Archives de catégorie : Le labo des thésards

« Le labo des thésards » regroupe les billets de réflexions sur les sujets de recherche des auteurs de ParenThèses. On y parle paradigmes, concepts et grands auteurs !

Être historien(ne) à l’ère de l’infotainment

Hello les ami.e.s ! Vous croyiez que nous étions morts ?! Désolé de vous décevoir.

On ne va pas vous faire l’affront de vous sortir un une phrase bateau du genre « ParenThèses a mis ses activités entre parenthèses » ; vous êtes trop bons pour ça. Bon, on vient de le faire, mais ce n’est pas grave. On était juste super busy (à prononcer soupère bizzzzi), en mode Anna-Wintour-pendant-une-Fashion-week, avec colloques et aussi un peu la thèse et puis la thèse et encore la thèse. Heureusement, les étudiants étaient là pour assurer l’intérim sur le blog ! But donut worry for us, on a encore faim de nouveaux billets ! (Vous voyez, on fait même des jeux de mots en english maintenant).

Brrrrrref.

Pour ce billet de rentrée, on voulait une thématique qui claque et bien dans l’actualité. On n’a finalement rien trouvé de mieux que de vous faire part des réflexions que nous avons eu l’occasion de proposer au cours de la journée d’étude organisée le 7 octobre dernier par le Réseau des médiévistes belges de langue française et Ménestrel dont la thématique était  « Le Moyen Âge dans les (nouveaux) médias : quelle place pour les médiévistes ? ». Tu la sens venir, la référence à Assassin’s Creed ou aux vulgarisateurs du Youtube game ?! Bon, comme l’un de nous deux a eu la mauvaise idée de ne pas devenir médiéviste mais plutôt moderniste (c’est triste, hein ?), on ne se limitera pas ici qu’à la question du rôle des spécialistes de la période médiévale. Idem, il ne s’agira pas de parler uniquement des historiens : historiens de l’art, archéologues, linguistes et autres littéraires travaillant sur le passé ont également un rôle à jouer. Continuer la lecture de Être historien(ne) à l’ère de l’infotainment

Un regard historique sur l’expertise. Le cas de la collaboration entre la Commission des Réparations et l’Institut de Sociologie Solvay (1920-1922)

Billet écrit par Marie Linos sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

En mars 1920, la Commission des Réparations fait appel à l’expertise de l’Institut de Sociologie Solvay pour imaginer l’organisation d’un Service d’Information. Ce sera le début d’une collaboration entre les deux organismes qui va durer deux ans. Comment l’analyser au regard des notions qui sous-tendent le concept de l’« expertise » ?

L’étude de l’expertise représente un angle d’approche intéressant à bien des égards pour appréhender l’Histoire des administrations. Selon Michel Foucault, la systématisation de l’expertise est au cœur l’Etat moderne, ce qui est d’ailleurs bien traduit par le concept de « gouvernementalité » qui insiste sur la construction d’une rationalité politique fondée sur des instruments spécifiques et un ensemble de savoirs. Plusieurs concepts sous-tendent la notion d’expertise : la compétence (l’expert est désigné comme tel car on lui reconnaît une compétence), la demande sociale (l’expert est mandaté, son expertise doit se comprendre dans le cadre d’un contexte spécifique), la médiation (le rôle de l’expert est de former des compromis entre plusieurs acteurs) et la dépolitisation (l’appel à l’expertise représente une forme de « technicisation » des questions politiques).

Continuer la lecture de Un regard historique sur l’expertise. Le cas de la collaboration entre la Commission des Réparations et l’Institut de Sociologie Solvay (1920-1922)

Un héritage allemand. Les nouveaux impôts de l’administration des Finances en Belgique (1914-1918)

Billet écrit par Simon Watteyne sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Le 29 octobre 1919, en retard par rapport aux autres nations occidentales, la Belgique adopte enfin l’impôt sur le revenu. En effet, la Belgique a la particularité de ne pas connaître de réforme fiscale avant la Grande Guerre et son retard s’explique facilement : l’occupation allemande. Bien que les débats au Parlement entourant les projets fiscaux du Gouvernement ont lieu dès le mois d’août 1913, la Première Guerre mondiale met le processus en suspens et il faut attendre la fin du conflit pour voir la mise en place de l’impôt sur le revenu, alors que le Gouvernement doit faire face à de sérieuses nécessités budgétaires pour la restauration du pays.

Mais si l’introduction de l’impôt cédulaire et global sur le revenu n’a lieu que le 29 octobre 1919, peut-on avancer les hypothèses que la Belgique a déjà basculé dans un nouveau régime d’imposition intégrant des notions de la fiscalité moderne au cours de la Première Guerre mondiale et que l’administration des Finances connaît finalement une réelle continuité de son fonctionnement malgré l’occupation ?

Continuer la lecture de Un héritage allemand. Les nouveaux impôts de l’administration des Finances en Belgique (1914-1918)

L’administration communale et l’urbanisation du territoire : initiatives et limites

Billet écrit par Alix Sacré sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Vers 1850, Bruxelles est en pleine expansion. Entre autres facteurs, la hausse démographique et la suppression des anciens remparts favorisent le développement de la capitale mais surtout celui de ses faubourgs. En effet, ceux-ci attirent d’avantage que le Pentagone, d’abord parce que, au contraire de celui-ci, ils ne sont pas soumis à l’octroi (une taxe sur certaines denrées), ensuite parce que les terrains y sont moins onéreux, et enfin parce que les conditions de vie y sont plus saines que dans le centre-ville. La population de ces faubourgs croit donc de manière exponentielle : entre 1830 et 1850, Saint-Josse-ten-Noode passe par exemple de 3 077 à près de 15 000 âmes. Face à une telle augmentation de la population et donc à une expansion de l’habitat urbain sur la campagne (vers 1850, la majeure partie de Saint-Josse-ten-Noode est encore rurale), il convient de se demander qui furent les acteurs de ce développement et quels furent les règlements mis en place pour cadrer celui-ci.

Continuer la lecture de L’administration communale et l’urbanisation du territoire : initiatives et limites

La définition de l’identité par l’État, un moyen d’assimilation et de dissolution d’une minorité dans la masse : le cas de la Loi sur les Indiens de 1876 au Canada

Billet écrit par Marion Van Boeckel sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Dès les premiers instants de l’entreprise coloniale au Canada et aux États-Unis, la gestion des populations autochtones vivant sur les territoires nouvellement acquis et la définition de leur identité ont constitué un défi majeur pour les puissances colonisatrices. Au Canada, pendant des décennies, chacune des populations autochtones avait été soumise à des traités individuels et des législations locales différentes qui avaient montrés des résultats variés. En 1876, le gouvernement canadien décida d’imposer une loi forte et s’appliquant uniformément à chaque individu autochtone, sans d’ailleurs tenir compte de ce que les lois précédentes pouvaient avoir montré en terme d’expérience de cohabitation harmonieuse, ou pas. Les buts affirmés de la Loi sur les Indiens étaient de centraliser et rationnaliser le traitement des autochtones, de leur fournir un minimum d’aide sociale, mais surtout d’assimiler ces derniers au sein de la culture dominante européenne, entrainant injustices et discriminations à leur encontre. Via la loi et le pouvoir qu’elle attribuait aux agents du Département des Affaires indiennes, l’administration canadienne s’arrogeait un contrôle total sur les terres attribuées aux autochtones dans les réserves et sur leur fonctionnement politique. Elle supplantait au passage violemment les modes traditionnels de gouvernance et d’échanges en place parmi ces nations   depuis des siècles.

Continuer la lecture de La définition de l’identité par l’État, un moyen d’assimilation et de dissolution d’une minorité dans la masse : le cas de la Loi sur les Indiens de 1876 au Canada

Les déserteurs étrangers et la législation dans les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle

Billet écrit par Maud Robert sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

Les Pays-Bas autrichiens représentent le fleuron des possessions des Habsbourg d’Autriche. Unifié mais pas unitaire, le pays et ses différentes principautés possèdent sous l’égide viennoise une certaine autonomie, devant certes se conformer à une multitude d’arrêts et d’ordonnances, mais possédant également leur propre appareil législatif ; à eux de faire appliquer les dites ordonnances sur leurs terres. Au XVIIIe siècle en Europe, les différentes autorités se rapprochent de plus en plus du concept d’État, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, avec les débuts d’une administration nationale forte. Ainsi pour créer et diffuser les ordonnances susdites, les Pays-Bas autrichiens pouvaient compter sur une administration efficace, placée à Bruxelles par Vienne et représentée grosso modo par les trois grands conseils collatéraux (Conseil Privé, Conseil d’État, Conseil des Finances), complétés bien entendu par d’autres instances. L’objectif de ce billet sera d’aborder la législation mise en place par les gouvernements (car nous évoquerons aussi nos voisins français) au XVIIIe siècle afin de lutter contre la désertion et le vagabondage.

Continuer la lecture de Les déserteurs étrangers et la législation dans les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle

Approches institutionnelle et sociale de l’administration. Le cas de Saint-Trond au 12e siècle

Billet écrit par Marie Tielemans sur base d’un travail réalisé dans le cadre du cours de Master 2 d’Histoire des administrations donné à l’Université Libre de Bruxelles.

L’objectif de ce billet est de montrer qu’une administration urbaine au Moyen Âge peut faire l’objet d’une approche tant institutionnelle que sociale, et que ces deux approches sont complémentaires. Pour ce faire, intéressons-nous au cas de Saint-Trond, ville dont le seigneur est l’abbé du monastère du même nom, et aux charges de villicus, d’écoutête et d’échevin. Nous nous concentrons sur le 12e siècle, période qui apparait être charnière dans l’évolution de ces charges

Petite précision contextuelle

La ville de Saint-Trond relève de deux autorités seigneuriales : celle de l’abbé de Saint-Trond d’une part et celle de l’évêque de Metz – puis de l’évêque de Liège – d’autre part.  Cette dualité est la conséquence des modalités de fondation de l’abbaye au milieu du 7e siècle, sur lesquelles nous ne nous attarderons pas ici. Comme nous le verrons, les fonctions de villicus, d’écoutêtes et d’échevins relèvent de l’autorité seigneuriale : ceux qui sont nommés à ces postes le sont par les seigneurs. Ainsi, à Saint-Trond, il y a deux villici et deux écoutêtes, l’un nommé par l’abbé, l’autre par l’évêque messin ou liégeois. Il en est de même pour les collèges scabinaux, également au nombre de deux. Afin de mener une étude précise, les sources au sujet des agents relevant du pouvoir épiscopal étant pour le moins silencieuses, nous nous concentrerons uniquement sur ceux désignés par l’abbé de Saint-Trond.

Continuer la lecture de Approches institutionnelle et sociale de l’administration. Le cas de Saint-Trond au 12e siècle

L’administration dans tous ses États II, le retour de la vengeance

L’actualité tragique de cette année 2015-2016 aura permis une nouvelle fois de démontrer qu’en période dite de « crise », la gestion de la situation par les pouvoirs publics amène à une forme d’évaluation de l’efficacité de ces derniers. La « bonne gouvernance » est ainsi le mètre-étalon de la légitimité des dirigeants : l’État a-t-il « bien géré » la crise ? Les hommes politiques ont-ils pris les « bonnes mesures » ? En parallèle de l’actualité des attentats, celles de la crise des migrants et surtout de la réforme du travail (la loi El Khomri ou son pendant belge, la loi Peeters) ont, en France comme en Belgique, amené à une certaine remise en cause (l’euphémisme est doux) de nos dirigeants.

Pour l’historien du droit et des institutions, ce kaléidoscope d’événements a ceci d’intéressant qu’il démontre à quel point, au-delà de la flamboyance des déclarations, l’État repose avant tout sur un ensemble d’institutions et que, entendant agir sur le monde, il agit d’abord sur les structures de ses institutions. Ainsi, par exemple, toute politique sécuritaire repose d’abord sur une certaine réorganisation des pouvoirs, certaines institutions se voyant dotées de nouvelles capacités, de nouveaux droits, de nouvelles compétences. L’État, c’est un peu Tibo InShape : quand il veut casser la gueule à quelqu’un, il commence par faire de la musclu dans son coin.

Continuer la lecture de L’administration dans tous ses États II, le retour de la vengeance

Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish

Deuxième billet du diptyque proposant une réflexion sur les contextes de production des publications scientifiques en SHS. Si vous avez manqué le premier (sur les blogs), filez donc le lire de ce pas, malandrins !

La notion de peer review est très ancienne. On la fait remonter au haut Moyen-Âge, même si l’on ne trouve pas de preuve formelle de son existence avant le XIVème siècle. Avant l’avènement des Capétiens, le roi était élu parmi les pairs de France, il devenait à ce titre primus inter pares, c’est à dire le premier d’entre les égaux. Le roi et ses pairs avaient coutume de s’épauler les uns les autres en soumettant les grands pans de leur politique respective à une critique mutuelle. La réunification du royaume de France par les successeurs d’Hugues Capet a rapidement fait tomber cette notion en désuétude, même s’ils ont continué à se prodiguer aide et conseil jusqu’aux débuts de l’absolutisme. L’expression peer review est elle-même apparue en 1325, lorsque Philippe Le Bel convoqua son gendre Edouard II, roi d’Angleterre et duc de Normandie (et donc, à ce titre, paire de Couilly) pour lui dire tout le mal qu’il pensait de lui. En sortant de cette entrevue, Edouard II aurait dit à son favori Hugues le Despenser dans un anglais en formation encore mâtiné de français: Oh my gode (le roi affectionnait particulièrement la quenouille), c’est la pire review qu’on m’ait jamais faite !

Comment la peer review a changé ma manière de travailler (et donné le poil plus brillant).

Pour se faire une idée des petites absurdités du monde de la recherche, il me semble exister trois sites incontournables des internets mondiaux. Le premier, PhD Comics, met en scène les heurs et malheurs d’une série de personnages (doctorants et postdocs) au travers de strips hilarants.

Source : http://bit.ly/1Kk8jkQ
Source : http://phdcomics.com/comics/archive.php?comicid=1835.

Le second, Ciel mon doctorat, est une anthologie de GIF (images animées de quelques secondes) illustrant des phrases proposées par les internautes telles que « Quand ma soeur m’a dit qu’elle aussi, elle voulait faire une thèse », « Quand j’arrive un peu à l’arrache à l’AG du centre de recherche », ou encore « Quand je suis reviewer sur le papier de quelqu’un que je déteste ». Hé bien parlons-en, justement, des reviewers, car il fait l’objet du dernier site, nettement moins connu que ses prédécesseurs mais qui contient pourtant de véritables perles : Shit My Reviewers Say. Celui-ci compile des extraits des pires évaluations reçues par des auteurs ayant soumis leur article à une revue scientifique ; des phrases pas piquées des hannetons comme « This left me somewhere between scratching my head and pulling my hair out », « The writing and data presentation are so bad that I had to leave work and go home early and then spend time to wonder what life is about » ou, mon petit préféré : « I think this article is carefully argued, but at no moment is it stated that Heidegger was a Nazi ».

Continuer la lecture de Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish

In Blogs We Trust !

Cette semaine, on entame une série de deux billets proposant une réflexion sur les contextes de productions des publications scientifiques en SHS. Ces réflexions ne tombent pas du ciel mais s’expliquent par une série d’événements, débats, etc. ayant surgi ces dernières semaines…

« Dans le carnet de recherche, il y a une forme de liberté que nous n’avons pas dans les livres et dans les articles qui contribuent à l’avancement de la carrière universitaire » – Marin Dacos

Je m’étais promis de ne plus publier de billets qui n’étaient pas liés de près ou de loin à mon sujet de thèse pour la simple raison qu’étant occupé à la rédiger, je ne voulais pas voir mon esprit vagabonder au-delà de la période 1580-1610. J’avais prévu un billet aux petits oignons – bonne orthographe? – sur l’application de la législation au 16e siècle, le tout agrémenté d’illustrations tirées d’House of Cards. Bon. On repassera. Quoique. Frank Underwood peut être utile en toute circonstance… Certains événements et nouvelles récents m’ont presque logiquement conduit à réfléchir sur cette pratique enclenchée avec Quentin depuis un peu moins de deux années : le blogging scientifique. Nous avons toujours essayé de penser ParenThèses comme un moyen d’exprimer nos réflexions relatives à nos sujets de recherche et nos intérêts communs ou personnels. Comme le rappelait encore récemment Caroline Muller, via un blog « la communauté historienne, mais aussi un public bien plus large, peut ainsi suivre le développement de recherches de longue haleine et intégrer les questions posées à leurs propres travaux ». S’il est évident que le blogging scientifique est à la mode – Hypothèses a franchi le cap des 1500 carnets inscrit au catalogue Open Edition -, ce n’est pas pour autant qu’il faut multiplier les plaidoiries pro domo et aveugles à son sujet. Continuer la lecture de In Blogs We Trust !

Le Conseil d’Etat et la vacance du pouvoir dans les Pays-Bas espagnols (1595)

Le décès d’un souverain ou de son représentant dans un territoire dépendant de la Couronne pose de nombreux problèmes pratiques auxquels il convient d’apporter immédiatement des solutions. Le cas que je vais traiter dans ce billet entend apporter un éclairage à ce genre de situation délicate pour toute monarchie. Afin de rester fidèle à la même crèmerie, j’aborderais les Pays-Bas espagnols à la fin du 16e siècle. On ne change pas une équipe qui gagne…

Tout d’abord, quelques remarques préliminaires au cas où vous ne seriez pas (encore) familiarisés avec Philippe II d’Espagne (1527-1598), ses représentants dans les Pays-Bas espagnols – ces territoires que l’on avait coutume d’appeler les 17 Provinces depuis Charles Quint, mais qui ne furent 17 que très brièvement… – et les multiples péripéties de la fin du 16e siècle, qu’elles soient économiques, politiques ou sociales. Continuer la lecture de Le Conseil d’Etat et la vacance du pouvoir dans les Pays-Bas espagnols (1595)

La grâce au cœur des conflits de normativités

Mata, que el rey perdona.

Tue, que le roi pardonne.

Proverbe castillan cité par Rudy Chaullet, Crimes, rixes et bruits d’épées. Homicides pardonnés en Castille au Siècle d’or, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2008, p. 34.

Ce billet est la suite d’un texte précédent dans lequel je présentais sur ce carnet les grandes lignes de l’évolution historique du droit de pardonner au Moyen Âge, thématique fort joyeuse que j’étudie dans le cadre de ma thèse de doctorat.

L’affaire a été largement médiatisée. Le 31 janvier 2016, François Hollande accordait la grâce présidentielle à Jacqueline Sauvage, condamnée en appel le 3 décembre 2015 à dix ans de prison pour avoir tué son mari de trois coups de fusil dans le dos. Sauf que depuis des années, la victime frappait sa femme et abusait d’elle, raison pour laquelle la décision de la justice a fait l’objet de très vives critiques. Le 29 janvier dernier, le président de la République recevait les filles et les avocates de Jacqueline Sauvage pour entendre leur demande de grâce. Quelques jours plus tard, il accordait la grâce à la condamnée, lui permettant d’échapper à sa peine.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer dans mon mon billet précédent sur le sujet, le mécanisme par lequel le chef de l’État peut accorder une remise de peine (voire un pardon complet) à un justiciable ne date pas d’hier. À la fin du Moyen Âge, les souverains français, anglais ou castillans accordaient des « lettres de rémission » ou des « lettres de pardon » à la suite d’une supplique introduite par l’infracteur auprès de leur conseil royal. Certains princes particulièrement puissants, tel le duc de Bourgogne, faisaient de même dans leurs principautés. La lettre permettait au bénéficiaire d’ainsi échapper à la justice (contrairement à aujourd’hui, une grâce pouvait être accordée antérieurement à une condamnation, voire même en l’absence de poursuites judiciaires). Les raisons qui justifiaient qu’un monarque médiéval accorde sa grâce étaient multiples : démonstration de pouvoir, arrangement politique, mais aussi volonté de faire du pardon royal/princier un « correctif » de la justice.

Continuer la lecture de La grâce au cœur des conflits de normativités

L’administration de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique au lendemain de la Première Guerre mondiale, 1918 – 1923

L’ancêtre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, la Société littéraire de Bruxelles, fut créée en 1769 par l’Impératrice Marie-Thérèse. Cette institution perdura tout au long des différents régimes que la Belgique connut, à l’exception de la période française où l’Académie impériale et royale des Sciences et des Belles-Lettres fut fermée.

A l’époque de la Première Guerre mondiale, l’organisation de l’Académie royale de Belgique était le fruit d’une grande réforme opérée en 1845, sous le règne de Léopold Ier, laquelle adjoignit une Classe des Beaux-Arts à l’Académie, fixa le nombre de membres, associés et correspondants que comptait chaque Classe et établit une présidence annuelle tenue par l’un des trois directeurs de Classe. Cette réforme fut menée par Sylvain Van de Weyer, alors membre de la Classe des Lettres et Ministre de l’Intérieur, en concertation avec les membres de l’Académie royale de Belgique. Une dernière modification fut apportée en 1907 afin de placer l’Académie royale de Belgique sous le giron du Ministère des Sciences et des Arts. Après la guerre, le législateur intervint en 1924 pour modifier les Statuts organiques et le Règlement général en octroyant à l’Académie royale de Belgique la personnification civile — demandée depuis de nombreuses années par les Académiciens —, ce qui provoqua la création d’une Commission administrative dont la fonction était d’administrer le patrimoine de l’Académie. Avant l’attribution de cette personnification civile, l’Académie ne pouvait pas posséder de biens immobiliers, le Palais des Académies était une propriété de l’État mise à leur disposition. Outre cet aspect, les légataires et les donateurs devaient, avant 1924, obligatoirement passer par l’intermédiaire de l’État afin de transmettre à l’Académie les livres, les objets, le mobilier ou l’argent qu’ils désiraient attribuer à l’Académie. Cette procédure lourde limita le nombre de ces dons et legs.

Continuer la lecture de L’administration de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique au lendemain de la Première Guerre mondiale, 1918 – 1923

L’absence des femmes au sein de l’Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association

Comment expliquer qu’en plus de 100 ans d’existence, le nombre de femmes au sein des instances dirigeantes de l’URBSFA (Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association) n’ait presque pas évolué alors que la société, elle, s’est profondément modifiée ? Une partie des changements sociaux se sont fait grâce à des lois obligeant la présence de femmes d’abord avec des quotas puis avec une parité. C’est le cas depuis les années 1990 et 2000 pour les partis politiques et les entreprises gérées par l’Etat.

Continuer la lecture de L’absence des femmes au sein de l’Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association

L’adoption des plans particuliers d’aménagements : analyse d’une procédure administrative au niveau local

Dans ce présent article, nous allons donner quelque pistes de lecture d’une procédure administrative établie de 1946 à 1976, vue à travers trois communes de l’agglomération bruxelloise : Uccle, Woluwe-Saint-Lambert et Molenbeek-Saint-Jean.

L’étude d’une procédure administrative au niveau local implique différentes conditions de recherches. En effet, celles-ci dépendent des communes, les archives étant conservées au sein de leurs services. Chaque commune choisit alors les documents administratifs qui composent les dossiers d’archives. Certaines conservent essentiellement les plans, avant-projets de ceux-ci, et leurs brouillons. D’autres gardent plutôt les traces des échanges entres le service des Travaux publics et le collège échevinal, voir celles de la publication des enquêtes publiques. On retrouve dans tous les dossiers les actes administratifs officiels, comme les extraits des registres des entités communales (collège des échevins et du bourgmestre et conseil communal) ou les procès-verbaux d’ouverture et de fermeture des enquêtes publiques. Par ailleurs, chaque commune a des conditions de consultations matérielles et règlementaires variées. Pour finir, la seule limite de consultation d’archives est posée par le service d’urbanisme d’Uccle. Il ne s’agit pas d’une certaine sacralisation des archives, mais bien d’une préservation de la règle de l’huis-clos. Ainsi, les extraits des registres au Collège des échevins et du bourgmestre peuvent être consultés mais pas photographiés.

Continuer la lecture de L’adoption des plans particuliers d’aménagements : analyse d’une procédure administrative au niveau local