Archives par mot-clé : colloques

Retour d’expérience : organiser un colloque #EasyPeasy

Aaaah, l’été 2016 s’annonçait tranquille, calme et distrayant puisqu’isolé dans une cellule (i.e mon bureau) afin d’y rédiger l’oeuvre de ma vie une thèse en mode express. Toutefois, après l’année académique qui venait de s’écouler, j’ai songé à un petit billet du style « retour d’expérience » à propos de l’organisation de colloques. Soyons honnêtes. Ce n’est pas évident de savoir a priori ce qu’il faut faire ou ne pas faire quand on se lance dans la préparation d’un événement scientifique.

Mais à l’idée de faire un billet « retour d’expérience » s’y est jointe une autre, celle de ne pas rédiger un texte suivi mais de proposer des GIF. C’est l’été quoi, faut bien un peu se reposer aussi…  Voici donc un retour d’expérience autour de l’organisation d’un colloque et du vécu que cela implique en quelques petites madeleines… enfin des GIF. Et comme le GIF est à la mode, autant en profiter. Continuer la lecture de Retour d’expérience : organiser un colloque #EasyPeasy

Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

Lecture de l’ouvrage : FEDERINOV Bertrand, DOCQUIER Gilles et CAUCHIES Jean-Marie (dir.), A l’aune de Nos Gloires. Édifier, narrer et embellir par l’image. Actes du colloque tenu au Musée royal de Mariemont les 9 et 10 novembre 2012, Morlanwelz-Bruxelles, Musée royal de Mariemont-Presses de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, 2015 (Monographies du Musée royal de Mariemont 20 ; Cahiers du CRHiDI hors-série).

Couverture "A l'aune de Nos Gloires"
Couverture « A l’aune de Nos Gloires »

Apprendre l’histoire après avoir fait ses courses

Qui n’a jamais rêvé de maîtriser l’histoire de son pays sur le bout des doigts ? Qui n’a jamais aspiré, en Belgique, à s’imaginer en Godefroid de Bouillon, en Philippe le Bon ou en Charles Quint ? Il est des icônes historiques dont l’existence a tellement été magnifiée voire même mythifiée, que l’imaginaire collectif en est pétri jusqu’à plus soif. Nos Gloires font ainsi partie de ces publications qui ont contribué au façonnement d’une vision historique singulière du roman national belge. Publiés entre 1949 et 1960, les volumes Nos Gloires ne sont pas une entreprise éditoriale comme les autres. Constituées de six volumes totalisant plus de 500 images, Nos Gloires étaient prioritairement orientées vers un public jeune et adolescent qui devait collectionner les points sur les paquets de produits de consommation afin de les échanger contre des images. Ces images numérotées devaient ensuite être placées dans les albums ad hoc. Chaque image disposait de sa notice explicative permettant de comprendre brièvement l’événement ou le personnage historique représentés. Nos Gloires représentent une aventure éditoriale particulière, et à ce titre il semblait pertinent de s’attarder quelques instants sur la vision historique distillée à la jeunesse belge durant l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale. Ce billet s’imposait d’ailleurs presque de lui-même dans la mesure où les actes d’un colloque co-organisé par l’Université Saint-Louis – Bruxelles et le Musée Royal de Mariemont en 2012 sont parus il y a à peine quelques mois. Si tout historien doit être quelque peu enclin à analyser le contexte de production dans lequel il évolue, il est également bon qu’il se tourne vers ceux qui l’ont précédé et qui peuvent (éventuellement) influencer sa pratique. Ce billet n’a donc d’autre prétention que de rendre compte des résultats issus du colloque organisé à Mariemont il y a maintenant trois ans tout en se focalisant sur les périodes médiévale et moderne. On ne va tout de même pas tourner casaque pour l’histoire antique ou contemporaine… Continuer la lecture de Quand l’histoire tombe dans le panier de la ménagère

La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

Nul n’y a échappé le week-end dernier, l’opération « Royal Baby vol. 2 » a parfaitement fonctionné : badauds, journalistes, chaînes d’info en continu, sites internet de quotidiens, twittosphère, etc. étaient en ébullition. À moins d’avoir vécu en ermite durant les dernières 72 heures, vous n’avez pas pu passer à côté de la naissance du second enfant du duc et de la duchesse de Cambridge. Outre le côté kitchissime et typiquement anglais de certaines manifestations, la naissance de la sœur du prince George aura en tout cas permis de parler des modalités de succession au trône en Grande-Bretagne. En clair, la monarchie britannique a modifié son système de succession en le dépoussiérant de plus de trois siècles de tradition. Le nouvel enfant du coupe princier1 sera considéré dans l’ordre de succession au trône à la suite de son grand-père (prince Charles), de son père (prince William) et de son frère (prince George). Pour faire simple, c’est le principe de primogéniture avec privilège de masculinité qui vole en partie en éclat avec la naissance de la nouvelle princesse et à la suite des modifications votées par le Parlement de Londres en 2011. Les médias anglais s’interrogent déjà sur la relation qu’auront George et sa sœur, respectivement troisième et quatrième dans l’ordre de succession au trône. La BBC, avec un humour so british, a d’ailleurs titré the heir and the spare… A bowling for my Kingdom ? Continuer la lecture de La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

  1. A l’heure d’écrire ces lignes, le nom de la nouvelle princesse n’a pas encore été communiqué officiellement. []

Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop

Personne n’aime le gris. Pensez-vous, c’est triste comme couleur ! La couleur des croque-morts, oui. Mais pas celle des historiens. Vraiment ?! Non ! Une poignée d’irréductibles a tenté et tente plus que jamais de mettre en avant le gris comme label pour étudier les instruments de travail administratifs dans l’espace méditerranéen entre le 12e et le 17e siècle. Les trois piliers de cette entreprise qu’est le projet « écritures grises » sont Clémence Revest (CNRS-Centre Roland Mousnier), Arnaud Fossier (Université de Dijon) et Johann Petitjean (Université de Poitiers). Ils avaient organisé un premier atelier/workshop en septembre 2013 afin de baliser et d’interroger l’expression qu’ils entendaient promouvoir – celle d’écritures grises – afin de voir si elle pouvait devenir une catégorie d’analyse documentaire pertinente . Continuer la lecture de Il n’y a que les idiots qui disent du mal du gris…Réflexions post workshop