Archives de catégorie : Hors-champs

La catégorie « Hors-champs » regroupe une série de billets dans lesquels nous nous aventurerons hors de nos champs de recherches habituels pour traiter de sujets divers qui nous intéressent, particulièrement le cinéma et les séries télévisées.

Kit de survie du cinéphile 2.0, volume II

Il y a un peu plus d’un an, paraissait sur ParenThèses le kit de survie du cinéphile 2.0. L’objectif en était de présenter quelques noms de vidéastes (essentiellement sur Youtube) qui proposaient des créations à la fois drôles et didactiques sur le cinéma : critiques de films, chroniques thématiques, rétrospectives sur une œuvre, etc. Sauf qu’un an, dans le petit monde des Internets, ça équivaut à un demi-siècle. En si peu de temps, de nouveaux créateurs peuvent émerger, d’autres disparaître, certains renaître de leurs cendres… L’occasion est donc venue de proposer un second volume au au kit de survie du cinéphile 2.0 !

En cette mi-janvier, entre la correction de deux copies d’examen, quoi de mieux que de faire le tour de ce que la Toile nous propose ?

Continuer la lecture de Kit de survie du cinéphile 2.0, volume II

Le terrorisme au regard de l’historien

La rédaction de ce billet a débuté le dimanche 15 novembre 2015, soit deux jours après les attentats de Paris, et trois après ceux de Beyrouth, les pires attaques que ces deux pays ont connues depuis plusieurs dizaines d’années. À cela encore faut-il ajouter l’attentat à l’hôtel Radisson de Bamako du vendredi 20 novembre. Les pensées des auteurs de ce carnet vont, naturellement, vers les victimes et leurs familles.

Alors que l’émotion est intense et qu’un certain nombre de décisions politiques sont prises par les dirigeants européens suite aux évènements dramatiques survenus le 13 novembre à Paris, une question vient à l’esprit : est-on légitime, en tant qu’historien, pour écrire sur un tel sujet d’actualité ? N’y a-t-il pas là quelque chose d’indécent à rédiger un texte qui, au final, attirera l’attention sur soi, sur son propre site internet ? N’est-ce pas là de la récupération intellectuelle, une tentative opportuniste pour amener du monde dans sa propre crèmerie ? Le temps et le recul sont les carburants essentiels de l’historien, qui n’a pas pour habitude de réagir à chaud. Pour ma part, je ne suis pas spécialiste de la période contemporaine, et encore moins de la question du terrorisme. Pourtant, en tant qu’historien du droit et des institutions, ayant pour thématiques de recherche la construction de l’État et la légitimation de l’usage de la violence, j’éprouve ici le besoin d’écrire. Parce que, en tant que chercheur et universitaire, j’estime que l’un de mes rôles est de pouvoir mettre mes compétences au service de la société, pas nécessairement pour agir sur le plan politique, mais tout du moins pour réfléchir sur la situation actuelle. Parce que, contrairement à ce que j’ai pu lire ici et là, l’heure est, plus que jamais, à se poser des questions, plutôt que de prôner l’action irréfléchie. Aussi développerai-je ici quelques pistes de réflexion, d’abord sur la notion de « terrorisme » et son histoire, ensuite sur la façon dont les chercheurs peuvent, potentiellement, avoir un rôle à jouer dans les débats.

Continuer la lecture de Le terrorisme au regard de l’historien

Les Fragments d’Antonin (2006) : Explorer les traumatismes de guerre

fragments-d'antonin-2Les fragments d’Antonin est un film réalisé en 2006 par Gabriel Le Bomin. S’il s’agissait du premier long métrage de celui-ci, ce n’est pas la première fois qu’il réalisait un film ayant pour thème la Première Guerre mondiale. En effet, c’est lors de la projection de l’un de ses courts-métrages : Le Puits, dont l’action se situe en 1916, qu’Alexandra Lederman, productrice, l’a remarqué. Elle lui a proposé ensuite de tourner un long métrage : Les fragments d’Antonin. De plus, ayant été membre du « service cinéma des armées », il a eu accès a des éléments d’archives peu connus du grand public. Les fragments d’Antonin a été nominé plusieurs fois, notamment aux Césars dans la catégorie du Meilleur premier film. Gabriel Le Bomin est aussi le réalisateur de plusieurs documentaires pour France Télévisions. Continuer la lecture de Les Fragments d’Antonin (2006) : Explorer les traumatismes de guerre

Les Croix de Bois (1932) : filmer la camaraderie des tranchées

croix-de-bois-1Les Croix de Bois est un film de Raymond Bernard, sorti en 1932 et basé sur le roman éponyme de Roland Dorgelès. C’est un film en hommage à la bravoure des soldats anonymes de la Première Guerre Mondiale qui se battent sur les champs de bataille et honore leur mémoire. On découvre leur quotidien dans les tranchées, leur partie de rigolade, leur espoir pour l’après-guerre. C’est notamment l’un des premiers films réalisé quelques années seulement après l’arrivée du cinéma parlant. Les Croix de bois pourront intégrer le bruit du champ de batailles comme les obus, les rafales. Les gens de l’époque pouvaient revivre ce qu’ils avaient vécu durant la guerre. Continuer la lecture de Les Croix de Bois (1932) : filmer la camaraderie des tranchées

À l’Ouest rien de nouveau (1930) : une autre image des Allemands

A-l-Ouest-rien-de-nouveau-affiche-7626À l’ouest rien de nouveau est un long métrage de Lewis Milestone réalisé en 1930 et basé sur le best-seller éponyme de l’Allemand Erich Maria Remarque. L’œuvre détaille le voyage d’une classe de jeunes hommes qui décident de s’enrôler et qui partent combattre pour le Reich allemand. D’abord valeureux, ils subissent rapidement la désillusion face à l’horreur du conflit. Adapté au cinéma par Universal, le film fut un succès énorme dans les salles étasuniennes et fit rapidement parler de lui en Europe. Mais il fut également sujet à polémique. En effet plusieurs pays bannirent le film dès sa sortie. C’est le cas de l’Italie fasciste, de la Hongrie, de la Yougoslavie, de l’Autriche et de la Bulgarie. Il était politiquement et militairement inconcevable pour ces pays de projeter cette éloge du pacifisme et de l’absurdité de la guerre. Continuer la lecture de À l’Ouest rien de nouveau (1930) : une autre image des Allemands

Première Guerre mondiale & cinéma : quelques réflexions

Conclure une année académique

Cette année académique 2014-2015 a vu l’Université Saint-Louis – Bruxelles mettre au point une semaine dédiée au centenaire de la Grande Guerre. Intitulée « 14-18, les arts de la mémoire », cette semaine fut l’occasion d’organiser une conférence de l’historien français Nicolas Offenstadt – Quentin et moi-même en avions fait un compte-rendu sur le carnet – ou d’inviter une troupe de théâtre. Ce fut aussi l’occasion d’organiser un ciné-club sur le temps de midi afin d’y diffuser des œuvres cinématographiques traitant de la Première Guerre mondiale. Profitant de cette occasion, je me suis permis d’aborder avec certains étudiants de première année en histoire la Grande Guerre au cinéma. Le but était simple : analyser un film – différent évidemment de ceux projetés durant la semaine 14-18 – pour ensuite produire un texte court en vue de préparer le travail final de fin d’année. Il fut également convenu que les textes courts d’analyse seraient publiés sur ParenThèses… Nous y voici donc. Il y aura donc trois billets publiés cette semaine sur le carnet issus d’étudiants en histoire à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Le mardi 16 juin, Martin De Bie proposera une analyse du film à l’Ouest rien de nouveau, le mercredi 17 sera consacré au film Les Croix de Bois via une contribution de Tatiana Gomes et, finalement, le jeudi 18 juin sera publiée la contribution de Margot Colin sur Les fragments d’Antonin.

Avant d’offrir à la lecture ces trois billets, il me semblait important de proposer un billet d’introduction pour poser quelque peu les bases de la discussion et de la recherche. Dans un premier temps, je reprendrai très rapidement des considérations générales sur les rapports entre histoire et cinéma. Dans une seconde section, je proposerai quelques analyses succinctes d’œuvres consacrées à la Grande Guerre et principalement issues de la production cinématographique française. Il n’y a donc aucune prétention à l’exhaustivité de ma part dans ce billet. Continuer la lecture de Première Guerre mondiale & cinéma : quelques réflexions

Democracy in action, Mr. Bell ! Quand The Wire nous parle du poids des institutions (5/5)

Ça y est, un cycle se clos, un point final se pose, une porte se ferme, etc., etc. Que nenni ! Non, ce dernier billet sur The Wire et ce que la série veut nous dire à propos des institutions n’est pas un prétexte pour affirmer que cette série de billets contenait l’alpha et l’oméga. Une quantité réellement astronomique d’éléments ont du être mis sur le côté…en commençant par trois saisons de la série elle-même. D’autres articles suivront sur Borgen et House of Cards bien sûr. Mais en attendant, ce cinquième billet sur The Wire rend compte du rapport entre le citoyen et la monde politique : incompréhension, abattement, découragement, etc. Autant de qualificatifs qui paraissaient être de mise quand les créateurs de The Wire songèrent au message qu’ils voulaient transmettre.

Reprenons – pour la dernière fois – si vous le voulez bien. (Et comme à chaque fois : que ceux qui débarquent sans avoir lu les précédents billets, que ce soit le premier, deuxième, troisième ou quatrième, je leur conseille de prendre quelques minutes avant de s’aventurer plus loin) Continuer la lecture de Democracy in action, Mr. Bell ! Quand The Wire nous parle du poids des institutions (5/5)

Nigga, is you taking notes on a criminal fucking conspiracy ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (4/5)

Aujourd’hui c’est l’avant-dernier billet consacré à la série The Wire et le poids des institutions. Alors si toi, oui toi là-bas, lecteur patenté, tu ne sais pas de quoi on cause dans ce billet, je t’invite à cliquer ici. Tu auras un peu de lecture, mais tu comprendras que c’est pour ton bien.

Pour les autres, reprenons.

S’il est évident que l’institution policière est attaquée de tous les côtés par les concepteurs de la série, cela ne veut pas dire pour autant que ce soit la seule institution – au sens d’organismes formels et objectivés – envisagée par The Wire. Ce que j’ai toutefois trouvé quelque peu dommage au cours des lectures préparatoires à ces billets sur The Wire, c’est cette propension à se focaliser sur la seule police. Ce serait peut-être un des seuls reproches que je ferais concernant l’ouvrage collectif The Wire. L’Amérique sur écoute (La Découverte) paru en 2014. Au sein de la seconde partie de l’ouvrage, consacrée à la vision que propose la série des institutions, aucune contribution n’envisage de sortir du cadre institutionnel policier ou alors de façon (très) prudente. J’avoue avoir été un tout petit peu surpris au regard de la saison 3, par exemple. Ladite saison dont le maître mot, pour mémoire, est « réforme » donne l’occasion de séquences extrêmement pertinentes et réfléchies concernant le monde des truands. Drôles et piquantes, ces séquences visant à montrer les changements qui s’opèrent sous l’impulsion de Stringer Bell sont à la fois paradigmatiques de l’ensemble des actes posés par le même Stringer au cours de cette saison (apparaître comme un businessman avant tout) tout en étant caricaturales à maints égards.

Continuer la lecture de Nigga, is you taking notes on a criminal fucking conspiracy ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (4/5)

Academics ?! What, they gonn’ study your study ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (3/5)

Ô toi, chercheur en SHS, qui passe par ce carnet de recherches, ne crois pas que je veuille remettre en cause, avec ce titre de billet, le monde académique ou te faire croire qu’il sera question des big data, MOOC et autres digital-studies-humanities-dont-on-ne-sait-plus-très-bien-ce-que-ça-veut-dire (Et toi, lecteur occasionnel ou régulier qui ne connaît rien des déboires du monde académique, bénis sois-tu).

La situation est, en réalité bien, plus prosaïque… Comme je l’avais annoncé dans le second billet consacré à The Wire et les institutions, le (futur ex-)major Colvin est un personnage sur lequel il faut s’arrêter encore quelques instants. On doit ainsi constater que sa reconversion en tant qu’éducateur-assistant pour un programme de recherche universitaire dans une école publique (saison 4) se solde également par un échec1.

Continuer la lecture de Academics ?! What, they gonn’ study your study ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (3/5)

  1. Toujours cette logique que les réformes, les volontés de changement, etc., restent problématiques et n’aboutissent pour ainsi dire jamais. []

Preventing crime by relying on computer-generated data… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (2/5)

Continuant dans la lignée du premier billet sur les institutions dans The Wire, je tâcherai cette fois d’aborder le monde de la Loi, en clair la police. Omniprésente au long des cinq saisons, la police est une institution à laquelle les créateurs de la série ont accordé énormément d’attention.

La force de contrainte des institutions est telle que D. Simon, le showrunner de la série, a lui-même indiqué que The Wire relevait autant d’une tragédie grecque que d’une série policière… avec un net avantage pour la tragédie d’ailleurs. Une séquence en particulier (souvent citée lorsqu’on aborde The Wire) donnerait même du crédit à cette vision du monde. Continuer la lecture de Preventing crime by relying on computer-generated data… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (2/5)

Kit de survie du cinéphile 2.0

Comme le lecteur s’en sera peut-être rendu compte en visitant la catégorie « Hors-champ » de ce carnet (particulièrement remplie ce mois-ci) ou en consultant les quelques liens web que nous plaçons dans nos billets, Nicolas et moi aimons le cinéma. Beaucoup. Lui est un grand amateur de l’œuvre de Luis Buñuel et de Lars Von Trier, tandis que pour ma part, je peux me montrer assez éclectique, appréciant autant les comédies sociales anglaises façon Ken Loach que les westerns (avec ou sans spaghettis), la science fiction, ou l’œuvre de Hayao Miyazaki.

Il se trouve également que Nicolas et moi apprécions également en apprendre toujours plus sur le cinéma, même si nous avons rarement le temps de lire la très volumineuse littérature qui lui est consacrée. Heureusement pour nous, le web 2.0 est une source inépuisable de connaissance et de plus en plus de jeunes vidéastes (aussi appelés « youtubers » lorsqu’ils utilisent la plateforme de vidéos bien connue qu’est Youtube) se lancent dans la réalisation de vidéos et chroniques consacrées au cinéma. Même si ces auteurs ne peuvent évidemment pas, en une vidéo de quelques minutes, prétendre analyser un film ou une technique de réalisation avec autant de détails que le ferait un ouvrage de plusieurs centaines de pages, il n’empêche que plusieurs d’entres-eux savent faire preuve de beaucoup de didactisme et d’humour, en plus de traiter leurs sujets avec une originalité qui tranche avec le ton académique traditionnel. J’ai donc décidé d’écrire ce court billet afin de faire une petite liste, non exhaustive, de quelques-uns des meilleurs vidéastes qui publient sur la toile des chroniques consacrées au cinéma. Continuer la lecture de Kit de survie du cinéphile 2.0

Soft link break the chain… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (1/5)

Avec ce billet j’entame réellement ma plongée dans l’analyse du poids des institutions dans The Wire. J’ai surtout voulu mettre en évidence, dans ce billet, l’une des composantes de la saison 1 : l’approche croisée entre le monde de la police et celui des trafiquants. Si l’étude des institutions paraîtra peut-être périphérique, il me semble que la séquence analysée est pourtant représentative d’un des messages de la série : la manière dont fonctionnent la police et les trafiquants est, en grande partie, identique. Ces deux institutions seraient ainsi quasi semblables quant à leur manière de procéder. Ceci est d’ailleurs mis en avant au moyen d’une esthétique symétriquement inversée. Mais ne vous inquiétez pas. Je n’ai simplement pas voulu brusquer les choses. Au fur et à mesure que les billets seront publiés, l’avancée dans le monde des institutions se fera toujours plus évidente. Continuer la lecture de Soft link break the chain… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (1/5)

Michael Kohlhaas, ou le choc des représentations judiciaires

Ce mois-ci, sur ParenThèses, on reste branché à l’écran, puisqu’après le texte de Nicolas sur The Wire la semaine dernière, j’inaugure, comme promis, mon premier billet de la série La justice à l’écran, avec un film français au petit parfum danois !

21007923_20130523155127348

Continuer la lecture de Michael Kohlhaas, ou le choc des représentations judiciaires

Quand The Wire était contée… Attention à ne pas mélanger les fils

Oui, oui, je sais. Étudier les séries télévisées, c’est pas sérieux. Il faut garder les yeux rivés sur les ordonnances des 16e et 17e siècles, se tuer les yeux à déchiffrer l’écriture « pattes de mouche » d’un obscur secrétaire et connaître le nom de toutes les personnes travaillant à l’accueil des Archives générales du Royaume. Bon, ça c’est la théorie (vous savez, les choses qu’on raconte à son directeur de thèse pour faire croire qu’on bosse sur des trucs sérieux)… après on se cogne à la réalité et c’est (parfois) autrement plus sexy. Continuer la lecture de Quand The Wire était contée… Attention à ne pas mélanger les fils

You’re in search of Justice? Look at the screen!

« Imaginer une histoire médiévale sans incendie, c’est comme imaginer un film de guerre dans le Pacifique sans avion de chasse qui tombe en piqué »1

« – A witch! A witch! We have found a witch. May we burn her? – How do you know she is a witch? – She looks like one »2

Depuis les premières décennies du vingtième siècle, justice et cinéma ont toujours fait bon ménage, notamment aux États-Unis, où les films de procès (dits trial films ou court dramas), sont légions. A ceux-ci doit-on encore ajouter la pléthore de séries télévisées qui, de Perry Mason à Suits, en passant par Ally MacBeal, ont largement contribué à faire connaître au public européen les grands traits de la common law et de la justice américaine, au point de parfois provoquer quelques confusions chez le téléspectateur des pays de civil law.

Continuer la lecture de You’re in search of Justice? Look at the screen!

  1. Umberto Eco, Apostille au Nom de la Rose, Alfabeta, 1983, trad. fr., Grasset, 1985, p. 36, cité par Pierre Petrou, L’enfance sauvage de la justice : L’imaginaire du crime médiéval dans le cinéma de fiction, dans Criminocorpus [En ligne], Crimes et criminels au cinéma, 1. Thèmes et figures, mis en ligne le 01 janvier 2007 []
  2. Monthy Python and the Holy Grail, 1975 []