Archives de catégorie : Actualités

Les billets de la catégorie « Actualités » regroupent, entre autre, des annonces et des comptes-rendus de colloques et d’événements scientifiques. C’est sous cette catégorie également qu’apparaîtront les billets portant sur les évolutions du carnet et l’actualité de ses auteurs.

Démocratie, élections, tirage au sort : le trio impossible ?

Ce n’est pas parce qu’on étudie les 15e, 16e ou 17e siècles qu’on ne peut pas, de temps en temps, aller lire des choses sur des périodes a priori aux antipodes les unes des autres : l’antiquité et le temps présent. Le chercheur est aussi un être humain ancré dans son époque et, à ce titre, est traversé par les tourments et les potentielles joies que celle-ci aura à lui offrir…

actie G1000_1_copyright Stefan Vanfleteren
© Stefan Vanfleteren

En octobre 2015, l’Université Saint-Louis – Bruxelles avait décidé d’octroyer le titre de docteur honoris causa à David Van Reybrouck en raison de son implication pour repenser la démocratie au 21e siècle. Ce sera mon point de départ en mode « le glamour académique c’est tendance ». Avant tout connu du grand public pour son essai Congo. Une histoire (prix Médicis de l’essai 2012), David Van Reybrouck est également à la base d’une réflexion sur la démocratie contemporaine et l’initiateur du G1000. Avec cette initiative, Van Reybrouck souhaitait ré-enchanter la politique belge en donnant la parole à des citoyens lambda et non des hommes politiques professionnels. En 2013, il a couché sur le papier son constat et ses idées pour remédier au problème de la démocratie du 21e siècle. Le résultat en fut l’ouvrage au titre volontairement provocateur Contre les élections. L’auteur y dresse un portrait au vitriol de la démocratie élective représentative ! Son livre est rythmé par quatre temps : les symptômes, les diagnostics, la pathogenèse et les remèdes. Continuer la lecture de Démocratie, élections, tirage au sort : le trio impossible ?

Le terrorisme au regard de l’historien

La rédaction de ce billet a débuté le dimanche 15 novembre 2015, soit deux jours après les attentats de Paris, et trois après ceux de Beyrouth, les pires attaques que ces deux pays ont connues depuis plusieurs dizaines d’années. À cela encore faut-il ajouter l’attentat à l’hôtel Radisson de Bamako du vendredi 20 novembre. Les pensées des auteurs de ce carnet vont, naturellement, vers les victimes et leurs familles.

Alors que l’émotion est intense et qu’un certain nombre de décisions politiques sont prises par les dirigeants européens suite aux évènements dramatiques survenus le 13 novembre à Paris, une question vient à l’esprit : est-on légitime, en tant qu’historien, pour écrire sur un tel sujet d’actualité ? N’y a-t-il pas là quelque chose d’indécent à rédiger un texte qui, au final, attirera l’attention sur soi, sur son propre site internet ? N’est-ce pas là de la récupération intellectuelle, une tentative opportuniste pour amener du monde dans sa propre crèmerie ? Le temps et le recul sont les carburants essentiels de l’historien, qui n’a pas pour habitude de réagir à chaud. Pour ma part, je ne suis pas spécialiste de la période contemporaine, et encore moins de la question du terrorisme. Pourtant, en tant qu’historien du droit et des institutions, ayant pour thématiques de recherche la construction de l’État et la légitimation de l’usage de la violence, j’éprouve ici le besoin d’écrire. Parce que, en tant que chercheur et universitaire, j’estime que l’un de mes rôles est de pouvoir mettre mes compétences au service de la société, pas nécessairement pour agir sur le plan politique, mais tout du moins pour réfléchir sur la situation actuelle. Parce que, contrairement à ce que j’ai pu lire ici et là, l’heure est, plus que jamais, à se poser des questions, plutôt que de prôner l’action irréfléchie. Aussi développerai-je ici quelques pistes de réflexion, d’abord sur la notion de « terrorisme » et son histoire, ensuite sur la façon dont les chercheurs peuvent, potentiellement, avoir un rôle à jouer dans les débats.

Continuer la lecture de Le terrorisme au regard de l’historien

Le pouvoir de la dette

Mais quel été ! Quel été, mes amis ! J’avais à peine eu le temps de mettre de l’ordre dans mes dossiers étiquetés « Articles de thèse que je ne lirai jamais », j’étais encore en train de suffoquer comme un beau diable en raison de la canicule arrivée fin juin du Sahara, je me préparais gentiment à dresser la liste du planning de travail estival, bref j’étais bien tranquille dans mon coin quand l’UE a décidé de rejouer sa propre version de Rencontre du troisième type avec le Grexit. Cet ectoplasme politico-économico-monétaire était un peu comme l’invité d’une soirée où on espère qu’il ne viendra pas. C’est au moment où on se dit que la soirée va bien se passer… que ledit invité sonne à la porte. Continuer la lecture de Le pouvoir de la dette

Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

L’été, dans le monde académique, c’est un peu l’équivalent d’un poulpe échoué sur une plage : avec un peu de chance, en s’approchant suffisamment près, on verra peut-être le truc frémir un peu, mais il ne faut pas trop compter là-dessus. Pour les doctorants libérés, délivrés (#reinedesneiges) – provisoirement – de toute charge d’encadrement d’étudiants, c’est généralement le moment privilégié pour partir en vacances, et parfois aussi donner un petit coup de boost à leurs recherches et finir de rédiger les articles (qu’ils rendront bien entendu en retard). ParenThèses était peut-être en vacances (enfin, pas tout à fait), mais on n’a pourtant pas échappé à la micro-polémique qui a agité, le temps d’écrire une note de bas de page d’un chapitre, le petit monde virtuel des chercheurs. Le poulpe du doctorat a donc tressailli…1. Comme on est sympa, on s’est dit que cette affaire ferait un bon sujet de rentrée sur le carnet. C’est glamour, il y a un peu de controverse et il y est après tout question de doctorant et d’histoire. Bref, les ingrédients d’une rentrée réussie… Continuer la lecture de Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

  1. On se réfère évidemment au court article paru en 1903 et rédigé par le philosophe William James intitulé The Ph.D. Octopus paru dans Harvard Monthly, t. 36, n°1, p. 1-9. Si les critiques ne sont peut-être pas tout à fait identiques à celles que nous posons dans ce billet de rentrée, elles donnent à voir qu’en plus d’un siècle les interrogations relatives à la condition du doctorant, au prestige accordé au doctorat ou les problèmes qu’il soulève au sein des mondes académique et économique sont structurels. Le texte a récemment été traduit et été inséré dans Stengers Isabelle, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, La Découverte, 2013, p. 199-211. []

Le sommeil de la Raison engendre des monstres

03_le_sommeil_de_la_raisonCette semaine sur ParenThèses, le billet n’a pas un titre tiré de derrière les fagots ne faisant pas sens immédiatement. Cette semaine le billet traitera des Lumières, de la raison critique et pour ce faire la référence à un tableau de Goya paraissait s’imposer. Le sommeil de la Raison engendre des monstres prend place dans la série peinte par Goya entre 1797 et 1798 sur les Caprices. Comme on le sait, Goya peindra quelques années plus tard son plus fameux tableau, Tres de Mayo (1814), critiquant l’invasion française qui avait eu lieu en Espagne quelques années auparavant. Proposer un article sur les Lumières n’est a priori pas ce que l’on attend retrouver sur ParenThèses, mais le climat parfois tendu depuis quelques mois autour de leur héritage ou de leur pertinence (retrouver l’esprit des Lumières ?!) m’a poussé à rédiger ce billet. Il s’agit avant tout du compte-rendu d’une conférence prononcée par Hervé Hasquin, historien spécialiste du 18e siècle et Secrétaire Perpétuel de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, qui s’intitulait « Pourquoi tant d’acharnement contre les Lumières ? ». Nous étions le 3 décembre 2014. Continuer la lecture de Le sommeil de la Raison engendre des monstres

La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

Nul n’y a échappé le week-end dernier, l’opération « Royal Baby vol. 2 » a parfaitement fonctionné : badauds, journalistes, chaînes d’info en continu, sites internet de quotidiens, twittosphère, etc. étaient en ébullition. À moins d’avoir vécu en ermite durant les dernières 72 heures, vous n’avez pas pu passer à côté de la naissance du second enfant du duc et de la duchesse de Cambridge. Outre le côté kitchissime et typiquement anglais de certaines manifestations, la naissance de la sœur du prince George aura en tout cas permis de parler des modalités de succession au trône en Grande-Bretagne. En clair, la monarchie britannique a modifié son système de succession en le dépoussiérant de plus de trois siècles de tradition. Le nouvel enfant du coupe princier1 sera considéré dans l’ordre de succession au trône à la suite de son grand-père (prince Charles), de son père (prince William) et de son frère (prince George). Pour faire simple, c’est le principe de primogéniture avec privilège de masculinité qui vole en partie en éclat avec la naissance de la nouvelle princesse et à la suite des modifications votées par le Parlement de Londres en 2011. Les médias anglais s’interrogent déjà sur la relation qu’auront George et sa sœur, respectivement troisième et quatrième dans l’ordre de succession au trône. La BBC, avec un humour so british, a d’ailleurs titré the heir and the spare… A bowling for my Kingdom ? Continuer la lecture de La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

  1. A l’heure d’écrire ces lignes, le nom de la nouvelle princesse n’a pas encore été communiqué officiellement. []

Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle

Pour paraphraser un tweet de Loïc Prigent, ces derniers temps, on a tellement pédalé dans la semoule des commémorations 14-18 qu’avec une dynamo on pourrait éclairer toute la région bruxelloise. Ou à peu près. Il y a eu un tel engouement pour les commémorations au cours de l’année du centenaire de la Grande Guerre qu’on ne sait plus très bien qui a fait quoi, quand, pourquoi et comment. On a parfois l’impression que certains historiens ont dû engager des sosies, développer leur don d’ubiquité ou négocier avec Madame/Monsieur les voyages répétés à l’étranger (à moins que ce soient les frais de babysitting qui ont explosé). Profitant de l’organisation d’une semaine d’activités à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (23-27 février 2015) orientées autour de la Grande Guerre, on a jugé bon sur ParenThèses de reprendre quelques éléments de réflexion présentés par N. Offenstadt lors de sa conférence du lundi 23 février. Continuer la lecture de Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle

A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)

Suite et fin du diptyque de billets destinés à dignement fêter cette nouvelle année sur ParenThèses !

Marley avait raté tous ses examens, pour commencer. Là-dessus, pas l’ombre d’un doute. Le registre au rôle était signé par le recteur, le secrétaire du jury, le service du secrétariat et celui qui avait annoncé la mauvaise nouvelle à l’étudiant. Scrooge l’avait signé, et le nom de Scrooge était bon à la bourse (doctorale), quel que fût le papier sur lequel il lui plut d’apposer sa signature.

Le vieux Marley était aussi sûr de bisser que les artistes lors d’un second rappel au théâtre.

Scrooge savait-il que Marley allait bisser ? Sans aucun doute. Comment aurait-il pu en être autrement ? Scrooge lui donnait cours depuis tellement d’années (Marley avait souvent recommencé ses années d’étude), et il se fichait bien d’avoir à continuer à le faire. Il faut dire que Scrooge se fichait de pas mal de choses, comme par exemple du fait que jamais ses étudiants ne l’arrêtent dans le couloir de l’université pour lui dire d’un air satisfait : « Mon cher Scrooge, comment vous portez-vous ? Viendrez-vous au traditionnel souper de faculté ? ». Mais qu’importait à Scrooge, car c’était précisément ce qu’il voulait : se faire un chemin solitaire le long de la carrière académique. Seule comptait véritablement sa thèse. Car Scrooge était doctorant. En histoire de la justice médiévale, qui plus est. Effroyable, n’est-il pas ?

Continuer la lecture de A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)

On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)

Sur ParenThèses on fête Noël et la Saint-Sylvestre comme tout le monde. Vraiment ? Non, pas tout à fait… Un cadeau nous est offert  chaque année : la condition de doctorant en histoire du droit et des institutions. Que les gestionnaires d’Hypothèses se rassurent, dès lundi prochain les billets sérieux et réfléchis feront de nouveau leur apparition sur ce carnet de recherches. En attendant nous avons souhaité profiter du passage à l’an 2015 pour vous faire partager ces deux historiettes à la volette… La magie des fêtes est aussi sur ParenThèses.

Tu vas maintenant écouter ma voix [note du narrateur : le lecteur est en tout cas invité à faire comme si]. Elle va t’aider et t’emmener toujours plus loin dans la rédaction de ton… doctorat. Continuer la lecture de On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)

Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop

Personne n’aime le gris. Pensez-vous, c’est triste comme couleur ! La couleur des croque-morts, oui. Mais pas celle des historiens. Vraiment ?! Non ! Une poignée d’irréductibles a tenté et tente plus que jamais de mettre en avant le gris comme label pour étudier les instruments de travail administratifs dans l’espace méditerranéen entre le 12e et le 17e siècle. Les trois piliers de cette entreprise qu’est le projet « écritures grises » sont Clémence Revest (CNRS-Centre Roland Mousnier), Arnaud Fossier (Université de Dijon) et Johann Petitjean (Université de Poitiers). Ils avaient organisé un premier atelier/workshop en septembre 2013 afin de baliser et d’interroger l’expression qu’ils entendaient promouvoir – celle d’écritures grises – afin de voir si elle pouvait devenir une catégorie d’analyse documentaire pertinente . Continuer la lecture de Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop

Présentation enchâssée-croisée

Dans le billet précédent, nous présentions les grandes lignes du contenu futur de ParenThèses. Un texte certes un peu aride, mais indispensable pour saisir les objectifs de ce carnet. Nous avons la faiblesse de croire qu’il peut également être intéressant pour les lecteurs de ParenThèses d’en apprendre un peu sur ses auteurs. Pour cependant éviter de céder à l’auto-description laudative et égocentrique, nous avons préféré réaliser une présentation croisée, où l’un parlerait de l’autre, à tour de rôle.

Continuer la lecture de Présentation enchâssée-croisée

Nous sommes historiens… On joue à Tétris mais avec des dates

Au départ, il y avait une idée toute simple.  Deux jeunes doctorants en histoire, partageant les mêmes centres d’intérêts, nourrissaient également une vision similaire du chercheur : celle, non pas, de l’ermite érudit reclus dans sa grotte, mais au contraire celle du savant partageant ses réflexions et ses recherches, rendant compte des lectures et des rencontres qui le guident. La diffusion du savoir, de même qu’une activité de veille scientifique, nous paraissaient des responsabilités importantes allant de pair avec la recherche doctorale, d’autant que nous avions la chance que les nôtres soient financées par un organisme public (le Fonds National de la Recherche de Belgique, ou FNRS). Pour pouvoir réaliser cette vision sans risquer de construire un bric-à-brac intellectuel illisible, le format du carnet de recherches s’est finalement imposé presque de lui-même. De même que son titre : ParenThèses. Pourquoi ? Parce que, tout d’abord, nous concevons la tenue de ce carnet comme un plaisir, une pause, une… parenthèse dans nos vies de doctorants ! ParenThèses, également, car si les thèses que nous menons tous deux portent sur des objets d’études différents, elles n’en sont pas moins parentes, en raison de leurs thématiques et leurs chronologies proches. En bons esprits réflexifs, commençons peut-être par détailler ce que ce carnet ne sera pas. Définir par la négative, c’est déjà parcourir un bout du chemin, non ?

Qu’on n’attende pas de ce carnet qu’y soient publiés des billets prompts à agiter la twitto-blogosphère. Il n’est pas dans nos natures de faire de grandes déclarations fracassantes, pas plus que des attaques ad hominem. En réalité, l’idée initiale est avant tout de rendre compte d’une pensée (ou même deux) en train de se développer, par petits blocs qui s’emboîtent, un peu comme une tour de Lego ! Nous souhaitons d’abord présenter les penseurs, auteurs, chercheurs qui nous importent, qui nous marquent, qui nous influencent, sans bien sûr nous départir de l’esprit critique caractéristique de notre formation d’historiens. Ce carnet doit également être un espace pour formuler nos hypothèses, exprimer nos doutes et, pourquoi pas, nos quelques certitudes. Bref, tout ce qui nous a permis et nous permet encore, aujourd’hui, d’appréhender nos recherches au moyen de bases solides. De même, les textes postés seront de divers registres : du billet théorico-méthodologique à un autre davantage centré sur un ouvrage, récent ou non, la focale pourra varier. Pour autant, l’attention sera toujours de proposer un contenu équilibré sans l’obscurcir derrière un vocabulaire abscons1. Au contraire, l’avantage du carnet de recherches est qu’il permet un style d’écriture souple qui, sans être dépourvu de toute rigueur, n’en reste pas moins plus léger qu’une publication scientifique traditionnelle, tout en laissant une petite place à l’humour.

Ce dont il sera d’abord question dans ParenThèses, c’est bien d’histoire. Et plus particulièrement : l’histoire du droit et des institutions. On en voit déjà au fond de la salle qui se lèvent et se dirigent discrètement vers la sortie, mais attendez ! Oui, l’histoire du droit et des institutions est un sujet en apparence aride. Et oui, ce n’est sans doute pas la première voie vers laquelle tout étudiant en histoire entend se diriger (nul n’est parfait). Ce sera à nous de démonter ces préjugés et démontrer à quel point ce champ de recherche peut être passionnant, vivant et même, osons le terme, amusant. Certes, le but premier de ce carnet n’est pas de nous transformer en fondamentalistes de l’histoire juridique et institutionnelle, ni même de faire du prosélytisme. Mais si en cours de route nous pouvions convaincre quelques indécis… comment pourrions-nous résister ?

Nous opterons également pour une interprétation extensive des deux termes que sont « droit » et « institution ». Il est important de remarquer qu’au contraire du modèle académique français, il n’y a pas, en Belgique, de cloisonnement fort entre histoire et histoire du droit ; la plupart des chercheurs en histoire du droit sont historiens (comme nous) ou juristes-historiens, mais il n’y pas, ou peu, cette concurrence et cette opposition méthodologique entre les Facultés de Droit et les Facultés de Lettres. Il en résulte que la conception que l’on défendra ici de l’histoire du droit et des institutions sera à la fois souple et large, puisqu’il sera question dans ce carnet non seulement de législation, mais également de justice, voire même d’autres structures (proto)étatiques telles que le monde militaire ! Nous y reviendrons dans un prochain billet, mais disons simplement ici que nos sujets de recherches respectifs portent, pour l’un, sur le droit de grâce en Europe occidentale au 15e siècle et, pour l’autre, sur la prise de décision au niveau législatif à la fin du 16e siècle2.

Tant que faire se peut, nous veillerons encore à ne pas rester confinés indéfiniment dans une zone de confort intellectuel dans le but d’éviter que nos paroles/écrits se muent en creux verbiages (un peu comme ce trop long billet, diront les esprits chagrins). Au-delà de la ligne d’horizon de notre Alma Mater disciplinaire, nous veillerons à ce que Clio soit avantageusement accompagnée, tantôt par la sociologie, tantôt par les sciences politiques, l’anthropologie ou encore la philosophie. Amateurs de cinéma à nos heures perdues – entre deux passages en dépôt d’archives naturellement – il n’est pas impensable qu’ici où là une contribution relative à ce mode d’expression soit publiée. C’est que le cinéma et, ces dernières années, les séries télévisées ont fourni des œuvres intéressantes concernant le rapport au pouvoir, à la justice et aux institutions en général. Parce qu’un fondu enchaîné ou un zoom compensé peuvent parfois exprimer autant de tensions et de rebondissements qu’une note marginale au creux d’une lettre de rémission ou d’un projet d’ordonnance, on s’autorisera à nourrir de façon rafraîchissante, pensons-nous, nos réflexions.

En clair, il faudra être alertes et conscients de nos limites. N’oublions pas que nous avons des thèses respectives à rédiger. Elles ne le seront pas en un jour ni même en une nuit… quoique.

N.B : En guise d’hommage nous remercions intellectuellement Loïc Prigent qui, par sa nuée de tweets, a fourni l’inspiration pour le titre de ce premier billet.

Crédit photographique : Donnie Nunley, Station Master’s Office.

Pour citer ce billet : Simon Verreycken, "Nous sommes historiens… On joue à Tétris mais avec des dates", in ParenThèses, publié le 15/09/2014, URL: http://parenthese.hypotheses.org/44 (consulté le 19/11/2017).
  1. Soit tout le contraire de ce paragraphe… []
  2. Quand on vous disait qu’on sait s’amuser… []