluminures. Des sources qui, en plus de leur valeur scientifique, ont également un réel intérêt esthétique. Lorsque l’on parle histoire du droit et des institutions, on n’imagine pas seulement des monographies imposantes et soporifiques qui décrivent sur des pages et des pages le diagramme institutionnel de telle ou telle instance de gouvernement, on conçoit également les sources sur lesquelles ces travaux doivent s’appuyer : des archives écornées, de vieux papiers d’État griffonnés à la va-vite, des communications de services, bref, des écritures grises en apparence guère très attrayantes justes bonnes à intéresser quelques érudits aigris, qui ne mériteraient en rien une édition électronique coûteuse et élaborée1.

On pourrait dès lors être étonné d’apprendre le succès d’une initiative comme celle des Henry III Fine Rolls Project, à savoir l’édition de documents émis par le gouvernement royale anglais au XIIIe siècle. Ici, nul codex enluminé : les Fine Rolls sont des documents de nature administrative, de vieux parchemins et papiers remplis par des scribes dans un latin médiéval, enregistrant les amendes perçues par la chancellerie pendant le règne d’Henry III. Et ce n’est ici qu’un exemple de projet. On citera également le site Criminocorpus, qui en plus d’une vaste bibliographie de 70 000 références touchant à l’histoire du droit et des institutions en France (1789-2011), offre deux éditions de textes de lois français. Toujours en histoire contemporaine, on pourra songer à la Prosopographie des magistrats belges 1795-1960 ou, en analyse de réseaux, au projet TIC-Belgium, qui étudie les réformes légales et sociales en Belgique de 1815 à 1914.

On le voit grâce à ce rapide télescopage d’exemples, l’histoire du droit et des institutions et les Humanités Digitales font plutôt bon ménage. Les initiatives se multiplient et dépassent largement le cadre de la stricte édition de manuscrits médiévaux. Mais si ce succès des Digital Humanities auprès des historiens des institutions peut sembler inattendu, il ne vient cependant pas de nulle part, et peut au moins en partie s’expliquer par les évolutions qu’a connues durant les cinquante dernières années une branche autrefois malheureuse de l’histoire du droit et des institutions : l’histoire de la justice.

L’héritage quantitatif

Il y a deux ans, du 13 au 12 décembre 2012, s’est tenu aux Archives générales du Royaume le colloque intitulé Monuments ou documents ? Les comptabilités, sources pour l’histoire du contrôle social (XIIIe-XVIIIe siècles)2. Ces trois journées de travail furent l’occasion de revenir en détail sur une série de problématiques chères à l’histoire de la justice, à savoir, essentiellement, le traitement et l’analyse de sources archivistiques de nature sérielle, telles les comptabilités des officiers de justice de l’une ou l’autre localité. Or, la Table ronde du deuxième jour de ce colloque avait justement pour thème « Sources comptables et Humanités digitales ».

C’est que, depuis son essor à partir de la deuxième moitié du vingtième siècle, l’histoire de la justice a fortement été marquée par le courant quantitatif accompagnant la seconde génération de l’école des Annales. Au dix-neuvième siècle, la plupart des historiens du droit (en réalité des juristes) travaillant sur les justices médiévales et modernes se bornaient souvent à réaliser des traités de nature essentiellement nomothétique, brossant les grandes lignes des cadres légaux et institutionnels de ces justices, sans réellement s’intéresser aux réalités de la pratique. Les archives judiciaires n’étaient elles-mêmes souvent vues que comme des recueils de casus (voire de curiosités) desquels il était possible de sortir quelques exemples édifiants. À l’inverse, à partir des années 1960, les historiens saisirent l’intérêt de ces sources, et particulièrement des comptabilités judiciaires, pour comprendre le fonctionnement de la justice, aussi commencèrent-ils à les analyser systématiquement. Ainsi, si les comptes d’un officier de justice peuvent de prime abord sembler obscurs, puisqu’ils renferment le compte-rendu parfois abscons des dépenses et des recettes liées à la fonction de l’officier (« au bourreau untel, pour avoir pendu telle personne, X argent versé »), l’analyse en série de ces mentions peut faire ressortir de très nombreux renseignement importants, tel le nombre de condamnations à mort prononcées dans une localité, les recettes perçues par les amendes judiciaires, etc. D’où l’importance de l’histoire quantitative pour saisir l’un des piliers de la méthodologie des historiens de la justice contemporains.

Le développement de l’informatique, des logiciels de calcul et des bases de données ne pouvait donc qu’être favorablement accueilli par les historiens de la justice habitués à manier les sources sérielles. De la même façon, le succès récent parmi ces historiens de l’analyse de réseaux, une méthode héritée de la sociologie, peut s’expliquer par la perméabilité de l’histoire de la justice aux sciences sociales.

Vers la thèse 2.0

J’ai tenté au travers de ce billet de montrer brièvement les affinités possibles entre les Humanités Digitales et l’histoire du droit et des institutions. Comme je l’avais déjà exprimé dans  l’un de mes derniers billets, les Digital Humanities peuvent être la source d’un grand nombre d’innovations en Histoire, même si l’on doit garder quelques réserves quant à leur surexploitation. J’aimerais conclure en soulignant à quel point la révolution numérique a également contribué à changer le travail quotidien du doctorant en histoire, en ce compris de ceux qui, comme Nicolas et moi, ne font pas de thèse en Humanités Digitales. L’édition de documents, pratique si chère aux historiens du début du vingtième siècle, et à laquelle n’échappe pas toute bonne thèse ne histoire (il faut bien remplir les annexes…), se trouve ainsi non seulement mise au gout du jour, mais également facilitée par les outils à disposition du thésard. De la même façon, établir des bases de données devient de plus en plus systématiquement une norme, un passage obligé destiné à permettre d’analyser et rendre intelligible la masse d’informations recueillies dans les archives. À cela s’ajoute le fait que puisque le parcours doctoral est également le terrain d’une série d’enjeux de réseautage, de plus en plus de jeunes chercheurs font appel au numérique afin de faire du networking… en développant des carnets de recherche, par exemple. La révolution numérique n’a donc pas seulement un impact sur la méthode et l’objet de recherche du thésard, mais également sur son environnement de travail, elle contribue à faire évoluer l’habitus académique.

Si, en 1984, David Lodge écrivait déjà que l’université était Un tout petit monde (Small World), on oserait dire aujourd’hui qu’avec la révolution numérique, elle tient plutôt de la cour intérieure d’un immeuble.

Image de couverture : Laikolosse, Facebook.

Pour citer ce billet : Quentin Verreycken, "Une histoire d’amour inattendue ? Regard sur la révolution numérique (2/2)", in ParenThèses, publié le 05/01/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/540 (consulté le 28/04/2017).
  1. Les sources, pas les érudits. Même si tout le monde devrait avoir un Cyber-Godding ou un Gaudemet 2.0 dans son ordinateur. []
  2. Voir le compte-rendu qui en a été fait par Nathalie Demaret. []

Une réflexion au sujet de « Une histoire d’amour inattendue ? Regard sur la révolution numérique (2/2) »

  1. Autour de vos deux notes sur les DH (et non les humanités digitales, qui sont une pâle francisation de l’anglais, et de préférence à humanités numériques même si c’est le mot convenu). Tout cela est fort bien amené mais j’ai plein de petites remarques.

    Tout d’abord, les DH, c’est encore bien plus compliqué que cela.
    Sur la définition des DH d’abord, qui reste mouvante -ce qui est problématique pour certains, mais qui me semble une richesse, car les DH ne sont ni une discipline ni une méthode ni une école et surtout pas seulement le simple passage à la moulinette informatique de nos vieilles sources. Il faut continuer à tenter de définir les DH, c’est en faisant de la sorte qu’on les fait évoluer. Je ne fais que cela depuis cinq ans ( car, en fait, on parle de DH depuis 2010 et je pense de plus en plus qu’on ne peut pas parler de cette « transdiscipline » auparavant, même si des bribes en existaient).

    Sur la récupération du numérique comme « plus value » politique dans le montage des projets: cela fait plus de quinze ans que cela se fait, bien avant qu’on ne parle de DH . Oui, la chose a un côté artificiel, confinant sinon au ridicule, du moins à l’insupportable: combien de projets de m… n’ai-je pas vu passer juste parce qu’ils avaient utilisé le bon langage, la bonne langue de bois, et pas seulement numérique.

    Mais le numérique (ou les DH, si vous voulez), ce n’est pas que du quantitatif. Nous sommes ici face à ce mirage du chiffre ou de la base de données de « chiffres » que tout chercheur convoque, persuadé que la vérité est dans les chiffres, comme si le nombre était chair et vérité, alors qu’il n’est que recréation de la donnée originelle telle qu’exprimée dans la source. Je reste à la fois fasciné et convaincu par le quantitatif, mais aussi méfiant. Le sériel m’inquiète s’il est utilisé, comme c’est souvent le cas, comme une sorte de deus ex machina. Il a sa place comme méthode, mais à côté d’une démarche qualitative. Sinon, les réseaux, c’est souvent un peu l’arbre numérique qui cache la forêt des sources.

    Et puis, et puis… que vous le vouliez ou non, vous faites une thèse en humanités numériques, ou y participant d’une façon ou d’une autre: heureusement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *