La Secrétairerie d’État et de Guerre et la question de la langue dans les Pays-Bas espagnols du milieu du XVIIème siècle

La Secrétairerie d’État et de Guerre était un institution-clé du régime espagnol dans les Pays-Bas méridionaux du XVIIème siècle. Par ailleurs, et c’est là tout l’objet de ce court article, il s’agissait aussi d’une institution très représentative de ce qu’était, à l’époque, la monarchie espagnole.

Cette monarchie, comme la plupart des autres États de son époque, était composée de plusieurs principautés placées peu-à-peu sous l’égide d’une seule et même dynastie princière (en l’occurrence, les Habsbourgs), et était dès lors caractérisée par un enchevêtrement complexe de droits, privilèges et autres institutions. C’est ce qui en fait un « État composite », selon les termes de l’historien H. G. Koenigsberger, repris à sa suite par de nombreux autres.

Or, la nature-même de l’État composite espagnol au XVIIème siècle impliquait le respect des nombreuses particularités locales de chacune des principautés composant la monarchie, y compris les particularités linguistiques. Il s’agissait là des fondements-même de la création et du maintien de l’État bourguignon puis habsbourgeois, qui se basait sur un compromis entre un centre royal affichant sa volonté d’expansion géographique, et des institutions de principautés fières de leur identité et de leurs privilèges. Le respect de ses privilèges et de cette autonomie locale était donc une question de survie pour l’État espagnol du XVIIème siècle.

Pour ce qui est des Pays-Bas, on observe dès lors dans les faits une situation de multilinguisme, y compris au niveau institutionnel, héritière de la période bourguignonne (et même d’époques plus anciennes, dans les cas brabançons et flamands). Ainsi, dès le XVème siècle, quand les ducs de Bourgogne, princes français très proches de la famille royale, entrèrent en possession du comté de Flandre, l’un des objets des négociations avec les États du comté concernait l’usage de la langue flamande. Celui-ci était largement respecté au niveau des institutions locales, tandis que les nouvelles institutions (notamment judiciaires et financières) mises en place par les ducs et inspirées du modèle français, s’exprimaient en français (sans exclure cependant des traductions en flamand quand elles entrent en contact avec des institutions locales). Il convient aussi de rappeler toutefois que les langues ne formaient, à l’époque, qu’un élément parmi d’autres de l’identité des principautés, et ne constituent pas du tout la principale source de conflits entre le souverain et ses sujets.

Cette situation perdura évidemment sous les Habsbourg avec, cependant, une nouveauté. L’espagnol fit en effet son apparition dans le paysage gouvernemental des Pays-Bas méridionaux. Pourtant assez peu présent au départ, il s’imposa de plus en plus à partir de la seconde moitié du XVIème siècle et ce pour deux raisons principales : tout d’abord, une politique très centrée sur la Castille menée par Philippe II qui installa sa capitale à Madrid ; deuxièmement, l’arrivée dans la région d’une importante force armée dirigée principalement par des Espagnols ou hispanisants et chargée de mater la révolte de 1566. Cela aboutit à un renforcement du contrôle royal sur les Pays-Bas (du moins sur la partie reconquise) et par l’installation de nouveaux organes de gouvernement, dont l’un des plus importants était sans conteste la Secrétairerie d’État et de Guerre. Chargée au départ de la gestion, pour le compte du gouverneur, de la correspondance secrète avec Madrid et de celle des affaires militaires, ses postes étaient occupés dans les faits toujours par des Castillans, et la langue employée y était l’espagnol.

Par conséquent, le paysage linguistique des institutions des Pays-Bas catholiques était très bigarré, de par son évolution historique. L’espagnol dominait dans les institutions où dominaient les « étrangers », venus de l’extérieur des Pays-Bas (dont, surtout, des Castillans). Ces institutions, souvent mises en place d’ailleurs par les Espagnols eux-mêmes, étaient, en particulier : le gouverneur général, toutes les institutions militaires et, enfin, la Secrétairerie d’État et de Guerre. Ensuite, pour les institutions supérieures plus anciennes, le français dominait, héritage des ducs de Bourgogne. C’est le cas, par exemple, au sein des Conseils collatéraux. Enfin, au niveau des différentes provinces, les institutions représentatives de celles-ci s’exprimaient dans les idiomes locaux (français, flamand et allemand).

La liaison entre ces différents niveaux de pouvoir était dès lors assurée par une série d’intermédiaires polyglottes, que le système produisait en grande quantité, tant c’était un atout pour la carrière et le statut. Ceux-ci se rendaient en effet indispensables au fonctionnement-même des institutions de gouvernement aux Pays-Bas, en assurant la communication entre les différents niveaux de pouvoir, s’exprimant en différentes langues.

Plus concrètement, de nombreuses traductions étaient ainsi réalisées en espagnol, en flamand, etc. selon le destinataire final du document.

Au niveau de la Secrétairerie, cependant, il est difficile de savoir qui exactement effectuait ces traductions, et, plus largement, qui occupait les postes (autres que celui de secrétaire d’État et de Guerre), étant donné que l’organisation interne du bureau fut longtemps laissée à la seule appréciation de ce dernier.

On constate donc bien, en étudiant le cas de la Secrétairerie que, si l’espagnol était bien la langue dominante à la tête des Pays-Bas méridionaux, cependant, la situation institutionnelle très particulière de ceux-ci rendait obligatoire le contact avec d’autres langues. Ainsi le multilinguisme était-il au XVIIème siècle, et sans doute déjà longtemps auparavant, un atout majeur, et les intermédiaires polyglottes des denrées recherchées car indispensables.

Sébastien Charlier (MA2 Histoire, Université libre de Bruxelles)

Billet rédigé dans le cadre du cours d’Histoire des administrations et de la série estivale sur ParenThèses, « L’administration dans tous ses États« .

Orientation bibliographique

– AERTS E. et alii (éd.), Les institutions centrales du gouvernement central des Pays-Bas habsbourgeois (1482-1795), Bruxelles, A.G.R., 1995.

– ARMSTRONG C.A.J., « The Language Question in the Low Countries : the Use of French and Dutch by the Dukes of Burgundy and their Administration », in England, France and Burgundy in the Fifteenth Century, Londres, The Hambledon Press, 1983, pp. 189-212.

– BOONE M., « Langue, pouvoirs et dialogue. Aspects linguistiques de la communication entre les ducs de Bourgogne et leurs sujets flamands (1385-1505) », in Revue du Nord, n°379, 2009/1, pp. 9-33.

– DELPLANCHE R., Un légiste anversois au service de l’Espagne. Pierre Roose, chef-président du Conseil privé des Pays-Bas (1586-1673), Bruxelles, Les presses de Belgique, 1945.

– ELLIOTT J. H., « A Europe of composite monarchies », in Past & Present, n° 137, nov. 1992, pp. 48-71.

– ELLIOTT J. H., Olivares (1587-1645). L’Espagne de Philippe IV, Paris, Robert Laffont, 1992.

– GENET J.-P., « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche », in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 118, juin 1997, pp. 3-18.

– JANSSENS P., « L’emploi des langues », in JANSSENS P. (dir.), La Belgique espagnole et la principauté de Liège, 1585-1715, Bruxelles, 2006, vol. II, pp. 99-105.

– LEFEVRE J., La Secrétairerie d’État et de Guerre sous le régime espagnol (1594-1711), Bruxelles,1934.

– Ibid., Le ministère espagnol de l’archiduc Albert, Anvers, 1925.

– SCHAUB J.-F., « La notion d’État moderne est-elle utile ? Remarques sur les blocages de la démarche comparatiste en histoire », in Cahiers du Monde russe, vol. 46, n° 1/2, La Russie vers 1550 : Monarchie nationale ou empire en formation ?, Jan.-Jun. 2005, pp. 51-64.

– SOENEN M., Guide des fonds et collections des archives générales du Royaume. Archives des institutions centrales des Pays-Bas sous l’Ancien Régime, Bruxelles, A.G.R., 1994.

– VERDONCK R., « Langues en contact: L’espagnol et le français dans les Pays-Bas méridionaux : Analyse de la phase initiale à travers les écrits (1567-1573) du duc d’Albe », in Actes du XVIIème Congrès de Linguistique et Philologie romanes, Marseille, vol. VII, pp. 189-197.

– VERMEIR R., In staat van oorlog. Filips IV en de zuidelijke Nederlanden, 1629-1648, Maastricht, 2001.

– Ibid., « Les limites de la monarchie composée. Pierre Roose, factotum du comte-duc d’Olivares aux Pays-Bas espagnols », in Dix-septième siècle, n°240, 2008/3, pp. 495-518.

Image de couverture : Shane Gorski, Wasteland.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "La Secrétairerie d’État et de Guerre et la question de la langue dans les Pays-Bas espagnols du milieu du XVIIème siècle", in ParenThèses, publié le 20/07/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/906 (consulté le 24/10/2017).


2 réflexions au sujet de « La Secrétairerie d’État et de Guerre et la question de la langue dans les Pays-Bas espagnols du milieu du XVIIème siècle »

  1. J’ajouterais encore les références suivantes :

    – VERSELE Julie, Les secrétaires particuliers des gouverneurs généraux des Pays-Bas sous Philippe II : aux origines de la Secrétairerie d’État et de Guerre ?, dans VERMEIR René, EBBEN Maurits et FAGEL Raymond (dir.), Agentes e identidades en movimiento. España y los Países Bajors, siglos XVI-XVIII, Madrid, Silex, 2011, p. 25-48.

    Concernant l’hispanisation des institutions centrales dans les Pays-Bas espagnols au 16e siècle, on peut lire en français l’ouvrage de la même Julie Versele (issu d’un mémoire de licence (=master actuel)) abordant la carrière de Louis del Rio, un Espagnol ayant occupé plusieurs postes dans les institutions centrales durant le gouvernorat du duc d’Albe (notamment au sein du Conseil privé et du Conseil des troubles) :

    – VERSELE Julie, Louis del Río (1537-1578). Reflets d’une période troublée, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *