Archives par mot-clé : écriture

Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish

Deuxième billet du diptyque proposant une réflexion sur les contextes de production des publications scientifiques en SHS. Si vous avez manqué le premier (sur les blogs), filez donc le lire de ce pas, malandrins !

La notion de peer review est très ancienne. On la fait remonter au haut Moyen-Âge, même si l’on ne trouve pas de preuve formelle de son existence avant le XIVème siècle. Avant l’avènement des Capétiens, le roi était élu parmi les pairs de France, il devenait à ce titre primus inter pares, c’est à dire le premier d’entre les égaux. Le roi et ses pairs avaient coutume de s’épauler les uns les autres en soumettant les grands pans de leur politique respective à une critique mutuelle. La réunification du royaume de France par les successeurs d’Hugues Capet a rapidement fait tomber cette notion en désuétude, même s’ils ont continué à se prodiguer aide et conseil jusqu’aux débuts de l’absolutisme. L’expression peer review est elle-même apparue en 1325, lorsque Philippe Le Bel convoqua son gendre Edouard II, roi d’Angleterre et duc de Normandie (et donc, à ce titre, paire de Couilly) pour lui dire tout le mal qu’il pensait de lui. En sortant de cette entrevue, Edouard II aurait dit à son favori Hugues le Despenser dans un anglais en formation encore mâtiné de français: Oh my gode (le roi affectionnait particulièrement la quenouille), c’est la pire review qu’on m’ait jamais faite !

Comment la peer review a changé ma manière de travailler (et donné le poil plus brillant).

Pour se faire une idée des petites absurdités du monde de la recherche, il me semble exister trois sites incontournables des internets mondiaux. Le premier, PhD Comics, met en scène les heurs et malheurs d’une série de personnages (doctorants et postdocs) au travers de strips hilarants.

Source : http://bit.ly/1Kk8jkQ
Source : http://phdcomics.com/comics/archive.php?comicid=1835.

Le second, Ciel mon doctorat, est une anthologie de GIF (images animées de quelques secondes) illustrant des phrases proposées par les internautes telles que « Quand ma soeur m’a dit qu’elle aussi, elle voulait faire une thèse », « Quand j’arrive un peu à l’arrache à l’AG du centre de recherche », ou encore « Quand je suis reviewer sur le papier de quelqu’un que je déteste ». Hé bien parlons-en, justement, des reviewers, car il fait l’objet du dernier site, nettement moins connu que ses prédécesseurs mais qui contient pourtant de véritables perles : Shit My Reviewers Say. Celui-ci compile des extraits des pires évaluations reçues par des auteurs ayant soumis leur article à une revue scientifique ; des phrases pas piquées des hannetons comme « This left me somewhere between scratching my head and pulling my hair out », « The writing and data presentation are so bad that I had to leave work and go home early and then spend time to wonder what life is about » ou, mon petit préféré : « I think this article is carefully argued, but at no moment is it stated that Heidegger was a Nazi ».

Continuer la lecture de Les revues de jeunes chercheurs à l’heure du Publish or Perish

In Blogs We Trust !

Cette semaine, on entame une série de deux billets proposant une réflexion sur les contextes de productions des publications scientifiques en SHS. Ces réflexions ne tombent pas du ciel mais s’expliquent par une série d’événements, débats, etc. ayant surgi ces dernières semaines…

« Dans le carnet de recherche, il y a une forme de liberté que nous n’avons pas dans les livres et dans les articles qui contribuent à l’avancement de la carrière universitaire » – Marin Dacos

Je m’étais promis de ne plus publier de billets qui n’étaient pas liés de près ou de loin à mon sujet de thèse pour la simple raison qu’étant occupé à la rédiger, je ne voulais pas voir mon esprit vagabonder au-delà de la période 1580-1610. J’avais prévu un billet aux petits oignons – bonne orthographe? – sur l’application de la législation au 16e siècle, le tout agrémenté d’illustrations tirées d’House of Cards. Bon. On repassera. Quoique. Frank Underwood peut être utile en toute circonstance… Certains événements et nouvelles récents m’ont presque logiquement conduit à réfléchir sur cette pratique enclenchée avec Quentin depuis un peu moins de deux années : le blogging scientifique. Nous avons toujours essayé de penser ParenThèses comme un moyen d’exprimer nos réflexions relatives à nos sujets de recherche et nos intérêts communs ou personnels. Comme le rappelait encore récemment Caroline Muller, via un blog « la communauté historienne, mais aussi un public bien plus large, peut ainsi suivre le développement de recherches de longue haleine et intégrer les questions posées à leurs propres travaux ». S’il est évident que le blogging scientifique est à la mode – Hypothèses a franchi le cap des 1500 carnets inscrit au catalogue Open Edition -, ce n’est pas pour autant qu’il faut multiplier les plaidoiries pro domo et aveugles à son sujet. Continuer la lecture de In Blogs We Trust !

(S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) – Retour de workshop

Plus d’un mois sans billet sur ParenThèses, mais que se passe-t-il nous direz-vous ?! Vous avez bien raison, mais c’est qu’on était un peu occupé (on l’est toujours et on le sera encore pour un temps…). Pas de billet perso cette semaine, mais bien le compte-rendu d’un workshop qu’on a accueilli, à l’Université Saint-Louis – Bruxelles, dans le cadre d’un projet où nous sommes tous les deux actifs…

Le vendredi 22 avril a donc eu lieu un workshop organisé dans le cadre du projet « (S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) » rassemblant plusieurs partenaires académiques (UCL, ULB, KULeuven et USL-B). Ce projet entend aborder le rapport au « fait militaire » – entendu dans un sens large – à travers l’étude de documents naviguant entre l’écriture de soi et l’écriture de l’histoire. En effet, la période envisagée (15e-17e s.) autorise l’historien à s’interroger sur la guerre comme élément du quotidien, comme réalité à laquelle l’individu – peu importe sa position au niveau social – est confronté. Les anciens Pays-Bas burgondo-habsbourgeois sont, par exemple, un laboratoire fertile compte tenu des nombreux conflits qui s’y sont déroulés, des migrations que ceux-ci ont engendrées, des séparations qu’ils ont provoquées. Loin de se limiter à un spectre local, la guerre et le rapport que l’Homme entretient avec elle, doivent aussi pour l’époque retenue s’envisager dans une optique transnationale. Continuer la lecture de (S’) écrire en temps de guerre (Europe, 15e-17e s.) – Retour de workshop

Anatomie des remerciements de thèse

– Pfiouuu… En tous cas celle-là elle sait dire merci !

J.-C., homme moderne et Dikkenek.

Rédiger une thèse, ça n’est pas toujours simple et funky. Il faut pouvoir se plier à l’exercice de l’écriture scientifique, qui nécessite un langage et un vocabulaire particulier, parfois renforcé par un apparat critique solide (des notes en bas de page). Le texte d’une thèse, c’est un peu comme un film d’Olivier Marchal : c’est rugueux et ça ne laisse souvent pas beaucoup de place à la fantaisie et l’humour.

Continuer la lecture de Anatomie des remerciements de thèse

Les modes alitées du langage historien

Parce que les modalités du langage historien s’apparentent parfois à des modes alitées, il faut parfois se mettre au chevet de celles-ci…

Du régime d’écriture en histoire

On a abordé à plusieurs reprises sur ParenThèses des sujets liés au travail d’écriture dans cet univers impitoyable qu’est le monde académique, parfois plus particulièrement en histoire et on a même poussé le vice à traiter de l’humour dans les publications scientifiques. Il était dès lors indispensable de s’arrêter un instant pour discuter de l’ouvrage « L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales » (Paris, Seuil, 2014) publié par Ivan Jablonka. J’avais d’ailleurs promis, en février dernier, un billet sur cet ouvrage en précisant que j’espérais le publier dans un « délai raisonnable ». Bon, ben, voilà quoi… Avant d’entamer une discussion sur l’ouvrage d’Ivan Jablonka, il me faut toutefois aborder celui qui lui a valu le prix du livre d’histoire du Sénat en 2012. So, to history and beyond ! Continuer la lecture de Les modes alitées du langage historien

Quel est le problème de l’History Manifesto ?

HM

Cela fait maintenant quelques mois que le petit monde académique des historiens, en apparence si calme, est secoué par une lame de fond aux accents braudeliens. En octobre 2014, Jo Guldi (Brown University) et David Armitage (Harvard University) publiaient aux Cambridge University Press un petit livre de 160 pages (dont à peine 125 de texte) au titre on ne peut plus revendicateur : The History Manifesto. Diffusé gratuitement en Open Access, relayé par différents articles ainsi qu’un site internet qui lui est propre, le livre fera également l’objet courant 2015 qu’un numéro spécial de la revue des Annales. Histoire et sciences sociales, qui devra contenir une traduction abrégée de l’History Manifesto ainsi que différents articles-réponses et commentaires d’autres historiens1. La publicité autour de l’ouvrage a tout de la campagne marketing bien orchestrée. Rien d’étonnant, donc, à ce que le nom de l’History Manifesto soit prononcé même au fin fond des universités belges, durant des colloques ou autour de la sacro-sainte machine à café du réfectoire des professeurs.

Continuer la lecture de Quel est le problème de l’History Manifesto ?

  1. À l’heure où j’écris ces lignes (avril 2015), le numéro n’est pas encore sorti []

Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire

« In a somewhat ironical manner, one might say that most historians only seem to jump on theoretical and conceptual bandwagons when they are already fashionable for at least a decade in the social sciences, in economics, cultural anthropology, literary or similar neighbouring fields ».

Jan Dumolyn, Political communication and political power in the Middle Ages: a conceptual journey, dans Edad Media, 13, 2012, p. 35. Ça, c’est dit.

Askville était un site de recherches mis en ligne par Amazon, en activité de décembre 2006 à octobre 2013. Il permettait à n’importe qui de poser publiquement une question à laquelle d’autres internautes avaient le loisir de répondre. Or, parmi les millions de questions ainsi posées à la communauté d’Askville, on trouve celle-ci : « Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? ». Il faut bien le regretter, ce cri de détresse, cette interrogation quasiment métaphysique à jamais perdue dans les méandres de l’internet, n’a pas connu la moindre réponse. On doit pourtant reconnaître que c’était une sacrément bonne question, d’autant qu’elle en soulève d’autres.

Continuer la lecture de Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire

A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)

Suite et fin du diptyque de billets destinés à dignement fêter cette nouvelle année sur ParenThèses !

Marley avait raté tous ses examens, pour commencer. Là-dessus, pas l’ombre d’un doute. Le registre au rôle était signé par le recteur, le secrétaire du jury, le service du secrétariat et celui qui avait annoncé la mauvaise nouvelle à l’étudiant. Scrooge l’avait signé, et le nom de Scrooge était bon à la bourse (doctorale), quel que fût le papier sur lequel il lui plut d’apposer sa signature.

Le vieux Marley était aussi sûr de bisser que les artistes lors d’un second rappel au théâtre.

Scrooge savait-il que Marley allait bisser ? Sans aucun doute. Comment aurait-il pu en être autrement ? Scrooge lui donnait cours depuis tellement d’années (Marley avait souvent recommencé ses années d’étude), et il se fichait bien d’avoir à continuer à le faire. Il faut dire que Scrooge se fichait de pas mal de choses, comme par exemple du fait que jamais ses étudiants ne l’arrêtent dans le couloir de l’université pour lui dire d’un air satisfait : « Mon cher Scrooge, comment vous portez-vous ? Viendrez-vous au traditionnel souper de faculté ? ». Mais qu’importait à Scrooge, car c’était précisément ce qu’il voulait : se faire un chemin solitaire le long de la carrière académique. Seule comptait véritablement sa thèse. Car Scrooge était doctorant. En histoire de la justice médiévale, qui plus est. Effroyable, n’est-il pas ?

Continuer la lecture de A Christmas Carol (Bouquet). ParenThèses en fêtes (2/2)

On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)

Sur ParenThèses on fête Noël et la Saint-Sylvestre comme tout le monde. Vraiment ? Non, pas tout à fait… Un cadeau nous est offert  chaque année : la condition de doctorant en histoire du droit et des institutions. Que les gestionnaires d’Hypothèses se rassurent, dès lundi prochain les billets sérieux et réfléchis feront de nouveau leur apparition sur ce carnet de recherches. En attendant nous avons souhaité profiter du passage à l’an 2015 pour vous faire partager ces deux historiettes à la volette… La magie des fêtes est aussi sur ParenThèses.

Tu vas maintenant écouter ma voix [note du narrateur : le lecteur est en tout cas invité à faire comme si]. Elle va t’aider et t’emmener toujours plus loin dans la rédaction de ton… doctorat. Continuer la lecture de On the mental count of ten, you will be in Doctorat ! ParenThèses en fêtes (1/2)

Why so serious? De l’usage de l’humour dans la production scientifique

Je connais une planète où il y a un Monsieur cramoisi. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions. Et toute la journée il répète comme toi: « Je suis un homme sérieux! Je suis un homme sérieux! » et ça le fait gonfler d’orgueil. Mais ce n’est pas un homme, c’est un champignon !

Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince.

On ne saurait douter que lire un article sur l’évolution des pratiques d’enseignement dans les Law Schools américaines est une activité pour le moins… sérieuse, à l’image d’un tel sujet de débats. Le genre d’activité exigeante que l’on aime mentionner négligemment lors d’une conversation autour de la machine à café, afin de s’assurer un supplément de prestance auprès de ses collègues1 :

Continuer la lecture de Why so serious? De l’usage de l’humour dans la production scientifique

  1. Attention, cependant : cette technique ne fonctionne qu’au sein du milieu académique ; si elle est utilisée en dehors de votre cercle professionnel – dans votre famille, par exemple, elle conduit irrémédiablement à votre mort sociale []

Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !

Autant ne pas y aller par quatre chemins : j’ai parfois quelques problèmes avec l’art contemporain. Voilà, c’est dit. Je le confesse. Il y a de la friture sur la ligne. On n’est pas loin de la rupture de réseau. Il s’agit presque d’un cercle vicieux : ayant parfois du mal à comprendre les postulats de départ, je ne suis guère enclin à essayer d’appréhender un univers intellectuel qui me paraît parfois impénétrable. Je n’ai toutefois guère la prétention de suivre ici les pas de Luc « Torquémada » Ferry. Que le lecteur se rassure. Au cours de l’été dernier, j’ai pourtant eu l’occasion de feuilleter le programme du Festival international de danse se déroulant aux Brigittines (le Centre d’Art Contemporain du Mouvement de la Ville de Bruxelles). Précisons simplement que le monde de la danse belge compte une chorégraphe célèbre en la personne d’Anne Teresa de Keersmaker… que Beyoncé aurait d’ailleurs plagié. Avec Lady Gaga sévissant ces jours-ci sur la Grand-Place de Bruxelles, on dirait que la Belgique attire le beau linge… Bref, je m’égare. Mes connaissances sont donc lacunaires. Pour autant, la lecture du programme du festival des Brigittines, mentionné ci-dessus, m’a laissé, comment dire… pensif. Puis, après avoir repris mes esprits, je me suis demandé si ce n’était pas le même problème avec le langage scientifique/académique.

  Continuer la lecture de Vous parlez l’académique ? Dans ce cas, nous n’avons plus rien à nous dire !