Tous les articles par Quentin Verreycken

Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)

Alors que, vissé sur ma chaise, les yeux rivés à mon écran d’ordinateur, je passe ma soirée à remplir une série de formulaires afin de poser ma candidature pour l’obtention d’une quelconque bourse (le genre de délice administratif que tout doctorant aura eu le loisir d’apprécier au cours de sa carrière), je réalise qu’en complétant ce document Word à la mise en page désespérante, je n’ai pas pu m’empêcher, à la case « justification de la demande », de placer dans mon argumentaire un laïus sur les Digital Humanities. Pourquoi ? Mais parce que cela fait vendre, pardi ! Non pas qu’il s’agisse là d’un mensonge, ni même d’un odieux baratin, car il y a bien une dimension d’ « Humanités digitales » dans ma recherche doctorale (essentiellement, la mise en place de bases de données, sans doute accompagnée par la numérisation de documents d’archives), mais force est de constater qu’il s’agit pour moi de mettre en avant dans mon dossier de candidature une notion qui, je le sais pertinemment, rencontre un succès phénoménal au sein des instances décisionnaires et budgétaires depuis quelques années.

Continuer la lecture de Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)

Kit de survie du cinéphile 2.0

Comme le lecteur s’en sera peut-être rendu compte en visitant la catégorie « Hors-champ » de ce carnet (particulièrement remplie ce mois-ci) ou en consultant les quelques liens web que nous plaçons dans nos billets, Nicolas et moi aimons le cinéma. Beaucoup. Lui est un grand amateur de l’œuvre de Luis Buñuel et de Lars Von Trier, tandis que pour ma part, je peux me montrer assez éclectique, appréciant autant les comédies sociales anglaises façon Ken Loach que les westerns (avec ou sans spaghettis), la science fiction, ou l’œuvre de Hayao Miyazaki.

Il se trouve également que Nicolas et moi apprécions également en apprendre toujours plus sur le cinéma, même si nous avons rarement le temps de lire la très volumineuse littérature qui lui est consacrée. Heureusement pour nous, le web 2.0 est une source inépuisable de connaissance et de plus en plus de jeunes vidéastes (aussi appelés « youtubers » lorsqu’ils utilisent la plateforme de vidéos bien connue qu’est Youtube) se lancent dans la réalisation de vidéos et chroniques consacrées au cinéma. Même si ces auteurs ne peuvent évidemment pas, en une vidéo de quelques minutes, prétendre analyser un film ou une technique de réalisation avec autant de détails que le ferait un ouvrage de plusieurs centaines de pages, il n’empêche que plusieurs d’entres-eux savent faire preuve de beaucoup de didactisme et d’humour, en plus de traiter leurs sujets avec une originalité qui tranche avec le ton académique traditionnel. J’ai donc décidé d’écrire ce court billet afin de faire une petite liste, non exhaustive, de quelques-uns des meilleurs vidéastes qui publient sur la toile des chroniques consacrées au cinéma. Continuer la lecture de Kit de survie du cinéphile 2.0

Michael Kohlhaas, ou le choc des représentations judiciaires

Ce mois-ci, sur ParenThèses, on reste branché à l’écran, puisqu’après le texte de Nicolas sur The Wire la semaine dernière, j’inaugure, comme promis, mon premier billet de la série La justice à l’écran, avec un film français au petit parfum danois !

21007923_20130523155127348

Continuer la lecture de Michael Kohlhaas, ou le choc des représentations judiciaires

You’re in search of Justice? Look at the screen!

« Imaginer une histoire médiévale sans incendie, c’est comme imaginer un film de guerre dans le Pacifique sans avion de chasse qui tombe en piqué »1

« – A witch! A witch! We have found a witch. May we burn her? – How do you know she is a witch? – She looks like one »2

Depuis les premières décennies du vingtième siècle, justice et cinéma ont toujours fait bon ménage, notamment aux États-Unis, où les films de procès (dits trial films ou court dramas), sont légions. A ceux-ci doit-on encore ajouter la pléthore de séries télévisées qui, de Perry Mason à Suits, en passant par Ally MacBeal, ont largement contribué à faire connaître au public européen les grands traits de la common law et de la justice américaine, au point de parfois provoquer quelques confusions chez le téléspectateur des pays de civil law.

Continuer la lecture de You’re in search of Justice? Look at the screen!

  1. Umberto Eco, Apostille au Nom de la Rose, Alfabeta, 1983, trad. fr., Grasset, 1985, p. 36, cité par Pierre Petrou, L’enfance sauvage de la justice : L’imaginaire du crime médiéval dans le cinéma de fiction, dans Criminocorpus [En ligne], Crimes et criminels au cinéma, 1. Thèmes et figures, mis en ligne le 01 janvier 2007 []
  2. Monthy Python and the Holy Grail, 1975 []

R. C. van Caenegem, « Le droit européen entre passé et futur. Unité et diversité sur deux millénaires »

9782247088157_21

Raoul Charles van Caenegem, Le droit européen entre passé et futur. Unité et diversité sur deux millénaires. Préface d’Emmanuel Jeuland. Traduction de Bruno De Dominicis. (Rivages du droit). Bruxelles, Dalloz, 2010. 21,5 x 13,5 cm, 169 p. € 29,40. ISBN 978-2-247-08815-7.

Continuer la lecture de R. C. van Caenegem, « Le droit européen entre passé et futur. Unité et diversité sur deux millénaires »

Why so serious? De l’usage de l’humour dans la production scientifique

Je connais une planète où il y a un Monsieur cramoisi. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions. Et toute la journée il répète comme toi: « Je suis un homme sérieux! Je suis un homme sérieux! » et ça le fait gonfler d’orgueil. Mais ce n’est pas un homme, c’est un champignon !

Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince.

On ne saurait douter que lire un article sur l’évolution des pratiques d’enseignement dans les Law Schools américaines est une activité pour le moins… sérieuse, à l’image d’un tel sujet de débats. Le genre d’activité exigeante que l’on aime mentionner négligemment lors d’une conversation autour de la machine à café, afin de s’assurer un supplément de prestance auprès de ses collègues1 :

Continuer la lecture de Why so serious? De l’usage de l’humour dans la production scientifique

  1. Attention, cependant : cette technique ne fonctionne qu’au sein du milieu académique ; si elle est utilisée en dehors de votre cercle professionnel – dans votre famille, par exemple, elle conduit irrémédiablement à votre mort sociale []

Quoi, t’es médiéviste et tu travailles même pas sur les chevaliers ?

Il arrive parfois à Nicolas d’exprimer des doutes sur le bien-fondé de ses recherches. Personnellement, je ne vois pas de quoi il se plaint. Lui, au moins, est moderniste. Mais, avant Charles Quint, il s’est passé quelque chose dans nos régions ? C’était la zone, par chez nous (la preuve : ça ne s’appelait même pas la Belgique). Alors, franchement, quel est l’intérêt d’étudier le moyen âge lorsque l’on est belge ? Faire joujou avec les chevaliers et les châteaux forts ? Soyons sérieux, je ferai mieux de m’acheter l’intégrale des Rois Maudits et regarder la dernière saison de Game of Thrones pour avoir ma dose de médiéval, puis revenir à des trucs plus sérieux. Trouver un vrai boulot, par exemple.

Continuer la lecture de Quoi, t’es médiéviste et tu travailles même pas sur les chevaliers ?