Les Croix de Bois (1932) : filmer la camaraderie des tranchées

croix-de-bois-1Les Croix de Bois est un film de Raymond Bernard, sorti en 1932 et basé sur le roman éponyme de Roland Dorgelès. C’est un film en hommage à la bravoure des soldats anonymes de la Première Guerre Mondiale qui se battent sur les champs de bataille et honore leur mémoire. On découvre leur quotidien dans les tranchées, leur partie de rigolade, leur espoir pour l’après-guerre. C’est notamment l’un des premiers films réalisé quelques années seulement après l’arrivée du cinéma parlant. Les Croix de bois pourront intégrer le bruit du champ de batailles comme les obus, les rafales. Les gens de l’époque pouvaient revivre ce qu’ils avaient vécu durant la guerre.

On apprend que peu de choses sur les soldats en dehors de leur quotidien des tranchées mais néanmoins des mini flash-back apparaissent pour décrire brièvement le monde hors des tranchées. Dans les tranchées, on y trouve le comportement entre les soldats, les conditions météorologiques très difficiles mais surtout l’émotion des combattants lorsqu’ils recevaient du courrier venant de leurs proches.

croix-de-bois-2

Dans ce film, la caméra passe plusieurs minutes à fixer les croix des sépultures des soldats. Les cimetières paraissent immenses et sont parsemés de croix blanches et noires. Vu le très grand nombre de morts, les défunts sont d’abord inhumés dans des cimetières collectifs sous la responsabilité d’un officier sanitaire qui est chargé de l’identification des corps. L’accroissement du nombre de victimes oblige les soldats à creuser rapidement des petites tombes sur le front de guerre. Ces tombes étaient identifiables par une croix de bois.

croix-de-bois-3Après la guerre, les pays ont trouvé un nouveau moyen d’honorer les soldats inconnus comme dans le film « La vie et rien d’autre » de Bertrand Tavernier. En effet, pour des centaines d’entre eux, on ne saura jamais leur nom, cet anonymat se matérialise à travers les tombes, et dès lors sur les croix, il y a l’inscription « in memoriam », mais il n’y a pas le nom du soldat. A partir des années 1920, l’Europe et les Etats-Unis ont construit des tombes contenant les corps non identifié sur lesquelles est indiquée « soldat inconnu ». Cependant cela empêcha les familles de faire leur deuil correctement. Pour plus de facilité, pendant la guerre, les pays belligérants ont commencé à s’aider mutuellement pour la reconnaissance des victimes trouvées dans la zone sous leur contrôle. En dépit de leurs efforts, une grande quantité de morts restait non identifiée après la Première Guerre Mondiale. Avec la Convention de Genève de 1929, chaque pays est responsable pour tous les tués restés sur le champ de bataille. Les corps devaient être recherchés, identifiés, protégés des pillages et des mauvais traitements. Il s’agit d’une gestion commune des morts ennemis par les anciens Etats belligérants. Par conséquent, à partir de l’entre-deux-guerres, tous les soldats devaient disposer d’une description détaillée de l’endroit où il reposait, de tous les objets trouvés sur et autour d’eux, des vêtements qu’ils portaient avec leur description et des armes à proximité. Les noms des soldats qui étaient connu devaient être recensés ainsi que les numéros de régiments auxquelles ces hommes appartenaient.

croix-de-bois-5

Dans les croix de bois, une grande partie du film est consacrée à la vie des soldats dans les tranchées. Pourtant, cette vie était très dure car il y avait un danger constant, le froid hivernal, les rats, les poux, les odeurs nauséabondes, l’absence presque totale d’hygiène et le ravitaillement mal assuré, ainsi que la pluie et la boue, qui ont été de grands ennemis pour les soldats. Souvent ceux-ci étaient entourés de mares de boues mais aussi ils avaient les cadavres de leurs camarades morts aux combats. En raison du froid tenace et de l’humidité, les soldats ont souffert du « pied de tranchées », c’est une sorte d’engelure qui pouvait mener à des amputations. Les tranchées étaient le théâtre de l’horreur, de l’attente de la mort. Malgré la peur, les poux, les rats, la boue et le froid, elles étaient aussi un monde de camaraderie, d’une solidarité entre les soldats d’une même unité qui trouvaient le réconfort dans les plaisanteries, les chansons ou les lettres écrites à leur famille. En effet, l’humour était un mécanisme qui permettait aux soldats de s’échapper pendant quelques instants et d’oublier les horreurs de la journée. L’absence d’hygiène restait toutefois un gros problème. A cause de cela, les soldats avaient été baptisés « les poilus » car ils ne pouvaient ni se laver, ni se raser, restaient pendant un mois dans les tranchées avant d’être relevés et envoyés à l’arrière où ils pouvaient se ravitailler. Dans une des séquences du film, l’officier parle de patriotisme pour encourager les troupes, que les soldats combattent pour la France.

croix-de-bois-4Ce film montre les traumatismes physiques et moraux que la Première Guerre mondiale a laissés dans la mémoire de chacun. Leur vie n’est plus la même car ils doivent vivre avec ce fardeau. Après ce qu’ils ont vécu, ils sont mal accueillis par les autres et leur histoire n’intéresse plus personne. Les soldats qui ont combattu pour leur pays sont considérés que comme des vieillards.

Le réalisateur, Raymond Bernard, se concentre aussi sur les armes et la bataille. Les explosions sont quasi permanentes. Le réalisateur a fait en sorte de mettre la caméra en contre plongée pour que le spectateur se plonge dans la bataille avec les bruits incessants des armes. Celles-ci n’ont cessé de se perfectionner et les pays belligérants en ont produits de plus en plus.

Durant la Première Guerre mondiale, les soldats des tranchées ont inventé une langue originale : l’argot des tranchées ou l’argot militaire. Elle était utilisée par les millions de poilus issus des différents milieux sociaux, pour parler, pour chanter mais aussi pour se distinguer de ceux qui n’ont pas connu l’horreur des tranchées ou la guerre elle-même. Cette nouvelle langue était riche de 2000 mots et expressions et était constitué de mots d’avant-guerre, de termes militaires, de nouveaux mots inventés. L’argot exprimait notamment les mépris envers les supérieurs. Au même titre que le terme « poilus », le mot « boche » désignait à l’époque les allemands. L’une des théories est que ce terme vient de « alboche », qui est un synonyme d’Allemand en argot. Il était courant de prendre les dernières syllabes et ajouter une nouvelle syllabe pour former un nouveau mot. Enfin certains mots sont encore utilisés aujourd’hui sans que nous nous rendions compte comme « les godasses » qui veut dire chaussures ou encore « boulot ». Bien sûr, ni les soldats de la Première Guerre mondiale ni les personnes d’aujourd’hui ne parlons constamment en argot. Il existe des ouvrages sur cela, comme Fictions de la Grande Guerre, Variations littéraires sur 14- 18 de Pierre Schoentjes.

croix-de-bois-6Une des particularités de ce film est que les acteurs ont vraiment participé à la Première Guerre mondiale. Il y a donc un aspect émotionnel chez les acteurs mais aussi chez le public. D’autant plus que le tournage du film s’est déroulé sur le champ de bataille où les évènements relatés se sont déroulés. Le risque de trouver des obus allemands était réel et des spécialistes ont dû venir vérifier le terrain afin que le tournage se déroule dans de bonnes conditions.

Donc, les Croix de bois est un film en hommage aux soldats de la Première Guerre mondiale. Le réalisateur Raymond Bernard nous fait vivre le quotidien des tranchées, les joies et les peurs des soldats mais aussi leur façon d’être et leur façon de parler. Les conditions de vie étaient très dures à cause des maladies et des amputations causées par l’absence totale d’hygiène et par le froid de l’hiver. On peut y voir que même les pays belligérants ont fait preuve d’une certaine solidarité envers les millions de victimes, quel que soit leur pays.

Tatiana Gomes (BA1 Histoire – Université Saint-Louis – Bruxelles)

© Studio Pathé Natan/Bibliothèque de SACD/Fonds Raymond Bernard/PATHE PRODUCTION.  All material is used under Fair Use Copyright Law (no copyright infringement intended)

Crédit photographique : Lisandro M. Enrique, The Town Cinema.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Les Croix de Bois (1932) : filmer la camaraderie des tranchées", in ParenThèses, publié le 17/06/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/823 (consulté le 20/11/2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *