Le conseil d’administration de l’Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires (1947-1972)

L’objet de ce billet est l’analyse du système administratif de l’Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires. L’IISN est créé en 1947 en tant qu’Institut Interuniversitaire de Physique Nucléaire (IIPN). Il est administré par un Comité de Gestion (CG) et une Commission scientifique (CS). Il a pour but principal de coordonner la recherche fondamentale universitaire belge en science nucléaire. Il organise ainsi la recherche des centres de quatre universités d’État c’est-à-dire l’Université Libre de Bruxelles (ULB), L’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Gand (UG) et l’Université de Liège (ULg) ainsi que les centres de l’École Royale Militaire (ERM) et de la Faculté Polytechnique de Mons (FPM). Que peut apporter l’étude des archives administratives de l’IISN à l’histoire des administrations belges ?

L’IIPN en tant qu’institut lié au FNRS, lui-même lié à l’État, fait partie de ses appareils de contrôle. Dès lors, la notion de gouvernementalité évoquée par Michel Foucault semble s’y appliquer1. En outre, l’État peut, en cas de force majeure, s’arroger le monopole de la production d’énergie nucléaire. Puisque le pouvoir peut être considéré comme concentré entre les mains du CG, l’institution répond ici à la définition qu’en donne Émile Durkheim, car elle constitue un ensemble de croyances qui est rarement remise en cause, mais qui compose une série d’habitude collective au service, dans ce cas, des avancées de la recherche nucléaire fondamentale2. Entre 1947 et 1958, l’IISN, qui reste stable dans sa manière de fonctionner depuis sa création, effectue quelques modifications qui la poussent à s’adapter au contexte politique, économique et scientifique de l’époque. De fait, l’IISN est clairement une institution qui évolue, se crée et se récrée au fil de l’évolution de la recherche nucléaire fondamentale. Elle réagit autour de règles édictées dans des arrêtés royaux, mais aussi selon une coutume qui s’installe à sa création et lui subsiste. En outre, dans ce monde collégial, où depuis sa création, des experts et spécialistes prennent les décisions relatives au bon fonctionnement de l’Institut, l’implication d’un membre extérieur qui ne possède pas une expertise scientifique, est ressentie comme une « ingérence » de l’État dans les affaires de l’IISN3. Ici, il est question du pouvoir des acteurs comme défini par Max Weber4. Dans ce sens, le fait que les membres du CA arrivent à limiter les pouvoirs d’action du délégué du ministère des Finances, que le gouvernement souhaite lui imposer, dénote d’une sorte de capacité de pouvoir de ces acteurs de transformer certains termes par la négociation. Il y a donc bien pouvoir, car il existe une relation d’échange, où les membres du CA arrivent à imposer leur volonté. Du même acabit, ce cas du refus de l’inclusion active d’un délégué du ministère des affaires économique fait penser à la thèse de S. Laurens comme quoi les agents se distancient parfois des conditions légales, échappées liées à un droit relativement flou encadrant leurs pratiques5. De plus, la spécialisation de l’IISN pousse à une spécialisation des compétences et à une modification de l’IISN.

Un tel système de coordination administrative et économique pose question. Alors que dans d’autres pays comme en France, en Grande-Bretagne ou aux Pays-Bas, un commissariat à l’énergie atomique dirigeant un laboratoire des sciences nucléaires national est créé directement après la guerre, le gouvernement belge et le FNRS décident d’opter pour une formule laissant les scientifiques travailler au sein des universités autour d’un institut qui ne possède qu’une existence légale, mais pas de bâtiment propre à sa gestion journalière. En réalité, il n’est pas possible en 1947 de créer un institut qui serait lui-même un centre de recherche même si l’idée a été proposée6.

Au fur et à mesure, les résumés des réunions des CA se réduisent au strict minimum et il est difficile de tirer des informations pertinentes dans les archives dès les années 1960. L’énergie nucléaire étant une arme de guerre, le secret qui entoure les recherches à ce niveau participent au pouvoir de l’État. Pour ce qui est des acteurs, bien que l’IISN ne soit pas l’État, elle entretiendra souvent le mystère autour de ses pratiques avec peu de publicité à son sujet dans les journaux de l’époque. Il existera une tension entre la loi, la théorie et les pratiques vécues par les membres du CA qui, eux, vivent la règle. Dans le cas étudié ici, il existe un décalage entre orthodoxie et orthopraxie. De plus, l’analyse des réseaux humains et des relations des individus par rapport à leur hiérarchie est intéressante dans cette étude. Les relations ne sont pas à sens unique, il y a un échange constant dans la construction de celle-ci de manière ascendante et descendante. Comme les membres du CA possèdent la formation nécessaire à la compréhension des enjeux administratifs, politiques, scientifiques et économiques de l’expansion des programmes nucléaires belges, il est possible d’affirmer que nous sommes face à une administration de type « bureaucratie professionnelle » telle qu’expliquée par Henry Mintzberg dans sa théorie des administrations. Ainsi, les membres du CA sont tous acteurs des règles qui prennent place dans les centres de recherche affiliés à l’IISN. Dans notre cas, les membres du CA font partie de l’« élite », car ils possèdent un poste à haute responsabilité en y siégeant. Nous pouvons concevoir leur manière de servir le CA en tant qu’experts non rémunérés comme appartenant à ce que Weber appelle la légitimité bureaucratique7. À cela s’ajoute une notion développée par Bourdieu, le capital symbolique de l’État. Celle-ci pourrait s’appliquer aux acteurs de l’Institut. Les membres présents au CA, pour la représentation des universités, sont tous des recteurs de l’université. Les directeurs de la commission scientifique y siègent également dès 1960 en tant qu’experts, détenteurs du savoir, mais également personnes d’honneur possédant un capital symbolique fort en tant que possesseur de la connaissance scientifique nécessaire à l’avancée de la science nucléaire8. Enfin, la neutralité politique est de mise puisque les membres du CA y sont soumis, autant qu’à la neutralité philosophique et confessionnelle. La notion de chaîne hiérarchique plurielle s’y applique également puisqu’au fil des années, différents ministères interviennent dans la gestion financière et administrative. De cette manière, l’IISN est à la fois une administration centralisée, du moins dans sa tentative de réunir les décisions administratives au sein d’un seul conseil, et une administration décentralisée, car dépendante de plusieurs autorités gouvernementales et de différents centres de recherches universitaires.

L’IISN est donc une institution complexe qui ne rentre pas dans le cadre d’étude classique d’une administration de l’État, notamment du fait de sa manière collégiale de fonctionner en tant que principe hiérarchique horizontal. Mais elle fonctionne également de manière hiérarchique verticale avec un échange entre le niveau le plus bas, le scientifique, et le niveau le plus haut, extérieur au CA en lui-même, le gouvernement belge. Pour reprendre la typologie de Weber, l’IISN est une bureaucratie professionnelle. Elle est une bureaucratie, car divisée en une série de compartiments administratifs qui s’imbriquent les uns aux autres par une série de décisions administratives ; et  elle est professionnelle par la nature de ses membres décideurs, tous spécialistes, experts, possesseurs de « l’honneur » (le capital symbolique) et du « savoir » en tant que forme de pouvoir. L’IISN est donc un cas d’étude particulier dans l’histoire des administrations de l’État, mais qui y trouve tout de même sa place par le polymorphisme institutionnel qui le compose.

Yoanna Alexiou (MA2 Histoire, Université libre de Bruxelles)

Billet rédigé dans le cadre du cours d’Histoire des administrations et de la série estivale sur ParenThèses, « L’administration dans tous ses États« .

Photographie de couverture : Tonymadrid Photography, Central nuclear de Trillo.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Le conseil d’administration de l’Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires (1947-1972)", in ParenThèses, publié le 13/07/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/896 (consulté le 26/06/2017).

  1. Le président de l’IIPN est « ex officio » celui du FNRS. De 1947 à 1970, cette charge sera occupée par Jean Willems (1895-1970). []
  2. A. FOSSIER, E. MONNET, « Les institutions, mode d’emploi », Tracés. Revue de Sciences humaines, vol. 7, 2009, p. 7-28. []
  3. « Lettre de J. Van der Scheuren à J. Willems 21 mai 1960 », Archives de la KUL, 8806 Algemene briefwisseling 1959-1960 boite UC RVW 8802-8813A. []
  4. En effet, cet auteur définit le pouvoir comme une capacité de l’acteur individuel ou collectif de contrôler les termes d’une relation d’échange afin qu’elle soit favorable. Cf. A. FOSSIER, E. MONNET, « Les institutions… », op. cit. []
  5. M.-B. VINCENT, « Quand les fonctionnaires doutent de l’État. Le délitement de l’administration allemande pendant la Première Guerre mondiale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol.2, n° 59-2, 2012, p. 56-84 ; S. LAURENS, « Les agents de l’État face à leur propre pouvoir » Éléments pour une micro-analyse des mots griffonnés en marge des décisions officielles, Genèses, vol. 3, n° 72, 2008, p. 26-41. []
  6. « Rapport adressé au commissaire de l’énergie atomique » 1960, Archives de la KUL, 822 B IIKW 1959-1960 RvB Boite UC RVW 8822B-88225, p.18 ; « IISN CG, 10 novembre 1948 5E S. avant-projet de la création IISN », Archives de la KUL, 8810 IIKW CA 1947-1948Boite UC RVW 8802-8813 A, p. 1. []
  7. En effet, selon cette conception, quand un fonctionnaire a conscience qu’il est le garant de la légitimité bureaucratique, il se sait doté d’un grand pouvoir et fait son travail avec passion. []
  8. P. BOURDIEU, Esprits d’État [Genèse et structure du champ bureaucratique]. Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 96-97,1993, pp. 49-62. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *