Archives par mot-clé : histoire

Le sommeil de la Raison engendre des monstres

03_le_sommeil_de_la_raisonCette semaine sur ParenThèses, le billet n’a pas un titre tiré de derrière les fagots ne faisant pas sens immédiatement. Cette semaine le billet traitera des Lumières, de la raison critique et pour ce faire la référence à un tableau de Goya paraissait s’imposer. Le sommeil de la Raison engendre des monstres prend place dans la série peinte par Goya entre 1797 et 1798 sur les Caprices. Comme on le sait, Goya peindra quelques années plus tard son plus fameux tableau, Tres de Mayo (1814), critiquant l’invasion française qui avait eu lieu en Espagne quelques années auparavant. Proposer un article sur les Lumières n’est a priori pas ce que l’on attend retrouver sur ParenThèses, mais le climat parfois tendu depuis quelques mois autour de leur héritage ou de leur pertinence (retrouver l’esprit des Lumières ?!) m’a poussé à rédiger ce billet. Il s’agit avant tout du compte-rendu d’une conférence prononcée par Hervé Hasquin, historien spécialiste du 18e siècle et Secrétaire Perpétuel de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, qui s’intitulait « Pourquoi tant d’acharnement contre les Lumières ? ». Nous étions le 3 décembre 2014. Continuer la lecture de Le sommeil de la Raison engendre des monstres

La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

Nul n’y a échappé le week-end dernier, l’opération « Royal Baby vol. 2 » a parfaitement fonctionné : badauds, journalistes, chaînes d’info en continu, sites internet de quotidiens, twittosphère, etc. étaient en ébullition. À moins d’avoir vécu en ermite durant les dernières 72 heures, vous n’avez pas pu passer à côté de la naissance du second enfant du duc et de la duchesse de Cambridge. Outre le côté kitchissime et typiquement anglais de certaines manifestations, la naissance de la sœur du prince George aura en tout cas permis de parler des modalités de succession au trône en Grande-Bretagne. En clair, la monarchie britannique a modifié son système de succession en le dépoussiérant de plus de trois siècles de tradition. Le nouvel enfant du coupe princier1 sera considéré dans l’ordre de succession au trône à la suite de son grand-père (prince Charles), de son père (prince William) et de son frère (prince George). Pour faire simple, c’est le principe de primogéniture avec privilège de masculinité qui vole en partie en éclat avec la naissance de la nouvelle princesse et à la suite des modifications votées par le Parlement de Londres en 2011. Les médias anglais s’interrogent déjà sur la relation qu’auront George et sa sœur, respectivement troisième et quatrième dans l’ordre de succession au trône. La BBC, avec un humour so british, a d’ailleurs titré the heir and the spare… A bowling for my Kingdom ? Continuer la lecture de La transmission du pouvoir monarchique : entre droits et devoirs

  1. A l’heure d’écrire ces lignes, le nom de la nouvelle princesse n’a pas encore été communiqué officiellement. []

Quel est le problème de l’History Manifesto ?

HM

Cela fait maintenant quelques mois que le petit monde académique des historiens, en apparence si calme, est secoué par une lame de fond aux accents braudeliens. En octobre 2014, Jo Guldi (Brown University) et David Armitage (Harvard University) publiaient aux Cambridge University Press un petit livre de 160 pages (dont à peine 125 de texte) au titre on ne peut plus revendicateur : The History Manifesto. Diffusé gratuitement en Open Access, relayé par différents articles ainsi qu’un site internet qui lui est propre, le livre fera également l’objet courant 2015 qu’un numéro spécial de la revue des Annales. Histoire et sciences sociales, qui devra contenir une traduction abrégée de l’History Manifesto ainsi que différents articles-réponses et commentaires d’autres historiens1. La publicité autour de l’ouvrage a tout de la campagne marketing bien orchestrée. Rien d’étonnant, donc, à ce que le nom de l’History Manifesto soit prononcé même au fin fond des universités belges, durant des colloques ou autour de la sacro-sainte machine à café du réfectoire des professeurs.

Continuer la lecture de Quel est le problème de l’History Manifesto ?

  1. À l’heure où j’écris ces lignes (avril 2015), le numéro n’est pas encore sorti []

Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

On n’épuise pas un texte en l’analysant une fois. Il faut le prendre et reprendre. À chaque lecture, on y découvre du neuf. Pour la simple raison qu’il contient toujours des données de tout genre. Quand on l’aborde une première fois, on est préoccupé par tel problème et on y trouve ce qui répond à celui-ci. Lorsqu’on y revient, on a en tête d’autres points de son questionnaire et on y voit d’autres éléments. À ce stade comme à toutes les étapes du travail, la patience est cardinale.

Génicot L., Simples observations sur la façon d’écrire l’histoire, Louvain-la-Neuve, 1980, p. 58.

Des réflexions de mauvais aloi

Le problème quand on est en thèse, c’est que vous avez l’impression que c’est votre sujet de recherche qui vous poursuit plutôt que l’inverse. Ainsi, même en lisant votre gazette en étant installé confortablement au coin du feu avec vos charentaises aux pieds, la réalité pourra toujours vous rattraper. Il y a une semaine j’ai vécu pareille situation –les charentaises en moins– quand je suis tombé sur un article publié par Le Vif/L’Express. L’article, rédigé par un Juge de paix honoraire, relatait le pari osé d’un avocat français ayant fait valoir l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) dans une affaire d’excès de vitesse. Les plus intéressés d’entre vous pourront lire l’article si ça les amuse. Ce qui a retenu mon attention et -osons le dire- a gâché la lecture du restant de l’article est cette incise située dans le premier paragraphe : à l’époque, c’était vraiment le roi qui décidait, et pas l’un ou l’autre ministre. Autant dire qu’on a affaire à une « alerte au cliché » de niveau DEFCON 1 ! Je peux toutefois comprendre cette logique sous-jacente qui a tellement bien été résumée dans un épisode d’How I Met Your Mother (S01E04, The Return of the Shirt) : A cliché is a cliché for a reason. It’s comforting. Continuer la lecture de Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

« Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui, avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des professeurs qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul, pendant les études. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent un curriculum… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la recherche bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face… je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… je ne suis qu’amour (sauf envers les étudiants de première année) ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité (numérique) ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une thèse de doctorat, mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don… le don de soi… »

Georgedubis, avé thésard.

Depuis le temps (six mois, déjà !) que l’on parle d’Histoire du droit et des institutions (HDI pour faire court) sur ce blog… pardon, sur ce carnet de recherches… il nous semblait nécessaire de mener une petite réflexion sur les réalités de notre discipline en Belgique ainsi que sur le parcours de thésard en HDI. Hasard heureux, nous avons récemment participé au colloque « Être jeune chercheur ou chercheure aujourd’hui : quelles réalités ? », organisé à l’EHESS, où nous avons justement eu l’occasion de présenter brièvement l’Histoire du droit et des institutions ainsi que ParenThèses. Ce billet reprend plusieurs éléments de notre communication tout en l’enrichissant de considérations qui nous avaient semblé alors un peu trop hors sujet dans le cadre dudit colloque…

Continuer la lecture de Historien du droit et des institutions, c’est une bonne ou une mauvaise situation ?

Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle

Pour paraphraser un tweet de Loïc Prigent, ces derniers temps, on a tellement pédalé dans la semoule des commémorations 14-18 qu’avec une dynamo on pourrait éclairer toute la région bruxelloise. Ou à peu près. Il y a eu un tel engouement pour les commémorations au cours de l’année du centenaire de la Grande Guerre qu’on ne sait plus très bien qui a fait quoi, quand, pourquoi et comment. On a parfois l’impression que certains historiens ont dû engager des sosies, développer leur don d’ubiquité ou négocier avec Madame/Monsieur les voyages répétés à l’étranger (à moins que ce soient les frais de babysitting qui ont explosé). Profitant de l’organisation d’une semaine d’activités à l’Université Saint-Louis – Bruxelles (23-27 février 2015) orientées autour de la Grande Guerre, on a jugé bon sur ParenThèses de reprendre quelques éléments de réflexion présentés par N. Offenstadt lors de sa conférence du lundi 23 février. Continuer la lecture de Le pédalo mémoriel. Les commémorations de 14-18 et les arts de la mémoire : une approche institutionnelle

Cet obscur objet du désir académique : la note en bas de page

Lecture de Anthony Grafton, Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, traduction de l’anglais (américain) par Pierre-Antoine Fabre, Paris, Le Seuil, 1998.

L’habitus académique de Mr. Jourdain ?

Quand je replonge dans ma mémoire d’étudiant frais émoulu débarquant en première année à l’université, je me souviens avoir eu un peu de mal à maîtriser immédiatement le système de référencement infrapaginal qu’on nous avait demandé de suivre pour les travaux. Mais progressivement on apprend et on se sent grandir intellectuellement. Et l’aspirant historien de devenir alors un petit Mr. Jourdain : mais que je deviens savant… Comment ai-je pu vivre si longtemps en ignorant la note infrapaginale… Ah mes parents que je vous veux du mal de ne point m’en voir instruit! Quentin vous parlerait assurément d’embouffonement estudiantin et en langage globish moderne ça donnerait un truc du genre the jesterization of college’s freshmen through the footnotes’ madness. Bref, de quoi donner des cheveux gris aux professeurs/assistants et aux étudiants.

Aujourd’hui, passé de « l’autre côté » du miroir académique, force est de constater que ce qui était vrai pour moi, l’est toujours pour les étudiants actuels (ô chers étudiants qui, par hasard me lisez, ne soyez pas craintifs, je vous en conjure). Je n’irai pas jusqu’à dire que les travaux qui me sont remis sans apparat critique portent les traces de violences physiques après corrections, mais cela interpelle et force à s’interroger sur la pertinence même de cet obscur objet qu’est la note en bas de page. Loin d’être un simple accessoire de mode pour l’historien patenté, la note en bas de page a une réelle pertinence. Et il serait naïf de croire que la note est apparue ex nihilo juste pour embêter les étudiants. Il y a de cela presque vingt ans – 1997 pour la version originale et 1998 pour la traduction française –, l’historien américain Anthony Grafton s’est « amusé » à écrire une histoire de la note en bas de page via son ouvrage Les origines tragiques de l’érudition. Continuer la lecture de Cet obscur objet du désir académique : la note en bas de page