Tous les articles par Simon Verreycken

Articles coécrits par Nicolas Simon et Quentin Verreycken

Le pouvoir législatif et les pouvoirs extraordinaires. Implications de l’arrêté-loi du 22 janvier 1945

Mon mémoire porte sur « La répression de la contrebande en Belgique de 1944 à 1960 ». Dans le cadre de cette répression, plusieurs lois ont été promulguées. On trouve notamment l’important arrêté-loi du 22 janvier 1945 qui a été édicté d’après les pouvoirs extraordinaires octroyés au Roi en 1939. L’arrêté-loi est, comme on va le voir, anticonstitutionnel car il ne respecte pas le principe de séparation des trois pouvoirs.

Lors d’une conférence donnée le 16 mars 2015, Françoise Muller nous a parlé des acteurs de l’administration en prenant l’exemple des magistrats de la Cour de Cassation. Comme la conférencière, on ne va pas se concentrer sur l’élaboration de la loi mais bien sur son implication. Elle pose alors la question afin, de savoir s’il y a une forme de résistance à l’application de la loi ou alors est-ce qu’elle est appliquée mécaniquement ?

Pour construire ce travail on s’est intéressé aux sources législatives que sont le Moniteur Belge et les débats parlementaires et aux archives du Parquet de Neufchâteau. Mais afin de mieux comprendre le monde dans lequel on se plonge on s’est aussi intéressé aux précis de droits qui nous éclaireront donc sur les mécanismes et les subtilités des normes législatives.

Continuer la lecture de Le pouvoir législatif et les pouvoirs extraordinaires. Implications de l’arrêté-loi du 22 janvier 1945

La Secrétairerie d’État et de Guerre et la question de la langue dans les Pays-Bas espagnols du milieu du XVIIème siècle

La Secrétairerie d’État et de Guerre était un institution-clé du régime espagnol dans les Pays-Bas méridionaux du XVIIème siècle. Par ailleurs, et c’est là tout l’objet de ce court article, il s’agissait aussi d’une institution très représentative de ce qu’était, à l’époque, la monarchie espagnole.

Cette monarchie, comme la plupart des autres États de son époque, était composée de plusieurs principautés placées peu-à-peu sous l’égide d’une seule et même dynastie princière (en l’occurrence, les Habsbourgs), et était dès lors caractérisée par un enchevêtrement complexe de droits, privilèges et autres institutions. C’est ce qui en fait un « État composite », selon les termes de l’historien H. G. Koenigsberger, repris à sa suite par de nombreux autres.

Continuer la lecture de La Secrétairerie d’État et de Guerre et la question de la langue dans les Pays-Bas espagnols du milieu du XVIIème siècle

Le conseil d’administration de l’Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires (1947-1972)

L’objet de ce billet est l’analyse du système administratif de l’Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires. L’IISN est créé en 1947 en tant qu’Institut Interuniversitaire de Physique Nucléaire (IIPN). Il est administré par un Comité de Gestion (CG) et une Commission scientifique (CS). Il a pour but principal de coordonner la recherche fondamentale universitaire belge en science nucléaire. Il organise ainsi la recherche des centres de quatre universités d’État c’est-à-dire l’Université Libre de Bruxelles (ULB), L’Université Catholique de Louvain (UCL), l’Université de Gand (UG) et l’Université de Liège (ULg) ainsi que les centres de l’École Royale Militaire (ERM) et de la Faculté Polytechnique de Mons (FPM). Que peut apporter l’étude des archives administratives de l’IISN à l’histoire des administrations belges ?

Continuer la lecture de Le conseil d’administration de l’Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires (1947-1972)

Les Fragments d’Antonin (2006) : Explorer les traumatismes de guerre

fragments-d'antonin-2Les fragments d’Antonin est un film réalisé en 2006 par Gabriel Le Bomin. S’il s’agissait du premier long métrage de celui-ci, ce n’est pas la première fois qu’il réalisait un film ayant pour thème la Première Guerre mondiale. En effet, c’est lors de la projection de l’un de ses courts-métrages : Le Puits, dont l’action se situe en 1916, qu’Alexandra Lederman, productrice, l’a remarqué. Elle lui a proposé ensuite de tourner un long métrage : Les fragments d’Antonin. De plus, ayant été membre du « service cinéma des armées », il a eu accès a des éléments d’archives peu connus du grand public. Les fragments d’Antonin a été nominé plusieurs fois, notamment aux Césars dans la catégorie du Meilleur premier film. Gabriel Le Bomin est aussi le réalisateur de plusieurs documentaires pour France Télévisions. Continuer la lecture de Les Fragments d’Antonin (2006) : Explorer les traumatismes de guerre

Les Croix de Bois (1932) : filmer la camaraderie des tranchées

croix-de-bois-1Les Croix de Bois est un film de Raymond Bernard, sorti en 1932 et basé sur le roman éponyme de Roland Dorgelès. C’est un film en hommage à la bravoure des soldats anonymes de la Première Guerre Mondiale qui se battent sur les champs de bataille et honore leur mémoire. On découvre leur quotidien dans les tranchées, leur partie de rigolade, leur espoir pour l’après-guerre. C’est notamment l’un des premiers films réalisé quelques années seulement après l’arrivée du cinéma parlant. Les Croix de bois pourront intégrer le bruit du champ de batailles comme les obus, les rafales. Les gens de l’époque pouvaient revivre ce qu’ils avaient vécu durant la guerre. Continuer la lecture de Les Croix de Bois (1932) : filmer la camaraderie des tranchées

À l’Ouest rien de nouveau (1930) : une autre image des Allemands

A-l-Ouest-rien-de-nouveau-affiche-7626À l’ouest rien de nouveau est un long métrage de Lewis Milestone réalisé en 1930 et basé sur le best-seller éponyme de l’Allemand Erich Maria Remarque. L’œuvre détaille le voyage d’une classe de jeunes hommes qui décident de s’enrôler et qui partent combattre pour le Reich allemand. D’abord valeureux, ils subissent rapidement la désillusion face à l’horreur du conflit. Adapté au cinéma par Universal, le film fut un succès énorme dans les salles étasuniennes et fit rapidement parler de lui en Europe. Mais il fut également sujet à polémique. En effet plusieurs pays bannirent le film dès sa sortie. C’est le cas de l’Italie fasciste, de la Hongrie, de la Yougoslavie, de l’Autriche et de la Bulgarie. Il était politiquement et militairement inconcevable pour ces pays de projeter cette éloge du pacifisme et de l’absurdité de la guerre. Continuer la lecture de À l’Ouest rien de nouveau (1930) : une autre image des Allemands

Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

« Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui, avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des professeurs qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul, pendant les études. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent un curriculum… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la recherche bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face… je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… je ne suis qu’amour (sauf envers les étudiants de première année) ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité (numérique) ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une thèse de doctorat, mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don… le don de soi… »

Georgedubis, avé thésard.

Depuis le temps (six mois, déjà !) que l’on parle d’Histoire du droit et des institutions (HDI pour faire court) sur ce blog… pardon, sur ce carnet de recherches… il nous semblait nécessaire de mener une petite réflexion sur les réalités de notre discipline en Belgique ainsi que sur le parcours de thésard en HDI. Hasard heureux, nous avons récemment participé au colloque « Être jeune chercheur ou chercheure aujourd’hui : quelles réalités ? », organisé à l’EHESS, où nous avons justement eu l’occasion de présenter brièvement l’Histoire du droit et des institutions ainsi que ParenThèses. Ce billet reprend plusieurs éléments de notre communication tout en l’enrichissant de considérations qui nous avaient semblé alors un peu trop hors sujet dans le cadre dudit colloque…

Continuer la lecture de Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle

Pour paraphraser un tweet de Loïc Prigent, ces derniers temps, on a tellement pédalé dans la semoule des commémorations 14-18 qu’avec une dynamo on pourrait éclairer toute la région bruxelloise. Ou à peu près. Il y a eu un tel engouement pour les commémorations au cours de l’année du centenaire de la Grande Guerre qu’on ne sait plus très bien qui a fait quoi, quand, pourquoi et comment. On a parfois l’impression que certains historiens ont dû engager des sosies, développer leur don d’ubiquité ou négocier avec Madame/Monsieur les voyages répétés à l’étranger (à moins que ce soient les frais de babysitting qui ont explosé). Profitant de l’organisation d’une semaine d’activités à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (23-27 février 2015) orientées autour de la Grande Guerre, on a jugé bon sur ParenThèses de reprendre quelques éléments de réflexion présentés par N. Offenstadt lors de sa conférence du lundi 23 février. Continuer la lecture de Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle

Droit au but : Amandine De Burchgraeve

Nous continuons notre série Droit au but consacrées aux recherches de jeunes chercheurs par l’interview d’Amandine De Burchgraeve, doctorante à l’Université catholique de Louvain. Amandine est titulaire d’un master en histoire (UCL, Louvain-la-Neuve, 2011) ainsi que d’un master complémentaire en anthropologie sociale et culturelle (UCL, Londres, 2012).

Amandine

 

Quand elle ne passe pas son temps à dépouiller les archives de la cour d’assises de Brabant, elle écoute en boucle les albums de Stromae ou emmène sa chienne Laïka à l’entraînement. Nous avons donc droit à une doctorante qui manie, pour les besoins de sa thèse, des approches disciplinaires variées mais dont on n’a cessé, au cours du 20e siècle, de souligner les liens étroits. Amandine a entamé son doctorat en 2012, sous la direction du professeur Xavier Rousseaux, comme chercheuse au sein du projet PAI (Pôle d’Attraction Interuniversitaire) Justice & Population 1795-2017 financé par la Politique scientifique fédérale (BELSPO). Elle a ensuite obtenu un mandat d’Aspirant FRS-FNRS en 2013, mais elle reste étroitement liée aux recherches du PAI.

Continuer la lecture de Droit au but : Amandine De Burchgraeve

Droit au but : Marie Van Eeckenrode

Avec les billets « Droit au but », nous inaugurons une série d’interviews dans lesquelles la parole sera donnée à des doctorant.e.s en histoire du droit et des institutions, de Belgique et d’ailleurs, afin de parler de leurs recherches et de leurs expériences comme jeunes chercheurs. Interviews droit au but, certes, car directes dans leurs questions, mais interviews avec un tir non cadré, aussi, du fait du ton volontairement décalé. Aujourd’hui, notre première victime est Marie Van Eeckenrode.

10676600_10152782495754321_1033371866_oMarie est titulaire d’une licence en histoire (UCL) ainsi que d’un master en Medieval and Renaissance Studies (KULeuven). Depuis 2007, elle est assistante à l’UCL au sein de la Commission de programme Histoire, en même temps qu’elle remplit la fonction d’attachée scientifique aux Archives de l’État. Elle est également membre du comité exécutif du Réseau des médiévistes belges de langue française et l’un des piliers, avec Nicolas Ruffini-Ronzani de l’indispensable blog d’information « l’Agenda du médiéviste ». Et comme si cela ne suffisait pas, elle trouve encore le temps de réaliser une thèse de doctorat sur les États de Hainaut au 15ème siècle, sous la direction de Jean-Marie Cauchies et Paul Bertrand ; thèse  qui, parait-il, avance plutôt bien !

Les mots qui sonnent bien aux oreilles de Marie restent  « chocolat » et « sucre »… Sinon Marie est fan de Noir Désir et même vraiment fan.

Continuer la lecture de Droit au but : Marie Van Eeckenrode

Présentation enchâssée-croisée

Dans le billet précédent, nous présentions les grandes lignes du contenu futur de ParenThèses. Un texte certes un peu aride, mais indispensable pour saisir les objectifs de ce carnet. Nous avons la faiblesse de croire qu’il peut également être intéressant pour les lecteurs de ParenThèses d’en apprendre un peu sur ses auteurs. Pour cependant éviter de céder à l’auto-description laudative et égocentrique, nous avons préféré réaliser une présentation croisée, où l’un parlerait de l’autre, à tour de rôle.

Continuer la lecture de Présentation enchâssée-croisée

Nous sommes historiens… On joue à Tétris mais avec des dates

Au départ, il y avait une idée toute simple.  Deux jeunes doctorants en histoire, partageant les mêmes centres d’intérêts, nourrissaient également une vision similaire du chercheur : celle, non pas, de l’ermite érudit reclus dans sa grotte, mais au contraire celle du savant partageant ses réflexions et ses recherches, rendant compte des lectures et des rencontres qui le guident. La diffusion du savoir, de même qu’une activité de veille scientifique, nous paraissaient des responsabilités importantes allant de pair avec la recherche doctorale, d’autant que nous avions la chance que les nôtres soient financées par un organisme public (le Fonds National de la Recherche de Belgique, ou FNRS). Pour pouvoir réaliser cette vision sans risquer de construire un bric-à-brac intellectuel illisible, le format du carnet de recherches s’est finalement imposé presque de lui-même. De même que son titre : ParenThèses. Pourquoi ? Parce que, tout d’abord, nous concevons la tenue de ce carnet comme un plaisir, une pause, une… parenthèse dans nos vies de doctorants ! ParenThèses, également, car si les thèses que nous menons tous deux portent sur des objets d’études différents, elles n’en sont pas moins parentes, en raison de leurs thématiques et leurs chronologies proches. En bons esprits réflexifs, commençons peut-être par détailler ce que ce carnet ne sera pas. Définir par la négative, c’est déjà parcourir un bout du chemin, non ?

Qu’on n’attende pas de ce carnet qu’y soient publiés des billets prompts à agiter la twitto-blogosphère. Il n’est pas dans nos natures de faire de grandes déclarations fracassantes, pas plus que des attaques ad hominem. En réalité, l’idée initiale est avant tout de rendre compte d’une pensée (ou même deux) en train de se développer, par petits blocs qui s’emboîtent, un peu comme une tour de Lego ! Nous souhaitons d’abord présenter les penseurs, auteurs, chercheurs qui nous importent, qui nous marquent, qui nous influencent, sans bien sûr nous départir de l’esprit critique caractéristique de notre formation d’historiens. Ce carnet doit également être un espace pour formuler nos hypothèses, exprimer nos doutes et, pourquoi pas, nos quelques certitudes. Bref, tout ce qui nous a permis et nous permet encore, aujourd’hui, d’appréhender nos recherches au moyen de bases solides. De même, les textes postés seront de divers registres : du billet théorico-méthodologique à un autre davantage centré sur un ouvrage, récent ou non, la focale pourra varier. Pour autant, l’attention sera toujours de proposer un contenu équilibré sans l’obscurcir derrière un vocabulaire abscons1. Au contraire, l’avantage du carnet de recherches est qu’il permet un style d’écriture souple qui, sans être dépourvu de toute rigueur, n’en reste pas moins plus léger qu’une publication scientifique traditionnelle, tout en laissant une petite place à l’humour.

Ce dont il sera d’abord question dans ParenThèses, c’est bien d’histoire. Et plus particulièrement : l’histoire du droit et des institutions. On en voit déjà au fond de la salle qui se lèvent et se dirigent discrètement vers la sortie, mais attendez ! Oui, l’histoire du droit et des institutions est un sujet en apparence aride. Et oui, ce n’est sans doute pas la première voie vers laquelle tout étudiant en histoire entend se diriger (nul n’est parfait). Ce sera à nous de démonter ces préjugés et démontrer à quel point ce champ de recherche peut être passionnant, vivant et même, osons le terme, amusant. Certes, le but premier de ce carnet n’est pas de nous transformer en fondamentalistes de l’histoire juridique et institutionnelle, ni même de faire du prosélytisme. Mais si en cours de route nous pouvions convaincre quelques indécis… comment pourrions-nous résister ?

Nous opterons également pour une interprétation extensive des deux termes que sont « droit » et « institution ». Il est important de remarquer qu’au contraire du modèle académique français, il n’y a pas, en Belgique, de cloisonnement fort entre histoire et histoire du droit ; la plupart des chercheurs en histoire du droit sont historiens (comme nous) ou juristes-historiens, mais il n’y pas, ou peu, cette concurrence et cette opposition méthodologique entre les Facultés de Droit et les Facultés de Lettres. Il en résulte que la conception que l’on défendra ici de l’histoire du droit et des institutions sera à la fois souple et large, puisqu’il sera question dans ce carnet non seulement de législation, mais également de justice, voire même d’autres structures (proto)étatiques telles que le monde militaire ! Nous y reviendrons dans un prochain billet, mais disons simplement ici que nos sujets de recherches respectifs portent, pour l’un, sur le droit de grâce en Europe occidentale au 15e siècle et, pour l’autre, sur la prise de décision au niveau législatif à la fin du 16e siècle2.

Tant que faire se peut, nous veillerons encore à ne pas rester confinés indéfiniment dans une zone de confort intellectuel dans le but d’éviter que nos paroles/écrits se muent en creux verbiages (un peu comme ce trop long billet, diront les esprits chagrins). Au-delà de la ligne d’horizon de notre Alma Mater disciplinaire, nous veillerons à ce que Clio soit avantageusement accompagnée, tantôt par la sociologie, tantôt par les sciences politiques, l’anthropologie ou encore la philosophie. Amateurs de cinéma à nos heures perdues – entre deux passages en dépôt d’archives naturellement – il n’est pas impensable qu’ici où là une contribution relative à ce mode d’expression soit publiée. C’est que le cinéma et, ces dernières années, les séries télévisées ont fourni des œuvres intéressantes concernant le rapport au pouvoir, à la justice et aux institutions en général. Parce qu’un fondu enchaîné ou un zoom compensé peuvent parfois exprimer autant de tensions et de rebondissements qu’une note marginale au creux d’une lettre de rémission ou d’un projet d’ordonnance, on s’autorisera à nourrir de façon rafraîchissante, pensons-nous, nos réflexions.

En clair, il faudra être alertes et conscients de nos limites. N’oublions pas que nous avons des thèses respectives à rédiger. Elles ne le seront pas en un jour ni même en une nuit… quoique.

N.B : En guise d’hommage nous remercions intellectuellement Loïc Prigent qui, par sa nuée de tweets, a fourni l’inspiration pour le titre de ce premier billet.

Crédit photographique : Donnie Nunley, Station Master’s Office.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Nous sommes historiens… On joue à Tétris mais avec des dates", in ParenThèses, publié le 15/09/2014, URL: http://parenthese.hypotheses.org/44 (consulté le 28/04/2017).
  1. Soit tout le contraire de ce paragraphe… []
  2. Quand on vous disait qu’on sait s’amuser… []