Le pouvoir de la dette

Mais quel été ! Quel été, mes amis ! J’avais à peine eu le temps de mettre de l’ordre dans mes dossiers étiquetés « Articles de thèse que je ne lirai jamais », j’étais encore en train de suffoquer comme un beau diable en raison de la canicule arrivée fin juin du Sahara, je me préparais gentiment à dresser la liste du planning de travail estival, bref j’étais bien tranquille dans mon coin quand l’UE a décidé de rejouer sa propre version de Rencontre du troisième type avec le Grexit. Cet ectoplasme politico-économico-monétaire était un peu comme l’invité d’une soirée où on espère qu’il ne viendra pas. C’est au moment où on se dit que la soirée va bien se passer… que ledit invité sonne à la porte. En un mois, on a sans doute eu plus de sommets extraordinaires à Bruxelles qu’au cours des cinq dernières années. Et puis, on se prend à rêver : le premier ministre grec tiendra-t-il tête à Juncker, Dijsselbloem & co. ? Un référendum, késako encore ? Que d’émotions ! Quand un membre de l’Eurogroupe  annonça que Yanis Varoufakis allait sans doute donner un nouveau cours d’économie, l’ex-ministre grec des finances répliqua que les créanciers usaient des méthodes qui rappellaient celles de terroristes. La méthode Varoufakiss-kiss-bang-bang n’aura au moins laissé personne indifférent… À titre personnel, la crise du Grexit m’a fait replonger dans le temps passé. Pas celui que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, mais plutôt le temps où j’usais mes culottes courtes sur les bancs de l’école à traduire du Démosthène (un mois sur la première Philippique ça vous change à jamais), de l’Épictète (il faut lire ses considérations relatives aux Jeux Olympiques) ou pire, des fragments d’Héraclite dit « l’Obscur », philosophe présocratique rédigeant des textes pouvant s’interpréter de deux manières différentes.

Promises, promises…

Après tout ça, je me suis demandé si quelqu’un avait déjà pensé à écrire une histoire de la dette. Parce que c’est bien de dette dont il s’agit.. Je ne parle pas de la dette grecque en particulier, mais plutôt du phénomène de l’endettement de manière générale : quels mécanismes à travers le temps ? Quelles implications morales ou philosophiques procèdent de cette relation si particulière entre l’endetté et ses créanciers ? A ce moment-là, j’ai hésité moi-même à contracter un prêt (sans intérêt, soulignons-le) auprès de la Fondation Lazard1 pour voir si j’allais ressentir quelque chose autre part que dans mon compte en banque… 16794980611_120ac35251_kUne vague anxiété ? Un sentiment de honte ? Après avoir pesé le « pour » et le « contre », j’ai plutôt googlé tout ça pour savoir si une histoire de la dette – accessible au néophyte que je suis – existait. Évidemment, la radio BBC 4 avait diffusé au cours du printemps 2015 une série de 10 épisodes intitulée Promises, Promises : A history of the debt. What a great name for a radio programme ! Cette série a été réalisée par l’anthropologue David Graeber, un académique très impliqué dans le mouvement Occupy aux USA. Dès lors, je me suis dit que je ne perdais rien à l’écouter. Plutôt que de contracter un prêt, je me suis mis à rédiger quelques commentaires concernant Promises, promises

C’est quoi une dette ? Demandez à Vito Corleone!

Quel est le pouvoir moral de la dette ? Quelles sont les répercussions morales et concrètes d’être en dette par rapport à quelqu’un ? C’est par ces questions que David Graeber entame sa réflexion. Une comparaison étant toujours préférable à un long discours, Graeber choisit de rappeler la scène d’ouverture du film The Godfather (Le Parrain). Don Corleone (Marlon Brando) reçoit dans son bureau – le jour du mariage de sa fille – un entrepreneur venu lui demander de venger l’honneur de sa fille violée. Corleone est évidemment prêt à aider cet homme, mais il lui fait bien comprendre aussi que leur relation ne s’arrêtera pas là. Corleone pourra recontacter l’entrepreneur ultérieurement afin de lui demander un service. Et s’installe alors une asymétrie durable – qui était certes déjà ici présente avant la demande adressée à don Corleone – entre l’endetté et le « créancier ».

La situation morale est également ambiguë : on est presque toujours prêt à dire que la dette doit être remboursée alors qu’on fait généralement tout pour éviter le remboursement. Mais comment se fait-il que Corleone peut se permettre d’établir une relation unilatérale et verticale à son profit ? Pourquoi peut-il profiter d’un homme en détresse afin qu’il devienne ensuite son obligé ad vitam aeternam ? On a peur de Corleone mais on peut le croire (on sait qu’il fera ce qu’il a dit) et comprendre qu’il faudra s’acquitter de sa dette… avec un taux d’intérêt un peu particulier. Mais pourquoi certaines promesses sont-elles plus importantes que d’autres ? Qu’est-ce qui fait qu’on honore les dettes et pas d’autres promesses ? En même temps, est-ce que tout le monde paie toujours ses dettes ?

Qui dit « dette » aujourd’hui croit immédiatement qu’on parle de logiques économiques et monétaires, de monitoring étatiques, de taux directeurs de la BCE, etc. Néanmoins le phénomène de la dette n’est pas irréductible à cela. Dans la logique vétérotestamentaire on peut, par exemple, déjà souligner que Noé contracte une dette envers Dieu pour avoir survécu au Déluge. La dimension religieuse de la dette ne disparaîtra d’ailleurs pas de sitôt. Graeber attire ainsi notre attention sur l’architecture des grandes banques anglaises aux 18e et 19e siècles. Celles-ci ressemblaient à des temples et édifices religieux et ceci n’est pas un hasard. Les banques jouaient sur l’image de la rémission des dettes à l’instar de la rémission des péchés par une autorité transcendante ; on a pris un engagement qu’il faut ensuite respecter sinon on s’expose à de funestes répercussions (cf. colère divine). La dette est un phénomène en apparence limpide, mais ses implications et éventuelles répercussions le sont en revanche un peu moins…

Qu’est-ce qu’une dette en fait ? Très concrètement, Graeber dit qu’on pourrait résumer ça à une promesse échangée entre deux personnes où l’une promet de payer à l’autre une somme d’argent empruntée antérieurement. Le remboursement s’opèrera selon des modalités et des circonstances prédéfinies entre les parties. Mais si on en revient à The Godfather, il n’y a pas clairement d’accord sur un montant d’argent entre l’entrepreneur et Corleone… 15824563184_61f8661392_kLes termes et les conditions de la dette ne sont pas évoqués et néanmoins on sait bien que cet homme sera en dette vis-à-vis de Corleone pour très longtemps. Il est des silences qui pèsent davantage que les mots couchés sur du papier ou échangés lors d’une conversation

Ce n’est pas du don/contre-don

In fine, toute forme de relation humaine (entre deux individus) est potentiellement génératrice d’une dette. Peu importe la configuration de la relation, la dette implique qu’il y a d’office un calcul du type « Qui doit quoi à qui ? » (Who owes what to whom ?). Ce que la situation avec don Corleone illustre, c’est celle que la hiérarchie des positions ne fonctionne évidemment pas sur une logique de réciprocité mais bien sur celle du précédent : si je commence à donner de l’argent à un mafioso, à un supérieur, voire à une association, je n’en verrai jamais la fin. L’emprise devient totale. Marcel Mauss peut donc nous dire que la logique du « don/contre-don » est une constante dans les relations sociales, les économistes nous diront qu’on recherche uniquement notre profit. Dans ce dernier cas de figure, la logique du contre-don n’est pas obligatoire : vous allez inviter à manger un milliardaire (si jamais c’est envisageable), mais il ne va sans doute pas ressentir l’obligation de rendre la pareille… sa position dans la relation qui pourrait vous lier est déjà bien acquise et il n’a pas besoin de vous. Don Corleone vous a aidé un jour, mais vous serez endetté pour le restant de votre vie ; il n’y a aucune réciprocité entre des égaux mais la simple application de la logique du précédent.

La monnaie pour standardiser la mesure de la dette

Graeber souligne qu’à la rigueur une dette n’est rien d’autre qu’une obligation qui peut être quantifiée et donc pour laquelle on peut clairement définir ce qu’il faut rendre au créancier et à quel moment. La dette est impersonnelle et transférable à quelqu’un d’autre. En outre, si la dette lie deux individus « égaux » et qu’une situation imprévue ou très particulière se présente, on doit pouvoir dire que l’on renégocie la dette et les termes du remboursement. Si on est toutefois égaux que sur le papier et qu’une relation hiérarchisée caractérise davantage la relation (ex/vous et votre banque) alors la partie la plus puissante pourra imposer ses desiderata.

Mais comment standardiser la manière de quantifier la dette ? On recourt bien entendu à la monnaie dans la mesure où l’argent est la source de mémoires individuelle et collective. Selon Keith Hart (LES, Economic Anthropology), la monnaie est un moyen de conserver une trace des relations entre les individus. Elle permet dans ce cas-ci de structurer les relations. Contrairement à ce qu’affirmait Adam Smith, la monnaie n’apparaît pas en remplacement du troc parce qu’il y aurait eu une complexification des relations économiques. Rien n’indique que le troc ait été une manière systématique de réguler les échanges; cela aurait demandé une double coïncidence des désirs2 qui ne peut vraisemblablement se produire que très rarement. Pour que la monnaie puisse devenir « le » moyen de définir la dette, il faut que les relations entre les individus soient plus régulières que des demandes ponctuelles d’une vache ou d’un canard à son voisin… Recourir à la monnaie, c’est donc user de « standardized exchangeable items » nous disent Hart et Graeber.

Une théologie de la dette

11442069295_37b2661714_kIl faut encore ajouter à l’équation une véritable théologie de la dette dans la mesure où toutes les grandes religions ont tenu un discours sur celle-ci. Graeber met d’ailleurs en lumière un certain paradoxe des religions monothéistes. Celles-ci parlent avant tout de pardonner les dettes/péchés mais sans toujours mettre en avant l’obligation de rembourser/payer. Les religions du Livre mettent donc en avant que la moralité se règle par le paiement de ses dettes, mais de manière concomitante on rejette directement l’idée en elle-même. La logique biblique, par exemple, est de dire qu’il faut réparer ses dettes mais le pardon est un principe qui dépasse le remboursement. On ne dit donc pas qu’il n’est pas nécessaire de payer ses dettes, mais qu’il faut être conscient qu’en certains moments il est préférable de laisser tomber pour ne pas asphyxier l’endetté. Tout dépend de la projection que l’on se fait de la relation entre soi (créancier) et son prochain.

Comme le soulignait Jacques Le Goff en 1960 dans un article bien connu, le temps de l’Eglise est celui « qui n’appartient qu’à Dieu et ne peut être objet de lucre ». A contrario, Le Goff mettait en exergue que le temps du marchand est une « occasion primordiale de gain, puisque celui qui a l’argent estime pouvoir tirer profit de l’attente du remboursement de celui qui n’en a pas à son immédiate disposition ». Le théologien parisien Guillaume d’Auxerre (1160-1229) mettait clairement en avant dans sa Summa aurea que « l’usurier agit contre la loi naturelle universelle, car il vend le temps qui est commun à toutes les créatures. (…) Puisque l’usurier vend ce qui appartient nécessairement à toutes les créatures, il lèse toutes les créatures en général, même les pierres d’où il résulte que même si les hommes se taisaient devant les usuriers, les pierres crieraient si elles le pouvaient; et c’est une des raisons pour lesquelles l’Eglise poursuit les usuriers ». En gros on fait référence au fait que le temps de la Bible tel que compris par le christianisme des premiers siècles est surtout un temps théologique nous dit Le Goff. C’est un temps qui commence avec Dieu et qui est dominé par Lui. Basta !

La dette est un pari sur l’avenir

Un des enseignements de la crise de 2008 est d’avoir montré et de démontrer encore à l’heure actuelle que les logiques qui président au règlement des dettes varient d’un cas à l’autre. Les négociations concernant le paiement des dettes semblent recourir à la force, voire à de la quasi-violence (presque physique si on en croit Pierre Moscovici). On ne négocie donc pas d’égal à égal puisque le taux d’intérêt symbolise clairement qu’on ne se situe pas dans une aide mutuelle entre individus/entités placés sur un même pied (vous imposeriez un taux d’intérêt à un ami ?). Il en résulte que certains sont donc forcés de payer/rembourser alors que d’autres ne le sont pas en raison de leur position ou de leur statut.

On pourrait penser que la dette est un mal n’engendrant que des pensées et actions mortifères. Ce n’est pas tout à fait le cas. La dette, c’est avant tout une croyance forte en un avenir positif, c’est littéralement un pari sur le futur. Bruno Colmant, économiste belge, rappelait récemment que la dette publique est un problème qui « conditionne l’articulation politique de nos sociétés, autant qu’elle est une représentation de l’État, censé assurer cette indéfinissable, et donc introuvable, justice économique ». La dette publique répond à une logique des plus évidentes : elle « est garantie par la capacité de l’État à lever des impôts portant, entre autres, sur les revenus professionnels futurs. En s’endettant, l’État demande donc à des créanciers de lui faire crédit au motif qu’il sera capable d’exiger un prélèvement sur la création de richesse de ses futurs contribuables »3.

Promises, promises se propose donc de retracer l’histoire de la dette, de l’antiquité jusqu’à la crise de 2008. Ce billet n’a fait que proposer quelques réflexions, somme toute très larges, de ce phénomène un peu bizarre qu’est la dette. Libre à vous de découvrir ici l’entièreté des épisodes.

Crédits photographiques:

Images Money – Wipe our Debt

Got Credit – Good Debt

Got Credit – Bad Debt

Simon Cunningham – Debt

Pour citer ce billet : Nicolas Simon, "Le pouvoir de la dette", in ParenThèses, publié le 19/10/2015, URL: http://parenthese.hypotheses.org/971 (consulté le 26/06/2017).

  1. La Fondation Fernand Lazard offre des bourses pour des séjours de recherche à l’étranger. []
  2. A dispose de quelque chose que B souhaite avoir et B dispose de quelque chose que A souhaite avoir. []
  3. Colmant Bruno, Crises économiques et endettement public. Intuitions, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2014 []

Une réflexion au sujet de « Le pouvoir de la dette »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *