Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Lecture de l’ouvrage : FEDERINOV Bertrand, DOCQUIER Gilles et CAUCHIES Jean-Marie (dir.), A l’aune de Nos Gloires. Édifier, narrer et embellir par l’image. Actes du colloque tenu au Musée royal de Mariemont les 9 et 10 novembre 2012, Morlanwelz-Bruxelles, Musée royal de Mariemont-Presses de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, 2015 (Monographies du Musée royal de Mariemont 20 ; Cahiers du CRHiDI hors-série).

Couverture "A l'aune de Nos Gloires"
Couverture « A l’aune de Nos Gloires »

Apprendre l’histoire après avoir fait ses courses

Qui n’a jamais rêvé de maîtriser l’histoire de son pays sur le bout des doigts ? Qui n’a jamais aspiré, en Belgique, à s’imaginer en Godefroid de Bouillon, en Philippe le Bon ou en Charles Quint ? Il est des icônes historiques dont l’existence a tellement été magnifiée voire même mythifiée, que l’imaginaire collectif en est pétri jusqu’à plus soif. Nos Gloires font ainsi partie de ces publications qui ont contribué au façonnement d’une vision historique singulière du roman national belge. Publiés entre 1949 et 1960, les volumes Nos Gloires ne sont pas une entreprise éditoriale comme les autres. Constituées de six volumes totalisant plus de 500 images, Nos Gloires étaient prioritairement orientées vers un public jeune et adolescent qui devait collectionner les points sur les paquets de produits de consommation afin de les échanger contre des images. Ces images numérotées devaient ensuite être placées dans les albums ad hoc. Chaque image disposait de sa notice explicative permettant de comprendre brièvement l’événement ou le personnage historique représentés. Nos Gloires représentent une aventure éditoriale particulière, et à ce titre il semblait pertinent de s’attarder quelques instants sur la vision historique distillée à la jeunesse belge durant l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale. Ce billet s’imposait d’ailleurs presque de lui-même dans la mesure où les actes d’un colloque co-organisé par l’Université Saint-Louis – Bruxelles et le Musée Royal de Mariemont en 2012 sont parus il y a à peine quelques mois. Si tout historien doit être quelque peu enclin à analyser le contexte de production dans lequel il évolue, il est également bon qu’il se tourne vers ceux qui l’ont précédé et qui peuvent (éventuellement) influencer sa pratique. Ce billet n’a donc d’autre prétention que de rendre compte des résultats issus du colloque organisé à Mariemont il y a maintenant trois ans tout en se focalisant sur les périodes médiévale et moderne. On ne va tout de même pas tourner casaque pour l’histoire antique ou contemporaine…

(les petits plaisirs du collectionneur de points Artis-Historia…)

Comme le souligne Hervé Hasquin dans l’avant-propos, la logique de Nos Gloires est principalement celle d’auteurs catholiques, royalistes et nostalgiques d’Henri Pirenne, figure tutélaire de la discipline historique belge1. Le but premier de Nos Gloires peut se résumer en quelques mots : montrer que le peuple belge « plongeait ses racines dans un lointain passé »2. La Belgique des années 1950 se remettait alors doucement du dernier conflit mondial3. C’est également la Belgique radieusement conquérante de l’Exposition Universelle (1958) où fut présenté le Spoutnik soviétique, c’est la période délicate d’accession à l’indépendance du Congo4 et l’on doit encore prendre en considération le vote des premières lois linguistiques – ce sont les lois Gilson, du nom du Ministre de l’Intérieur de l’époque – déterminantes dans le processus de fédéralisation du pays5.

Incarnation de la collectionnite aiguë ?
Syndrome de la collectionnite aiguë ?

À l’heure des stickers et autres emoji à insérer dans nos conversations Messenger ou WhatsApp, il y a quelque chose de suranné à parler de vrais autocollants à insérer dans un véritable album qui n’a rien avoir avec celui de nos photos instagrammées auxquelles nous avons peut-être ajouté le filtre sépia. Il faut toutefois bien se rendre compte que les chromolitographies puis les autocollants ont été d’une grande importance pour une multitude de collectionneurs en culottes courtes. S’il s’agissait sans nul doute d’une démarche fédératrice pour une génération entière, il convient de reconnaître en Nos Gloires une approche « génératrice d’un ‘marketing’ initié au 19e siècle par des sociétés produisant des biens de consommation courante »6. Si vous souhaitiez avoir les points, il fallait acheter les produits des marques ayant accepté de participer à l’aventure Historia. De plus, il est évident que certains produits ou certains volumes d’achat vous procuraient davantage de points. Pareille idée n’a donc pu être réalisée qu’en raison de la création d’une société, Historia, et des contrats signés entre celle-ci et plusieurs entreprises commerciales belges rapidement réunies en consortium. La fidélisation des clients autour des produits de ces marques spécifiques devenait ensuite un enjeu primordial.

Cet omniprésent moyen âge

Le moyen âge occupe la majeure partie de Nos Gloires et cela mérite bien qu’on s’y attarde quelques instants. Bien que dans les années 1950 la période médiévale était encore perçue comme un âge des ténèbres, le moyen âge occupe deux tiers du premier volume, tout le second volume et un tiers du troisième. Pour l’abbé Schoonjans7, l’auteur des notices, le moyen âge devait s’entendre comme la période allant de la fin de l’époque romaine jusqu’à la fin de l’époque bourguignonne.

L’importance accordée au moyen âge pourrait en surprendre plus d’un, mais c’est oublier qu’Henri Pirenne, source principale de l’abbé Schoonjans, était un médiéviste de renom. Dans le chapitre des actes consacré au moyen âge dans Nos Gloires, Paul Bertrand nous rappelle qu’accorder une place de choix à cette période va de soi puisqu’il s’agit de produire une « histoire ‘belgicaine’, où les racines du pays s’ancrent dans un terroir commun, uni voir unitaire ». Schoonjans ne voit aucun problème à souligner que la Lotharingie devient tout naturellement « notre pays » après le traité de Verdun (843) et devient cet « état tampon entre la France et l’Allemagne ». Le souhait de Schoonjans est de montrer que la Belgique dispose d’une existence aussi ancienne que ses deux puissants voisins ; la Belgique a toujours eu un rôle à jouer et ce bien avant les 19e et 20e siècles. Schoonjans présente donc Godefroid de Bouillon comme la figure par excellence du futur gouvernant belge puisqu’il « parlait nos deux langues nationales » (chromo n°68). Clovis est d’ailleurs « au sens strict » le premier souverain des Belges, selon Schoonjans… Paul Bertrand souligne encore que l’insistance sur le catholicisme est une marque importante de Nos Gloires : mise en avant des monastères emblématiques, des personnages déterminants d’un point de vue ecclésiastique, etc. A côté de ces figures issues du monde religieux, ce sont les représentants du pouvoir temporel qui sont valorisés (princes, comtes, ducs, etc.). Pour Paul Bertrand, ces  « ‘grands’ vont prendre figure d’institution au 15e siècle quand l’abbé Schoonjans situe l’émergence de l’État, ce ‘pays’ centralisé (…) qui a un gouvernement, des lois, des organismes d’administration, des bureaux et des papiers officiels » (p. 144). Le point important pour Schoonjans est le glissement d’un peuple belge, propre à la période médiévale, vers un véritable Etat belge sous l’impulsion des Bourguignons et premiers Habsbourg. La présentation du moyen âge se propose surtout d’aborder les grandes figures politiques ou religieuses et, partant, Nos Gloires ne proposent rien (ou si peu) concernant la situation socio-économique médiévale… Les grands princes et les hommes d’Église sont d’ailleurs systématiquement présentés de la même manière : ils ont doté les territoires de lois, de fondements pour organiser la société, ils sont généralement aimés du peuple et ont parfois joué un rôle politique majeur. Ces « grands » ne sont toutefois pas seuls à agir puisque le « peuple » est toujours prêt à en découdre pour défendre ses libertés et la « démocratie »! Rappelez-vous la Bataille des Eperons d’Or en 1302…

Les temps modernes : grandeurs et décadences des Pays-Bas

Violet Soen met en évidence que dès l’instant où Nos Gloires abordent le 16e siècle, Schoonjans s’est essentiellement inspiré de Pirenne mais aussi des travaux de Charles Terlinden et de Léon van der Essen. Si Pirenne considérait que le régime espagnol était le pire de tous, Terlinden et van der Essen ont tenté de démontrer la grandeur des empires de Charles Quint et de Philippe II sans consacrer la leyenda negra assassine de Pirenne. En fait, Violet Soen souligne que « les collaborateurs de la série ont évité une position historiographique déterminée au profit d’une narration chronologique. De fait, ils ont préféré présenter le 16e siècle en une succession de quatre actes suivant grosso modo le déroulement d’une tragédie classique » (p. 152). Premièrement, il faut présenter l’entrée menaçante des Habsbourg sur la scène politique des Pays-Bas (1). Il s’ensuit une période glorieuse (2). La révolte des Pays-Bas et le déclin de ces territoires durant la seconde moitié du 16e siècle suivent immédiatement (3). Enfin, ce déclin prépare quelque peu le retour à une situation davantage positive au début du 17e siècle (4). Nos Gloires n’entrent pas dans des discussions historiographiques et ne prennent pas position dans les débats qui pouvaient/peuvent animer les historiens spécialistes de cette période. Le but premier est avant tout de fédérer le public autour de mythes et de récits rassembleurs ; inutile dès lors de s’encombrer de postures historiographiques susceptibles de cliver. Étonnement, Nos Gloires ne suggèrent pas que la période espagnole fut l’occasion d’intégrer une composite monarchy à l’échelle mondiale. On aurait très bien pu envisager, selon Violet Soen, un discours sur la nouvelle ère qui s’annonçait pour les Pays-Bas, où ces territoires seraient entrés en contact avec le monde entier parce qu’ils faisaient partie d’un ensemble dont l’épicentre se situait à Madrid. Il n’en est rien puisque le mariage de Marie de Bourgogne avec Maximilien d’Autriche annonce dès le 15e siècle que les princes seront de plus en plus « étrangers » aux principautés qu’ils gouvernent. Toutefois, Schoonjans atténue l’approche les-princes-étrangers-sont-les-méchants-dans-cette-affaire pour valoriser le règne de Charles Quint et le gouvernorat général de sa tante, Marguerite d’Autriche. Le basculement d’une période « glorieuse » vers une autre,  « décadente », s’opère réellement sous Philippe II, le fils de Charles Quint. La Révolte n’est d’ailleurs pas traitée sous l’angle religieux (catholiques vs. protestants) mais bien selon la dichotomie « nous/Belges vs. Philippe II reclus en Espagne ». Ceci permet de conserver une histoire de Belgique cohérente, de construire une vision de l’histoire nationale qui montre les « Belges » combattifs face à un gouvernant étranger. Schoonjans n’écrit-t-il pas dans une notice que « devant les Espagnols, le ‘peuple belge’ démontre une résistance héroïque » (p. 157) ? Le traitement des 17e et 18e siècles – analysés par Claude Bruneel – laisse entrevoir qu’une fois de plus le 17e siècle n’est abordé que parcimonieusement alors qu’il s’avère déterminant à plus d’un titre8. D’un point de vue économique, l’attention se porte évidemment sur le 18e siècle avec la création de la Compagnie d’Ostende, la montée en puissance de la porcelaine de Tournai, le rouissage du lin, le tissage du drap, etc. Ce sont ni plus ni moins les prémices de la Révolution industrielle ! Lorsqu’il s’agit d’aborder la société – au sens large – Nos Gloires mettent en avant les couches extrêmes de la population, les victimes des calamités qui affligent le 17e siècle; on véhicule l’image d’un « siècle des malheurs ». On passe sous silence le développement économique, les « grands capitaines » ou familles de financiers, la création des monts-de-piété n’est pas abordée, etc. D’un point de vue religieux, ce sont les réformes décrétées par Joseph II à la fin du 18e siècle qui retiennent surtout l’attention tandis que la réforme catholique (ou contre-réforme selon votre philosophie) n’est abordée que par la valorisation du sanctuaire de Scherpenheuvel (Montaigu) cher aux archiducs Albert et Isabelle. Seul le portrait de Jansénius est là pour nous rappeler une querelle théologique dans les Pays-Bas de la fin du 17e siècle jusque 1730.

Horum omnium fortissimi sunt Belgae ?

Comme vos l’aurez compris, la vision de l’histoire que l’on retrouve dans Nos Gloires est loin d’être neutre… et paradoxalement, Schoonjans n’a pas voulu adopter de positions historiographiques qui auraient poussé à la polarisation entre spécialistes. Nos Gloires se fondaient sur l’opus magnum d’Henri Pirenne qui avait traité l’histoire des territoires de l’actuelle Belgique depuis l’antiquité jusqu’au début de la Première Guerre mondiale. Le plan de Nos Gloires est ainsi proche à s’y méprendre avec celui concocté par Pirenne : 1) Le peuple belge, des origines au 15e siècle ; 2) L’État belge (du 15e au 18e siècle) et 3) Le Royaume de Belgique. Comme le soulignent G. Docquier et B. Federinov, Nos Gloires emploient un vocabulaire patriotique assumé9 et abordent l’histoire de Belgique selon un finalisme historique des plus évidents (prédestination de la création de la Belgique). Pour Schoonjans, la civilisation belge découlait d’un croisement entre les cultures latine et germanique10 tout en rappelant la prédominance du comté de Flandre et du phénomène urbain (Bruges, Gand, Ypres). Comme chez Pirenne, le rassemblement territorial opéré par les Bourguignons apparaît comme une préparation à l’évolution politique ultérieure de la Belgique puisque les principautés du 15e siècle tendaient « inconsciemment à l’unité ». Si la Belgique est façonnée par son ouverture, elle cultive également son identité propre. On retrouve l’image d’un peuple belge soucieux de liberté(s) (prédisposition à la Révolution de 1830), mais surtout l’idée, chère à Pirenne, d’une Belgique comme « microcosme de l’Occident ».

Photo de couverture : LSE Library – Students sitting in the Shaw Library

  1. Despy G. et Verhulst A. (dir.), La fortune historiographique des thèses d’Henri Pirenne : actes du colloque organisé à l’occasion du cinquantenaire de la morte de l’historien belge, Bruxelles, Archives et Bibliothèques de Belgique, 1986 ; Hasquin H., Henri Pirenne : un historien engagé, dans Bulletin de la Classe des Lettres, Académie royale de Belgique, 6e série, t. 15, 2004, p. 85-109. []
  2. Hasquin H., Avant-propos, p. 7. []
  3. Les questions liées à la condamnation de la collaboration, le sort des prisonniers de guerre ou le problème du retour du roi Léopold III en Belgique (la Question Royale) polarisèrent la société belge de manière exacerbée. []
  4. L’assassinat du premier Premier Ministre congolais, Patrice Emery Lumumba, et la part d’ombres qui entoure cet événement marquant des premiers mois du nouvel État indépendant laissa ses traces aux fers rouges dans l’histoire politique belge. Cf. De Vos L., Gerard E., Gérard-Libois J. et Raxhon Ph., Les secrets de l’affaire Lumumba, Bruxelles, 2005. []
  5. Dujardin V. et Dumoulin M., L’union fait-elle toujours la force ?, Bruxelles, Le Cri, 2008, p. 105-140 (Nouvelle histoire de Belgique 1950-1970 []
  6. Docquier & Federinov, Introduction, p. 9 []
  7. J’ai fait le choix de ne pas aborder les auteurs de Nos Gloires ; cela aurait presque nécessité un billet à part entière. Je ne peux que renvoyer aux contributions contenues dans les actes : Eric Bousmar y étudie le parcours de l’abbé Schoonjans (L’abbé Jean Schoonjans (1897-1976) et la vulgarisation de l’histoire. De la Faculté Saint-Louis à la série Nos Gloires, p. 73-119), Franz Van Cauwenbergh aborde la carrière de l’illustrateur-dessinateur principal de Nos Gloires, Jean-Léon Huens (Jean-Léon Huens, éveilleur d’enthousiasme et de vocations artistiques et pédagogiques, p. 63-72), Baudouin Vanderkelen traite de l’œuvre de son père, Auguste Vanderkelen, qui avait repris le flambeau suite au décès de Jean-Léon Huens (Nos Gloires. Suite, fin et au-delà, p. 53-62). Patrick Huens et Martine Losfeld-Huens, enfants de Jean-Léon Huens, retracent la genèse de la société Historia et le rôle prépondérant qu’y joua leur père (Historia… Nos Gloires : les origines, p. 37-52). []
  8. Bruneel Claude, Duvosquel Jean-Marie, Guignet Philippe e.a. (dir.), Les « Trente Glorieuses » (circa 1600 – circa 1630). Pays-Bas méridionaux et France septentrionale : aspects économiques, sociaux et religieux au temps des archiducs Albert et Isabelle. Actes des colloques tenus à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3 les 22-23 mars et le 5 octobre 2007, Bruxelles, Archives et bibliothèques de Belgique, 2010. []
  9. L’expression « notre pays » est employée à 29 reprises ! []
  10. Une attention particulière est accordée au respect d’un équilibre linguistico-culturel entre des figures historiques flamandes et wallonnes. []

Une réflexion au sujet de « Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *