Tous les articles par Nicolas Simon

Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (2/2) & Interviews de Nicolas Offenstadt et Eric Bousmar

Suite et fin de « l’enquête » autour du salon du livre d’histoire organisé à la fin du mois de novembre (19-20) à Bruxelles par le « Club de l’Histoire »…

Fidèle aux résolutions énoncées dans le billet de rentrée de ParenThèses (#bullshitiseverywhere), j’ai tâché de mettre en exergue dans le premier billet consacré au salon du livre d’histoire organisé par l’ASBL « Le Club de l’Histoire » les quelques éléments troublants, voire problématiques concernant cet événement. Si vous avez loupé le premier billet – ce que je n’ose imaginer – vous pouvez les lire ou le relire ici. Aujourd’hui, on reprend notre enquête sur le salon du livre d’histoire en donnant la parole à certains auteurs appelés à être présents les 19 et 20 novembre prochains…

Comme on pourra peut-être me reprocher d’avoir une vision totalement tronquée de la situation compte tenu de ma position face aux personnes incriminées dans le dernier billet, j’ai pensé qu’un deuxième billet était nécessaire pour s’interroger sur les relations entre les universitaires et ce que l’on nomme le grand public. J’ai naturellement réglé la focale sur le salon « Ecrire l’histoire » et ai contacté plusieurs chercheurs/professeurs qui seront à Bruxelles à la fin du mois. Par chance, certains ont accepté de répondre à mes questions (7 personnes contactées, 5 réponses reçues). J’ai fait court et me suis limité à 3 questions  : Continuer la lecture de Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (2/2) & Interviews de Nicolas Offenstadt et Eric Bousmar

Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (1/2)

Le jour où j’aurais dû rencontrer Lorànt Deutsch 

Ce billet aurait réellement pu s’intituler « Le jour où j’aurais dû rencontrer Lorànt Deutsch ». Tout a commencé le vendredi 7 octobre lorsque j’apprends (grand merci à Sophie !) que Stéphane Bern et Lorànt Deutsch seront les invités d’honneur d’un salon du livre d’histoire à Bruxelles (19-20 novembre). C’était cinq jours avant le billet paru sur le blog Aggiornamento concernant la venue de Lorànt Deutsch à Trappes… A la suite du tollé provoqué par ce billet et les réactions tous azimuts, je me suis dit que ça valait la peine d’investiguer sur ce salon du livre de l’histoire bruxellois qui invitait les deux porte-drapeaux de l’histoire de France. Le badbuzz autour de Trappes s’amplifiait et bientôt c’était au tour du supposé compte Twitter de Deutsch d’occuper le devant de la scène médiatique. L’enquête promettait d’être grandiose et excitante… il a fallu quelque peu déchanter. But more on that later. En découvrant la venue de Bern, Deutsch & co. à Bruxelles, j’ai aussi découvert le « Club de l’histoire » et son principal protagoniste. L’ensemble me paraissait un peu bancal, si bien que j’ai mené ma petite enquête. Voici les premiers résultats. Un second billet suivra vendredi… Continuer la lecture de Le salon du livre d’histoire de Bruxelles. Une enquête (1/2)

Pour en finir avec la bureaucratie ?

[Veuillez lire attentivement ce formulaire de lecture de l’ouvrage de David Graeber intitulé Bureaucratie et publié en 2015 (titre original The utopia of the rules). Ce formulaire ne peut être jeté sur la voie publique. Un duplicata peut être envoyé par courrier postal sur simple demande (formulaire ad hoc à compléter). DRM et APC seront facturés en cas d’envoi par courrier électronique]

Attention, spoiler alert pour ce billet !

True Detective season 3 : The Shadow Bureaucracy
True Detective (season 3 ?): The Shadow Bureaucracy

[Veuillez prendre connaissance des prémices de ce formulaire]
« De nos jours, on ne parle plus guère de la bureaucratie ». Tcheu, tcheu, tcheu mon bon môsieur. NON ! Nous, on va en parler. Et pas qu’un peu. D’ailleurs, on doit cette phrase à David Graeber. Parler de la bureaucratie, ce serait donc has been, dépassé ? Circulez, il n’y a(urait) (plus) rien à (re)dire. Eh bien, non affirme Graeber. Il y a encore des choses à clamer. Assez en tout cas que pour publier un livre de 260 pages reprenant plusieurs essays sur la question ainsi qu’en bonus une réflexion sur The Dark Night Rises, le dernier Batman de Christopher Nolan, et les problèmes du pouvoir constituant qui émergent à partir film (Vous savez bien, la révolution de Bane, la condamnation des élites, le combat final devant la bourse de Wall Street, etc.) [PS : pour info, Graeber a trouvé le film atrocement mauvais et je suis plutôt d’accord]. Continuer la lecture de Pour en finir avec la bureaucratie ?

Retour d’expérience : organiser un colloque #EasyPeasy

Aaaah, l’été 2016 s’annonçait tranquille, calme et distrayant puisqu’isolé dans une cellule (i.e mon bureau) afin d’y rédiger l’oeuvre de ma vie une thèse en mode express. Toutefois, après l’année académique qui venait de s’écouler, j’ai songé à un petit billet du style « retour d’expérience » à propos de l’organisation de colloques. Soyons honnêtes. Ce n’est pas évident de savoir a priori ce qu’il faut faire ou ne pas faire quand on se lance dans la préparation d’un événement scientifique.

Mais à l’idée de faire un billet « retour d’expérience » s’y est jointe une autre, celle de ne pas rédiger un texte suivi mais de proposer des GIF. C’est l’été quoi, faut bien un peu se reposer aussi…  Voici donc un retour d’expérience autour de l’organisation d’un colloque et du vécu que cela implique en quelques petites madeleines… enfin des GIF. Et comme le GIF est à la mode, autant en profiter. Continuer la lecture de Retour d’expérience : organiser un colloque #EasyPeasy

In Blogs We Trust !

Cette semaine, on entame une série de deux billets proposant une réflexion sur les contextes de productions des publications scientifiques en SHS. Ces réflexions ne tombent pas du ciel mais s’expliquent par une série d’événements, débats, etc. ayant surgi ces dernières semaines…

« Dans le carnet de recherche, il y a une forme de liberté que nous n’avons pas dans les livres et dans les articles qui contribuent à l’avancement de la carrière universitaire » – Marin Dacos

Je m’étais promis de ne plus publier de billets qui n’étaient pas liés de près ou de loin à mon sujet de thèse pour la simple raison qu’étant occupé à la rédiger, je ne voulais pas voir mon esprit vagabonder au-delà de la période 1580-1610. J’avais prévu un billet aux petits oignons – bonne orthographe? – sur l’application de la législation au 16e siècle, le tout agrémenté d’illustrations tirées d’House of Cards. Bon. On repassera. Quoique. Frank Underwood peut être utile en toute circonstance… Certains événements et nouvelles récents m’ont presque logiquement conduit à réfléchir sur cette pratique enclenchée avec Quentin depuis un peu moins de deux années : le blogging scientifique. Nous avons toujours essayé de penser ParenThèses comme un moyen d’exprimer nos réflexions relatives à nos sujets de recherche et nos intérêts communs ou personnels. Comme le rappelait encore récemment Caroline Muller, via un blog « la communauté historienne, mais aussi un public bien plus large, peut ainsi suivre le développement de recherches de longue haleine et intégrer les questions posées à leurs propres travaux ». S’il est évident que le blogging scientifique est à la mode – Hypothèses a franchi le cap des 1500 carnets inscrit au catalogue Open Edition -, ce n’est pas pour autant qu’il faut multiplier les plaidoiries pro domo et aveugles à son sujet. Continuer la lecture de In Blogs We Trust !

Le Conseil d’Etat et la vacance du pouvoir dans les Pays-Bas espagnols (1595)

Le décès d’un souverain ou de son représentant dans un territoire dépendant de la Couronne pose de nombreux problèmes pratiques auxquels il convient d’apporter immédiatement des solutions. Le cas que je vais traiter dans ce billet entend apporter un éclairage à ce genre de situation délicate pour toute monarchie. Afin de rester fidèle à la même crèmerie, j’aborderais les Pays-Bas espagnols à la fin du 16e siècle. On ne change pas une équipe qui gagne…

Tout d’abord, quelques remarques préliminaires au cas où vous ne seriez pas (encore) familiarisés avec Philippe II d’Espagne (1527-1598), ses représentants dans les Pays-Bas espagnols – ces territoires que l’on avait coutume d’appeler les 17 Provinces depuis Charles Quint, mais qui ne furent 17 que très brièvement… – et les multiples péripéties de la fin du 16e siècle, qu’elles soient économiques, politiques ou sociales. Continuer la lecture de Le Conseil d’Etat et la vacance du pouvoir dans les Pays-Bas espagnols (1595)

Démocratie, élections, tirage au sort : le trio impossible ?

Ce n’est pas parce qu’on étudie les 15e, 16e ou 17e siècles qu’on ne peut pas, de temps en temps, aller lire des choses sur des périodes a priori aux antipodes les unes des autres : l’antiquité et le temps présent. Le chercheur est aussi un être humain ancré dans son époque et, à ce titre, est traversé par les tourments et les potentielles joies que celle-ci aura à lui offrir…

actie G1000_1_copyright Stefan Vanfleteren
© Stefan Vanfleteren

En octobre 2015, l’Université Saint-Louis – Bruxelles avait décidé d’octroyer le titre de docteur honoris causa à David Van Reybrouck en raison de son implication pour repenser la démocratie au 21e siècle. Ce sera mon point de départ en mode « le glamour académique c’est tendance ». Avant tout connu du grand public pour son essai Congo. Une histoire (prix Médicis de l’essai 2012), David Van Reybrouck est également à la base d’une réflexion sur la démocratie contemporaine et l’initiateur du G1000. Avec cette initiative, Van Reybrouck souhaitait ré-enchanter la politique belge en donnant la parole à des citoyens lambda et non des hommes politiques professionnels. En 2013, il a couché sur le papier son constat et ses idées pour remédier au problème de la démocratie du 21e siècle. Le résultat en fut l’ouvrage au titre volontairement provocateur Contre les élections. L’auteur y dresse un portrait au vitriol de la démocratie élective représentative ! Son livre est rythmé par quatre temps : les symptômes, les diagnostics, la pathogenèse et les remèdes. Continuer la lecture de Démocratie, élections, tirage au sort : le trio impossible ?

Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Lecture de l’ouvrage : FEDERINOV Bertrand, DOCQUIER Gilles et CAUCHIES Jean-Marie (dir.), A l’aune de Nos Gloires. Édifier, narrer et embellir par l’image. Actes du colloque tenu au Musée royal de Mariemont les 9 et 10 novembre 2012, Morlanwelz-Bruxelles, Musée royal de Mariemont-Presses de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, 2015 (Monographies du Musée royal de Mariemont 20 ; Cahiers du CRHiDI hors-série).

Couverture "A l'aune de Nos Gloires"
Couverture « A l’aune de Nos Gloires »

Apprendre l’histoire après avoir fait ses courses

Qui n’a jamais rêvé de maîtriser l’histoire de son pays sur le bout des doigts ? Qui n’a jamais aspiré, en Belgique, à s’imaginer en Godefroid de Bouillon, en Philippe le Bon ou en Charles Quint ? Il est des icônes historiques dont l’existence a tellement été magnifiée voire même mythifiée, que l’imaginaire collectif en est pétri jusqu’à plus soif. Nos Gloires font ainsi partie de ces publications qui ont contribué au façonnement d’une vision historique singulière du roman national belge. Publiés entre 1949 et 1960, les volumes Nos Gloires ne sont pas une entreprise éditoriale comme les autres. Constituées de six volumes totalisant plus de 500 images, Nos Gloires étaient prioritairement orientées vers un public jeune et adolescent qui devait collectionner les points sur les paquets de produits de consommation afin de les échanger contre des images. Ces images numérotées devaient ensuite être placées dans les albums ad hoc. Chaque image disposait de sa notice explicative permettant de comprendre brièvement l’événement ou le personnage historique représentés. Nos Gloires représentent une aventure éditoriale particulière, et à ce titre il semblait pertinent de s’attarder quelques instants sur la vision historique distillée à la jeunesse belge durant l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale. Ce billet s’imposait d’ailleurs presque de lui-même dans la mesure où les actes d’un colloque co-organisé par l’Université Saint-Louis – Bruxelles et le Musée Royal de Mariemont en 2012 sont parus il y a à peine quelques mois. Si tout historien doit être quelque peu enclin à analyser le contexte de production dans lequel il évolue, il est également bon qu’il se tourne vers ceux qui l’ont précédé et qui peuvent (éventuellement) influencer sa pratique. Ce billet n’a donc d’autre prétention que de rendre compte des résultats issus du colloque organisé à Mariemont il y a maintenant trois ans tout en se focalisant sur les périodes médiévale et moderne. On ne va tout de même pas tourner casaque pour l’histoire antique ou contemporaine… Continuer la lecture de Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Les modes alitées du langage historien

Parce que les modalités du langage historien s’apparentent parfois à des modes alitées, il faut parfois se mettre au chevet de celles-ci…

Du régime d’écriture en histoire

On a abordé à plusieurs reprises sur ParenThèses des sujets liés au travail d’écriture dans cet univers impitoyable qu’est le monde académique, parfois plus particulièrement en histoire et on a même poussé le vice à traiter de l’humour dans les publications scientifiques. Il était dès lors indispensable de s’arrêter un instant pour discuter de l’ouvrage « L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales » (Paris, Seuil, 2014) publié par Ivan Jablonka. J’avais d’ailleurs promis, en février dernier, un billet sur cet ouvrage en précisant que j’espérais le publier dans un « délai raisonnable ». Bon, ben, voilà quoi… Avant d’entamer une discussion sur l’ouvrage d’Ivan Jablonka, il me faut toutefois aborder celui qui lui a valu le prix du livre d’histoire du Sénat en 2012. So, to history and beyond ! Continuer la lecture de Les modes alitées du langage historien

Le pouvoir de la dette

Mais quel été ! Quel été, mes amis ! J’avais à peine eu le temps de mettre de l’ordre dans mes dossiers étiquetés « Articles de thèse que je ne lirai jamais », j’étais encore en train de suffoquer comme un beau diable en raison de la canicule arrivée fin juin du Sahara, je me préparais gentiment à dresser la liste du planning de travail estival, bref j’étais bien tranquille dans mon coin quand l’UE a décidé de rejouer sa propre version de Rencontre du troisième type avec le Grexit. Cet ectoplasme politico-économico-monétaire était un peu comme l’invité d’une soirée où on espère qu’il ne viendra pas. C’est au moment où on se dit que la soirée va bien se passer… que ledit invité sonne à la porte. Continuer la lecture de Le pouvoir de la dette

Première Guerre mondiale & cinéma : quelques réflexions

Conclure une année académique

Cette année académique 2014-2015 a vu l’Université Saint-Louis – Bruxelles mettre au point une semaine dédiée au centenaire de la Grande Guerre. Intitulée « 14-18, les arts de la mémoire », cette semaine fut l’occasion d’organiser une conférence de l’historien français Nicolas Offenstadt – Quentin et moi-même en avions fait un compte-rendu sur le carnet – ou d’inviter une troupe de théâtre. Ce fut aussi l’occasion d’organiser un ciné-club sur le temps de midi afin d’y diffuser des œuvres cinématographiques traitant de la Première Guerre mondiale. Profitant de cette occasion, je me suis permis d’aborder avec certains étudiants de première année en histoire la Grande Guerre au cinéma. Le but était simple : analyser un film – différent évidemment de ceux projetés durant la semaine 14-18 – pour ensuite produire un texte court en vue de préparer le travail final de fin d’année. Il fut également convenu que les textes courts d’analyse seraient publiés sur ParenThèses… Nous y voici donc. Il y aura donc trois billets publiés cette semaine sur le carnet issus d’étudiants en histoire à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Le mardi 16 juin, Martin De Bie proposera une analyse du film à l’Ouest rien de nouveau, le mercredi 17 sera consacré au film Les Croix de Bois via une contribution de Tatiana Gomes et, finalement, le jeudi 18 juin sera publiée la contribution de Margot Colin sur Les fragments d’Antonin.

Avant d’offrir à la lecture ces trois billets, il me semblait important de proposer un billet d’introduction pour poser quelque peu les bases de la discussion et de la recherche. Dans un premier temps, je reprendrai très rapidement des considérations générales sur les rapports entre histoire et cinéma. Dans une seconde section, je proposerai quelques analyses succinctes d’œuvres consacrées à la Grande Guerre et principalement issues de la production cinématographique française. Il n’y a donc aucune prétention à l’exhaustivité de ma part dans ce billet. Continuer la lecture de Première Guerre mondiale & cinéma : quelques réflexions

Le sommeil de la Raison engendre des monstres

03_le_sommeil_de_la_raisonCette semaine sur ParenThèses, le billet n’a pas un titre tiré de derrière les fagots ne faisant pas sens immédiatement. Cette semaine le billet traitera des Lumières, de la raison critique et pour ce faire la référence à un tableau de Goya paraissait s’imposer. Le sommeil de la Raison engendre des monstres prend place dans la série peinte par Goya entre 1797 et 1798 sur les Caprices. Comme on le sait, Goya peindra quelques années plus tard son plus fameux tableau, Tres de Mayo (1814), critiquant l’invasion française qui avait eu lieu en Espagne quelques années auparavant. Proposer un article sur les Lumières n’est a priori pas ce que l’on attend retrouver sur ParenThèses, mais le climat parfois tendu depuis quelques mois autour de leur héritage ou de leur pertinence (retrouver l’esprit des Lumières ?!) m’a poussé à rédiger ce billet. Il s’agit avant tout du compte-rendu d’une conférence prononcée par Hervé Hasquin, historien spécialiste du 18e siècle et Secrétaire Perpétuel de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, qui s’intitulait « Pourquoi tant d’acharnement contre les Lumières ? ». Nous étions le 3 décembre 2014. Continuer la lecture de Le sommeil de la Raison engendre des monstres

La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

Nul n’y a échappé le week-end dernier, l’opération « Royal Baby vol. 2 » a parfaitement fonctionné : badauds, journalistes, chaînes d’info en continu, sites internet de quotidiens, twittosphère, etc. étaient en ébullition. À moins d’avoir vécu en ermite durant les dernières 72 heures, vous n’avez pas pu passer à côté de la naissance du second enfant du duc et de la duchesse de Cambridge. Outre le côté kitchissime et typiquement anglais de certaines manifestations, la naissance de la sœur du prince George aura en tout cas permis de parler des modalités de succession au trône en Grande-Bretagne. En clair, la monarchie britannique a modifié son système de succession en le dépoussiérant de plus de trois siècles de tradition. Le nouvel enfant du coupe princier1 sera considéré dans l’ordre de succession au trône à la suite de son grand-père (prince Charles), de son père (prince William) et de son frère (prince George). Pour faire simple, c’est le principe de primogéniture avec privilège de masculinité qui vole en partie en éclat avec la naissance de la nouvelle princesse et à la suite des modifications votées par le Parlement de Londres en 2011. Les médias anglais s’interrogent déjà sur la relation qu’auront George et sa sœur, respectivement troisième et quatrième dans l’ordre de succession au trône. La BBC, avec un humour so british, a d’ailleurs titré the heir and the spare… A bowling for my Kingdom ? Continuer la lecture de La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

  1. A l’heure d’écrire ces lignes, le nom de la nouvelle princesse n’a pas encore été communiqué officiellement. []

Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

On n’épuise pas un texte en l’analysant une fois. Il faut le prendre et reprendre. À chaque lecture, on y découvre du neuf. Pour la simple raison qu’il contient toujours des données de tout genre. Quand on l’aborde une première fois, on est préoccupé par tel problème et on y trouve ce qui répond à celui-ci. Lorsqu’on y revient, on a en tête d’autres points de son questionnaire et on y voit d’autres éléments. À ce stade comme à toutes les étapes du travail, la patience est cardinale.

Génicot L., Simples observations sur la façon d’écrire l’histoire, Louvain-la-Neuve, 1980, p. 58.

Des réflexions de mauvais aloi

Le problème quand on est en thèse, c’est que vous avez l’impression que c’est votre sujet de recherche qui vous poursuit plutôt que l’inverse. Ainsi, même en lisant votre gazette en étant installé confortablement au coin du feu avec vos charentaises aux pieds, la réalité pourra toujours vous rattraper. Il y a une semaine j’ai vécu pareille situation –les charentaises en moins– quand je suis tombé sur un article publié par Le Vif/L’Express. L’article, rédigé par un Juge de paix honoraire, relatait le pari osé d’un avocat français ayant fait valoir l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) dans une affaire d’excès de vitesse. Les plus intéressés d’entre vous pourront lire l’article si ça les amuse. Ce qui a retenu mon attention et -osons le dire- a gâché la lecture du restant de l’article est cette incise située dans le premier paragraphe : à l’époque, c’était vraiment le roi qui décidait, et pas l’un ou l’autre ministre. Autant dire qu’on a affaire à une « alerte au cliché » de niveau DEFCON 1 ! Je peux toutefois comprendre cette logique sous-jacente qui a tellement bien été résumée dans un épisode d’How I Met Your Mother (S01E04, The Return of the Shirt) : A cliché is a cliché for a reason. It’s comforting. Continuer la lecture de Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

Cet obscur objet du désir académique : la note en bas de page

Lecture de Anthony Grafton, Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, traduction de l’anglais (américain) par Pierre-Antoine Fabre, Paris, Le Seuil, 1998.

L’habitus académique de Mr. Jourdain ?

Quand je replonge dans ma mémoire d’étudiant frais émoulu débarquant en première année à l’université, je me souviens avoir eu un peu de mal à maîtriser immédiatement le système de référencement infrapaginal qu’on nous avait demandé de suivre pour les travaux. Mais progressivement on apprend et on se sent grandir intellectuellement. Et l’aspirant historien de devenir alors un petit Mr. Jourdain : mais que je deviens savant… Comment ai-je pu vivre si longtemps en ignorant la note infrapaginale… Ah mes parents que je vous veux du mal de ne point m’en voir instruit! Quentin vous parlerait assurément d’embouffonement estudiantin et en langage globish moderne ça donnerait un truc du genre the jesterization of college’s freshmen through the footnotes’ madness. Bref, de quoi donner des cheveux gris aux professeurs/assistants et aux étudiants.

Aujourd’hui, passé de « l’autre côté » du miroir académique, force est de constater que ce qui était vrai pour moi, l’est toujours pour les étudiants actuels (ô chers étudiants qui, par hasard me lisez, ne soyez pas craintifs, je vous en conjure). Je n’irai pas jusqu’à dire que les travaux qui me sont remis sans apparat critique portent les traces de violences physiques après corrections, mais cela interpelle et force à s’interroger sur la pertinence même de cet obscur objet qu’est la note en bas de page. Loin d’être un simple accessoire de mode pour l’historien patenté, la note en bas de page a une réelle pertinence. Et il serait naïf de croire que la note est apparue ex nihilo juste pour embêter les étudiants. Il y a de cela presque vingt ans – 1997 pour la version originale et 1998 pour la traduction française –, l’historien américain Anthony Grafton s’est « amusé » à écrire une histoire de la note en bas de page via son ouvrage Les origines tragiques de l’érudition. Continuer la lecture de Cet obscur objet du désir académique : la note en bas de page