Archives par mot-clé : Critique

Face à la peur : guide de survie en territoire zombie

Depuis maintenant plusieurs semaines, la société belge est traversée par une série de tensions et de débats suite aux tragiques évènements du 22 mars 2016. À l’angoisse de possibles nouveaux attentats s’ajoutent des critiques à l’égard du gouvernement et des institutions belges quant à leur façon de gérer cette crise ; tandis qu’une commission d’enquête parlementaire a été mise en place, politiques, journalistes et experts n’ont eu de cesse de revenir à ces deux questions : comment mieux réagir en temps de crise, et surtout peut-on à l’avenir prévenir plus efficacement les attaques terroristes ?

Un sondage du journal Le Soir daté du 31 mars 2016 estimait de façon assez paradoxale que 73% des Belges pensent que « le renforcement des mesures sécuritaires n’empêchera certainement pas de nouveaux attentats », mais 79% croient également qu’« il faut vraiment un pouvoir fort pour mettre de l’ordre dans tout ça ». Je ne reviendrai pas ici sur la prudence qu’il faut avoir vis-à-vis des sondages, et plus encore sur l’inanité avec laquelle semblent avoir été formulées les questions (qu’est-ce qu’un « État fort » en Belgique ? Un pouvoir autoritaire ? Un État fédéral avec davantage de compétences que les régions ? Et puis que désigne le « tout ça » ?), pour simplement retenir que la question des politiques sécuritaires et du pouvoir de l’État est aujourd’hui centrale en Belgique.

Source : Le Soir, 31 mars 2016.
Source : Le Soir, 31 mars 2016. Ou comment poser des questions ambiguës.

Dans ce contexte, le chercheur en sciences sociales peut être à même d’apporter une série d’éclairages et de réflexions susceptibles d’éclairer les débats. Dans ce billet, mon intention est de faire la synthèse et le commentaire du contenu d’un petit livre paru récemment, intitulé L’exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion, qui retranscrit un débat s’étant déroulé entre l’historien Patrick Boucheron et le politologue Corey Robin, avec une introduction du politiste Renaud Payre1.

Continuer la lecture de Face à la peur : guide de survie en territoire zombie

  1. Patrick Boucheron, Corey Robin et Renaud Payre, L’exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015. Je signale au passage que j’ai également co-signé un compte-rendu du livre sur la revue Lectures avec mon comparse Lionel Francou. []

Le terrorisme au regard de l’historien

La rédaction de ce billet a débuté le dimanche 15 novembre 2015, soit deux jours après les attentats de Paris, et trois après ceux de Beyrouth, les pires attaques que ces deux pays ont connues depuis plusieurs dizaines d’années. À cela encore faut-il ajouter l’attentat à l’hôtel Radisson de Bamako du vendredi 20 novembre. Les pensées des auteurs de ce carnet vont, naturellement, vers les victimes et leurs familles.

Alors que l’émotion est intense et qu’un certain nombre de décisions politiques sont prises par les dirigeants européens suite aux évènements dramatiques survenus le 13 novembre à Paris, une question vient à l’esprit : est-on légitime, en tant qu’historien, pour écrire sur un tel sujet d’actualité ? N’y a-t-il pas là quelque chose d’indécent à rédiger un texte qui, au final, attirera l’attention sur soi, sur son propre site internet ? N’est-ce pas là de la récupération intellectuelle, une tentative opportuniste pour amener du monde dans sa propre crèmerie ? Le temps et le recul sont les carburants essentiels de l’historien, qui n’a pas pour habitude de réagir à chaud. Pour ma part, je ne suis pas spécialiste de la période contemporaine, et encore moins de la question du terrorisme. Pourtant, en tant qu’historien du droit et des institutions, ayant pour thématiques de recherche la construction de l’État et la légitimation de l’usage de la violence, j’éprouve ici le besoin d’écrire. Parce que, en tant que chercheur et universitaire, j’estime que l’un de mes rôles est de pouvoir mettre mes compétences au service de la société, pas nécessairement pour agir sur le plan politique, mais tout du moins pour réfléchir sur la situation actuelle. Parce que, contrairement à ce que j’ai pu lire ici et là, l’heure est, plus que jamais, à se poser des questions, plutôt que de prôner l’action irréfléchie. Aussi développerai-je ici quelques pistes de réflexion, d’abord sur la notion de « terrorisme » et son histoire, ensuite sur la façon dont les chercheurs peuvent, potentiellement, avoir un rôle à jouer dans les débats.

Continuer la lecture de Le terrorisme au regard de l’historien