« Exilé dans son propre pays ». Autour de la colonie agricole d’Ekafera, 1945 – 1960

C’est le 5 juillet 1910 qu’apparaît une nouvelle mesure répressive au Congo Belge, la relégation. Initialement mesure administrative1, elle a pour but de réglementer les droits de résidence au sein du territoire et vise avant tout « un malheureux entêté, chef, féticheur, indigène, tête forte d’une collectivité »2 dont le « traitement doit différencier essentiellement de celui que l’on applique à un criminel de droit commun. »3 En réalité, dès l’origine de la mesure, deux catégories de relégués sont pensées, l’une réservée aux individus qui le sont pour motif politique, principalement les chefs congolais sur lesquels s’appuyait le pouvoir colonial pour servir de relai avec les populations autochtones ; et l’autre réservée aux individus relégués pour antécédents judiciaires, c’est-à-dire des infractionnaires dont la peine dépassait 6 mois de prison. Une fois leur peine achevée, ils risquaient, sous raisons motivées,  la relégation. Cet envoi est censé absorber les mauvaises intentions qui ont animé et ont conduit l’individu à l’exil.

Si les chefs ont tout d’abord occupé les décisions politiques de déportation, ils seront substitués dès 1922 par les kimbanguistes et plus tard par d’autres adeptes de mouvements syncrétiques, tels les kitawalistes ou les kakistes. La césure deviendra telle que des colonies agricoles pour relégués dangereux (C.A.R.D.) seront érigées durant les années 1950 mais réfléchies dès la fin des années 1930. C’est à Ekafera, dans la province de l’Equateur (N-O du Congo), district de la Tshuapa, que la première colonie sera érigée, en pleine forêt. Celle-ci contraint plus les individus qui y sont relégués, s’apparentant à un camp. Les premiers relégués y seront acheminés au sortir de la guerre, dès 1945.

Une institution totale ?

On retrouve en permanence un gardien à Ekafera, de même qu’un contingent de la Force Publique. Ceux-ci surveillent dans un milieu barricadé, peu ou prou réfléchi par les coloniaux comme ce que Goffman nommera une institution totale, définie en tant que « lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. »4 Si l’intellectuel a voulu ainsi définir les asiles, à certains égards, les colonies agricoles s’acclimatent de cette définition a posteriori, de laquelle plusieurs éléments se dégagent : la pérennité, le traitement collectif (en ce sens qu’ils sont placés dans une même situation), l’encadrement opératoire et l’isolement. Or, l’intention originelle de la C.A.R.D. d’Ekafera (et des colonies agricoles dans leur ensemble) était effectivement claire :

(…) isoler cette Colonie de Relégués dangereux, et empêcher que l’action malfaisante [de ses] éléments subversifs ne s’étende à l’extérieur.5

Dès l’origine des C.A.R.D., un travail en huis-clos y est privilégié. Ce travail affère, comme déjà signalé, aux membres de mouvements syncrétiques, pour les rendre acceptables ou en tout cas moins nuisibles auprès de la colonie mais aussi auprès des autres colonisés. Le traitement collectif est alors assuré, par les missions qui visent à (ré)évangéliser les adeptes, mais également la pérennité de l’institution C.A.R.D., par les activités agricoles. On discerne ainsi cette dernière par le type de matériaux utilisés pour construire la colonie. Tous étaient des matériaux durs mais différaient cependant selon la construction établie. Ainsi, le gardien disposait d’une maison en briques relativement spacieuse et confortable quand les relégués vivaient dans des cases en pisé6, à deux s’ils étaient célibataires, avec l’épouse et les enfants (s’ils le rejoignent) s’ils étaient mariés7. Outre ces habitations, on retrouvait à Ekafera un magasin, un atelier de charpenterie et un magasin de vivres, de quoi bâtir et nourrir en somme. Ce magasin de vivres était approvisionné d’une alimentation vendue par les populations indigènes des alentours mais également assurée par le pouvoir colonial.

Ainsi, peu à peu se dessine une sorte de village évoluant en vase clos, avec le quartier des relégués, le quartier de la F.P. etc. mais aussi les lieux publics tels un terrain de football ou plus tard un cimetière et même une école pour les enfants de relégués. La maison du gardien fait office « d’église du village », point centralisateur d’où les cases des relégués peuvent être perçues, du moins partiellement, vu leur nombre8. Evidemment, ce vase clos impose des aménagements pour qu’à terme, les relégués parviennent à l’autosuffisance. Dès lors, fort logiquement, il y avait dans les colonies agricoles des champs destinés à des activités agricoles pour occuper les relégués9. Une partie de la production leur servait à assurer leurs besoins nutritifs tandis que le surplus pouvait être vendu, par l’intermédiaire du gardien. A côté de ces activités rémunératrices, leur étaient imposés des travaux forcés de diverses natures, tel l’entretien de différents bâtiments de la colonie agricole. Au travail de la terre pour régénérer les âmes étaient adjointes des formations artisanales regroupées sous la dénomination « petits métiers », autres activités jugées saines. La colonie sera ainsi habitée par des scieurs, des tailleurs, des canneurs, des sculpteurs ou des piroguiers. Leurs outils seront fournis par la colonie et scellés la nuit dans un hangar ad hoc.

A côté de ce travail manuel, un travail sur l’esprit était également entrepris par les colonisateurs, ou, plus exactement, par les missionnaires. En un certain sens, cette composante renvoie au traitement collectif dans la mesure où les relégués sont traités ensemble, indifféremment de leur croyance propre.

Tous les relégués, puisqu’ils sont globalement pensés en un ensemble, doivent être soumis au même encadrement opératoire. Autrement dit, leur emploi du temps est partiellement déterminé et leurs activités organisées. Ainsi, l’artisanat et surtout l’agriculture illustrent le caractère pérenne recherché dans la colonie mais participent aussi à son encadrement. Les appels quotidiens ou le salut matinal du drapeau belge renforcent l’encadrement.

Une concrétisation hasardeuse

La réalité du terrain s’éloigne pourtant de l’institution goffamanienne. C’est l’administrateur territorial Debeuf, qui, lors d’une visite de contrôle de la colonie agricole, déplore la situation ambiante. Le commissaire de district relaiera ses dires auprès de son supérieur hiérarchique direct, le gouverneur de province :

(…) cette expédition  à Ekafera qui fait alors découvrir le pot aux roses : la situation habituelle qui règne normalement à la CAR ; ceci en dépit de toutes les instructions déjà données aux gardiens successifs de cette Colonie : cellules vides, aucun prisonnier interné en cellule comme prévu dans les instructions, salles de détention illuminées, un des plus virulents agitateurs « internés en cellule » en promenade le camp où il soigne prétendument une femme ( !), vingt prisonniers partis pour une visite chez le médecin de la mission protestante de Baringa, prisonniers qui ne reviennent que le soir à 11 heures, etc…
(…)
En voyant ce qui se passait normalement à la C.A.R. alors qu’aucune visite n’était annoncée et qu’aucun visiteur ne se trouvait sur place, on ne doit pas s’étonner que les reléguésrègnent en maîtres sur le pays. Il est à peu près sûr, quoique non prouvé, que les relégués originaires de la CI Boyela et peut-être aussi quelques autres passaient régulièrement leurs journées à l’extérieur de la C.A.R. dans leur milieu d’origine. On ne peut pas s’expliquer autrement le fait que les « dossiers personnels » du « Pasteur » I. et d’autres relégués ont été trouvés dans les mains d’indigènes non relégués et résidant sur la piste Ekafera-Lingunda.10

Au-delà de l’indignation non feinte du commissaire, plusieurs éléments retiennent l’attention. Premièrement, la répétition successive des instructions aux gardiens signifie le non-respect (ou l’incompréhension) des précautions mesurées par les instances supérieures, puisqu’elles ont dû être renouvelées. Ensuite, l’espace contraint et contraignant dans lequel vivent ces hommes non seulement les amalgame à ce qu’ils ne sont théoriquement pas, des prisonniers, mais accable également leurs conditions de vie et notamment d’hygiène. La visite chez le médecin semble effectivement leur être refusée puisqu’elle implique un déplacement hors colonie agricole. Or, la présence d’un infirmier dans la colonie fait dire au commissaire qu’ « [il] ne voit ce que ces visites constantes de médecins ont à faire à Ekafera. Les sentiments humanitaires sont une chose certes, mais si les « prétextes » médicaux servent à camoufler toute échappade de la CAR, on ne doit plus être d’accord. »11 Associée aux problèmes connus lors de la construction de la colonie et aux espaces relativement restreints dans lesquels devait vivre un foyer de relégués, cette situation place les déportés dans des conditions délétères où les maladies ne sont pas rares, y compris les maladies vénériennes, de sorte que le camp de relégation fut perçu, selon le fils d’un ancien relégué, comme l’impasse dans laquelle les « victimes (…) devaient mourir lentement mais sûrement. »12 Outre les conditions de vie, ce fils retient de son père et des autres exilés que « le fimbu ou le fouet était leur pain quotidien, surtout quand on allait à l’encontre des lois ou des règles de conduites sociales établies. »13

Le fouet est l’une des punitions infligées en cas de non-respect du règlement d’ordre intérieur. Si cette peine est effectivement appliquée, c’est que les entorses aux règles édictées existent. C’est ce qui est confirmé par l’extrait, selon lequel le couvre-feu n’est pas respecté, les relégués revenant de leur expédition médicale tard le soir. Ces allées et venues, renforcées par les visites impromptues comme ça se passe « normalement à la C.A.R. », altèrent l’isolement pourtant prôné. De même, la connaissance des relégués par les indigènes de la région attestent du manque d’autarcie des déportés, d’autant plus important qu’ils ont pu se procurer des dossiers de relégués. De plus, l’encadrement opératoire semble être factice puisque les relégués partent sans que ce ne soit prévu, les faisant régner en « maîtres sur le pays.»

Cette expression forte trouve sa part de vérité. Il est en effet établi de longue date parmi les représentants du pouvoir colonial que les relégués adeptes des mouvements syncrétiques façonnent de nouveaux convertis plus qu’ils ne se (re)convertissent au catholicisme. C’était d’ailleurs la raison d’être des colonies agricoles : isoler les idéologues pour apaiser leur âme trompée et pour convertir ces anciens cénobites syncrétiques en anachorètes catholiques. Une vie recluse en effet, car si l’intention initiale tendait peut-être à la réinsertion dans la société, très vite l’impossibilité de cette tâche apparut clairement aux yeux des coloniaux.

Cette rupture subsume en réalité les milieux des relégués pour encadrer l’entière colonie, rupture qui aboutira d’ailleurs  à la reconnaissance de l’église kimbanguiste et à une tolérance tacite des kitawalistes, bien que certains soient toujours envoyés à Ekafera. De la sorte, si la colonie agricole devrait mettre au ban l’engeance idéologique, elle n’en reste pas moins rythmée par les dynamiques coloniales. Il reste toutefois une perpétuation de pratiques répressives pourtant proscrites à l’endroit de mouvements syncrétiques, explicitement ou non. Seuls changements notables, la dénomination des colonies se modifiera en C.A.R., colonie agricole pour relégués, et des ménages sociaux seront instaurés, c’est-à-dire un couple d’auxiliaires sociaux en vue de réconcilier les adeptes des mouvements syncrétiques avec la colonie, sans pour autant prétendre à une (ré)évangélisation mais plus à une rééducation. Ces actions seront cependant vaines.

Il y a eu des abus, vis-à-vis des relégués, puisque les violences physiques à leur encontre sont avérées, et vis-à-vis du pouvoir colonial, puisque ses instructions ne sont pas suivies par les acteurs de terrain. Il n’en demeure pas moins que la chicotte, les peines de cachot, les internements au secret furent infligés tout au long de l’existence coloniale d’Ekafera, associant à la douleur psychologique de l’exil dans son propre pays une douleur physique. Ainsi, le quotidien dans les colonies agricoles, c’était aussi des épisodes violents :

Ce jour-là, et visiblement, le blanc était de mauvais humeur. Il a eu vent que certains relégués s’étaient rencontrés secrètement en forêt et avaient initié des séances de prière. Il convoqua tout le village et leur parla sans mâcher ses mots. Il insista rigoureusement sur l’interdiction qui frappait de telles pratiques et promettait de sanctions très sévères à l’endroit de ceux qui seraient appréhendés en train de prier.
Il tonna jusqu’à rougir et les gratifia des injures de toutes sortes. Pendant qu’il était dans tous ses états et parlait en gesticulant, il trébucha contre un petit cailloux et faillit tomber à la renverse. Heureusement qu’il y eut le réflexe rapide de garder son équilibre et de se retenir.
Alors, au  même moment et au vu de ce geste, quelqu’un avait rigolé dans la foule.  Le blanc entendit ce ricanement et redressa sa tête, le front froncé, les yeux rétrécis par la colère, et son regard balayant l’assemblée comme un laser.
« Qui a rigolé ? Qui ? Qui ? Eeeinnh ? Bande de macaques, bande de singes, bêtes de somme !  »
(…)
« Allez ! Toi là-bas ! Simon Mpelo (c’était son nom), allez devant ! Couillon ! Macaque ! Tu te moques de moi, eeihnn ? »
On plaqua mon père au le sol, ventre à terre, et l’ordre fut donné : « 36 ».
Le fouet siffla sur mon oncle paternel et le toucha septante-deux fois, puisque un fouet vaut un aller et retour.
Son dos était en feu et tout strié de lignes de brûlure comme si on l’avait marqué au fer chaud.
Il fut transporté jusqu’ à sa case et y resta une semaine entière en position endormie sur le ventre.14

Valentine DeWulf (MA2 Histoire, Université libre de Bruxelles)

Billet rédigé dans le cadre du cours d’Histoire des administrations et de la série estivale sur ParenThèses, « L’administration dans tous ses États« .

Sources et bibliographie sélectives

Sources

Sources non publiées

Ministère des Affaires Etrangères, Archives africaines, Fonds des Affaires Indigènes (4736).

Ministère des Affaires Etrangères, Archives africaines, Fonds du Gouverneur Général (10099).

Ministère des Affaires Etrangères, Archives africaines, Fonds du Gouverneur Général (16093).

Sources publiées

Conseil Colonial Compte-rendu analytique des séances, Bruxelles, mai-décembre 1910.

LOUWERS O., Codes et lois du Congo Belge. Textes annotés d’après les rapports du conseil colonial, les instructions officielles et la jurisprudence des tribunaux, Bruxelles, Weissenbruch, 1914.

PIRON P. et STOUVENS L., Codes et lois du Congo Belge. Textes annotés d’après les rapports du conseil colonial, les instructions officielles et la jurisprudence des tribunaux, Bruxelles, Larcier, 1960. 

Bibliographie

Bibliographie secondaire et articles méthodologiques

ASCH S., L’Eglise du prophète Kimbangu. De ses origines à son rôle actuel au Zaïre, 1921-1981, Paris, Karthala, 1983.

BERNAULT F. (dir.), Enfermement, prison et châtiments en Afrique du 19e siècle à nos jours, Paris, Karthala, 1999.

COOPER F., Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010.

DURPRAIRE F., « Le rôle des missions protestantes américaines dans la décolonisation de l’Afrique noire francophone (1942-1962) ». [En ligne]. <http://www.congoforum.be/fr/index.asp>. (Consulté le 26 mai 2015).

DEMBOUR M-B., « La peine durant la colonisation belge », dans La peine. Recueils de la Société Jean Bodin, Bruxelles, De BoeckWesmael, vol. 58, 1991, pp. 67-95.

DEMBOUR M-B., « La chicotte comme symbole du colonialisme belge ? », Canadian Journal of African Studies, 1992, vol. 26, n° 2, pp. 205-225.

DIANGIENDA KUNTIMA J., L’histoire du Kimbanguisme, France, E. KI, 2007

FISCHER N., « Jeux de regards. Surveillance disciplinaire et contrôle associatif dans les centres de rétentionadministrative », Genèses, 2009, n° 75, pp. 45-65.

FOUCAULT M., Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1993.

GLASMAN J.,« « Connaître papier ». Métiers de police et État colonial tardif au Togo »,

Genèses, 2012, n° 86, pp. 37-54.

GOFFMAN E., Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Editions de Minuit, Paris 1968

KALIFA D., Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2009.

MACGAFFEY W., Religion and society in central Africa. The Bakongo of lower Zaire, Chicago, University of Chicago Press, 1986.

MARY P. et al., « La prison en Belgique : de l’institution totale aux droits des détenus ? »,

Déviance et Société 2006, vol. 30, pp. 389-404.

MELICE A., « La désobéissance civile des kimbanguistes et la violence coloniale au Congo belge (1921 – 1959) », Les Temps Modernes, 658-659, avril-juillet 2010, pp. 218-250.

MUNYANI M-M., « La déportation et le séjour des kimbanguistes dans le Kasai-Lukenie (1921-1960) », Zaïre-Afrique, n°119, novembre 1977, pp. 555-573.

NDAYWEL E NZIEM I., Nouvelle Histoire du Congo. Des origines à la République Démocratique, Bruxelles, Le Cri, 2009.

THENAULT S., Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Jacob, 2012.

PETIT J. (dir.), La prison, le bagne et l’histoire, Paris, Librairie des Méridiens, 1984.

PIRET B., Les cent mille briques. La prison et les détenus de Stanleyville, Lille, CHJ Éditeur, 2014.

PLASMAN P-L., « Le gouvernement bicéphale de l’Etat indépendant du Congo et le red rubber », dans VAN SCHUYLENBERG P., LANNEAU C. et PLASMAN P-L. (dir.), L’Afrique belge aux XIXe et XXe siècles. Nouvelles recherches et perspectives en histoire coloniale, Bruxelles, Peter Lang, 2014, pp. 131-144.

VELLUT J-L., Guide de l’étudiant en histoire du Zaïre, Kinshasa, Editions du Mont Noir, 1974.

VELLUT J-L. (éd.), Simon Kimbangu, 1921. De la prédication à la déportation. Les sources, Bruxelles, Académie royale des sciences d’Outre-Mer, vol. 1, 2005.

VIMONT J-C., « L’observation des relégués en France (1947-1970) », Crime, Histoire & Sociétés, vol. 13, n°1, 2009, pp. 49-72.

Mémoire

DURIEUX J., La répression du kimbanguisme et du kitawala au Congo belge : 1921-1960, mémoire présenté dans la Faculté de Philosophie et Lettres, section Histoire, Université Libre de Bruxelles, sous la direction de Pieter LAGROU, année académique 2006-2007.

Sitographie

Le blog de LUCAS. [En ligne]. <http://multidimensions.over-blog.com/article-la-relegation-une-prison-a-perpetuite-69958136.html>. (14 avril 2015).

Image de couverture : Ashley Van Haeften, Boma, Congo, ca. 1900-1915 (IMP-CSCNWW33-OS11-74).

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "« Exilé dans son propre pays ». Autour de la colonie agricole d’Ekafera, 1945 – 1960", in ParenThèses, publié le 17/08/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/929 (consulté le 28/04/2017).

  1. Elle ne deviendra une mesure pénale qu’en 1959. Voir : Marie-Bénédicte DEMBOUR, « La peine durant la colonisation belge », dans La peine. Recueils de la Société Jean Bodin, Bruxelles, De BoeckWesmael, vol. 58, 1991, p. 85. []
  2. Conseil Colonial Compte-rendu analytique des séances, Bruxelles, mai-décembre 1910, p. 6. []
  3. Ibidem. []
  4. Erving GOFFMAN, Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Editions de Minuit, Paris 1968, p. 41. []
  5. Ministère des Affaires Étrangères (MAE), Archives africaines (AA), fonds du Gouverneur général (GG) 10099, Note pour le Gouverneur du Service Provincial des Affaires Economiques, Coquilhatville, 9 juillet 1946. []
  6. Il n’a pas été possible retrouver les dimensions desdites cases, tout au plus est-il fait mention de leur petitesse. Par contre, les plans de construction de la maison du gardien indiquent une surface bâtie de plus de 235 m². En comparaison, une cellule en prison avait une superficie de 3,6 m² []
  7. Certaines femmes étaient également reléguées, en tant qu’adeptes de mouvements syncrétiques. Leur situation n’est cependant pas rapportée dans les archives. []
  8. On dénombrait 113 relégués en 1945, 223 en 1954 ou encore 168 en 1956. []
  9. Pour les relégués en dehors des colonies agricoles, le travail peut s’effectuer dans une industrie : si le patron  a émis la nécessité de main-d’œuvre, la colonie peut reléguer des individus à proximité pour pallier à cette demande. Il semble cependant que les relégués étaient moins rémunérés que les autres travailleurs. Voir : Anne MELICE, « La désobéissance civile des kimbanguistes et la violence coloniale au Congo belge (1921 – 1959) », Les Temps Modernes, 658-659, avril-juillet 2010, pp. 218-250. []
  10. MAE, AA, GG 16093, Lettre du commissaire de district de la Tshuapa au gouverneur de province de l’Equateur, Boende, 29 septembre 1958. []
  11. MAE, AA, GG 16093, Lettre du commissaire de district de la Tshuapa… op. cit. []
  12. Le blog… op. cit. []
  13. Ibidem. Le « fimbu » signifie en lingala, l’une des langues parlées au Congo, « chicotte ». Fouet caractéristique de la colonie belge, il est composé de lanières de peaux d’hippopotames. Lire à ce sujet : Marie-Bénédicte DEMBOUR, « La chicotte comme symbole du colonialisme belge ? », Canadian Journal of African Studies, 1992, vol. 26, n° 2, pp. 205-225. []
  14. Le blog… op. cit. []

Une réflexion au sujet de « « Exilé dans son propre pays ». Autour de la colonie agricole d’Ekafera, 1945 – 1960 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *