Les Fragments d’Antonin (2006) : Explorer les traumatismes de guerre

fragments-d'antonin-2Les fragments d’Antonin est un film réalisé en 2006 par Gabriel Le Bomin. S’il s’agissait du premier long métrage de celui-ci, ce n’est pas la première fois qu’il réalisait un film ayant pour thème la Première Guerre mondiale. En effet, c’est lors de la projection de l’un de ses courts-métrages : Le Puits, dont l’action se situe en 1916, qu’Alexandra Lederman, productrice, l’a remarqué. Elle lui a proposé ensuite de tourner un long métrage : Les fragments d’Antonin. De plus, ayant été membre du « service cinéma des armées », il a eu accès a des éléments d’archives peu connus du grand public. Les fragments d’Antonin a été nominé plusieurs fois, notamment aux Césars dans la catégorie du Meilleur premier film. Gabriel Le Bomin est aussi le réalisateur de plusieurs documentaires pour France Télévisions.

vlcsnap-2014-12-22-23h50m21s59

Le film raconte l’histoire d’Antonin, soldat français atteint de troubles psychologiques, suite à la Première Guerre mondiale. En 1919-1920, il est hospitalisé dans la section psychiatrie d’un hôpital accueillant des militaires blessés durant le conflit. Son seul vocabulaire se limite à cinq noms : Madeleine, Ernst, Jean, Simon et Jurgen. De même, il répète inlassablement les mêmes gestes. Le docteur Labrousse, expert en psychiatrie, essaie de le soigner en l’aidant à se remémorer des moments de vie correspondants aux gestes et aux prénoms répétés. C’est ainsi qu’en même temps qu’Antonin, le spectateur revit ses moments forts de la guerre, souvenirs empreints d’horreur, de violence, mais aussi de tendresse. Le film intègre énormément de flash-back, qui nous emmènent dans le passé du personnage, et dans un ordre qui n’est pas spécialement chronologique (par rapport au déroulement du conflit tel que le vit le héros). Mais le principe des flash-back peut être déroutant, et il est facile de s’y perdre et de se demander « Cette séquence se passe-t-elle avant ou après la précédente ? ». Au fur et à mesure que le film avance, on découvre les moments liés aux gestes et noms maintes fois répétés.

vlcsnap-2014-12-23-00h18m10s106

vlcsnap-2014-12-23-00h17m09s5

Ce qui caractérise le film, c’est une continuité sonore et un grand attachement à vouloir transmettre les émotions des personnages. Pour ce faire, le réalisateur, Gabriel Le Bomin, n’hésite pas à user de gros plans, et ce, tout au long du film. Ceux-ci mettent en avant les émotions que font passer les acteurs, qui sur ce point là sont, selon moi, admirables. En effet, Gregori Derangère, l’acteur interprétant Antonin, par exemple adopte des expressions tellement différentes d’une scène qui relate la période de guerre à celles qui le représentent hospitalisé que l’on dirait qu’il ne s’agit plus du même personnage. Un exemple de ces différences dans ces expressions est celle où il se remémore les moments où il est soigné par l’infirmière Madeleine. On passe d’un visage tendu à l’extrême à un visage qui transpire de tendresse pour l’infirmière. Lors des nombreuses séquences où l’on passe d’une période à l’autre, la seule continuité est le fond musical. Lors des séquences dans lesquelles le docteur Labrousse apparait, c’est avec un accompagnement musical d’oeuvres d’Erik Satie, joué par son fils tué lors de la guerre. Cette continuité permet de conserver un rythme dans le film, alors que le changement rapide de scènes permet de garder le spectateur attentif.

vlcsnap-2014-12-23-00h21m55s53Le film traite du stress post-traumatique lié aux combats et au contexte de la guerre. Cette pathologie a été fort peu abordée dans les années suivant la guerre. On a en effet plus cherché, dans l’entre deux-guerres, à transmettre un message pacifiste, voire anti-militariste. Par la suite, compte tenu du génocide orchestré par les nazis, la Seconde Guerre mondiale a eu plus d’impact sur les mémoires que la première. Le premier conflit mondial intéressera plus le grand public à la mort de la première génération de poilus, quand les familles découvriront des lettres ou des carnets. Pour qu’on parle de stress post-traumatique et que cette maladie soit prise au sérieux, il faut attendre la guerre du Vietnam, et ces nombreuses victimes du shell shock .

A la sortie des fragments d’Antonin en 2006, beaucoup d’études sont déjà publiées sur les soldats américains atteints de ce stress post-traumatique. Quelques films de ce même pays sont déjà sortis, et qui abordent ce stress après la guerre du Vietnam comme Apocalypse Now, Birdy, The Deer Hunter ou encore Full Metal Jacket. Après la guerre en Afghanistan sort le film Of Men of War de Laurent Bécue-Renard (2014). On apprend aussi que de nombreux soldats français sont internés pour ESPT (Etat de stress post-traumatique). Les Fragments d’Antonin vient dès lors combler un vide, se servant d’un contexte plus ancien pour traiter d’une thématique très mal connue des Français eux-mêmes.

vlcsnap-2014-12-23-00h39m59s138

Cet aspect de la guerre a naturellement été traité pour la première fois par les médecins du front lors de la Première Guerre mondiale elle-même. Il a ensuite fait l’objet de moins de publications, jusqu’à ce que les Américains s’en emparent dans les années 1980, suite à la guerre du Vietnam. Dans les années 90, les historiens concluent que la maladie a fait pour la première fois son apparition en masse lors de la Première Guerre mondiale. En effet, la Grande Guerre est une première dans son genre, dans la mesure où elle ne respecte aucune des « règles » des conflits européens, voire mondiaux. On assiste à une guerre de position, où il n’y a pas d’échappatoire possible, alors que, selon John Keegan les champs de batailles sont beaucoup plus larges. Les soldats sont donc davantage dispersés, se sentent plus isolés. Ils savent que s’ils sont blessés, il n’y aura pas grand monde autour d’eux pour les secourir. C’est aussi une des premières guerres où l’on observe une telle déshumanisation. Qu’importe le courage, la valeur, l’expérience, qui auparavant jouaient un grand rôle dans les corps à corps, cela ne vaut plus rien face à un éclat d’obus. Les soldats sont donc en état de stress permanent, et l’enjeu de vie et de mort repose plus sur la chance ou la malchance que sur autre chose. De plus, depuis l’avènement des Etats Nations, le soldat se sent plus impliqué pour sa patrie qu’auparavant, il suffit de lire des carnets de poilus pour s’en convaincre, ou de constater l’engouement à protéger son pays de l’invasion, que ce soit en Belgique ou en France. Les conditions de vie dans les tranchées n’étaient pas non plus optimales. Les soldats étant enfermés dans des boyaux, ne sachant pas quand allait leur tomber dessus un obus, une attaque au gaz moutarde ou une attaque surprise, conjugué aux mauvaises conditions d’hygiène (boue, rats), il est normal que les soldats développent (?) (l’apparition du shell shock).

fragments-d'antonin-1

Les Britanniques sont les premiers à en avoir parlé, sous le terme de shell shock. La littérature anglo-saxonne est donc la plus abondante sur ce sujet. De leur côté, les Français ont été plus lents à s’y intéresser (fin des années 90, début des années 2000). Le premier film traitant un peu du phénomène shell shock est, selon Antoine Prost et Jay Winter dans leur livre Penser la Grande Guerre, Regeneration de Pat Barker, sorti en 1997. On peut donc dire que Les fragments d’Antonin aborde un thème, si pas nouveau, du moins peu abordé dans les films et la littérature scientifique français.

La valeur de ce film réside dans le fait d’aborder un thème peu connu, qui nous en apprend beaucoup sur les violences psychiques infligées aux soldats ou subies par ceux-ci durant la Première Guerre mondiale.

Margot Colin (BA1 Histoire, Université Saint-Louis – Bruxelles)

© Rezo Films.  All material is used under Fair Use Copyright Law (no copyright infringement intended).

Crédit photographique : Roey Ahram, Movie Theater.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Les Fragments d’Antonin (2006) : Explorer les traumatismes de guerre", in ParenThèses, publié le 18/06/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/776 (consulté le 20/11/2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *