Cet obscur objet du désir académique : la note en bas de page

Lecture de Anthony Grafton, Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, traduction de l’anglais (américain) par Pierre-Antoine Fabre, Paris, Le Seuil, 1998.

L’habitus académique de Mr. Jourdain ?

Quand je replonge dans ma mémoire d’étudiant frais émoulu débarquant en première année à l’université, je me souviens avoir eu un peu de mal à maîtriser immédiatement le système de référencement infrapaginal qu’on nous avait demandé de suivre pour les travaux. Mais progressivement on apprend et on se sent grandir intellectuellement. Et l’aspirant historien de devenir alors un petit Mr. Jourdain : mais que je deviens savant… Comment ai-je pu vivre si longtemps en ignorant la note infrapaginale… Ah mes parents que je vous veux du mal de ne point m’en voir instruit! Quentin vous parlerait assurément d’embouffonement estudiantin et en langage globish moderne ça donnerait un truc du genre the jesterization of college’s freshmen through the footnotes’ madness. Bref, de quoi donner des cheveux gris aux professeurs/assistants et aux étudiants.

Aujourd’hui, passé de « l’autre côté » du miroir académique, force est de constater que ce qui était vrai pour moi, l’est toujours pour les étudiants actuels (ô chers étudiants qui, par hasard me lisez, ne soyez pas craintifs, je vous en conjure). Je n’irai pas jusqu’à dire que les travaux qui me sont remis sans apparat critique portent les traces de violences physiques après corrections, mais cela interpelle et force à s’interroger sur la pertinence même de cet obscur objet qu’est la note en bas de page. Loin d’être un simple accessoire de mode pour l’historien patenté, la note en bas de page a une réelle pertinence. Et il serait naïf de croire que la note est apparue ex nihilo juste pour embêter les étudiants. Il y a de cela presque vingt ans – 1997 pour la version originale et 1998 pour la traduction française –, l’historien américain Anthony Grafton s’est « amusé » à écrire une histoire de la note en bas de page via son ouvrage Les origines tragiques de l’érudition. Continuer la lecture de Cet obscur objet du désir académique : la note en bas de page

Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire

« In a somewhat ironical manner, one might say that most historians only seem to jump on theoretical and conceptual bandwagons when they are already fashionable for at least a decade in the social sciences, in economics, cultural anthropology, literary or similar neighbouring fields ».

Jan Dumolyn, Political communication and political power in the Middle Ages: a conceptual journey, dans Edad Media, 13, 2012, p. 35. Ça, c’est dit.

Askville était un site de recherches mis en ligne par Amazon, en activité de décembre 2006 à octobre 2013. Il permettait à n’importe qui de poser publiquement une question à laquelle d’autres internautes avaient le loisir de répondre. Or, parmi les millions de questions ainsi posées à la communauté d’Askville, on trouve celle-ci : « Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? ». Il faut bien le regretter, ce cri de détresse, cette interrogation quasiment métaphysique à jamais perdue dans les méandres de l’internet, n’a pas connu la moindre réponse. On doit pourtant reconnaître que c’était une sacrément bonne question, d’autant qu’elle en soulève d’autres.

Continuer la lecture de Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire

Democracy in action, Mr. Bell ! Quand The Wire nous parle du poids des institutions (5/5)

Ça y est, un cycle se clos, un point final se pose, une porte se ferme, etc., etc. Que nenni ! Non, ce dernier billet sur The Wire et ce que la série veut nous dire à propos des institutions n’est pas un prétexte pour affirmer que cette série de billets contenait l’alpha et l’oméga. Une quantité réellement astronomique d’éléments ont du être mis sur le côté…en commençant par trois saisons de la série elle-même. D’autres articles suivront sur Borgen et House of Cards bien sûr. Mais en attendant, ce cinquième billet sur The Wire rend compte du rapport entre le citoyen et la monde politique : incompréhension, abattement, découragement, etc. Autant de qualificatifs qui paraissaient être de mise quand les créateurs de The Wire songèrent au message qu’ils voulaient transmettre.

Reprenons – pour la dernière fois – si vous le voulez bien. (Et comme à chaque fois : que ceux qui débarquent sans avoir lu les précédents billets, que ce soit le premier, deuxième, troisième ou quatrième, je leur conseille de prendre quelques minutes avant de s’aventurer plus loin) Continuer la lecture de Democracy in action, Mr. Bell ! Quand The Wire nous parle du poids des institutions (5/5)

Droit au but : Amandine De Burchgraeve

Nous continuons notre série Droit au but consacrées aux recherches de jeunes chercheurs par l’interview d’Amandine De Burchgraeve, doctorante à l’Université catholique de Louvain. Amandine est titulaire d’un master en histoire (UCL, Louvain-la-Neuve, 2011) ainsi que d’un master complémentaire en anthropologie sociale et culturelle (UCL, Londres, 2012).

Amandine

 

Quand elle ne passe pas son temps à dépouiller les archives de la cour d’assises de Brabant, elle écoute en boucle les albums de Stromae ou emmène sa chienne Laïka à l’entraînement. Nous avons donc droit à une doctorante qui manie, pour les besoins de sa thèse, des approches disciplinaires variées mais dont on n’a cessé, au cours du 20e siècle, de souligner les liens étroits. Amandine a entamé son doctorat en 2012, sous la direction du professeur Xavier Rousseaux, comme chercheuse au sein du projet PAI (Pôle d’Attraction Interuniversitaire) Justice & Population 1795-2017 financé par la Politique scientifique fédérale (BELSPO). Elle a ensuite obtenu un mandat d’Aspirant FRS-FNRS en 2013, mais elle reste étroitement liée aux recherches du PAI.

Continuer la lecture de Droit au but : Amandine De Burchgraeve

Nigga, is you taking notes on a criminal fucking conspiracy ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (4/5)

Aujourd’hui c’est l’avant-dernier billet consacré à la série The Wire et le poids des institutions. Alors si toi, oui toi là-bas, lecteur patenté, tu ne sais pas de quoi on cause dans ce billet, je t’invite à cliquer ici. Tu auras un peu de lecture, mais tu comprendras que c’est pour ton bien.

Pour les autres, reprenons.

S’il est évident que l’institution policière est attaquée de tous les côtés par les concepteurs de la série, cela ne veut pas dire pour autant que ce soit la seule institution – au sens d’organismes formels et objectivés – envisagée par The Wire. Ce que j’ai toutefois trouvé quelque peu dommage au cours des lectures préparatoires à ces billets sur The Wire, c’est cette propension à se focaliser sur la seule police. Ce serait peut-être un des seuls reproches que je ferais concernant l’ouvrage collectif The Wire. L’Amérique sur écoute (La Découverte) paru en 2014. Au sein de la seconde partie de l’ouvrage, consacrée à la vision que propose la série des institutions, aucune contribution n’envisage de sortir du cadre institutionnel policier ou alors de façon (très) prudente. J’avoue avoir été un tout petit peu surpris au regard de la saison 3, par exemple. Ladite saison dont le maître mot, pour mémoire, est « réforme » donne l’occasion de séquences extrêmement pertinentes et réfléchies concernant le monde des truands. Drôles et piquantes, ces séquences visant à montrer les changements qui s’opèrent sous l’impulsion de Stringer Bell sont à la fois paradigmatiques de l’ensemble des actes posés par le même Stringer au cours de cette saison (apparaître comme un businessman avant tout) tout en étant caricaturales à maints égards.

Continuer la lecture de Nigga, is you taking notes on a criminal fucking conspiracy ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (4/5)

Une histoire d’amour inattendue ? Regard sur la révolution numérique (2/2)

En ce début janvier, alors que le monde émerge lentement de sa torpeur et que les gens se remettent petit à petit des fêtes, les doctorants, eux aussi, après quelques jours passés loin de la thèse, songent tout doucement à revenir à des considérations plus sérieuses. On ne peut pas passer toute sa vie à danser sur les toits de la ville après tout.

Les préoccupations d’un doctorant peuvent parfois être des plus… matérielles. Récemment encore, je m’interrogeai pendant plusieurs jours sur l’équipement que je devais acquérir afin de numériser les archives qu’il me fallait consulter pour la thèse. Appareil photo ? Tablette ? Scanner ? Quand la majorité de vos archives sont à l’étranger et que ce sont plusieurs milliers de folios de parchemin qu’il vous faut numériser, le choix du matériel approprié est fondamental. Cette interrogation dès plus matérialistes témoigne du reste de la place de plus en plus importante du digital dans le parcours doctoral.

Ces dernières semaines, sur ParenThèses, nous avons pas mal parlé de la révolution numérique, de son impact dans le milieu académique et de sa représentation dans la fiction. Au-delà de l’aspect vendeur d’un tel sujet, cette attention de notre part pour les Humanités Digitales témoigne également d’une réelle convergence d’intérêts entre la révolution numérique et l’histoire du droit et des institutions. Une convergence qui, pourtant, ne va de prime abord pas de soi…

Continuer la lecture de Une histoire d’amour inattendue ? Regard sur la révolution numérique (2/2)

A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)

Suite et fin du diptyque de billets destinés à dignement fêter cette nouvelle année sur ParenThèses !

Marley avait raté tous ses examens, pour commencer. Là-dessus, pas l’ombre d’un doute. Le registre au rôle était signé par le recteur, le secrétaire du jury, le service du secrétariat et celui qui avait annoncé la mauvaise nouvelle à l’étudiant. Scrooge l’avait signé, et le nom de Scrooge était bon à la bourse (doctorale), quel que fût le papier sur lequel il lui plut d’apposer sa signature.

Le vieux Marley était aussi sûr de bisser que les artistes lors d’un second rappel au théâtre.

Scrooge savait-il que Marley allait bisser ? Sans aucun doute. Comment aurait-il pu en être autrement ? Scrooge lui donnait cours depuis tellement d’années (Marley avait souvent recommencé ses années d’étude), et il se fichait bien d’avoir à continuer à le faire. Il faut dire que Scrooge se fichait de pas mal de choses, comme par exemple du fait que jamais ses étudiants ne l’arrêtent dans le couloir de l’université pour lui dire d’un air satisfait : « Mon cher Scrooge, comment vous portez-vous ? Viendrez-vous au traditionnel souper de faculté ? ». Mais qu’importait à Scrooge, car c’était précisément ce qu’il voulait : se faire un chemin solitaire le long de la carrière académique. Seule comptait véritablement sa thèse. Car Scrooge était doctorant. En histoire de la justice médiévale, qui plus est. Effroyable, n’est-il pas ?

Continuer la lecture de A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)

On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)

Sur ParenThèses on fête Noël et la Saint-Sylvestre comme tout le monde. Vraiment ? Non, pas tout à fait… Un cadeau nous est offert  chaque année : la condition de doctorant en histoire du droit et des institutions. Que les gestionnaires d’Hypothèses se rassurent, dès lundi prochain les billets sérieux et réfléchis feront de nouveau leur apparition sur ce carnet de recherches. En attendant nous avons souhaité profiter du passage à l’an 2015 pour vous faire partager ces deux historiettes à la volette… La magie des fêtes est aussi sur ParenThèses.

Tu vas maintenant écouter ma voix [note du narrateur : le lecteur est en tout cas invité à faire comme si]. Elle va t’aider et t’emmener toujours plus loin dans la rédaction de ton… doctorat. Continuer la lecture de On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)

Academics ?! What, they gonn’ study your study ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (3/5)

Ô toi, chercheur en SHS, qui passe par ce carnet de recherches, ne crois pas que je veuille remettre en cause, avec ce titre de billet, le monde académique ou te faire croire qu’il sera question des big data, MOOC et autres digital-studies-humanities-dont-on-ne-sait-plus-très-bien-ce-que-ça-veut-dire (Et toi, lecteur occasionnel ou régulier qui ne connaît rien des déboires du monde académique, bénis sois-tu).

La situation est, en réalité bien, plus prosaïque… Comme je l’avais annoncé dans le second billet consacré à The Wire et les institutions, le (futur ex-)major Colvin est un personnage sur lequel il faut s’arrêter encore quelques instants. On doit ainsi constater que sa reconversion en tant qu’éducateur-assistant pour un programme de recherche universitaire dans une école publique (saison 4) se solde également par un échec1.

Continuer la lecture de Academics ?! What, they gonn’ study your study ? Quand The Wire nous parle du poids des institutions (3/5)

  1. Toujours cette logique que les réformes, les volontés de changement, etc., restent problématiques et n’aboutissent pour ainsi dire jamais. []

Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)

Alors que, vissé sur ma chaise, les yeux rivés à mon écran d’ordinateur, je passe ma soirée à remplir une série de formulaires afin de poser ma candidature pour l’obtention d’une quelconque bourse (le genre de délice administratif que tout doctorant aura eu le loisir d’apprécier au cours de sa carrière), je réalise qu’en complétant ce document Word à la mise en page désespérante, je n’ai pas pu m’empêcher, à la case « justification de la demande », de placer dans mon argumentaire un laïus sur les Digital Humanities. Pourquoi ? Mais parce que cela fait vendre, pardi ! Non pas qu’il s’agisse là d’un mensonge, ni même d’un odieux baratin, car il y a bien une dimension d’ « Humanités digitales » dans ma recherche doctorale (essentiellement, la mise en place de bases de données, sans doute accompagnée par la numérisation de documents d’archives), mais force est de constater qu’il s’agit pour moi de mettre en avant dans mon dossier de candidature une notion qui, je le sais pertinemment, rencontre un succès phénoménal au sein des instances décisionnaires et budgétaires depuis quelques années.

Continuer la lecture de Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)

Preventing crime by relying on computer-generated data… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (2/5)

Continuant dans la lignée du premier billet sur les institutions dans The Wire, je tâcherai cette fois d’aborder le monde de la Loi, en clair la police. Omniprésente au long des cinq saisons, la police est une institution à laquelle les créateurs de la série ont accordé énormément d’attention.

La force de contrainte des institutions est telle que D. Simon, le showrunner de la série, a lui-même indiqué que The Wire relevait autant d’une tragédie grecque que d’une série policière… avec un net avantage pour la tragédie d’ailleurs. Une séquence en particulier (souvent citée lorsqu’on aborde The Wire) donnerait même du crédit à cette vision du monde. Continuer la lecture de Preventing crime by relying on computer-generated data… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (2/5)

Kit de survie du cinéphile 2.0

Comme le lecteur s’en sera peut-être rendu compte en visitant la catégorie « Hors-champ » de ce carnet (particulièrement remplie ce mois-ci) ou en consultant les quelques liens web que nous plaçons dans nos billets, Nicolas et moi aimons le cinéma. Beaucoup. Lui est un grand amateur de l’œuvre de Luis Buñuel et de Lars Von Trier, tandis que pour ma part, je peux me montrer assez éclectique, appréciant autant les comédies sociales anglaises façon Ken Loach que les westerns (avec ou sans spaghettis), la science fiction, ou l’œuvre de Hayao Miyazaki.

Il se trouve également que Nicolas et moi apprécions également en apprendre toujours plus sur le cinéma, même si nous avons rarement le temps de lire la très volumineuse littérature qui lui est consacrée. Heureusement pour nous, le web 2.0 est une source inépuisable de connaissance et de plus en plus de jeunes vidéastes (aussi appelés « youtubers » lorsqu’ils utilisent la plateforme de vidéos bien connue qu’est Youtube) se lancent dans la réalisation de vidéos et chroniques consacrées au cinéma. Même si ces auteurs ne peuvent évidemment pas, en une vidéo de quelques minutes, prétendre analyser un film ou une technique de réalisation avec autant de détails que le ferait un ouvrage de plusieurs centaines de pages, il n’empêche que plusieurs d’entres-eux savent faire preuve de beaucoup de didactisme et d’humour, en plus de traiter leurs sujets avec une originalité qui tranche avec le ton académique traditionnel. J’ai donc décidé d’écrire ce court billet afin de faire une petite liste, non exhaustive, de quelques-uns des meilleurs vidéastes qui publient sur la toile des chroniques consacrées au cinéma. Continuer la lecture de Kit de survie du cinéphile 2.0

Soft link break the chain… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (1/5)

Avec ce billet j’entame réellement ma plongée dans l’analyse du poids des institutions dans The Wire. J’ai surtout voulu mettre en évidence, dans ce billet, l’une des composantes de la saison 1 : l’approche croisée entre le monde de la police et celui des trafiquants. Si l’étude des institutions paraîtra peut-être périphérique, il me semble que la séquence analysée est pourtant représentative d’un des messages de la série : la manière dont fonctionnent la police et les trafiquants est, en grande partie, identique. Ces deux institutions seraient ainsi quasi semblables quant à leur manière de procéder. Ceci est d’ailleurs mis en avant au moyen d’une esthétique symétriquement inversée. Mais ne vous inquiétez pas. Je n’ai simplement pas voulu brusquer les choses. Au fur et à mesure que les billets seront publiés, l’avancée dans le monde des institutions se fera toujours plus évidente. Continuer la lecture de Soft link break the chain… Quand The Wire nous parle du poids des institutions (1/5)

Michael Kohlhaas, ou le choc des représentations judiciaires

Ce mois-ci, sur ParenThèses, on reste branché à l’écran, puisqu’après le texte de Nicolas sur The Wire la semaine dernière, j’inaugure, comme promis, mon premier billet de la série La justice à l’écran, avec un film français au petit parfum danois !

21007923_20130523155127348

Continuer la lecture de Michael Kohlhaas, ou le choc des représentations judiciaires

Quand The Wire était contée… Attention à ne pas mélanger les fils

Oui, oui, je sais. Étudier les séries télévisées, c’est pas sérieux. Il faut garder les yeux rivés sur les ordonnances des 16e et 17e siècles, se tuer les yeux à déchiffrer l’écriture « pattes de mouche » d’un obscur secrétaire et connaître le nom de toutes les personnes travaillant à l’accueil des Archives générales du Royaume. Bon, ça c’est la théorie (vous savez, les choses qu’on raconte à son directeur de thèse pour faire croire qu’on bosse sur des trucs sérieux)… après on se cogne à la réalité et c’est (parfois) autrement plus sexy. Continuer la lecture de Quand The Wire était contée… Attention à ne pas mélanger les fils

Carnet de recherches en histoire du droit et des institutions