L’absence des femmes au sein de l’Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association

Comment expliquer qu’en plus de 100 ans d’existence, le nombre de femmes au sein des instances dirigeantes de l’URBSFA (Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association) n’ait presque pas évolué alors que la société, elle, s’est profondément modifiée ? Une partie des changements sociaux se sont fait grâce à des lois obligeant la présence de femmes d’abord avec des quotas puis avec une parité. C’est le cas depuis les années 1990 et 2000 pour les partis politiques et les entreprises gérées par l’Etat.

En Belgique, le sport est une compétence qui a été communautarisée lors de la réforme de l’Etat au début des années 19701. Pour être reconnue et toucher les subsides, les fédérations sportives devaient se diviser en deux ailes, l’une francophone et l’autre néerlandophone.

L’Union Belge de Football se refuse à la division et rejette ainsi les subsides publics. Quand les communautés ont fait passer des décrets pour imposer un quota de femmes dans les conseils d’administration des fédérations sportives puis, en 2014, dans les ASBL, l’UBRSFA n’a eu aucune obligation de les respecter puisqu’elle n’est pas reconnue par ces mêmes communautés2. Aussi aucun cadre légal n’oblige la présence de femme au sein de l’Union Belge.

Et pourtant, au vu des dynamiques internes de l’URBSFA, une législation est nécessaire. Sans obligation extérieure, le monde du football, particulièrement masculin, ne semble pas éprouver la nécessité d’instaurer de lui-même une forme de parité. Dans le règlement fédéral de l’Union Belge, qui comprend également une section définissant les rôles et compositions de tous les comités et commissions, il est stipulé que le Comité Exécutif est composé de 23 membres3. Une grande attention est portée à la parité linguistique mais aucune mention n’est faite d’une quelconque obligation d’avoir des membres de sexe différent. Rien non plus n’interdit la présence de femmes, qu’importe le poste. Légalement une telle discrimination est interdite et ce pour l’ensemble du territoire belge (et européen). Elle serait sans doute aussi socialement condamnée. Mais la discrimination n’en est pas moins présente car si les femmes peuvent en théorie être membre du Comité Exécutif, en pratique elles ne le sont jamais. Outre quatre membres cooptés, ce comité est constitué de personnes qui sont désignées (et non pas élus) par les différentes commissions provinciales4. Ce système explique en partie l’absence des femmes. Un grand nombre d’études portant sur les conseils d’administration des grandes entreprises ou sur le monde universitaire montre que « qui se ressemble s’assemble ». L’homosociabilité est de mise dans la cooptation, aussi les hommes vont désigner d’autres hommes avec le même profil. Le cercle est fermé, s’il n’y a pas de femme au départ, il sera extrêmement difficile d’en inclure une dans ce procédé. Aussi sans obligation légale, la situation a peu de chances de se modifier.

L’absence des femmes dans l’ensemble des structures de l’Union Belge est liée au développement historique de la fédération. A sa création, le sport féminin est presqu’inexistant car encore découragé par les médecins qui craignent une chute de la natalité. L’UBSSA (l’Union Belge des Sociétés de Sports Athlétiques, ancien nom de l’URBSFA) est créé par des hommes et ne s’occupe que de sportifs de sexe masculin. Par conséquent, l’absence de femme dans la structure de gestion est logique. Cette logique est amplifiée par le contexte social. Jusqu’en 1971, aucune femme ne revendique l’accès à un des comités ou commissions puisqu’elles ne sont pas concernées par les agissements de l’URBSFA. A partir de la reconnaissance officielle du football féminin, des femmes dépendent des décisions de la fédération. Le contexte social ayant évolué de manière significative, la présence de femme dans la gestion du football aurait pu se faire. Mais les femmes sont exclues du pouvoir décisionnel dès les niveaux les plus bas. Jusqu’au milieu des années 1970, les footballeuses ne peuvent pas créer de clubs indépendants, elles sont obligées de se constituer en section féminine d’un club masculin5. Et que ce soit au niveau de la loi belge ou du règlement de l’Union, rien n’oblige ces clubs masculins à avoir des femmes dans leurs comités décisionnels. Cumulé à l’absence de droit de vote à l’Assemblée Générale6, les membres féminins de la fédération ne disposent d’aucun moyen d’influer sur les décisions. Quand, après de grandes protestations, les footballeuses peuvent enfin créer des clubs indépendants, ceux-ci dépendent de la Commission pour le Football Féminin elle-même subordonnée au Comité Exécutif. En fin de compte, elles n’ont toujours aucune emprise sur l’organisation et les décisions de la fédération.

De manière générale dans le monde du sport, et ce à un niveau européen, la féminisation du sport ne s’est aucunement accompagné d’une féminisation des instances dirigeantes sportives. Même dans les années 1970, cette dynamique est intimement liée avec la division sexuée du travail. On retrouve peu de femmes dans les instances dirigeantes, que ce soit celles d’une fédération sportive ou d’une entreprise quelconque7.

En 120 ans d’existence, la présence de femmes dans les structures dirigeantes de l’URBSFA n’a presque pas évolué. Seule la reconnaissance officielle du football féminin a obligé la fédération à intégrer des femmes. Et encore, celles-ci sont plus que minoritaires et possèdent moins de droits que les membres masculins. En opposition avec le contexte social de l’époque, en pleine revendication de l’égalité homme-femme, l’Union Belge les cantonne à un rôle consultatif. Il apparaît donc que sans obligation légale, rien ne fera changer cette politique de recrutement et de promotion sexiste.

Alicia Léonis (MA2 Histoire, Université libre de Bruxelles)

Billet rédigé dans le cadre du cours d’Histoire des administrations et de la série estivale sur ParenThèses, « L’administration dans tous ses États« .

Image de couverture : Swen-Peter Ekkebus, Goal!

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "L’absence des femmes au sein de l’Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association", in ParenThèses, publié le 31/08/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/957 (consulté le 28/04/2017).

  1. DEREZE Gérard et THIRION Xavier, « Six fédérations de sports de ballon », Courrier hebdomadaire du CRISP, 1996/18 (n° 1523-1524), p. 11. []
  2. Décret modifiant le décret du 26 avril 1999 organisant le sport en Communauté française en ce qui concerne la représentation des sexes au sein des fédérations et associations sportives reconnues, 20 juin 2002. Le 8 janvier 2014, le parlement wallon a adopté un décret imposant un quota de un tiers de membres de l’autre sexe dans les conseils d’administrations des ASBL dépendant de son autorité. Newsletter de l’Economie Sociale. []
  3. En plus du président, 8 membres représentent les clubs du Football Rémunéré ; 7 les clubs amateurs néerlandophones ; 7 les clubs amateurs francophones. Règlement fédérale de l’URBSFA, 2015, p. 30. []
  4. Règlement fédérale de l’URBSFA, 2015, p. 30. []
  5. « La chronique fédérale. Le football féminin », La vie sportive, 3 juin 1971, p. 1, 3. []
  6. Archives générales du Royaume, URBSFA football féminin (non référencé), procès-verbal du Comité Exécutif du 26 avril 1974 []
  7. CHIMOT Caroline, « Devenir dirigeante dans une organisation sportive. Etudes des trajectoires de deux pionnières (1979-2002) », dans SAINT-MARTIN Jean, ROGER Anne et TERRET Thierry, Sport et genre, Paris, l’Harmattan, 2005, t. 2, p. 155, 160. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *