Tous les articles par Quentin Verreycken

L’administration dans tous ses États II, le retour de la vengeance

L’actualité tragique de cette année 2015-2016 aura permis une nouvelle fois de démontrer qu’en période dite de « crise », la gestion de la situation par les pouvoirs publics amène à une forme d’évaluation de l’efficacité de ces derniers. La « bonne gouvernance » est ainsi le mètre-étalon de la légitimité des dirigeants : l’État a-t-il « bien géré » la crise ? Les hommes politiques ont-ils pris les « bonnes mesures » ? En parallèle de l’actualité des attentats, celles de la crise des migrants et surtout de la réforme du travail (la loi El Khomri ou son pendant belge, la loi Peeters) ont, en France comme en Belgique, amené à une certaine remise en cause (l’euphémisme est doux) de nos dirigeants.

Pour l’historien du droit et des institutions, ce kaléidoscope d’événements a ceci d’intéressant qu’il démontre à quel point, au-delà de la flamboyance des déclarations, l’État repose avant tout sur un ensemble d’institutions et que, entendant agir sur le monde, il agit d’abord sur les structures de ses institutions. Ainsi, par exemple, toute politique sécuritaire repose d’abord sur une certaine réorganisation des pouvoirs, certaines institutions se voyant dotées de nouvelles capacités, de nouveaux droits, de nouvelles compétences. L’État, c’est un peu Tibo InShape : quand il veut casser la gueule à quelqu’un, il commence par faire de la musclu dans son coin.

Continuer la lecture de L’administration dans tous ses États II, le retour de la vengeance

Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish

Deuxième billet du diptyque proposant une réflexion sur les contextes de production des publications scientifiques en SHS. Si vous avez manqué le premier (sur les blogs), filez donc le lire de ce pas, malandrins !

La notion de peer review est très ancienne. On la fait remonter au haut Moyen-Âge, même si l’on ne trouve pas de preuve formelle de son existence avant le XIVème siècle. Avant l’avènement des Capétiens, le roi était élu parmi les pairs de France, il devenait à ce titre primus inter pares, c’est à dire le premier d’entre les égaux. Le roi et ses pairs avaient coutume de s’épauler les uns les autres en soumettant les grands pans de leur politique respective à une critique mutuelle. La réunification du royaume de France par les successeurs d’Hugues Capet a rapidement fait tomber cette notion en désuétude, même s’ils ont continué à se prodiguer aide et conseil jusqu’aux débuts de l’absolutisme. L’expression peer review est elle-même apparue en 1325, lorsque Philippe Le Bel convoqua son gendre Edouard II, roi d’Angleterre et duc de Normandie (et donc, à ce titre, paire de Couilly) pour lui dire tout le mal qu’il pensait de lui. En sortant de cette entrevue, Edouard II aurait dit à son favori Hugues le Despenser dans un anglais en formation encore mâtiné de français: Oh my gode (le roi affectionnait particulièrement la quenouille), c’est la pire review qu’on m’ait jamais faite !

Comment la peer review a changé ma manière de travailler (et donné le poil plus brillant).

Pour se faire une idée des petites absurdités du monde de la recherche, il me semble exister trois sites incontournables des internets mondiaux. Le premier, PhD Comics, met en scène les heurs et malheurs d’une série de personnages (doctorants et postdocs) au travers de strips hilarants.

Source : http://bit.ly/1Kk8jkQ
Source : http://phdcomics.com/comics/archive.php?comicid=1835.

Le second, Ciel mon doctorat, est une anthologie de GIF (images animées de quelques secondes) illustrant des phrases proposées par les internautes telles que « Quand ma soeur m’a dit qu’elle aussi, elle voulait faire une thèse », « Quand j’arrive un peu à l’arrache à l’AG du centre de recherche », ou encore « Quand je suis reviewer sur le papier de quelqu’un que je déteste ». Hé bien parlons-en, justement, des reviewers, car il fait l’objet du dernier site, nettement moins connu que ses prédécesseurs mais qui contient pourtant de véritables perles : Shit My Reviewers Say. Celui-ci compile des extraits des pires évaluations reçues par des auteurs ayant soumis leur article à une revue scientifique ; des phrases pas piquées des hannetons comme « This left me somewhere between scratching my head and pulling my hair out », « The writing and data presentation are so bad that I had to leave work and go home early and then spend time to wonder what life is about » ou, mon petit préféré : « I think this article is carefully argued, but at no moment is it stated that Heidegger was a Nazi ».

Continuer la lecture de Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish

Face à la peur : guide de survie en territoire zombie

Depuis maintenant plusieurs semaines, la société belge est traversée par une série de tensions et de débats suite aux tragiques évènements du 22 mars 2016. À l’angoisse de possibles nouveaux attentats s’ajoutent des critiques à l’égard du gouvernement et des institutions belges quant à leur façon de gérer cette crise ; tandis qu’une commission d’enquête parlementaire a été mise en place, politiques, journalistes et experts n’ont eu de cesse de revenir à ces deux questions : comment mieux réagir en temps de crise, et surtout peut-on à l’avenir prévenir plus efficacement les attaques terroristes ?

Un sondage du journal Le Soir daté du 31 mars 2016 estimait de façon assez paradoxale que 73% des Belges pensent que « le renforcement des mesures sécuritaires n’empêchera certainement pas de nouveaux attentats », mais 79% croient également qu’« il faut vraiment un pouvoir fort pour mettre de l’ordre dans tout ça ». Je ne reviendrai pas ici sur la prudence qu’il faut avoir vis-à-vis des sondages, et plus encore sur l’inanité avec laquelle semblent avoir été formulées les questions (qu’est-ce qu’un « État fort » en Belgique ? Un pouvoir autoritaire ? Un État fédéral avec davantage de compétences que les régions ? Et puis que désigne le « tout ça » ?), pour simplement retenir que la question des politiques sécuritaires et du pouvoir de l’État est aujourd’hui centrale en Belgique.

Source : Le Soir, 31 mars 2016.
Source : Le Soir, 31 mars 2016. Ou comment poser des questions ambiguës.

Dans ce contexte, le chercheur en sciences sociales peut être à même d’apporter une série d’éclairages et de réflexions susceptibles d’éclairer les débats. Dans ce billet, mon intention est de faire la synthèse et le commentaire du contenu d’un petit livre paru récemment, intitulé L’exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion, qui retranscrit un débat s’étant déroulé entre l’historien Patrick Boucheron et le politologue Corey Robin, avec une introduction du politiste Renaud Payre1.

Continuer la lecture de Face à la peur : guide de survie en territoire zombie

  1. Patrick Boucheron, Corey Robin et Renaud Payre, L’exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015. Je signale au passage que j’ai également co-signé un compte-rendu du livre sur la revue Lectures avec mon comparse Lionel Francou. []

La grâce au cœur des conflits de normativités

Mata, que el rey perdona.

Tue, que le roi pardonne.

Proverbe castillan cité par Rudy Chaullet, Crimes, rixes et bruits d’épées. Homicides pardonnés en Castille au Siècle d’or, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2008, p. 34.

Ce billet est la suite d’un texte précédent dans lequel je présentais sur ce carnet les grandes lignes de l’évolution historique du droit de pardonner au Moyen Âge, thématique fort joyeuse que j’étudie dans le cadre de ma thèse de doctorat.

L’affaire a été largement médiatisée. Le 31 janvier 2016, François Hollande accordait la grâce présidentielle à Jacqueline Sauvage, condamnée en appel le 3 décembre 2015 à dix ans de prison pour avoir tué son mari de trois coups de fusil dans le dos. Sauf que depuis des années, la victime frappait sa femme et abusait d’elle, raison pour laquelle la décision de la justice a fait l’objet de très vives critiques. Le 29 janvier dernier, le président de la République recevait les filles et les avocates de Jacqueline Sauvage pour entendre leur demande de grâce. Quelques jours plus tard, il accordait la grâce à la condamnée, lui permettant d’échapper à sa peine.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer dans mon mon billet précédent sur le sujet, le mécanisme par lequel le chef de l’État peut accorder une remise de peine (voire un pardon complet) à un justiciable ne date pas d’hier. À la fin du Moyen Âge, les souverains français, anglais ou castillans accordaient des « lettres de rémission » ou des « lettres de pardon » à la suite d’une supplique introduite par l’infracteur auprès de leur conseil royal. Certains princes particulièrement puissants, tel le duc de Bourgogne, faisaient de même dans leurs principautés. La lettre permettait au bénéficiaire d’ainsi échapper à la justice (contrairement à aujourd’hui, une grâce pouvait être accordée antérieurement à une condamnation, voire même en l’absence de poursuites judiciaires). Les raisons qui justifiaient qu’un monarque médiéval accorde sa grâce étaient multiples : démonstration de pouvoir, arrangement politique, mais aussi volonté de faire du pardon royal/princier un « correctif » de la justice.

Continuer la lecture de La grâce au cœur des conflits de normativités

Kit de survie du cinéphile 2.0, volume II

Il y a un peu plus d’un an, paraissait sur ParenThèses le kit de survie du cinéphile 2.0. L’objectif en était de présenter quelques noms de vidéastes (essentiellement sur Youtube) qui proposaient des créations à la fois drôles et didactiques sur le cinéma : critiques de films, chroniques thématiques, rétrospectives sur une œuvre, etc. Sauf qu’un an, dans le petit monde des Internets, ça équivaut à un demi-siècle. En si peu de temps, de nouveaux créateurs peuvent émerger, d’autres disparaître, certains renaître de leurs cendres… L’occasion est donc venue de proposer un second volume au au kit de survie du cinéphile 2.0 !

En cette mi-janvier, entre la correction de deux copies d’examen, quoi de mieux que de faire le tour de ce que la Toile nous propose ?

Continuer la lecture de Kit de survie du cinéphile 2.0, volume II

Anatomie des remerciements de thèse

– Pfiouuu… En tous cas celle-là elle sait dire merci !

J.-C., homme moderne et Dikkenek.

Rédiger une thèse, ça n’est pas toujours simple et funky. Il faut pouvoir se plier à l’exercice de l’écriture scientifique, qui nécessite un langage et un vocabulaire particulier, parfois renforcé par un apparat critique solide (des notes en bas de page). Le texte d’une thèse, c’est un peu comme un film d’Olivier Marchal : c’est rugueux et ça ne laisse souvent pas beaucoup de place à la fantaisie et l’humour.

Continuer la lecture de Anatomie des remerciements de thèse

Le terrorisme au regard de l’historien

La rédaction de ce billet a débuté le dimanche 15 novembre 2015, soit deux jours après les attentats de Paris, et trois après ceux de Beyrouth, les pires attaques que ces deux pays ont connues depuis plusieurs dizaines d’années. À cela encore faut-il ajouter l’attentat à l’hôtel Radisson de Bamako du vendredi 20 novembre. Les pensées des auteurs de ce carnet vont, naturellement, vers les victimes et leurs familles.

Alors que l’émotion est intense et qu’un certain nombre de décisions politiques sont prises par les dirigeants européens suite aux évènements dramatiques survenus le 13 novembre à Paris, une question vient à l’esprit : est-on légitime, en tant qu’historien, pour écrire sur un tel sujet d’actualité ? N’y a-t-il pas là quelque chose d’indécent à rédiger un texte qui, au final, attirera l’attention sur soi, sur son propre site internet ? N’est-ce pas là de la récupération intellectuelle, une tentative opportuniste pour amener du monde dans sa propre crèmerie ? Le temps et le recul sont les carburants essentiels de l’historien, qui n’a pas pour habitude de réagir à chaud. Pour ma part, je ne suis pas spécialiste de la période contemporaine, et encore moins de la question du terrorisme. Pourtant, en tant qu’historien du droit et des institutions, ayant pour thématiques de recherche la construction de l’État et la légitimation de l’usage de la violence, j’éprouve ici le besoin d’écrire. Parce que, en tant que chercheur et universitaire, j’estime que l’un de mes rôles est de pouvoir mettre mes compétences au service de la société, pas nécessairement pour agir sur le plan politique, mais tout du moins pour réfléchir sur la situation actuelle. Parce que, contrairement à ce que j’ai pu lire ici et là, l’heure est, plus que jamais, à se poser des questions, plutôt que de prôner l’action irréfléchie. Aussi développerai-je ici quelques pistes de réflexion, d’abord sur la notion de « terrorisme » et son histoire, ensuite sur la façon dont les chercheurs peuvent, potentiellement, avoir un rôle à jouer dans les débats.

Continuer la lecture de Le terrorisme au regard de l’historien

L’administration dans tous ses États

Pour tout citoyen belge ayant atteint la majorité, le mois de juin est chaque année l’occasion de se livrer à un peu de paperasserie, puisque c’est à ce moment qu’il lui faut transmettre au Service Fédéral des Finances sa déclaration d’imposition. Ce petit rituel annuel, source de stress pour beaucoup de citoyens, est paradoxalement l’une des rares occasions qu’ont ces derniers d’entrer directement en contact avec l’État fédéral par le biais de son administration. La technologie qui est alors déployée pour communiquer est essentiellement celle du formulaire, papier ou électronique, que l’imposé se doit de remplir et de transmettre au Fisc. Cette procédure, quoique laborieuse (la déclaration d’imposition se distinguant par son caractère souvent nébuleux pour beaucoup de Belges), parait aller de soi, tant elle est la même chaque année. Elle est pourtant le fruit de longues évolutions historiques qui, depuis le Moyen Âge, vont engendrer de multiples transformations des institutions centrales et de leurs modes de fonctionnement, jusqu’à aboutir à l’État fédéral que l’on connait aujourd’hui en Belgique. Car l’administration, ce mastodonte nébuleux et parfois si lent à évoluer, est cependant loin d’être immuable, tandis que les outils à sa disposition n’ont cessé de se développer au cours des derniers siècles.

Continuer la lecture de L’administration dans tous ses États

Les fondements historiques du pardon judiciaire

— Yves ? C’est moi, George. T’inquiète pas, je ne te ferai rien. Je suis venu pour faire la paix, pas dans un esprit de vengeance. Je sais que c’est toi qui as essayé de m’assassiner. Je sais aussi que tu t’es jamais remis de l’histoire de Christelle. Mais c’est du passé. Tournons-nous plutôt vers l’avenir. Ce que je veux c’est que tu t’excuses gentiment.

— Ouais, je m’excuse.

— Excuse-toi mieux que ça.

— Ben, euh, pardon, euh, je te prie de m’excuser…

— « Pardon mon doux seigneur ».

— … pardon mon doux seigneur.

George Abitbol et Yves, La classe américaine

En droit, la grâce désigne l’action de « soustraire en tout ou en partie un condamné à l’exécution de sa peine »1. Elle peut adopter des formes extrêmement variées, allant de la remise de peine (la réduction de la peine encourue d’un condamné sous un certain nombre de conditions) jusqu’à l’amnistie (l’effacement pur et simple du crime). Dans des pays comme la Belgique ou la France, c’est le chef de l’État (le roi ou le président) qui dispose en premier du droit de grâce, là où en Suisse par exemple, il s’agit d’une compétence du Parlement.

Continuer la lecture de Les fondements historiques du pardon judiciaire

  1. Jean-Christophe le Coustumer, La grâce, dans La clémence saisie par le droit, Paris, Société de Législation comparée, 2007, p. 244 []

Quel est le problème de l’History Manifesto ?

HM

Cela fait maintenant quelques mois que le petit monde académique des historiens, en apparence si calme, est secoué par une lame de fond aux accents braudeliens. En octobre 2014, Jo Guldi (Brown University) et David Armitage (Harvard University) publiaient aux Cambridge University Press un petit livre de 160 pages (dont à peine 125 de texte) au titre on ne peut plus revendicateur : The History Manifesto. Diffusé gratuitement en Open Access, relayé par différents articles ainsi qu’un site internet qui lui est propre, le livre fera également l’objet courant 2015 qu’un numéro spécial de la revue des Annales. Histoire et sciences sociales, qui devra contenir une traduction abrégée de l’History Manifesto ainsi que différents articles-réponses et commentaires d’autres historiens1. La publicité autour de l’ouvrage a tout de la campagne marketing bien orchestrée. Rien d’étonnant, donc, à ce que le nom de l’History Manifesto soit prononcé même au fin fond des universités belges, durant des colloques ou autour de la sacro-sainte machine à café du réfectoire des professeurs.

Continuer la lecture de Quel est le problème de l’History Manifesto ?

  1. À l’heure où j’écris ces lignes (avril 2015), le numéro n’est pas encore sorti []

Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire

« In a somewhat ironical manner, one might say that most historians only seem to jump on theoretical and conceptual bandwagons when they are already fashionable for at least a decade in the social sciences, in economics, cultural anthropology, literary or similar neighbouring fields ».

Jan Dumolyn, Political communication and political power in the Middle Ages: a conceptual journey, dans Edad Media, 13, 2012, p. 35. Ça, c’est dit.

Askville était un site de recherches mis en ligne par Amazon, en activité de décembre 2006 à octobre 2013. Il permettait à n’importe qui de poser publiquement une question à laquelle d’autres internautes avaient le loisir de répondre. Or, parmi les millions de questions ainsi posées à la communauté d’Askville, on trouve celle-ci : « Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? ». Il faut bien le regretter, ce cri de détresse, cette interrogation quasiment métaphysique à jamais perdue dans les méandres de l’internet, n’a pas connu la moindre réponse. On doit pourtant reconnaître que c’était une sacrément bonne question, d’autant qu’elle en soulève d’autres.

Continuer la lecture de Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire

Une histoire d’amour inattendue ? Regard sur la révolution numérique (2/2)

En ce début janvier, alors que le monde émerge lentement de sa torpeur et que les gens se remettent petit à petit des fêtes, les doctorants, eux aussi, après quelques jours passés loin de la thèse, songent tout doucement à revenir à des considérations plus sérieuses. On ne peut pas passer toute sa vie à danser sur les toits de la ville après tout.

Les préoccupations d’un doctorant peuvent parfois être des plus… matérielles. Récemment encore, je m’interrogeai pendant plusieurs jours sur l’équipement que je devais acquérir afin de numériser les archives qu’il me fallait consulter pour la thèse. Appareil photo ? Tablette ? Scanner ? Quand la majorité de vos archives sont à l’étranger et que ce sont plusieurs milliers de folios de parchemin qu’il vous faut numériser, le choix du matériel approprié est fondamental. Cette interrogation dès plus matérialistes témoigne du reste de la place de plus en plus importante du digital dans le parcours doctoral.

Ces dernières semaines, sur ParenThèses, nous avons pas mal parlé de la révolution numérique, de son impact dans le milieu académique et de sa représentation dans la fiction. Au-delà de l’aspect vendeur d’un tel sujet, cette attention de notre part pour les Humanités Digitales témoigne également d’une réelle convergence d’intérêts entre la révolution numérique et l’histoire du droit et des institutions. Une convergence qui, pourtant, ne va de prime abord pas de soi…

Continuer la lecture de Une histoire d’amour inattendue ? Regard sur la révolution numérique (2/2)

A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)

Suite et fin du diptyque de billets destinés à dignement fêter cette nouvelle année sur ParenThèses !

Marley avait raté tous ses examens, pour commencer. Là-dessus, pas l’ombre d’un doute. Le registre au rôle était signé par le recteur, le secrétaire du jury, le service du secrétariat et celui qui avait annoncé la mauvaise nouvelle à l’étudiant. Scrooge l’avait signé, et le nom de Scrooge était bon à la bourse (doctorale), quel que fût le papier sur lequel il lui plut d’apposer sa signature.

Le vieux Marley était aussi sûr de bisser que les artistes lors d’un second rappel au théâtre.

Scrooge savait-il que Marley allait bisser ? Sans aucun doute. Comment aurait-il pu en être autrement ? Scrooge lui donnait cours depuis tellement d’années (Marley avait souvent recommencé ses années d’étude), et il se fichait bien d’avoir à continuer à le faire. Il faut dire que Scrooge se fichait de pas mal de choses, comme par exemple du fait que jamais ses étudiants ne l’arrêtent dans le couloir de l’université pour lui dire d’un air satisfait : « Mon cher Scrooge, comment vous portez-vous ? Viendrez-vous au traditionnel souper de faculté ? ». Mais qu’importait à Scrooge, car c’était précisément ce qu’il voulait : se faire un chemin solitaire le long de la carrière académique. Seule comptait véritablement sa thèse. Car Scrooge était doctorant. En histoire de la justice médiévale, qui plus est. Effroyable, n’est-il pas ?

Continuer la lecture de A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)

Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)

Alors que, vissé sur ma chaise, les yeux rivés à mon écran d’ordinateur, je passe ma soirée à remplir une série de formulaires afin de poser ma candidature pour l’obtention d’une quelconque bourse (le genre de délice administratif que tout doctorant aura eu le loisir d’apprécier au cours de sa carrière), je réalise qu’en complétant ce document Word à la mise en page désespérante, je n’ai pas pu m’empêcher, à la case « justification de la demande », de placer dans mon argumentaire un laïus sur les Digital Humanities. Pourquoi ? Mais parce que cela fait vendre, pardi ! Non pas qu’il s’agisse là d’un mensonge, ni même d’un odieux baratin, car il y a bien une dimension d’ « Humanités digitales » dans ma recherche doctorale (essentiellement, la mise en place de bases de données, sans doute accompagnée par la numérisation de documents d’archives), mais force est de constater qu’il s’agit pour moi de mettre en avant dans mon dossier de candidature une notion qui, je le sais pertinemment, rencontre un succès phénoménal au sein des instances décisionnaires et budgétaires depuis quelques années.

Continuer la lecture de Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)

Kit de survie du cinéphile 2.0

Comme le lecteur s’en sera peut-être rendu compte en visitant la catégorie « Hors-champ » de ce carnet (particulièrement remplie ce mois-ci) ou en consultant les quelques liens web que nous plaçons dans nos billets, Nicolas et moi aimons le cinéma. Beaucoup. Lui est un grand amateur de l’œuvre de Luis Buñuel et de Lars Von Trier, tandis que pour ma part, je peux me montrer assez éclectique, appréciant autant les comédies sociales anglaises façon Ken Loach que les westerns (avec ou sans spaghettis), la science fiction, ou l’œuvre de Hayao Miyazaki.

Il se trouve également que Nicolas et moi apprécions également en apprendre toujours plus sur le cinéma, même si nous avons rarement le temps de lire la très volumineuse littérature qui lui est consacrée. Heureusement pour nous, le web 2.0 est une source inépuisable de connaissance et de plus en plus de jeunes vidéastes (aussi appelés « youtubers » lorsqu’ils utilisent la plateforme de vidéos bien connue qu’est Youtube) se lancent dans la réalisation de vidéos et chroniques consacrées au cinéma. Même si ces auteurs ne peuvent évidemment pas, en une vidéo de quelques minutes, prétendre analyser un film ou une technique de réalisation avec autant de détails que le ferait un ouvrage de plusieurs centaines de pages, il n’empêche que plusieurs d’entres-eux savent faire preuve de beaucoup de didactisme et d’humour, en plus de traiter leurs sujets avec une originalité qui tranche avec le ton académique traditionnel. J’ai donc décidé d’écrire ce court billet afin de faire une petite liste, non exhaustive, de quelques-uns des meilleurs vidéastes qui publient sur la toile des chroniques consacrées au cinéma. Continuer la lecture de Kit de survie du cinéphile 2.0