À l’Ouest rien de nouveau (1930) : une autre image des Allemands

A-l-Ouest-rien-de-nouveau-affiche-7626À l’ouest rien de nouveau est un long métrage de Lewis Milestone réalisé en 1930 et basé sur le best-seller éponyme de l’Allemand Erich Maria Remarque. L’œuvre détaille le voyage d’une classe de jeunes hommes qui décident de s’enrôler et qui partent combattre pour le Reich allemand. D’abord valeureux, ils subissent rapidement la désillusion face à l’horreur du conflit. Adapté au cinéma par Universal, le film fut un succès énorme dans les salles étasuniennes et fit rapidement parler de lui en Europe. Mais il fut également sujet à polémique. En effet plusieurs pays bannirent le film dès sa sortie. C’est le cas de l’Italie fasciste, de la Hongrie, de la Yougoslavie, de l’Autriche et de la Bulgarie. Il était politiquement et militairement inconcevable pour ces pays de projeter cette éloge du pacifisme et de l’absurdité de la guerre. En France une adaptation dans laquelle la scène où des Françaises succombent au charme des Allemands avait été supprimée, fut projetée et bien accueillie par le public. C’est en Allemagne que le film provoqua le plus de polémique. La première projection dans ce pays eut lieu dès 1930 mais fut un désastre. Des militants nazis parlèrent de « mensonge juif », lâchèrent des souris, des bombes puantes et répandirent des la poudre à éternuer dans la salle. Des émeutes eurent également lieu. Le film sera finalement interdit en Allemagne jusqu’en 1952. Mais l’attrait est tellement grand que des pays limitrophes mettent en place un « service » de navettes pour permettre aux Allemands de visionner le film. Comment expliquer le succès de cette oeuvre ? Qu’apporte-t-elle de nouveau au monde cinématographique ? Pourquoi cette œuvre suscite-t-elle l’animosité du parti nazi ? a-l'ouest-rien-de-nouveau-1

Les années 1930 marquent le début d’une lutte nouvelle. Mouvements pacifistes et militants antimilitaristes se font de plus en plus nombreux. La « der des ders » était une démonstration d’horreur sous toutes ses facettes. Les gens sont consternés, le mouvement du « plus jamais ça » se met progressivement en place. C’est dans ce contexte qu’A l’ouest rien de nouveau apparait et le film s’inscrit résolument dans la courant de ces idées politiques. Milestone est un des premiers à aborder la dure réalité de la guerre des tranchées au cinéma. De cette façon il force les spectateurs à se défaire du romantisme dont était en partie imprégné le cinéma jusque là. Le patriotisme et la gloire du gagnant sont absents de l’écran1. Le message est clair : la guerre n’amène que misère, destruction et mort. Mais comment exprimer cette idée, cette réalité à l’écran ?

a-l'ouest-rien-de-nouveau-3

À l’ouest rien de nouveau est l’histoire d’une classe de jeunes hommes exhortés par leur professeur à s’engager dans l’armée pour la gloire de leur patrie. Convaincus, les jeunes hommes partent en guerre le sourire aux lèvres et imprégnés de l’idée folle de la gloire et de la victoire. Ils sont rapidement confrontés aux réalités de cette guerre qui les forcent à progressivement changer de comportement. Chaque nouvel événement les rend plus critiques vis-à-vis de la guerre.

a-l'ouest-rien-de-nouveau-8Le film aborde la guerre d’une manière peu courante pour l’époque. La première chose dont on est étonné est que le film est traité à partir du point de vue des soldats allemands. L’Allemand si souvent présenté en sanguinaire barbare dans d’autres films, dans les affiches propagandistes, et ailleurs se révèle ici être identique aux soldats alliés. Le gâchis d’une jeunesse nationale est aussi une thématique centrale du film. Ce gâchis est illustré par l’évolution de Paul, le personnage principal, et de ses camarades de classe. Leurs beaux rêves disparaissent et leur plaisir de vivre également. Lorsque Paul, en permission, revient dans son village il se rend compte qu’il ne s’y sent plus chez lui. Les tranchées, ses compagnons d’armes et la guerre sont maintenant son quotidien, à tel point qu’il décide de retourner au front avant même la fin de sa permission. Un autre sujet abordé est l’incapacité des personnes éloignées du front à se rendre compte de ce qu’est réellement la vie dans les tranchées. Le professeur, la famille, même un cuisinier s’expriment et pensent comprendre ce qu’est la guerre et la vie de ces jeunes engagés. Toutefois leurs paroles trahissent toute l’étendue de leur ignorance. D’autres sujets encore sont abordés dans le long métrage. La difficulté de se ravitailler revient régulièrement, tant pour les soldats que pour les civils. Préparée loin des premières lignes, la nourriture arrive souvent en retard, froide, voire n’arrive pas du tout. Les civils se voient confisquer leurs provisions par leurs armées et sont prêts à offrir une nuit de plaisir aux soldats en échange d’un peu de pain et quelques tranches de viande. On nous montre également l’impact psychologique de la guerre. Si elle peut transformer certaines personnes en ardents défenseurs de la paix elle peut en transformer d’autres en monstres sadiques. Le personnage du facteur que l’on rencontre dans la première scène du film en est un bon exemple : sympathique et sociable en tant que postier, il devient un gradé sans compassion et prenant du plaisir à faire souffrir les soldats une fois la guerre entamée.

a-l'ouest-rien-de-nouveauD’un point de vue cinématographique le film apporte de grandes nouveautés pour son époque. La fin des années 1920 et le début des années 1930 sont caractérisés par l’apparition du cinéma parlant. Les conversations sont bien sûr utilisées mais le son fait surtout son effet dans les scènes de batailles. L’effet du bruitage est conséquent à l’époque. Le film date de 1930, les salles sombres sont probablement pleines d’anciens combattants et certainement de personnes ayant vécu la guerre. Revivre les scènes avec le son dramatise les scènes. Les spectateurs revivent d’autant plus les événements de l’époque. Autre chose : le recours à la grue, utilisée ici pour la deuxième fois dans le cinéma hollywoodien permettant de filmer des scènes de manière différente. Les scènes de bataille sont ainsi filmées en surplomb et offrent un champ très ouvert. Du point de vue du cadrage une scène se démarque : le professeur qui tente de convaincre ses élèves. Un très gros plan est fait sur son visage alors qu’il hausse la voix pour exhorter ses élèves à s’enrôler. Celui-ci oppresse le spectateur et lui donne une impression de petitesse face à un orateur intelligent qui trouve les mots justes pour convaincre.

a-l'ouest-rien-de-nouveau-7

Ce film est aussi une véritable industrialisation des décors. Énormément d’argent et de matériel ont été mobilisés pour la fabrication des décors. Fils barbelés, tranchées, uniformes et autres sont de mise. La dernière scène est d’ailleurs une reprise d’une scène précédente. On voit de dos les jeunes soldats qui s’avancent et regardent systématiquement en arrière droit dans l’œil de la caméra. Il s’agit de la scène de leur première confrontation avec la réalité des tranchées, lorsqu’ils allèrent de nuit remettre des barbelés en place. Mais simultanément on filme un cimetière. Les deux images superposées sont très percutantes pour une fin de film et explicitent une fois de plus le sujet principal du film : la guerre n’est que mort et désespoir.

a-l'ouest-rien-de-nouveau-5

Dans son ensemble le film est une vraie bombe cinématographique et un emblème de l’engagement pour la paix. Il est aujourd’hui encore considéré comme l’un des plus grands films de guerre avec un message pacifiste.

Martin De Bie (BA1 Histoire, Université Saint-Louis – Bruxelles)

© Universal Classics – Swashbuckler Films. All material is used under Fair Use Copyright Law (no copyright infringement intended)

Image de couverture : Raban Haaljk, Cinema.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "À l’Ouest rien de nouveau (1930) : une autre image des Allemands", in ParenThèses, publié le 16/06/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/831 (consulté le 20/11/2017).
  1. Mise à part, sans doute, le discours passionné du professeur à ses élèves en début de film. []

Une réflexion au sujet de « À l’Ouest rien de nouveau (1930) : une autre image des Allemands »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *