Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire

« In a somewhat ironical manner, one might say that most historians only seem to jump on theoretical and conceptual bandwagons when they are already fashionable for at least a decade in the social sciences, in economics, cultural anthropology, literary or similar neighbouring fields ».

Jan Dumolyn, Political communication and political power in the Middle Ages: a conceptual journey, dans Edad Media, 13, 2012, p. 35. Ça, c’est dit.

Askville était un site de recherches mis en ligne par Amazon, en activité de décembre 2006 à octobre 2013. Il permettait à n’importe qui de poser publiquement une question à laquelle d’autres internautes avaient le loisir de répondre. Or, parmi les millions de questions ainsi posées à la communauté d’Askville, on trouve celle-ci : « Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? ». Il faut bien le regretter, ce cri de détresse, cette interrogation quasiment métaphysique à jamais perdue dans les méandres de l’internet, n’a pas connu la moindre réponse. On doit pourtant reconnaître que c’était une sacrément bonne question, d’autant qu’elle en soulève d’autres.

Des bienfaits de l’interdisciplinarité

Si j’en crois Christopher Hogg, « L’idée du multiparadigme n’est plus de considérer qu’un paradigme scientifique ou social possède une vérité immanente, mais qu’il est seulement plus ou moins pertinent en fonction des objectifs recherchés. La théorie de Newton ne serait ni vraie ni fausse ; elle peut à la fois être pertinente en balistique et totalement inopérante en physique nucléaire ».

L’application dans une discipline déterminée d’un paradigme, d’une théorie ou d’un concept issu d’une autre discipline est un questionnement méthodologique bien connu des sciences humaines et sociales. Et la science historique ne fait évidemment pas exceptions. Les historiens sont particulièrement friands de concepts issus de la sociologie, de l’anthropologie ou de la linguistique, qu’ils tâchent ensuite d’employer avec plus ou moins de succès dans leurs propres recherches. Non pas que les historiens soient forcément de mauvais « conceptualisateurs », loin s’en faut, mais disons plutôt qu’il ne s’agit pas de la pierre angulaire de leur méthodologie de travail (au contraire par exemple des sociologues) qui repose plutôt sur la critique de documents, même si les écoles historiques anglaise ou allemande nous ont gratifié de jolies notions telles que la military revolution, le bastard feudalism, la Sozialdisziplinierung ou la Konfessionalisierung. C’est d’ailleurs probablement à cause de l’influence déterminante de la sociologie sur l’historiographie allemande (au travers de figures incontournables telles Max Weber ou Norbert Élias) que nos collègues d’outre-Rhin sont à l’origine de quelques-uns des concepts les plus importants en Histoire aujourd’hui.

An illustration by Jon Kudelka Source: The Australian
An illustration by Jon Kudelka Source: The Australian

Il me semble que la focalisation de l’historien sur les documents peut expliquer que celui-ci éprouve parfois des difficultés à s’écarter de la matérialité de sa source pour atteindre le degré de l’abstraction. Habitué à « la poussière des faits » (pour reprendre ici le petit tacle adressé par Michel Foucault à notre discipline1), l’historien se montre parfois frileux à l’idée d’établir des idéaux-types ou des modèles de processus qui, s’ils ne peuvent rendre compte d’une réalité locale directement observable sur base d’archives, ont l’avantage de rendre intelligibles des phénomènes humains complexes.

Face à l’anachronisme, interroger le concept

Il ne faut pourtant pas verser dans la caricature car, même si beaucoup de chercheurs en Histoire rechignent à produire eux-mêmes de nouvelles notions théoriques, ils ont parfaitement conscience d’être en permanence entourés de concepts dans leur travail.

Contraint de rendre compte du mieux que possible d’une réalité passée qu’il n’a généralement jamais pu côtoyer, l’historien n’a de cesse, dans ses propos, de lutter ou tout du moins de gérer les questions relatives à l’anachronisme. De fait, l’une des difficultés majeures qu’éprouvent généralement les étudiants en histoire durant leurs cinq années d’études, mais à laquelle n’échappent pas les chercheurs confirmés, est qu’ils doivent en permanence prendre garde à la terminologie qu’ils emploient pour décrire le passé.

C’est bien beau d’étudier la justice médiévale ou la législation royale moderne, mais qu’entendait-on précisément à l’époque par « justice » ou « législation » ? Qu’était-ce que le droit au moyen âge ? Ou un juriste ? L’historien n’a de cesse, dans ses recherches, de définir et redéfinir les termes qu’il emploie. Pour citer un cas d’école demeuré célèbre, Lucien Febvre a ainsi démontré en 1942 avec son livre Le problème de l’incroyance au XVIe siècle que le terme d’ « athéisme », au sens où l’on l’entend aujourd’hui, ne pouvait être appliqué pour qualifier des individus peu croyants ayant vécu à l’époque de la Renaissance. Autre exemple, les historiens du droit discutent souvent de la possibilité ou non d’employer des catégories juridiques contemporaines (« droit public », « droit privé », « droit pénal », etc.) en étudiant le droit d’Ancien Régime, quand bien même ces notions n’existaient pas à l’époque. Plus récemment, Cédric Michon2, reprenant l’argumentation de Nicole Loraux,3, plaidait pour un usage modéré et conscient de concepts anachroniques (dans le cas précis, la notion d’opinion publique de Jürgen Habermas) pour décrire certaines réalités passées. Il ne s’agit évidemment pas de tomber dans l’excès inverse en jetant par la fenêtre tout sens de la mesure chronologique (à l’instar de ce qu’ont pu faire certains historiens du début du XXe siècle lorsqu’ils voulurent qualifier de « démocraties » certaines communautés urbaines médiévales qui parvinrent à gagner une part d’indépendance vis-à-vis des seigneurs féodaux…4), mais il convient de reconnaître que l’historien ne peut se contenter, dans son travail, de systématiquement s’opposer à l’anachronisme ; il doit parfois jouer avec. D’où l’intérêt d’un bon maniement des concepts.

Le cas de l’État moderne

L’un des meilleurs exemples de réflexion de l’historiographie face aux termes et aux notions qu’elle emploie peut être le vaste programme de recherches Genèse de l’État moderne/Origins of the Modern State mené conjointement par le CNRS et la Fondation européenne de la science de 1984 à 1993. Au cours de près de dix années (!) et une palanquée de publications, des dizaines d’historiens se sont interrogés sur le sens à donner au terme d’« États modernes » pour désigner les formes d’institutions politiques en place en Europe du XVe au XVIIIe siècle, ce qui les distinguaient des autres « États ». Les débats ont pu mettre en lumière à quel point l’interprétation de l’État moderne pouvait varier d’une historiographie nationale à une autre (la notion d’État moderne n’ayant pas le même sens en France qu’en Italie ou en Espagne), tout en discutant de la portée opératoire en Histoire des différentes théories de l’État développées par des auteurs issus de la sociologie, tels Weber ou Charles Tilly. Je ne développerai évidemment pas ici le contenu des débats qui ont eu lieu, ceci pouvant faire l’objet d’un billet à part5. Tout du moins soulignerai-je que ce programme de recherches est un bel exemple de l’ampleur de la réflexion théorique que des historiens peuvent être à même de produire. Que l’on ne vienne pas dire, après cela, que nous ne savons pas conceptualiser !

En définitive, il me semble que l’historien n’a pas à rougir de son habilité à théoriser en comparaison de ses collègues issus des sciences sociales (pour autant que l’on considère que l’Histoire n’est pas elle-même une science sociale…). Du fait, d’une part, de l’attention portée à la terminologie employée, et d’autre part de l’ouverture de l’Histoire à d’autres disciplines telles la sociologie, l’historien est amené à manier des concepts complexes plus souvent qu’à son tour. Tout du moins pourrait-on regretter le manque de place accordée, dans la formation universitaire des étudiants en Histoire, à la méthodologie de la conceptualisation.

Toujours est-il qu’il nous reste à répondre à la question de notre ami utilisateur anonyme d’Askville : Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Well, academics’ shit, I’d say…

PS : heureuse coïncidence, à l’heure où j’achève ce billet, je constate que Jules-de-chez-Smith-en-face, le carnet Zilsel, vient de publier un texte sur l’usage de l’épistémologie en sociologie. À croire que les sciences humaines et sociales n’ont pas fini de s’interroger sur la pertinence de leurs méthodologies !

Image de couverture : Alex Pang, Paradigm shift keyboard.

Pour citer ce billet : Quentin Verreycken, "Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire", in ParenThèses, publié le 09/02/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/617 (consulté le 24/10/2017).
  1. Michel Foucault, La poussière et le nuage, dans Michel Foucault, Dits et écrits, t. IV, Paris, 1994, p. 10-19 []
  2. Cédric Michon, Du bon usage de l’anachronisme en histoire : l’opinion publique à la Renaissance, dans L. Bély, L’opinion publique en Europe (1600-1800), Paris, 2011, p. 39-65 []
  3. Nicole Loraux, Éloge de l’anachronisme en histoire, dans Le genre humain, 27, 1993, p. 23-41 []
  4. Il faut croire qu’on abusait pas mal de la ganja dans leurs club houses à l’époque []
  5. En attendant, je renvoie le lecteurs à l’article de Jean-Philippe Genêt, La genèse de l’État moderne [Les enjeux d’un programme de recherche], dans Actes de la recherche en sciences sociales, 118, 1997, p. 3-18 ainsi que celui de Wim Blockmans, Les origines des États modernes en Europe, XIIIe-XVIIIe siècles: états de la question et perspectives de recherche, dans Wim Blockmans et Jean-Philippe Genet (éd.), Visions sur le développement des États européens, Rome, 1993, p. 1-14 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *