Archives par mot-clé : Méthodo

Les modes alitées du langage historien

Parce que les modalités du langage historien s’apparentent parfois à des modes alitées, il faut parfois se mettre au chevet de celles-ci…

Du régime d’écriture en histoire

On a abordé à plusieurs reprises sur ParenThèses des sujets liés au travail d’écriture dans cet univers impitoyable qu’est le monde académique, parfois plus particulièrement en histoire et on a même poussé le vice à traiter de l’humour dans les publications scientifiques. Il était dès lors indispensable de s’arrêter un instant pour discuter de l’ouvrage « L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales » (Paris, Seuil, 2014) publié par Ivan Jablonka. J’avais d’ailleurs promis, en février dernier, un billet sur cet ouvrage en précisant que j’espérais le publier dans un « délai raisonnable ». Bon, ben, voilà quoi… Avant d’entamer une discussion sur l’ouvrage d’Ivan Jablonka, il me faut toutefois aborder celui qui lui a valu le prix du livre d’histoire du Sénat en 2012. So, to history and beyond ! Continuer la lecture de Les modes alitées du langage historien

Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

L’été, dans le monde académique, c’est un peu l’équivalent d’un poulpe échoué sur une plage : avec un peu de chance, en s’approchant suffisamment près, on verra peut-être le truc frémir un peu, mais il ne faut pas trop compter là-dessus. Pour les doctorants libérés, délivrés (#reinedesneiges) – provisoirement – de toute charge d’encadrement d’étudiants, c’est généralement le moment privilégié pour partir en vacances, et parfois aussi donner un petit coup de boost à leurs recherches et finir de rédiger les articles (qu’ils rendront bien entendu en retard). ParenThèses était peut-être en vacances (enfin, pas tout à fait), mais on n’a pourtant pas échappé à la micro-polémique qui a agité, le temps d’écrire une note de bas de page d’un chapitre, le petit monde virtuel des chercheurs. Le poulpe du doctorat a donc tressailli…1. Comme on est sympa, on s’est dit que cette affaire ferait un bon sujet de rentrée sur le carnet. C’est glamour, il y a un peu de controverse et il y est après tout question de doctorant et d’histoire. Bref, les ingrédients d’une rentrée réussie… Continuer la lecture de Finis ta thèse, et après on pourra discuter !

  1. On se réfère évidemment au court article paru en 1903 et rédigé par le philosophe William James intitulé The Ph.D. Octopus paru dans Harvard Monthly, t. 36, n°1, p. 1-9. Si les critiques ne sont peut-être pas tout à fait identiques à celles que nous posons dans ce billet de rentrée, elles donnent à voir qu’en plus d’un siècle les interrogations relatives à la condition du doctorant, au prestige accordé au doctorat ou les problèmes qu’il soulève au sein des mondes académique et économique sont structurels. Le texte a récemment été traduit et été inséré dans Stengers Isabelle, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, La Découverte, 2013, p. 199-211. []

Quel est le problème de l’History Manifesto ?

HM

Cela fait maintenant quelques mois que le petit monde académique des historiens, en apparence si calme, est secoué par une lame de fond aux accents braudeliens. En octobre 2014, Jo Guldi (Brown University) et David Armitage (Harvard University) publiaient aux Cambridge University Press un petit livre de 160 pages (dont à peine 125 de texte) au titre on ne peut plus revendicateur : The History Manifesto. Diffusé gratuitement en Open Access, relayé par différents articles ainsi qu’un site internet qui lui est propre, le livre fera également l’objet courant 2015 qu’un numéro spécial de la revue des Annales. Histoire et sciences sociales, qui devra contenir une traduction abrégée de l’History Manifesto ainsi que différents articles-réponses et commentaires d’autres historiens1. La publicité autour de l’ouvrage a tout de la campagne marketing bien orchestrée. Rien d’étonnant, donc, à ce que le nom de l’History Manifesto soit prononcé même au fin fond des universités belges, durant des colloques ou autour de la sacro-sainte machine à café du réfectoire des professeurs.

Continuer la lecture de Quel est le problème de l’History Manifesto ?

  1. À l’heure où j’écris ces lignes (avril 2015), le numéro n’est pas encore sorti []

Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

On n’épuise pas un texte en l’analysant une fois. Il faut le prendre et reprendre. À chaque lecture, on y découvre du neuf. Pour la simple raison qu’il contient toujours des données de tout genre. Quand on l’aborde une première fois, on est préoccupé par tel problème et on y trouve ce qui répond à celui-ci. Lorsqu’on y revient, on a en tête d’autres points de son questionnaire et on y voit d’autres éléments. À ce stade comme à toutes les étapes du travail, la patience est cardinale.

Génicot L., Simples observations sur la façon d’écrire l’histoire, Louvain-la-Neuve, 1980, p. 58.

Des réflexions de mauvais aloi

Le problème quand on est en thèse, c’est que vous avez l’impression que c’est votre sujet de recherche qui vous poursuit plutôt que l’inverse. Ainsi, même en lisant votre gazette en étant installé confortablement au coin du feu avec vos charentaises aux pieds, la réalité pourra toujours vous rattraper. Il y a une semaine j’ai vécu pareille situation –les charentaises en moins– quand je suis tombé sur un article publié par Le Vif/L’Express. L’article, rédigé par un Juge de paix honoraire, relatait le pari osé d’un avocat français ayant fait valoir l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) dans une affaire d’excès de vitesse. Les plus intéressés d’entre vous pourront lire l’article si ça les amuse. Ce qui a retenu mon attention et -osons le dire- a gâché la lecture du restant de l’article est cette incise située dans le premier paragraphe : à l’époque, c’était vraiment le roi qui décidait, et pas l’un ou l’autre ministre. Autant dire qu’on a affaire à une « alerte au cliché » de niveau DEFCON 1 ! Je peux toutefois comprendre cette logique sous-jacente qui a tellement bien été résumée dans un épisode d’How I Met Your Mother (S01E04, The Return of the Shirt) : A cliché is a cliché for a reason. It’s comforting. Continuer la lecture de Étudie la législation au 16e siècle et participe au grand jeu de l’oie…

Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire

« In a somewhat ironical manner, one might say that most historians only seem to jump on theoretical and conceptual bandwagons when they are already fashionable for at least a decade in the social sciences, in economics, cultural anthropology, literary or similar neighbouring fields ».

Jan Dumolyn, Political communication and political power in the Middle Ages: a conceptual journey, dans Edad Media, 13, 2012, p. 35. Ça, c’est dit.

Askville était un site de recherches mis en ligne par Amazon, en activité de décembre 2006 à octobre 2013. Il permettait à n’importe qui de poser publiquement une question à laquelle d’autres internautes avaient le loisir de répondre. Or, parmi les millions de questions ainsi posées à la communauté d’Askville, on trouve celle-ci : « Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? ». Il faut bien le regretter, ce cri de détresse, cette interrogation quasiment métaphysique à jamais perdue dans les méandres de l’internet, n’a pas connu la moindre réponse. On doit pourtant reconnaître que c’était une sacrément bonne question, d’autant qu’elle en soulève d’autres.

Continuer la lecture de Who is ultimately responsible for the rise of the multi-fucking-paradigm? Des usages théoriques en Histoire

Une histoire d’amour inattendue ? Regard sur la révolution numérique (2/2)

En ce début janvier, alors que le monde émerge lentement de sa torpeur et que les gens se remettent petit à petit des fêtes, les doctorants, eux aussi, après quelques jours passés loin de la thèse, songent tout doucement à revenir à des considérations plus sérieuses. On ne peut pas passer toute sa vie à danser sur les toits de la ville après tout.

Les préoccupations d’un doctorant peuvent parfois être des plus… matérielles. Récemment encore, je m’interrogeai pendant plusieurs jours sur l’équipement que je devais acquérir afin de numériser les archives qu’il me fallait consulter pour la thèse. Appareil photo ? Tablette ? Scanner ? Quand la majorité de vos archives sont à l’étranger et que ce sont plusieurs milliers de folios de parchemin qu’il vous faut numériser, le choix du matériel approprié est fondamental. Cette interrogation dès plus matérialistes témoigne du reste de la place de plus en plus importante du digital dans le parcours doctoral.

Ces dernières semaines, sur ParenThèses, nous avons pas mal parlé de la révolution numérique, de son impact dans le milieu académique et de sa représentation dans la fiction. Au-delà de l’aspect vendeur d’un tel sujet, cette attention de notre part pour les Humanités Digitales témoigne également d’une réelle convergence d’intérêts entre la révolution numérique et l’histoire du droit et des institutions. Une convergence qui, pourtant, ne va de prime abord pas de soi…

Continuer la lecture de Une histoire d’amour inattendue ? Regard sur la révolution numérique (2/2)

Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)

Alors que, vissé sur ma chaise, les yeux rivés à mon écran d’ordinateur, je passe ma soirée à remplir une série de formulaires afin de poser ma candidature pour l’obtention d’une quelconque bourse (le genre de délice administratif que tout doctorant aura eu le loisir d’apprécier au cours de sa carrière), je réalise qu’en complétant ce document Word à la mise en page désespérante, je n’ai pas pu m’empêcher, à la case « justification de la demande », de placer dans mon argumentaire un laïus sur les Digital Humanities. Pourquoi ? Mais parce que cela fait vendre, pardi ! Non pas qu’il s’agisse là d’un mensonge, ni même d’un odieux baratin, car il y a bien une dimension d’ « Humanités digitales » dans ma recherche doctorale (essentiellement, la mise en place de bases de données, sans doute accompagnée par la numérisation de documents d’archives), mais force est de constater qu’il s’agit pour moi de mettre en avant dans mon dossier de candidature une notion qui, je le sais pertinemment, rencontre un succès phénoménal au sein des instances décisionnaires et budgétaires depuis quelques années.

Continuer la lecture de Il faut sauver les Digital Humanities. Regard sur la révolution numérique (1/2)