Quel est le problème de l’History Manifesto ?

HM

Cela fait maintenant quelques mois que le petit monde académique des historiens, en apparence si calme, est secoué par une lame de fond aux accents braudeliens. En octobre 2014, Jo Guldi (Brown University) et David Armitage (Harvard University) publiaient aux Cambridge University Press un petit livre de 160 pages (dont à peine 125 de texte) au titre on ne peut plus revendicateur : The History Manifesto. Diffusé gratuitement en Open Access, relayé par différents articles ainsi qu’un site internet qui lui est propre, le livre fera également l’objet courant 2015 qu’un numéro spécial de la revue des Annales. Histoire et sciences sociales, qui devra contenir une traduction abrégée de l’History Manifesto ainsi que différents articles-réponses et commentaires d’autres historiens1. La publicité autour de l’ouvrage a tout de la campagne marketing bien orchestrée. Rien d’étonnant, donc, à ce que le nom de l’History Manifesto soit prononcé même au fin fond des universités belges, durant des colloques ou autour de la sacro-sainte machine à café du réfectoire des professeurs.

Comme tout ouvrage polémique, The History Manifesto a engendré une levée de boucliers particulièrement forte, notamment dans le monde francophone qui parait en profond désaccord avec les propos des auteurs. Mais quels sont-ils, ces propos prompts à provoquer un tel mouvement d’opposition ? Le constat de Jo Guldi et David Armitage est le suivant : aujourd’hui, les historiens ne sont plus écoutés par le monde politique qui leur préfère les politologues, économistes ou sociologues. Le responsable ? Il est désigné dès la première ligne du livre : « the spectre of the short term ». D’après les auteurs, à partir des années 1970, les historiens ont progressivement abandonné les études sur la longue durée au profit de la micro-histoire, des études sur le court-terme, sans vision d’ensemble. Cette absence de recul de la science historique aurait amené celle-ci à une crise globale de la discipline, incapable de produire des travaux couvrant des périodes de temps supérieures à une centaine d’années. Guldi et Armitage examinent en détail cet essor du short-termism dans le second chapitre de leur livre, et pointent notamment l’obsession des historiens pour les archives (voir p. 44 : « Exploiting archives became a coming-of-age ritual for a historian, one of the primary signs by which one identified disciplined commitment to methodology, theoretical sophistication, a saturation in historiographical context, and a familiarity with documents »). Face aux enjeux de la société contemporaine (les questions climatiques, de gouvernance internationale ou d’inégalités sociales), un retour à la longue durée apparait comme la meilleure solution pour que l’historien puisse (re)gagner sa place au sein de la galaxie des experts. D’après les auteurs, la technologie moderne aurait même apporté les outils parfaits pour un retour à la perspective à long terme : les Digital Humanities et les Big Data (à propos de ces notions, on pourra consulter les billets que j’ai publié sur le sujet ici et ). Numériser les sources et constituer de gigantesques bases de données éviterait à l’historien de se perdre dans les archives et des considérations trop érudites, en ayant directement accès à des informations brutes qu’il pourrait ensuite analyser et critiquer à sa guise, tout en produisant des recherches sur le long terme.

Il y a évidemment beaucoup à dire sur The History Manifesto et, même si sa lecture s’est avérée pour le moins instructive, je ne peux pour ma part que me ranger aux côtés de quelques-unes des critiques qui ont le plus souvent été faites à l’ouvrage. J’en évoquerai ici principalement trois.

Il n’y a pas eu de véritable recul de la longue durée dans les études historiques

Dans un billet publié sur le carnet Devenir historien-ne, Claire Lemercier revenait sur l’assertion d’Armitage et Guldi selon laquelle la perspective sur le long terme aurait progressivement disparu des études historiques produites à l’université, et notamment des thèses de doctorat. Les auteurs, pour se faire, s’appuient sur une étude de Benjamin Schmidt sur 8000 thèses en histoire défendues aux États-Unis depuis 1880. Or, le constat est frappant : il suffit de jeter un regard sur le graphique repris, page 44, dans l’History Manifesto pour réaliser que, à partir du milieu des années 1960, les périodes couvertes par ces thèses n’ont cessé de s’allonger (Schmidt le dit lui-même : « since about 1965, dissertations have covered longer and longer periods »). Fernand Braudel, l’historien français à l’origine du concept de longue durée, est bien évidemment passé par là (le premier tome de Civilisation matérielle, économie et capitalisme est publié en 1967). Il n’y a donc pas eu de retrait de la longue durée comme le prétendent les auteurs ! Dans son billet, Claire Lemercier effectue ensuite sa propre petite étude sur les thèses produites en 2013 en histoire contemporaine ainsi que sur les articles publiés dans les Annales et la Revue historiques, pour constater qu’à nouveau, la longue durée n’a pas disparu des radars. Dans le cas des revues, la durée des périodes couvertes par les articles qu’elles publient est même restée étonnamment stable, là où le champ sémantique des articles à lui-même évolué (dans le cas des Annales, remplacement progressif du vocabulaire de l’histoire économique et sociale au profit de l’histoire politique).

new-figure-2
Graphique tiré de http://historymanifesto.cambridge.org/blog/2014/11/updating-visualizations-and-power-open-access-review/

Digital Humanities et Big Data, ou le positivisme 2.0

La charge vient cette fois-ci de Paul Bertrand qui, sur son blog, a publié une série de billets particulièrement critiques envers The History Manifesto. Je retiendrai particulièrement celui où il s’interroge sur les données (data) comme possible pain de l’historien. A bien des égards, on peut voir dans l’History Manifesto l’aboutissement d’une vision quasiment positiviste de l’outil numérique comme le meilleur ami de l’historien. Pour Guldi et Armitage, en effet, les Humanités Numériques doivent permettre à l’historien d’enfin s’arracher de la tyrannie des archives grâce aux bases de données reprenant l’ensemble (?) des informations contenues dans les sources. Le problème, c’est qu’à trop éloigner l’historien de ses sources au profit des bases de données, le risque majeur est que le chercheur risque d’oublier les aspects les plus élémentaires de la critique historique, à commencer par la critique de provenance. D’après les auteurs, la critique documentaire devrait davantage revenir aux archivistes chargés d’encoder les documents, là où les historiens s’occuperaient d’interpréter les données. Mais un tel divorce entre une méthodologie critique et une méthodologie interprétative est-il réellement souhaitable ?

Les historiens de la justice, pour avoir très tôt saisi l’intérêt de l’histoire quantitative et de l’informatique, connaissant bien ce problème : le danger de se baser avant tout sur des données décontextualisées est que l’on risque finalement de comparer ce qui n’est pas comparable et de tirer des conclusions erronées à partir d’une documentation qui est elle-même le produit d’un travail préalable d’encodage. On peut faire ici l’analogie de l’historien de la législation médiévale ou moderne qui, pour ses recherches, ne se baserait que sur les éditions de texte établies par ses prédécesseurs, sans se demander si ces derniers n’ont pas potentiellement commis des erreurs dans leurs retranscriptions ou ont négligé d’inclure dans leur corpus des documents issus d’un fond d’archives qu’ils n’auraient pas dépouillé. Car c’est finalement un paradoxe de ce début de deuxième décennie du 21e siècle : alors que certains historiens s’extasient devant le potentiel offert par les Digital Humanities et les Big Data, d’autres, médiévistes et modernistes essentiellement, favorisent au contraire un retour aux archives au travers de préoccupations nouvelles, notamment celles relatives aux pratiques de l’écrit et à la conservation des documents produits. Rien d’étonnant, dès lors, que ce soient des médiévistes comme Paul Bertrand qui se montrent les plus virulents à l’égard de l’History Manifesto.

La longue durée n’est pas une potion magique

« Together, micro-historical work in archives and macro-historical frameworks can offer a new horizon for historical researchers who want to hone their talents of judging the flow of events and institutions across centuries and around the globe » (p. 121). On saurait difficilement être en désaccord avec de tels propos. Le problème, c’est qu’à force de charger le short-termism de tous les maux de la discipline historique, on peine à croire que Guldi et Armitage plaident pour autre chose que la longue durée. Comme me le faisait remarquer Nicolas, sans doute ce point de vue s’explique-t-il en partie par la tradition historique anglo-saxonne, plus prompte à produire des synthèses sur le long terme que ne l’est l’historiographie francophone. Il n’empêche que la vision qu’on les auteurs de l’History Manifesto de la longue durée est quasiment celle d’une potion magique qui ramènerait l’histoire dans le cénacle de la respectabilité des sciences que l’on écoute.

Or, en dépit des apports des Big Data et des Digital Humanities, toute recherche historique sur une période chronologique étendue induit un travail de synthèse, certes en partie compensé par une vision sur le long terme, mais qui n’empêche pas une certaine réduction de l’argumentation. En se revendiquant de Fernand Braudel, les auteurs négligent pourtant de signaler que ce sont les chantres de la longue durée qui ont eux-mêmes produits certains des travaux de micro-histoire les plus importants du XXe siècle (je pense notamment à Emmanuel Le Roy Ladurie, auteur d’une Histoire du climat, mais aussi de… Montaillou, village occitan de 1294 à 1324 !). A ceci s’ajoute une confusion manifeste des auteurs, relevée par Gabriel Galvez-Behar sur son blog, entre la notion de « courte durée » (l’étude sur une période de temps réduite) et la micro-histoire (l’étude d’un objet à l’échelle réduite, comme un village par exemple). Pour Galvez-Behar, cette prétention de la longue durée comme moyen de promouvoir l’expertise de l’historien auprès des dirigeants pose aussi la question de la place de l’historien dans la société. Doit-il se limiter au rôle d’expert ponctuellement mobilisé par les médias et les politiques ? Les sciences humaines doivent-elles uniquement répondre à la demande sociale ?

Je conclurai ici en reprenant les arguments que Claire Lemercier a publiés dans un second billet sur Devenir historien-ne : il y a, sans aucun doute, un public pour l’histoire sur la longue durée. Les grandes synthèses sur l’histoire de France continuent de se vendre. Mais la longue durée n’a, pas plus que la courte durée, de légitime prétention à s’imposer comme l’unique façon de faire de l’histoire. Elle n’est pas non plus la garantie d’une meilleure réception des travaux des historiens auprès du grand public. Nombre de travaux portant sur des périodes de temps relativement courtes peuvent intéresser le grand public. Plutôt que de focaliser le débat sur la courte et la longue durée, ne faudrait-il pas davantage réfléchir en termes d’Open Access ? Car à l’heure des Digital Humanities, la libre consultation sur internet des livres et des revues d’histoire parait le meilleur moyen de diffuser les résultats de la recherche.

Crédit photographique : Enkhtuvshin, Digital Flow.

Pour citer ce billet : Quentin Verreycken, "Quel est le problème de l’History Manifesto ?", in ParenThèses, publié le 13/04/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/713 (consulté le 28/04/2017).
  1. À l’heure où j’écris ces lignes (avril 2015), le numéro n’est pas encore sorti []

2 réflexions au sujet de « Quel est le problème de l’History Manifesto ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *