Archives par mot-clé : blogging

Être historien(ne) à l’ère de l’infotainment

Hello les ami.e.s ! Vous croyiez que nous étions morts ?! Désolé de vous décevoir.

On ne va pas vous faire l’affront de vous sortir un une phrase bateau du genre « ParenThèses a mis ses activités entre parenthèses » ; vous êtes trop bons pour ça. Bon, on vient de le faire, mais ce n’est pas grave. On était juste super busy (à prononcer soupère bizzzzi), en mode Anna-Wintour-pendant-une-Fashion-week, avec colloques et aussi un peu la thèse et puis la thèse et encore la thèse. Heureusement, les étudiants étaient là pour assurer l’intérim sur le blog ! But donut worry for us, on a encore faim de nouveaux billets ! (Vous voyez, on fait même des jeux de mots en english maintenant).

Brrrrrref.

Pour ce billet de rentrée, on voulait une thématique qui claque et bien dans l’actualité. On n’a finalement rien trouvé de mieux que de vous faire part des réflexions que nous avons eu l’occasion de proposer au cours de la journée d’étude organisée le 7 octobre dernier par le Réseau des médiévistes belges de langue française et Ménestrel dont la thématique était  « Le Moyen Âge dans les (nouveaux) médias : quelle place pour les médiévistes ? ». Tu la sens venir, la référence à Assassin’s Creed ou aux vulgarisateurs du Youtube game ?! Bon, comme l’un de nous deux a eu la mauvaise idée de ne pas devenir médiéviste mais plutôt moderniste (c’est triste, hein ?), on ne se limitera pas ici qu’à la question du rôle des spécialistes de la période médiévale. Idem, il ne s’agira pas de parler uniquement des historiens : historiens de l’art, archéologues, linguistes et autres littéraires travaillant sur le passé ont également un rôle à jouer. Continuer la lecture de Être historien(ne) à l’ère de l’infotainment

In Blogs We Trust !

Cette semaine, on entame une série de deux billets proposant une réflexion sur les contextes de productions des publications scientifiques en SHS. Ces réflexions ne tombent pas du ciel mais s’expliquent par une série d’événements, débats, etc. ayant surgi ces dernières semaines…

« Dans le carnet de recherche, il y a une forme de liberté que nous n’avons pas dans les livres et dans les articles qui contribuent à l’avancement de la carrière universitaire » – Marin Dacos

Je m’étais promis de ne plus publier de billets qui n’étaient pas liés de près ou de loin à mon sujet de thèse pour la simple raison qu’étant occupé à la rédiger, je ne voulais pas voir mon esprit vagabonder au-delà de la période 1580-1610. J’avais prévu un billet aux petits oignons – bonne orthographe? – sur l’application de la législation au 16e siècle, le tout agrémenté d’illustrations tirées d’House of Cards. Bon. On repassera. Quoique. Frank Underwood peut être utile en toute circonstance… Certains événements et nouvelles récents m’ont presque logiquement conduit à réfléchir sur cette pratique enclenchée avec Quentin depuis un peu moins de deux années : le blogging scientifique. Nous avons toujours essayé de penser ParenThèses comme un moyen d’exprimer nos réflexions relatives à nos sujets de recherche et nos intérêts communs ou personnels. Comme le rappelait encore récemment Caroline Muller, via un blog « la communauté historienne, mais aussi un public bien plus large, peut ainsi suivre le développement de recherches de longue haleine et intégrer les questions posées à leurs propres travaux ». S’il est évident que le blogging scientifique est à la mode – Hypothèses a franchi le cap des 1500 carnets inscrit au catalogue Open Edition -, ce n’est pas pour autant qu’il faut multiplier les plaidoiries pro domo et aveugles à son sujet. Continuer la lecture de In Blogs We Trust !